Azantac (ranitidine)

Médicaments à base de ranitidine :

Découvrez Posos 🎉

L’outil d’aide à la prescription simple et personnalisé qui vous aide à prendre la meilleure décision.

  • Identifier une posologie complexe
  • Limiter la iatrogénie
  • Vérifier les contre-indications
  • Trouver un équivalent thérapeutique
Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

    Ranitidine

  • Dosages

    50 mg/2 ml300 mg150 mg

  • Formes galéniques

    solution injectablecomprimé effervescent(e)

  • Classe Thérapeutique

    A02BA - ANTAGONISTES DES RECEPTEURS H2

Illustration indications

Indications - Quand utiliser azantac ?

  • Dans les formes evolutives

  • Chez l'adulte

  • Dans les formes evolutives

  • Chez l'adulte

  • Chez l'adulte

  • Associer aux regles hygieno-dietetiques

  • Chez l'adulte

  • Associer au traitement specifique

  • Traiter en milieu hospitalier

  • Chez l'adulte

  • Associer au traitement specifique

  • Traiter en milieu hospitalier

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant

  • Chez le nourrisson a partir de 3 mois

  • Chez le nourrisson jusqu'a 18 mois

  • Traitement symptomatique

  • Chez l'enfant

  • Chez le nourrisson a partir de 3 mois

  • Chez le nourrisson jusqu'a 18 mois

  • Traiter apres confirmation du diagnostic

  • Associer a d'autres therapeutiques

  • En cas d'ulcere gastroduodenal

  • Chez l'adulte

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de azantac ?

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite aceprometazine
    • Hypersensibilite alimemazine
    • Hypersensibilite antihistaminiques
    • Hypersensibilite aspartam (intolerance)
    • Hypersensibilite azelastine
    • Hypersensibilite bilastine
    • Hypersensibilite brompheniramine
    • Hypersensibilite buclizine
    • Hypersensibilite carbinoxamine
    • Hypersensibilite cetirizine
    • Hypersensibilite chlorphenamine
    • Hypersensibilite chlorpromazine
    • Hypersensibilite cimetidine
    • Hypersensibilite clozapine
    • Hypersensibilite croisee
    • Hypersensibilite cyamemazine
    • Hypersensibilite cyproheptadine
    • Hypersensibilite desloratadine
    • Hypersensibilite dimenhydrinate
    • Hypersensibilite diphenhydramine
    • Hypersensibilite dosulepine
    • Hypersensibilite doxylamine
    • Hypersensibilite ebastine
    • Hypersensibilite emedastine
    • Hypersensibilite epinastine
    • Hypersensibilite famotidine
    • Hypersensibilite fenspiride
    • Hypersensibilite fexofenadine
    • Hypersensibilite flunarizine
    • Hypersensibilite fluphenazine
    • Hypersensibilite hydroxyzine
    • Hypersensibilite isothipendyl
    • Hypersensibilite ketotifene
    • Hypersensibilite levocabastine
    • Hypersensibilite levocetirizine
    • Hypersensibilite levomepromazine
    • Hypersensibilite loratadine
    • Hypersensibilite meclozine
    • Hypersensibilite mequitazine
    • Hypersensibilite mirtazapine
    • Hypersensibilite mizolastine
    • Hypersensibilite niaprazine
    • Hypersensibilite nizatidine
    • Hypersensibilite olanzapine
    • Hypersensibilite oxatomide
    • Hypersensibilite oxetorone
    • Hypersensibilite oxomemazine
    • Hypersensibilite periciazine
    • Hypersensibilite perphenazine
    • Hypersensibilite pheniramine
    • Hypersensibilite phenylalanine
    • Hypersensibilite phenyltoloxamine
    • Hypersensibilite pimexitene
    • Hypersensibilite pipotiazine
    • Hypersensibilite pizotifene
    • Hypersensibilite promethazine
    • Hypersensibilite quetiapine
    • Hypersensibilite ranitidine
    • Hypersensibilite roxatidine
    • Hypersensibilite rupatadine
    • Hypersensibilite triprolidine
  • Phenylcetonurie

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite fructose (intolerance)
    • Hypersensibilite sorbitol (intolerance)
  • Intolerance genetique au fructose

  • Nouveau-ne

  • Syndrome de malabsorption / intolerance digestive

    • Hypersensibilite fructose (intolerance)
    • Hypersensibilite sorbitol (intolerance)
  • Autre traitement en cours

    • Adulte de plus de 60 ans
    • Trt par ains
    • Ulcere gastroduodenal atcd personnel
  • Confusion mentale

  • Diabete autre

  • Diabete type i

  • Diabete type ii

  • Exposition a une temperature extreme

  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique severe maladie
  • Insuffisance renale chronique

  • Intolerance genetique au fructose

  • Nourrisson

  • Quel que soit le terrain

  • Regime hyposode strict

  • Sujet age

  • Type particulier de traitement

    • Administration en bolus iv rapide
  • Ulcere gastroduodenal

    • Ulcere gastrique
  • Autre traitement en cours

    • Adulte de plus de 60 ans
    • Trt par ains
    • Ulcere gastroduodenal atcd personnel
  • Diabete autre

  • Diabete type i

  • Diabete type ii

  • Exposition a une temperature extreme

  • Intolerance genetique au fructose

  • Nourrisson

  • Porphyrie hepatique

    • Porphyrie aigue intermittente
    • Porphyrie hepatique antecedent personnel
  • Quel que soit le terrain

  • Regime hyposode strict

  • Type particulier de traitement

    • Administration en bolus iv rapide
Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de azantac ?

SEVERE(S)
  • agranulocytose
  • anemie
  • anemie hemolytique
  • aplasie medullaire
  • bloc auriculo ventriculaire
  • bloc sino auriculaire
  • bradycardie
  • douleur oppression thoracique
  • hypoplasie medullaire
  • hypotension arterielle
  • leucopenie
  • pancytopenie
  • tachycardie
  • thrombocytopenie
MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • agitation
  • alat modification
  • alopecie
  • anaphylaxie
  • anxiete
  • asat modification
  • asthenie
  • atteinte hepatique
  • bilirubine modification
  • bronchospasme asthme
  • cauchemar
  • cephalee
  • choc anaphylactique
  • cholestase
  • confusion mentale
  • convulsion
  • depression
  • desorientation spatio temporelle
  • dyspnee
  • eosinophilie
  • eruption cutanee
  • erytheme
  • erytheme polymorphe
  • gamma gt modification
  • hallucination
  • hepatite
  • hyperamylasemie
  • hyperesthesie
  • hyperlipasemie
  • ictere
  • insomnie
  • lactico deshydrogenase modification
  • lyell syndrome
  • mouvement anormal
  • myoclonie
  • nervosite
  • nystagmus
  • oedeme
  • oedeme de quincke angioedeme
  • oedeme larynge aigu
  • pancreatite aigue
  • paresthesie
  • phosphatase alcaline modification
  • prurit
  • reaction allergique
  • somnolence diurne
  • toxidermie bulleuse pemphigus
  • tremblement
  • trouble onirique
  • urticaire
  • vascularite
  • vertige etourdissement
MODERE(S)
  • accommodation trouble
  • anorexie
  • arthralgie
  • constipation
  • crampe musculaire
  • diarrhee
  • distension abdominale
  • douleur abdominale
  • dyspepsie
  • eructation
  • fievre
  • flatulence meteorisme
  • galactorrhee
  • gynecomastie
  • hyperprolactinemie
  • impuissance
  • myalgie
  • nausee vomissement
  • secheresse buccale
  • tension mammaire
  • vision alteration
  • vision floue
MINEUR(S) OU MODERE(S)
  • atteinte renale
  • conscience trouble
  • deces mortalite
  • hypercreatininemie
  • nephrite interstitielle
  • neurotoxicite
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    AZANTAC INJECTABLE 50 mg/2 ml, solution injectable en ampoule

    5 ampoule(s) en verre de 2 ml

    • REMBOURSABLE : 15%
    • PRIX : 5,12
  • Illustration de la forme galénique

    AZANTAC 300 mg, comprimé effervescent

    tube(s) polypropylène dioxyde de titane de 14 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 15%
    • PRIX : 9,12
  • Illustration de la forme galénique

    AZANTAC 150 mg, comprimé effervescent

    tube(s) polypropylène dioxyde de titane de 30 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 15%
    • PRIX : 9,83
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de azantac ?

    • Adultes
    • En injection intramusculaire (IM) : 1 à 4 ampoules à 50 mg réparties sur le nycthémère.

    • En injection intraveineuse (IV) lente (au moins 2 minutes) après la dilution d'une ampoule à 50 mg dans 20 ml de solution injectable : 1 à 4 ampoules à 50 mg réparties sur le nycthémère.

    Si nécessaire, le relais doit être pris par les comprimés dès que possible. Les doses peuvent être augmentées dans les états hypersécrétoires (syndrome de Zollinger-Ellison).

    • Enfants (de 12 à 18 ans)

    En injection IV lente (au moins 2 minutes), après dilution d'une ampoule à 50 mg dans 20 ml de solution injectable : 1 à 4 ampoules à 50 mg réparties sur le nycthémère.

    • Adultes

    En perfusion IV, la posologie est de 0,125 à 0,250 mg/kg/heure.

    Si nécessaire, le relais sera pris par les comprimés dès que possible. Les doses peuvent être augmentées dans les états hypersécrétoires (syndrome de Zollinger-Ellison).

    • Patients âgés de 50 ans et plus

    Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques" - Populations spéciales de patients.

    • Insuffisants rénaux : Chez les patients ayant une insuffisance rénale (clairance de la créatine inférieure à 50 ml/min), il se produit une accumulation de ranitidine conduisant à une élévation des concentrations plasmatiques. Il est recommandé d'administrer des doses de 25 mg chez ces patients.
    • Enfants et nourrissons (de 6 mois à 11 ans)

    Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques" - Populations spéciales de patients.

    Ce médicament peut être administré en injection IV lente (au moins 2 minutes) avec un maximum de 50 mg toutes les 6 à 8 heures.

    • Traitement à court terme des ulcères gastriques ou duodénaux et traitement du reflux gastro-oesophagien

    Le traitement par voie intraveineuse chez l'enfant atteint de maladie ulcéreuse est indiqué uniquement lorsqu'un traitement par voie orale n'est pas possible.

    Pour le traitement à court terme des ulcères gastriques ou duodénaux et le traitement du reflux gastro-œsophagien chez l'enfant, ce médicament peut être administré à des doses qui se sont montrées efficaces chez l'adulte dans le traitement de ces pathologies et efficaces dans la diminution de la sécrétion acide chez l'enfant sévèrement atteint. La dose initiale (2,0 mg/kg ou 2,5 mg/kg avec un maximum de 50 mg) peut être administrée en injection intraveineuse lente sur 10 minutes, soit à l'aide d'une seringue électrique suivie d'un rinçage par 3 ml de sérum physiologique pendant 5 minutes, soit après dilution dans 20 ml de sérum physiologique. Un maintien du pH > 4 peut être atteint par perfusion intermittente de 1,5 mg/kg toutes les 6 à 8 heures. Le traitement peut également être administré de manière continue, à l'aide d'une dose de charge de 0,45 mg/kg suivie d'une perfusion continue de 0,15 mg/kg/heure.

    • Nouveau-nés (moins d'un mois)

    Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques" Populations spéciales de patients..