Aerrane (gonadotrophine)

Médicaments à base de gonadotrophine :

Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

    Gonadotrophine

  • Dosages

    N/A

  • Formes galéniques

    liquide pour inhalation par vapeur

  • Classe Thérapeutique

    N01AB - HYDROCARBURES HALOGENES

Illustration indications

Indications - Quand utiliser aerrane ?

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de aerrane ?

Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de aerrane ?

Rare (< 1%)

  • acidobasique perturbation
  • acidose metabolique
  • acuite visuelle modification
  • agitation
  • alat modification
  • amnesie
  • anurie
  • anxiete
  • appetit augmentation
  • arthrite
  • arythmie
  • asat modification
  • asthenie
  • atteinte hepatique
  • atteinte renale
  • bilan azote modification
  • bilirubine modification
  • cecite
  • cephalee
  • cholestase
  • civd (coag intravascul disseminee)
  • confusion mentale
  • conscience trouble
  • convulsion
  • cyanose
  • cytolyse hepatique
  • depression
  • desorientation spatio-temporelle
  • diplopie
  • douleur oculaire
  • dysarthrie / parole difficulte
  • dysgueusie
  • dystonie
  • electroencephalogramme modification
  • encephalopathie
  • euphorie
  • fievre
  • fluor perturbation
  • fragilite emotionnelle
  • gamma gt modification
  • glycosurie
  • hemoglobine modification
  • hepatite
  • hepatite fulminante
  • humeur trouble
  • hypercreatininemie
  • hyperglycemie
  • hyperphosphoremie / hyperphosphatemie
  • hypertension arterielle
  • hypertension intracranienne
  • hyperthermie maligne
  • hypertonie musculaire
  • hyperuremie / hyperazotemie
  • hypocholesterolemie
  • hypoglycemie
  • hypotension arterielle
  • ictere
  • insuffisance hepatique
  • insuffisance renale aigue
  • insuffisance renale chronique
  • irritation oculaire
  • lactico-deshydrogenase modification
  • larmoiement
  • metrorragie
  • myalgie
  • myoglobinurie
  • necrose hepatique
  • neuropathie peripherique
  • nystagmus
  • oligurie
  • pancreatite aigue
  • phosphatase alcaline modification
  • polyurie
  • retention d'urine
  • rhabdomyolyse
  • saignement / hemorragie
  • sensation ebrieuse
  • tachycardie
  • tachypnee
  • vertige / etourdissement
  • vision alteration

Fréquent (> 1%)

  • anaphylaxie
  • apnee
  • arret cardiaque
  • arret respiratoire
  • bloc auriculo ventriculaire
  • bradycardie
  • bronchospasme / asthme
  • brulure locale
  • choc anaphylactique
  • creatine kinase modification
  • deces / mortalite
  • depression myocardique
  • depression respiratoire
  • dermatite
  • douleur / oppression thoracique
  • dyspnee
  • eruption cutanee
  • erytheme
  • extrasystole
  • fibrillation auriculaire
  • fibrillation ventriculaire
  • frisson
  • gorge irritation
  • hoquet
  • hypercapnie
  • hyperkaliemie
  • hyperleucocytose
  • hypothermie
  • hypoxemie
  • hypoxie
  • ileus paralytique
  • insuffisance respiratoire
  • irritation muqueuse
  • laryngospasme
  • leucopenie
  • nausee vomissement
  • oedeme aigu du poumon
  • oedeme de quincke / angioedeme
  • oedeme pulmonaire
  • palpitations
  • prurit
  • reaction allergique
  • sialorrhee
  • sifflement pulmonaire
  • torsade de pointe
  • toux
  • tremblement
  • urticaire
  • vasodilatation peripherique

N/A

  • collapsus cardiovasculaire
  • hypotonie musculaire
  • nephrotoxicite
  • paleur
  • somnolence diurne
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    AERRANE, liquide pour inhalation par vapeur

    6 flacon(s) en verre brun de 100 ml

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de aerrane ?

    Des évaporateurs spécialement calibrés pour l'isoflurane doivent être utilisés afin de contrôler avec précision la concentration de l'anesthésique délivré.

    La concentration alvéolaire minimale chez l'adulte d'âge moyen est en moyenne 1,15 pour cent en oxygène pur. Elle est plus faible chez les sujets âgés.

    Lorsque le gaz vecteur est un mélange d'oxygène - protoxyde d'azote à 50 pour cent, la concentration alvéolaire minimale de l'isoflurane se situe aux environs de 0,65 pour cent.

    • Induction de l'anesthésie

    Quand on utilise l'isoflurane comme seul agent d'induction anesthésique, il est recommandé de commencer l'induction avec une concentration de 0,5 %. Les concentrations de 1,3 - 3,0 % produisent habituellement une anesthésie chirurgicale en 7 - 10 minutes.

    • Entretien de l'anesthésie

    Une anesthésie adéquate pour la chirurgie peut être maintenue avec une concentration d'isoflurane de 0,5 à 1,5 % dans un mélange d'oxygène/protoxyde d'azote. Une concentration d'isoflurane plus élevée (0,75 à 2 %) sera nécessaire si l'isoflurane est donnée avec de l'oxygène seul.

    La concentration affichée sur l'évaporateur doit être augmentée en cas d'utilisation d'un circuit avec réinhalation des gaz expirés à bas débit de gaz frais.

    • Concentrations alvéolaires minimales de l'isoflurane (MAC)

    . Adulte

    Age : 26 +/- 4 Valeur moyenne de CAM d'isoflurane dans 100 % d'O2 = 1,28 % O2 + N2O (70 %) : 0,56 %

    Age : 44 +/- 7 Valeur moyenne de CAM d'isoflurane dans 100 % d'O2 = 1,15 % O2 + N2O (70 %) : 0,50 %

    Age : 64 +/- 5 Valeur moyenne de CAM d'isoflurane dans 100 % d'O2 = 1,05 % O2 + N2O (70 %) : 0,37 %

    . Population pédiatrique (CAM)

    Age : Nouveau-né prématuré < 32 semaines d'âge gestationnel Valeur moyenne de CAM d'isoflurane dans 100 % d'O2 : 1,28 %

    Age : Nouveau-né prématuré de 32-37 semaines d'âge gestationnel Valeur moyenne de CAM d'isoflurane dans 100 % d'O2 : 1,41 %

    Age : 0-1 mois Valeur moyenne de CAM d'isoflurane dans 100 % d'O2 : 1,60 %

    Age : 1-6 mois Valeur moyenne de CAM d'isoflurane dans 100 % d'O2 : 1,87 %

    Age : 6-12 mois Valeur moyenne de CAM d'isoflurane dans 100 % d'O2 : 1,80 %

    Age : 1-5 ans Valeur moyenne de CAM d'isoflurane dans 100 % d'O2 : 1,60 %

    • Prémédication :

    Les médicaments utilisés en prémédication doivent être sélectionnés en fonction de chaque patient en tenant compte de l'effet dépresseur de l'isoflurane sur le système respiratoire. L'utilisation de médicaments anticholinergiques est une question de choix, mais peut être conseillée pour l'induction de l'anesthésie par inhalation en pédiatrie.

    • Induction de l'anesthésie chez les enfants :

    L'isoflurane n'est pas recommandé pour l'induction de l'anesthésie pas inhalation chez les nourrissons et les enfants en raison de l'apparition d'une toux, d'une apnée volontaire, d'une désaturation, d'une augmentation des sécrétions et de laryngospasmes (cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").