Besponsa (inotuzumab)

Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

  • Dosages

    1 mg

  • Formes galéniques

    poudre pour solution à diluer pour perfusion

  • Classe Thérapeutique

    L01XC - ANTICORPS MONOCLONAUX

Illustration indications

Indications - Quand utiliser besponsa ?

  • Monochimiotherapie

  • Dans les formes a cellules b

  • Dans les formes refractaires

  • Chez l'adulte

  • En cas de rechute

  • Avec chromosome philadelphie negatif

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de besponsa ?

  • Adulte jeune (15-17 ans)

  • Allaitement

  • Atteinte hepatique

    • Atteinte hepatique aigue
  • Cirrhose

  • Enfant

  • Hepatite

    • Hepatite en cours
  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite inotuzumab ozogamicin
  • Maladie veino occlusive hepatique

  • Mode d'administration particulier

    • Administration en bolus iv
    • Administration en bolus iv rapide
  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Grossesse

  • Adulte

    • Adulte de plus de 55 ans
  • Arythmie cardiaque

    • Espace qt allonge
  • Ascite

  • Atteinte hepatique

    • Atteinte hepatique antecedent personnel
    • Atteinte hepatique legere
    • Atteinte hepatique moderee
  • Atteinte voies biliaires

  • Autre traitement en cours

    • Trt par med augmentant intervalle qt
  • Femme en age de procreer

  • Fievre

  • Hepatite

    • Hepatite antecedent personnel
  • Hepatomegalie

  • Homme

  • Infection

    • Infection severe
  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique moderee maladie
    • Insuffisance hepatique severe maladie
  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale au stade terminal
  • Neutropenie

  • Prise ponderale

  • Quel que soit le terrain

  • Sujet age

  • Thrombopenie

  • Traitement anterieur

    • Trt par agent alkylant
    • Trt par medicament hepatotoxique
  • Trouble hydroelectrolytique

  • Tumeur

    • Masse tumorale importante
  • Adulte

    • Adulte de plus de 55 ans
  • Arythmie cardiaque

    • Espace qt allonge
  • Ascite

  • Atteinte hepatique

    • Atteinte hepatique antecedent personnel
    • Atteinte hepatique legere
    • Atteinte hepatique moderee
  • Atteinte voies biliaires

  • Autre traitement en cours

    • Trt par med augmentant intervalle qt
  • Femme en age de procreer

  • Fievre

  • Hepatite

    • Hepatite antecedent personnel
  • Hepatomegalie

  • Homme

  • Infection

    • Infection severe
  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique moderee maladie
    • Insuffisance hepatique severe maladie
  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale au stade terminal
  • Neutropenie

  • Prise ponderale

  • Quel que soit le terrain

  • Sujet age

  • Thrombopenie

  • Traitement anterieur

    • Trt par agent alkylant
    • Trt par medicament hepatotoxique
  • Trouble hydroelectrolytique

  • Tumeur

    • Masse tumorale importante
Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de besponsa ?

SEVERE(S)
  • aucun effet indesirable rapporte
  • cancer col uterus
  • cancer cutane
  • cancer de la prostate
  • cancer du poumon
  • cancer du sein
  • cancer larynx
  • carcinome basocellulaire
  • carcinome epidermoide cutane
  • deces mortalite
  • douleur tumorale
  • hodgkin maladie
  • leucemie aigue
  • lymphadenopathie
  • lymphome
  • lymphome hepatosplenique
  • melanome primitif
  • meningiome
  • myelome multiple
  • naevus
  • neoplasme
  • papillome cutane
  • syndrome lymphoproliferatif
  • syndrome myeloproliferatif
  • tumeur cutanee
  • tumeur maligne
MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • augmentation du risque infectieux
  • bronchite
  • candidose
  • candidose gastro intestinale
  • candidose vaginale
  • catheter infection
  • cellulite
  • cephalee
  • conjonctivite
  • cystite
  • douleur dentaire
  • enterite
  • fasciite
  • fievre
  • furonculose
  • gastrite
  • hepatite
  • infection a herpes virus
  • infection bacterienne
  • infection cutanee
  • infection dentaire
  • infection des voies respiratoires
  • infection fongique mycose
  • infection oculaire
  • infection parasitaire parasitose
  • infection pulmonaire
  • infection urinaire
  • infection virale
  • laryngite
  • leucoencephalopathie
  • meningite
  • meningite aseptique
  • meningite infectieuse
  • myalgie
  • ongles alteration
  • orgelet
  • otite
  • pharyngite
  • pneumonie
  • pneumopathie interstitielle diffuse
  • pustulose
  • rhinite
  • sepsis choc septique
  • septicemie
  • sinusite
  • stomatite
  • syndrome grippal
  • tuberculose secondaire
  • zona
MINEUR(S)
  • alat modification
  • anemie
  • anticorps apparition
  • aplasie medullaire
  • appetit perte
  • arythmie
  • asat modification
  • ascite
  • asthenie
  • atteinte hepatique
  • bilirubine modification
  • bouffee vasomotrice
  • constipation
  • diarrhee
  • distension abdominale
  • douleur abdominale
  • electrocardiogramme modification
  • epistaxis
  • flush
  • frisson
  • gamma gt modification
  • hemorragie cerebrale
  • hemorragie digestive
  • hepatomegalie
  • hyperamylasemie
  • hyperlipasemie
  • hyperuricemie
  • ictere
  • leucopenie
  • lymphopenie
  • lyse tumorale syndrome
  • nausee vomissement
  • neutropenie
  • pancreatite aigue
  • pancytopenie
  • phosphatase alcaline modification
  • reaction allergique
  • reaction locale au point dinjection
  • saignement gastrointestinal
  • saignement hemorragie
  • thrombocytopenie
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    BESPONSA 1 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion

    1 flacon(s) en verre brun de 1 mg

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de besponsa ?

    Inotuzumab ozogamicin doit être administré sous la surveillance et la responsabilité d'un médecin spécialisé dans l'administration de traitements anticancéreux et dans un service hospitalier.

    Chez les patients ayant des lymphoblastes circulants, un traitement cytoréducteur associant l'hydroxyurée, un corticoïde et/ou la vincristine jusqu'à l'obtention d'un taux de blastes périphériques < ou = 10000/mm3 est recommandé avant la première injection d'inotuzumab ozogamicin.

    Une prémédication par un corticoïde, un antipyrétique et un antihistaminique est recommandée avant chaque administration du traitement par inotuzumab ozogamicin (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Inotuzumab ozogamicin doit être reconstitué et dilué avant administration. Pour les instructions concernant la reconstitution et la dilution du médicament avant administration, Cf. la rubrique "Précautions particulières d'élimination et de manipulation".

    • Posologie

    L'administration d'inotuzumab ozogamicin se fait par cycle de 3 ou 4 semaines avec un maximum de 6 cycles.

    Les données ci-dessous résument les schémas posologiques recommandés.

    Pour le premier cycle, la dose totale recommandée d'inotuzumab ozogamicin chez tous les patients est de 1,8 mg/m2 par cycle, administrée en 3 doses réparties aux jours J1 (0,8 mg/m2), J8 (0,5 mg/m2) et J15 (0,5 mg/m2). La durée du cycle 1 est de 3 semaines, mais peut être étendue à 4 semaines si une rémission complète (RC) ou une rémission complète avec récupération hématologique incomplète (RCi) est obtenue, et/ou pour permettre la résolution d'une toxicité.

    Pour les cycles suivants, la dose totale recommandée d'inotuzumab ozogamicin est de 1,5 mg/m2 par cycle administrée en 3 doses réparties aux jours J1 (0,5 mg/m2), J8 (0,5 mg/m2) et J15 (0,5 mg/m2) si une RC/RCi est obtenue ou de 1,8 mg/m2 par cycle administré en 3 doses réparties aux jours J1 (0,8 mg/m2), J8 (0,5 mg/m2) et J15 (0,5 mg/m2) si une RC/RCi n'est pas obtenue. La durée des cycles suivants est de 4 semaines.

    Les patients doivent être surveillés durant la perfusion et pendant au moins 1 heure après la fin de la perfusion afin de déceler d'éventuelles réactions liées à la perfusion (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    La durée recommandée du traitement par inotuzumab ozogamicin est soit de 2 cycles, soit du nombre minimum de cycles nécessaire pour obtenir une RC ou une RCi (lorsque la RC ou la RCi n'est pas obtenue après 2 cycles) afin de réduire le risque de maladie veino-occlusive hépatique/syndrome d'obstruction sinusoïdale (MVO/SOS) (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Schéma posologique pour le cycle 1 et les cycles suivants en fonction de la réponse au traitement

    • Jour 1 . Schéma posologique pour le cycle 1 - Tous les patients .. Dose (mg/m2) (a) : 0,8 .. Durée du cycle : 21 jours (b) . Schéma posologique pour les cycles suivants en fonction de la réponse au traitement - RCc ou RCid obtenue .. Dose (mg/m2) (a) : 0,5 .. Durée du cycle : 28 jours (e) . Schéma posologique pour les cycles suivants en fonction de la réponse au traitement - RCc ou RCid non obtenue .. Dose (mg/m2) (a) : 0,8 .. Durée du cycle : 28 jours (e)

    • Jour 8 . Schéma posologique pour le cycle 1 - Tous les patients .. Dose (mg/m2) (a) : 0,5 .. Durée du cycle : 21 jours (b) . Schéma posologique pour les cycles suivants en fonction de la réponse au traitement - RCc ou RCid obtenue .. Dose (mg/m2) (a) : 0,5 .. Durée du cycle : 28 jours (e) . Schéma posologique pour les cycles suivants en fonction de la réponse au traitement - RCc ou RCid non obtenue .. Dose (mg/m2) (a) : 0,5 .. Durée du cycle : 28 jours (e)

    • Jour 15 . Schéma posologique pour le cycle 1 - Tous les patients .. Dose (mg/m2) (a) : 0,5 .. Durée du cycle : 21 jours (b) . Schéma posologique pour les cycles suivants en fonction de la réponse au traitement - RCc ou RCid obtenue .. Dose (mg/m2) (a) : 0,5 .. Durée du cycle : 28 jours (e) . Schéma posologique pour les cycles suivants en fonction de la réponse au traitement - RCc ou RCid non obtenue .. Dose (mg/m2) (a) : 0,5 .. Durée du cycle : 28 jours (e)

    RC : rémission complète ; RCi : rémission complète avec récupération hématologique incomplète

    (a) La dose est calculée en fonction de la surface corporelle du patient (m2). (b) Si une RC ou une RCi est obtenue, et/ou pour permettre la résolution d'une toxicité, la durée du cycle peut être étendue jusqu'à 28 jours par l'ajout d'un intervalle de 7 jours sans traitement à partir du jour 21. (c) Une RC est définie par un taux de blastes médullaires < 5 % avec absence de blastes leucémiques périphériques, récupération complète de la numération formule sanguine (plaquettes > ou =100 x 10 puissance 9/l et numération des neutrophiles NN > ou = 1 x 10 puissance 9/l) et disparition de toute atteinte extramédullaire. (d) Une RCi est définie par un taux de blastes médullaires < 5 % avec absence de blastes leucémiques périphériques, récupération incomplète de la numération formule sanguine (plaquettes <100 x 10 puissance 9/l et/ou NN <1 x 10 puissance 9/l) et disparition de toute atteinte extramédullaire. (e) Intervalle de 7 jours sans traitement à partir du jour 21.

    • Modifications de dose

    Une modification de dose d'inotuzumab ozogamicin peut être nécessaire en fonction de la tolérance et de la toxicité individuelle (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La gestion de certains effets indésirables peut nécessiter des interruptions de traitement et/ou des réductions de dose ou l'arrêt définitif du traitement par inotuzumab ozogamicin (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables"). En cas de réduction de dose due à une toxicité liée à inotuzumab ozogamicin, la dose ne doit pas être ré-augmentée par la suite.

    La prise en charge des évènements indésirables hématologiques et non hématologiques peut nécessiter des modifications de dose d'inotuzumab ozogamicin, conformément aux recommandations résumées dans les tableaux ci-dessous (Cf. données ci-dessous pour les toxicités hématologiques et pour les toxicités non hématologiques).

    En cas de neutropénie ou de thrombopénie survenant au cours d'un cycle de traitement (c'est-à-dire jour 8 et/ou jour 15), il n'est pas nécessaire d'interrompre le traitement par inotuzumab ozogamicin.

    En cas de toxicités non hématologiques survenant au cours d'un cycle de traitement (c'est-à-dire jour 8 et/ou jour 15), il est recommandé d'interrompre le traitement par inotuzumab ozogamicin.

    -> Modifications de dose dues à des toxicités hématologiques

    Avant l'initiation d'un traitement par inotuzumab ozogamicin :

    • Toxicité hématologique : PNN > ou = 1 x 10 puissance 9/l . Modification(s) de dose : Si la PNN diminue, interrompre le cycle suivant de traitement jusqu'à un retour de la PNN > ou = 1 x 10 puissance 9/l.

    • Toxicité hématologique : Numération plaquettaire > ou = 50 x 10 puissance 9/l (a) . Modification(s) de dose : Si la numération plaquettaire diminue, interrompre le cycle suivant de traitement jusqu'à un retour de la numération plaquettaire > ou = 50 x 10 puissance 9/l (a).

    • Toxicité hématologique : Si PNN <1 x 10 puissance 9/l et/ou numération plaquettaire <50 x 10 puissance 9/ l (a) . Modification(s) de dose : Si la PNN et/ou la numération plaquettaire diminuent, interrompre le cycle suivant de traitement jusqu'à la satisfaction d'au moins un des critères suivants :

    • Retour de la PNN et de la numération plaquettaire à minima aux valeurs initiales pour le cycle précédent, ou
    • Retour de la PNN > ou = 1 x 10 puissance 9/l et de la numération plaquettaire > ou = 50 x 10 puissance 9/l (a), ou
    • En cas de maladie stable ou en amélioration (sur la base d'un myélogramme récent) et si la PNN et la numération plaquettaire sont basses en raison de la maladie sous-jacente (toxicité considérée comme non liée à inotuzumab ozogamicin).

    PNN : Numération des Polynucléaire Neutrophiles

    (a) La numération plaquettaire évaluée pour déterminer si le traitement peut être administré doit être indépendante d'une transfusion sanguine.

    Modifications de ldose dues à des toxicités non hématologiques

    • Toxicité non hématologique :
      MVO/SOS ou autre toxicité hépatique sévère . Modification(s) de dose : Arrêter définitivement le traitement (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Toxicité non hématologique : Bilirubine totale >1,5 x LSN et ASAT/ALAT >2,5 x LSN . Modification(s) de dose : Interrompre l'administration du traitement jusqu'à un retour de la bilirubine totale à un taux < ou = 1,5 x LSN et des transaminases (ASAT/ALAT) à un taux < ou = 2,5 x LSN avant chaque dose, sauf si l'élévation est due à une maladie de Gilbert ou à une hémolyse. Arrêter définitivement le traitement si la bilirubine totale ne revient pas à un taux < ou = 1,5 x LSN ou si les transaminases (ASAT/ALAT) ne reviennent pas à un taux < ou = 2,5 x LSN (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Toxicité non hématologique : Réaction liée à la perfusion . Modification(s) de dose : Interrompre la perfusion et instaurer une prise en charge médicale appropriée. Selon la sévérité de la réaction liée à la perfusion, envisager l'interruption de la perfusion ou l'administration d'un traitement par corticoïdes et antihistaminiques. En cas de réaction à la perfusion sévère ou engageant le pronostic vital, arrêter définitivement le traitement (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Toxicité non hématologique : Toxicité non hématologique de grade > ou = 2 (a) (liée à inotuzumab ozogamicin) . Modification(s) de dose : Interrompre le traitement jusqu'à un retour à un grade 1 ou à la valeur de base (grade requis avant chaque dose).

    ALAT : alanine aminotransférase ; ASAT : aspartate aminotransférase ; MOV/SOS : maladie veino-occlusive/syndrome d'obstruction sinusoïdale ; LSN : limite supérieure de la normale

    (a) Grade de sévérité selon les critères communs de terminologie pour les événements indésirables (National Cancer Institute Common Terminology Criteria for Adverse Events NCI-CTCAE), version 3.0.

    Les données ci-dessous présentent les recommandations relatives à la modification de dose en fonction de la durée d'interruption de l'administration due à une toxicité.

    Modifications de dose en fonction de la durée d'interruption de l'administration due à une toxicité

    • Durée de l'interruption de l'administration due à une toxicité : <7 jours (au cours d'un cycle) . Modification(s) de dose : Différer la dose suivante (maintenir une période de 6 jours minimum entre deux doses).

    • Durée de l'interruption de l'administration due à une toxicité : > ou = 7 jours . Modification(s) de dose : Ne pas administrer la dose suivante telle que prévue dans le cycle.

    • Durée de l'interruption de l'administration due à une toxicité : > ou = 14 jours . Modification(s) de dose : Dès récupération des paramètres, reprise du traitement possible en diminuant la dose à administrer de 25 % pour le cycle suivant. Si une nouvelle modification de dose est nécessaire, réduire alors le nombre de doses à 2 par cycle pour les cycles suivants. Si une diminution de 25 % de la dose administrée suivie d'une diminution à 2 doses par cycle n'est pas tolérée, arrêter définitivement le traitement.

    • Durée de l'interruption de l'administration due à une toxicité : >28 jours . Modification(s) de dose : Envisager l'arrêt définitif du traitement.

    • Patients âgés

    Aucune adaptation de la posologie initiale n'est requise en fonction de l'âge (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Insuffisance hépatique

    Aucune adaptation de la posologie initiale d'inotuzumab ozogamicin n'est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance hépatique définie par un taux de bilirubine totale < ou = 1,5 x la limite supérieure de la normale (LSN) et un taux d'aspartate aminotransférase (ASAT)/alanine aminotransférase (ALAT) < ou = 2,5 x LSN (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Les informations de tolérance chez les patients présentant un taux de bilirubine totale >1,5 x LSN et un taux de transaminases ASAT/ALAT >2,5 x LSN avant l'administration sont limitées. Interrompre l'administration jusqu'à un retour de la bilirubine totale à un taux < ou = 1,5 x LSN et des transaminases ASAT/ALAT à un taux < ou = 2,5 x LSN, avant chaque dose, sauf en cas de maladie de Gilbert ou d'une hémolyse. Arrêter définitivement le traitement si la bilirubine totale ne revient pas à un taux < ou = 1,5 x LSN ou les transaminases ASAT/ALAT à un taux < ou = 2,5 x LSN (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Insuffisance rénale

    Aucune adaptation de la posologie initiale d'inotuzumab ozogamicin n'est requise chez les patients présentant une insuffisance rénale légère, modérée ou sévère (clairance de la créatinine ClCr respectivement à 60-89 ml/min, 30-59 ml/min ou 15-29 ml/min) (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Population pédiatrique

    La sécurité et l'efficacité d'inotuzumab ozogamicin dans la population pédiatrique (< 18 ans) n'ont pas encore été établies.

    Ce médicament doit être administré sous la supervision d'un médecin expérimenté dans l'utilisation de chimiothérapies et dans un environnement où tous les appareils de réanimation sont immédiatement accessibles.

    Lorsque l'utilisation de ce médicament est envisagée comme traitement de la LAL à précurseurs B en rechute ou réfractaire, il est nécessaire de valider une expression positive du CD22 initiale > 0 % à l'aide d'un test validé et sensible avant d'instaurer le traitement (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    Pour les patients présentant des lymphoblastes circulants, une cytoréduction associant hydroxyurée, stéroïdes et/ou vincristine permettant d'atteindre une numération des blastes périphériques < ou = 10 000/mm3 est recommandée avant l'administration de la première dose.

    Avant l'administration du traitement, une prémédication à base de corticostéroïdes, d'antipyrétiques et d'antihistaminiques est recommandée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Pour les patients ayant une masse tumorale importante, une prémédication visant à réduire les taux d'acide urique et une hydratation adéquate sont recommandées avant l'administration du traitement (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Les patients doivent faire l'objet d'une surveillance pendant la perfusion et pendant encore, à minima, 1 heure après la fin de celle-ci, afin de détecter tous symptômes de réactions liées à la perfusion (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Posologie

    L'administration de ce médicament doit être effectuée par cycles de 3 à 4 semaines.

    Pour les patients éligibles à une greffe de cellules souches hématopoïétiques (GCSH), la durée de traitement recommandée est de 2 cycles. Un troisième cycle peut être envisagé pour les patients n'obtenant ni une rémission complète (RC) ni une rémission complète avec récupération hématologique partielle (RCh) avec une négativité de la maladie résiduelle minimale (MRD) après 2 cycles (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Pour les patients non éligibles à une GCSH, 6 cycles au maximum, peuvent être administrés. Tout patient n'obtenant pas de RC/RCh au cours de 3 cycles doit interrompre le traitement.

    Les données1 présentent les schémas posologiques recommandés.

    Pour le premier cycle, la dose totale recommandée de ce médicament est de 1,8 mg/m2 par cycle pour tous les patients, administrée en 3 doses fractionnées les jours J1 (0,8 mg/m2), J8 (0,5 mg/m2) et J15 (0,5 mg/m2). Le Cycle 1 s'étend sur 3 semaines mais cette durée peut être étendue à 4 semaines si le patient obtient une RC ou une RCh, et/ou pour permettre une résolution d'une toxicité.

    Pour les cycles suivants, la dose totale recommandée de ce médicament est de 1,5 mg/m2 par cycle, administrée en 3 doses fractionnées les jours J1 (0,5 mg/m2), J8 (0,5 mg/m2) et J15 (0,5 mg/m2) pour les patients obtenant une RC/RCh ; ou de 1,8 mg/m2 par cycle, administrée en 3 doses fractionnées aux jours J1 (0,8 mg/m2), J8 (0,5 mg/m2) et J15 (0,5 mg/m2) pour les patients n'obtenant pas une RC/RCh. Les cycles suivants durent 4 semaines.

    Schéma posologique pour le Cycle 1 et les cycles suivants en fonction de la réponse au traitement

    Schéma posologique pour le Cycle 1

    Tous les patients :

    • Dose (mg/m2) . Jour 1 : 0,8 . Jour 8 (a) : 0,5 . Jour 15 (a) : 0,5

    • Durée du cycle : 21 jours (b)

    Schéma posologique pour les cycles suivants en fonction de la réponse au traitement

    Patients ayant obtenu une RC (c) ou une RCh (d) :

    • Dose (mg/m2) . Jour 1 : 0,5 . Jour 8 (a) : 0,5 . Jour 15 (a) : 0,5

    • Durée du cycle : 28 jours (e)

    Patients n'ayant pas obtenu une RC (c) ou une RCh (d) :

    • Dose (mg/m2) . Jour 1 : 0,8 . Jour 8 (a) : 0,5 . Jour 15 (a) : 0,5

    • Durée du cycle : 28 jours (e) :

    Abréviations : NAN = numération absolue des neutrophiles ; RC = rémission complète ; RCh = rémission complète avec récupération hématologique partielle.

    (a) +/- 2 jours (respecter un intervalle d'au moins 6 jours entre les doses). (b) Pour les patients obtenant une RC/RCh, et/ou pour permettre une résolution de la toxicité, la durée du cycle peut être étendue jusqu'à 28 jours (c.-à-d., un intervalle sans traitement de 7 jours débutant le Jour 21). (c) La RC est définie comme < 5 % de blastes médullaires et l'absence de blastes leucémiques dans le sang périphérique, la récupération complète des numérations sanguines périphériques (plaquettes > ou = 100 × 10 puissance 9/l et NAN > ou = 1 × 10 puissance 9/l) et la résolution de toutes les atteintes extramédullaires. (d) La RCh est définie comme < 5 % de blastes médullaires et l'absence de blastes leucémiques dans le sangpériphérique, la récupération incomplète des numérations sanguines périphériques (plaquettes < 100 × 10 puissance 9/l et/ou NAN < 1 × 10 puissance 9/l) et la résolution de toutes les atteintes extramédullaires. (e) Intervalle sans traitement de 7 jours débutant le Jour 21.

    • Adaptations posologiques

    Une adaptation posologique de ce médicament peut être requise en fonction de la sécurité et de la tolérance individuelles (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La prise en charge de certains effets indésirables peut nécessiter d'interrompre l'administration de la dose et/ou de réduire la posologie, ou d'arrêter définitivement le traitement par ce médicament (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables"). Si la dose est réduite en raison d'une toxicité liée au traitement par ce médicament, elle ne doit pas être augmentée à nouveau.

    Les données 2 et 3 présentent les recommandations d'adaptations posologiques en cas de toxicités hématologiques et non hématologiques, respectivement. En cas de neutropénie ou de thrombopénie, il n'est pas nécessaire d'interrompre l'administration des doses de ce médicament au cours d'un cycle de traitement (c.-à-d., Jours 8 et/ou 15). Cependant, en cas de toxicités non hématologiques, il est recommandé d'interrompre l'administration du traitement au cours d'un cycle.

    Données 2. Adaptations posologiques en cas de toxicités hématologiques au début d'un cycle de traitement (Jour 1)

    • Toxicité hématologique : . Toxicité et adaptation(s) posologique(s) :

    Taux avant le traitement par ce médicament :

    • Toxicité hématologique : la NAN était > ou = 1 × 10 puissance 9/l . Toxicité et adaptation(s) posologique(s) : Si la NAN diminue, interrompre le prochain cycle de traitement jusqu'à la restauration d'une NAN > ou = 1 × 10 puissance 9/l.

    • Toxicité hématologique : la numération plaquettaire était > ou = 50 × 10 puissance 9/l (a) . Toxicité et adaptation(s) posologique(s) : Si la numération plaquettaire diminue, interrompre le prochain cycle de traitement jusqu'à la restauration d'une numération plaquettaire > ou = 50 × 10 puissance 9/l (a).

    • Toxicité hématologique : la NAN était < 1 × 10 puissance 9/l et/ou la numération plaquettaire était < 50 × 10 puissance 9/l (a) . Toxicité et adaptation(s) posologique(s) : Si la NAN et/ou la numération plaquettaire diminue, interrompre le prochain cycle de traitement jusqu'à l'obtention d'au moins un des critères suivants : .. récupération de la NAN et d'une numération plaquettaireà l'égal à minima du cycle précedent , ou .. récupération d'uneNAN > ou = 1 × 10 puissance 9/l et d'une numération plaquettaire > ou = 50 × 10 puissance 9/la, ou .. stabilisation ou amélioration de la maladie (selon l'évaluation médullaire la plus récente) et diminution de la NAN et de la numération plaquettaire considérée comme étant due à la maladie sous-jacente (non considérée comme une toxicité liée au traitement par ce médicament).

    Abréviation : NAN = numération absolue des neutrophiles

    (a) La numération plaquettaire utilisée pour l'administration doit être indépendante de celle utilisée pour la transfusion sanguine.

    Données 3. Adaptations posologiques en cas de toxicités non hématologiques à tout moment au cours du traitement

    • Toxicité non hématologique : MVO/SOS ou autre toxicité hépatique sévère . Adaptation(s) posologique(s) : Arrêter définitivement le traitement (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Toxicité non hématologique : Taux de bilirubine totale > 1,5 × LSN et taux d'ASAT/ALAT > 2,5 × LSN . Adaptation(s) posologique(s) : Interrompre l'administration du traitement jusqu'à récupération d'un taux de bilirubine totale < ou = 1,5 × LSN et d'un taux d'ASAT/ALAT < ou = 2,5 × LSN avant chaque dose, excepté en cas de maladie de Gilbert ou d'hémolyse. Arrêter définitivement le traitement si le taux de bilirubine totale n'est pas rétabli à < ou = 1,5 × LSN ou si le taux d'ASAT/ALAT n'est pas rétabli à < ou = 2,5 × LSN (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Toxicité non hématologique : Réactions liées à la perfusion . Adaptation(s) posologique(s) : Interrompre la perfusion et instaurer une prise en charge médicale appropriée. En fonction de la sévérité de la réaction liée à la perfusion, une interruption de la perfusion ou l'administration de stéroïdes et d'antihistaminiques peut être envisagée. En cas de réactions liées à la perfusion sévères ou menaçant le pronostic vital, le traitement doit être arrêté définitivement (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Toxicité non hématologique : Toxicité non hématologique de grade > ou = 2 (a) (liée au traitement par ce médicament) . Adaptation(s) posologique(s) : Interrompre le traitement jusqu'à rétablissement d'un grade 1 ou du grade observé avant l'instauration du traitement, avant chaque dose.

    Abréviations : ALAT = alanine aminotransférase ; ASAT = aspartate aminotransférase ; LSN = limite supérieure de la normale ; MVO/SOS = maladie veino-occlusive/syndrome d'obstruction sinusoïdale.

    (a) Grade de sévérité selon la classification du National Cancer Institute Common Terminology Criteria for Adverse Events (CTCAE) version 3.0.

    Les donnnées 4 présentent les recommandations relatives aux adaptations posologiques en fonction de la durée d'interruption des administrations due à une toxicité.

    Données 4. Adaptations posologiques en fonction de la durée d'interruption des administrations due à une toxicité

    • Durée d'interruption des administrations due à une toxicité : < 7 jours (au cours d'un cycle) . Adaptation(s) posologique(s) : Interrompre la dose suivante (respecter un intervalle d'au moins 6 jours entre les doses).

    • Durée d'interruption des administrations due à une toxicité : > ou = 7 jours . Adaptation(s) posologique(s) : Omettre la prochaine dose comprise dans le cycle.

    • Durée d'interruption des administrations due à une toxicité : > ou = 14 jours . Adaptation(s) posologique(s) : Après l'obtention d'une restauration adéquate, une diminution de la dose totale de 25 % doit être effectuée pour le cycle suivant. Si une autre adaptation posologique est nécessaire, le nombre de doses doit être réduit à 2 par cycle pour les cycles suivants. Si une diminution de 25 % de la dose totale suivie d'une diminution à 2 doses par cycle n'est pas tolérée, le traitement doit être arrêté définitivement.

    • Durée d'interruption des administrations due à une toxicité : > 28 jours . Adaptation(s) posologique(s) : Envisager l'arrêt définitif de ce médicament.

    • Populations particulières
    • Personnes âgées Aucune adaptation de la dose initiale n'est requise en fonction de l'âge (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Insuffisance hépatique Aucun ajustement de la dose initiale n'est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance hépatique définie par un taux de bilirubine totale < ou = 1,5 × limite supérieure de la normale (LSN) et des taux d'aspartate aminotransférase (ASAT)/d'alanine aminotransférase (ALAT) < ou = 2,5 × LSN (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Les informations de sécurité disponibles chez les patients présentant un taux de bilirubine totale > 1,5 × LSN et des taux d'ASAT/ALAT > 2,5 × LSN avant l'administration du traitement sont limitées. Interrompre l'administration du traitement jusqu'à récupération d'un taux de bilirubine totale < ou = 1,5 × LSN et d'un taux d'ASAT/ALAT < ou = 2,5 × LSN avant chaque dose, excepté en cas de maladie de Gilbert ou d'hémolyse. Arrêter définitivement le traitement si le taux de bilirubine totale n'est pas rétabli à < ou = 1,5 × LSN ou si le taux d'ASAT/ALAT n'est pas rétabli à < ou = 2,5 × LSN (Cf. données 3 et rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Insuffisance rénale Aucun ajustement de la dose initiale n'est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale légère, modérée ou sévère (clairance de la créatinine ClCr 60 – 89 ml/min, 30 – 59 ml/min ou 15 – 29 ml/min, respectivement) (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). La sécurité et l'efficacité de ce médicament n'ont pas été étudiées chez les patients présentant une insuffisance rénale terminale (IRT).

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de ce médicament dans les enfants (âgés de 0 à 18 ans) n'ont pas été établies. Pas de données disponibles.