Acetate de cyproterone (cyprotérone)

Médicaments à base de cyprotérone :

Illustration general

Informations générales

Illustration indications

Indications - Quand utiliser acetate de cyproterone ?

  • En cas d'echec des dosages inferieurs

  • En cas d'echec a une autre therapeutique

  • Dans les formes severes

  • Dans les formes non tumorales

  • Dans les formes idiopathiques

  • Chez la femme

  • Traitement palliatif

  • Traitement symptomatique

  • Associer a prise en charge psychologique

  • Associer a d'autres therapeutiques

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de acetate de cyproterone ?

  • Accident vasculaire cerebral

    • Accident vascul cerebral atcd personnel
    • Accident vascul cerebral en cours
    • Accident vascul cerebral ischemique
    • Accident vascul cerebral recent
  • Atteinte hepatique

    • Atteinte hepatique severe
  • Cachexie

  • Cancer du foie

  • Cardiopathie ischemique

  • Depression

    • Depression severe
  • Diabete autre

    • Diabete severe
  • Diabete type i

    • Diabete severe
  • Diabete type ii

    • Diabete severe
  • Drepanocytose / anemie falciforme

  • Dubin johnson syndrome

  • Embolie pulmonaire

    • Embolie pulmonaire atcd personnel
    • Embolie pulmonaire en cours
  • Enfant

  • Grossesse

  • Herpes gestationis

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite cyproterone
  • Ictere

    • Ictere cholestatique gravidique atcd
  • Infarctus du myocarde

    • Infarctus du myocarde antecedent perso
    • Infarctus du myocarde en cours
    • Infarctus du myocarde phase aigue
    • Infarctus du myocarde recent
  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique severe maladie
  • Ischemie cerebrale

  • Maladie cerebrovasculaire

  • Maladie thromboembolique

    • Maladie thromboembolique atcd personnel
    • Maladie thromboembolique en cours
  • Maladie vasculaire ischemique

  • Maladie vasculaire obliterante

  • Meningiome

  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Periode de croissance osseuse en cours

  • Porphyrie cutanee

  • Porphyrie hepatique

    • Porphyrie hepatique maladie
  • Prurit

    • Prurit gravidique atcd personnel
  • Prurit recidivant gravidique

  • Rotor syndrome

  • Terrain ci estroprogestatif

  • Terrain ci therapeutique gestagene

  • Thrombophlebite

  • Thrombose

    • Thrombose arterielle atcd personnel
    • Thrombose arterielle en cours
    • Thrombose veineuse
    • Thrombose veineuse atcd personnel
    • Thrombose veineuse profonde
  • Tuberculose

  • Adulte jeune (15-17 ans)

  • Anomalie metabolisme galactose

  • Autre traitement en cours

    • Trt par millepertuis
    • Trt par perampanel
    • Trt par ulipristal
  • Deficit en lactase

  • Femme en age de procreer

    • En l'absence de contraception efficace
  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
  • Interaction d'origine alimentaire

    • Apport de millepertuis
  • Regime sans galactose

  • Syndrome de malabsorption / intolerance digestive

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
    • Syndrome malabsorption glucose/galactose
  • Affection maligne

  • Allaitement

  • Atteinte hepatique

    • Atteinte hepatique chronique
    • Atteinte hepatique legere
    • Atteinte hepatique moderee
  • Atteinte oculaire

  • Cephalee

    • Cephalee severe
  • Diabete type i

    • Diabete non complique
    • Diabete non controle
  • Douleur

    • Douleur abdominale
  • Femme

  • Femme en age de procreer

  • Hemorragie digestive

  • Hepatomegalie

  • Homme

  • Ictere

  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique legere maladie
    • Insuffisance hepatique moderee maladie
  • Interaction d'origine alimentaire

    • Ingestion d'alcool
  • Nausees vomissements

  • Quel que soit le terrain

  • Retinopathie

  • Saignement gastro-intestinal

  • Syndrome douloureux abdominal

  • Thrombose retinienne

  • Trouble coloration urine

  • Trouble de la vision

  • Affection maligne

  • Allaitement

  • Atteinte hepatique

    • Atteinte hepatique chronique
    • Atteinte hepatique legere
    • Atteinte hepatique moderee
  • Atteinte oculaire

  • Cephalee

    • Cephalee severe
  • Diabete type i

    • Diabete non complique
    • Diabete non controle
  • Douleur

    • Douleur abdominale
  • Femme

  • Femme en age de procreer

  • Hemorragie digestive

  • Hepatomegalie

  • Homme

  • Ictere

  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique legere maladie
    • Insuffisance hepatique moderee maladie
  • Interaction d'origine alimentaire

    • Ingestion d'alcool
  • Nausees vomissements

  • Quel que soit le terrain

  • Retinopathie

  • Saignement gastro-intestinal

  • Syndrome douloureux abdominal

  • Thrombose retinienne

  • Trouble coloration urine

  • Trouble de la vision

Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de acetate de cyproterone ?

SEVERE(S)
  • alat modification
  • amenorrhee
  • asat modification
  • atrophie musculaire
  • atteinte hepatique
  • bilirubine modification
  • cancer du sein
  • cirrhose
  • cycle menstruel irregulier
  • cytolyse hepatique
  • demineralisation osseuse
  • diminution de tolerance au glucose
  • dysovulation
  • dyspnee
  • gamma gt modification
  • hepatite
  • hepatite fulminante
  • hyperglycemie
  • ictere
  • insuffisance hepatique
  • lactico deshydrogenase modification
  • libido trouble
  • necrose hepatique
  • oligospermie
  • osteoporose
  • phosphatase alcaline modification
  • pilosite modification
  • prurit
  • saignement hemorragie
  • sans info sur effets surdosage
  • spotting petit saignement
  • sterilite secondaire
  • tendance tentative suicidaire
  • testicule modification de la taille
  • trouble sexuel
  • tumeur hepatique
MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • agitation
  • amaigrissement
  • anemie
  • cephalee
  • depression
  • embolie pulmonaire
  • eruption cutanee
  • meningiome
  • oedeme des membres inferieurs
  • prise ponderale
  • reaction allergique
  • thromboembolie
  • thrombophlebite
  • thrombose veineuse
  • veinite
MODERE(S)
  • douleur mammaire
  • douleur pelvienne
  • erection trouble
  • galactorrhee
  • gynecomastie
  • impuissance
  • tension mammaire
MINEUR(S) OU MODERE(S)
  • asthenie
  • bouffee vasomotrice
  • hypersudation
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    ACETATE DE CYPROTERONE TEVA 50 mg, comprimé

    plaquette(s) PVC PVDC aluminium de 20 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 65%
    • PRIX : 9,54
  • Illustration de la forme galénique

    ACETATE DE CYPROTERONE SANDOZ 50 mg, comprimé sécable

    plaquette(s) PVC-Aluminium de 20 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 65%
    • PRIX : 9,54
  • Illustration de la forme galénique

    ACETATE DE CYPROTERONE EG 100 mg, comprimé sécable

    plaquette(s) PVC-Aluminium de 60 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 71,83
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de acetate de cyproterone ?

    En raison du risque de méningiome, ce médicament doit être prescrit et dispensé sous réserve du recueil de l'attestation d'information du patient qui devra être renouvelée une fois par an (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Mises en garde et précautions d'emploi").

    L'intérêt de la prescription doit être réévalué annuellement en tenant compte du rapport bénéfice/risque individuel de chaque patient et de l'évolution des symptômes. Dans la mesure où le risque de méningiome augmente en fonction de la posologie et de la durée d'utilisation, les utilisations prolongées et à fortes doses sont à proscrire.

    Il convient de dispenser une spécialité sécable lorsque la posologie nécessite une fraction de comprimé.

    • Chez l'homme

    Dans le cancer de la prostate : 200 à 300 mg par jour, soit 4 à 6 comprimés par jour sans interruption.

    • Population pédiatrique

    Sans objet.

    En raison du risque de méningiome, ce médicament doit être prescrit et dispensé sous réserve du recueil de l'attestation d'information du patient qui devra être renouvelée une fois par an (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Mises en garde et précautions d'emploi").

    L'intérêt de la prescription doit être réévalué annuellement en tenant compte du rapport bénéfice/risque individuel de chaque patient et de l'évolution des symptômes. Dans la mesure où le risque de méningiome augmente en fonction de la posologie et de la durée d'utilisation, les utilisations prolongées et à fortes doses sont à proscrire.

    Il convient de dispenser une spécialité sécable lorsque la posologie nécessite une fraction de comprimé.

    • Chez la femme

    Les femmes enceintes ne doivent pas prendre ce médicament. Il est recommandé de vérifier l'absence de grossesse avant le début du traitement.

    Chez la femme en période d'activité génitale, la cyprotérone 50 mg doit être associée à un estrogène.

    Schémas thérapeutiques :

    • 1er schéma thérapeutique . du 1er au 10ème jour du cycle : prendre 2 comprimés de cyprotérone 50 mg associés à 50 microgrammes d'éthinylestradiol par jour. . du 11ème au 21ème jour du cycle : prendre 50 microgrammes d'éthinylestradiol par jour. . du 22ème au 28ème jour du cycle : ne prendre aucun traitement pendant 7 jours.

    Puis reprendre le traitement selon la même séquence.

    Ce schéma thérapeutique est considéré comme le schéma de référence.

    Ce traitement est contraceptif dès le premier cycle thérapeutique.

    En l'absence de saignement utérin pendant les 7 jours sans traitement, l'absence de grossesse devra être confirmée par un test immunologique.

    En cas d'oubli, si l'heure de prise est dépassée de plus de 12 heures, l'action contraceptive de la cyprotérone 50 mg n'est plus garantie. Poursuivre le traitement selon le schéma thérapeutique prescrit mais associer des mesures contraceptives supplémentaires (préservatif ou autre) jusqu'à la fin du cycle en cours. En fin de cycle, en cas d'absence de saignement de privation, confirmer l'absence d'une grossesse avant la reprise du traitement.

    • 2ème schéma thérapeutique Il associe 1 comprimé de cyprotérone 50 mg par jour à une dose plus faible d'estrogène, par exemple une association fixe de 35 mcrogrammes d'éthinylestradiol et d'acétate de cyprotérone à faible dose. En cas de traitement initial ou en relais d'un contraceptif oral, le schéma thérapeutique sera le suivant : · du 1er au 20ème jour du cycle : prendre 1 comprimé par jour de cyprotérone 50 mg et 1 comprimé de l'association fixe par jour. · 21ème jour du cycle : prendre le dernier comprimé de l'association fixe. · du 22ème au 28 ème jour du cycle : ne prendre aucun traitement pendant 7 jours.

    Puis reprendre le traitement selon la même séquence.

    Ce schéma est contraceptif dès le 1er cycle de traitement.

    • En cas de contre-indication à un estrogène de synthèse le schéma thérapeutique suivant peut être prescrit : . du 1er au 20ème jour du cycle : prendre 1 comprimé de cyprotérone 50 mg par jour associé à un estrogène naturel par voie orale ou par voie percutanée. . du 21ème au 28ème jour du cycle : ne prendre aucun traitement pendant 8 jours. Puis reprendre le traitement selon la même séquence.

    Cependant, dans ce cas, il est nécessaire de prendre des mesures contraceptives locales pendant les deux premiers cycles de traitement, ce schéma n'ayant pas été démontré contraceptif avant le 3ème cycle.

    En raison du risque de méningiome, ce médicament doit être prescrit et dispensé sous réserve du recueil de l'attestation d'information du patient qui devra être renouvelée une fois par an (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Mises en garde et précautions d'emploi").

    L'intérêt de la prescription doit être réévalué annuellement en tenant compte du rapport bénéfice/risque individuel de chaque patient et de l'évolution des symptômes. Dans la mesure où le risque de méningiome augmente en fonction de la posologie et de la durée d'utilisation, les utilisations prolongées et à fortes doses sont à proscrire.

    Il convient de dispenser une spécialité sécable lorsque la posologie nécessite une fraction de comprimé.

    • Chez la femme
    • Après la ménopause La cyprotérone dosée à 50 mg sera prescrite à la dose de 1/2 à 1 comprimé par jour, si possible en association à une estrogénothérapie substitutive.

    L'utilisation prolongée (plusieurs années) de ce médicament doit être évitée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Ce médicament n'est pas recommandé avant la fin de la puberté.

    • Population pédiatrique

    Sans objet.

    En raison du risque de méningiome, ce médicament doit être prescrit et dispensé sous réserve du recueil de l'attestation d'information du patient qui devra être renouvelée une fois par an (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Mises en garde et précautions d'emploi").

    L'intérêt de la prescription doit être réévalué annuellement en tenant compte du rapport bénéfice/risque individuel de chaque patient et de l'évolution des symptômes. Dans la mesure où le risque de méningiome augmente en fonction de la posologie et de la durée d'utilisation, les utilisations prolongées et à fortes doses sont à proscrire.

    Il convient de dispenser une spécialité sécable lorsque la posologie nécessite une fraction de comprimé.

    • Chez l'homme

    Dans le cancer de la prostate : 200 à 300 mg par jour, soit 4 à 6 comprimés par jour sans interruption.

    • Population pédiatrique

    Sans objet.

    En raison du risque de méningiome, ce médicament doit être prescrit et dispensé sous réserve du recueil de l'attestation d'information du patient qui devra être renouvelée une fois par an (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Mises en garde et précautions d'emploi").

    L'intérêt de la prescription doit être réévalué annuellement en tenant compte du rapport bénéfice/risque individuel de chaque patient et de l'évolution des symptômes. Dans la mesure où le risque de méningiome augmente en fonction de la posologie et de la durée d'utilisation, les utilisations prolongées et à fortes doses sont à proscrire.

    Il convient de dispenser une spécialité sécable lorsque la posologie nécessite une fraction de comprimé.

    • Chez la femme

    Les femmes enceintes ne doivent pas prendre ce médicament. Il est recommandé de vérifier l'absence de grossesse avant le début du traitement.

    Chez la femme en période d'activité génitale, la cyprotérone 50 mg doit être associée à un estrogène.

    Schémas thérapeutiques :

    • 1er schéma thérapeutique . du 1er au 10ème jour du cycle : prendre 2 comprimés de cyprotérone 50 mg associés à 50 microgrammes d'éthinylestradiol par jour. . du 11ème au 21ème jour du cycle : prendre 50 microgrammes d'éthinylestradiol par jour. . du 22ème au 28ème jour du cycle : ne prendre aucun traitement pendant 7 jours.

    Puis reprendre le traitement selon la même séquence.

    Ce schéma thérapeutique est considéré comme le schéma de référence.

    Ce traitement est contraceptif dès le premier cycle thérapeutique.

    En l'absence de saignement utérin pendant les 7 jours sans traitement, l'absence de grossesse devra être confirmée par un test immunologique.

    En cas d'oubli, si l'heure de prise est dépassée de plus de 12 heures, l'action contraceptive de la cyprotérone 50 mg n'est plus garantie. Poursuivre le traitement selon le schéma thérapeutique prescrit mais associer des mesures contraceptives supplémentaires (préservatif ou autre) jusqu'à la fin du cycle en cours. En fin de cycle, en cas d'absence de saignement de privation, confirmer l'absence d'une grossesse avant la reprise du traitement.

    • 2ème schéma thérapeutique Il associe 1 comprimé de cyprotérone 50 mg par jour à une dose plus faible d'estrogène, par exemple une association fixe de 35 mcrogrammes d'éthinylestradiol et d'acétate de cyprotérone à faible dose. En cas de traitement initial ou en relais d'un contraceptif oral, le schéma thérapeutique sera le suivant : · du 1er au 20ème jour du cycle : prendre 1 comprimé par jour de cyprotérone 50 mg et 1 comprimé de l'association fixe par jour. · 21ème jour du cycle : prendre le dernier comprimé de l'association fixe. · du 22ème au 28 ème jour du cycle : ne prendre aucun traitement pendant 7 jours.

    Puis reprendre le traitement selon la même séquence.

    Ce schéma est contraceptif dès le 1er cycle de traitement.

    • En cas de contre-indication à un estrogène de synthèse le schéma thérapeutique suivant peut être prescrit : . du 1er au 20ème jour du cycle : prendre 1 comprimé de cyprotérone 50 mg par jour associé à un estrogène naturel par voie orale ou par voie percutanée. . du 21ème au 28ème jour du cycle : ne prendre aucun traitement pendant 8 jours. Puis reprendre le traitement selon la même séquence.

    Cependant, dans ce cas, il est nécessaire de prendre des mesures contraceptives locales pendant les deux premiers cycles de traitement, ce schéma n'ayant pas été démontré contraceptif avant le 3ème cycle.

    En raison du risque de méningiome, ce médicament doit être prescrit et dispensé sous réserve du recueil de l'attestation d'information du patient qui devra être renouvelée une fois par an (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Mises en garde et précautions d'emploi").

    L'intérêt de la prescription doit être réévalué annuellement en tenant compte du rapport bénéfice/risque individuel de chaque patient et de l'évolution des symptômes. Dans la mesure où le risque de méningiome augmente en fonction de la posologie et de la durée d'utilisation, les utilisations prolongées et à fortes doses sont à proscrire.

    Il convient de dispenser une spécialité sécable lorsque la posologie nécessite une fraction de comprimé.

    • Chez la femme
    • Après la ménopause La cyprotérone dosée à 50 mg sera prescrite à la dose de 1/2 à 1 comprimé par jour, si possible en association à une estrogénothérapie substitutive.

    L'utilisation prolongée (plusieurs années) de ce médicament doit être évitée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Ce médicament n'est pas recommandé avant la fin de la puberté.

    • Population pédiatrique

    Sans objet.

    En raison du risque de méningiome, ce médicament doit être prescrit et dispensé sous réserve du recueil de l'attestation d'information du patient qui devra être renouvelée une fois par an (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Mises en garde et précautions d'emploi").

    L'intérêt de la prescription doit être réévalué annuellement en tenant compte du rapport bénéfice/risque individuel de chaque patient et de l'évolution des symptômes. Dans la mesure où le risque de méningiome augmente en fonction de la posologie et de la durée d'utilisation, les utilisations prolongées et à fortes doses sont à proscrire.

    • Chez la femme

    Les femmes enceintes ne doivent pas prendre ce médicament, il est recommandé de vérifier l'absence de grossesse avant le début du traitement.

    Chez la femme en période d'activité génitale, ce médicament doit être associé à un estrogène.

    • Dose d'instauration du traitement :

    . Du 1er au 20ème jour du cycle : prendre 1 comprimé de ce médicament 50 mg par jour associé à de l'estradiol ou du valérate d'estradiol (par voie orale ou percutanée) et associer une contraception locale supplémentaire pendant les deux premiers cycles. . Du 21ème au 28ème du cycle : ne prendre aucun traitement.

    • Dose d'entretien : 1 comprimé par jour de ce médicament ou réduction de la dose à 1/2 comprimé par jour de ce médicament en fonction des signes cliniques, toujours en association à l'estradiol ou au valérate d'estradiol pendant les 20 jours de prise de ce médicament.

    En cas d'absence de saignement de privation pendant les 8 jours sans traitement, l'absence de grossesse devra être confirmée par un test immunologique.

    En cas d'oubli, si l'heure de prise est dépassée de plus de 12 heures, l'action contraceptive de ce médicament n'est plus garantie. Poursuivre le traitement selon le schéma thérapeutique prescrit mais associer des mesures contraceptives supplémentaires (préservatif ou autre) jusqu'à la fin du cycle en cours. En fin de cycle, en cas d'absence de saignement de privation, confirmer l'absence d'une grossesse avant la reprise du traitement.

    Réévaluer les bénéfices et les risques du traitement par ce médicament au début de la ménopause.

    L'utilisation prolongée (plusieurs années) de ce médicament doit être évitée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Ce médicament n'est pas recommandé avant la fin de la puberté.

    • Population pédiatrique

    Sans objet.