Blincyto (blinatumomab)

Découvrez Posos 🎉

L’outil d’aide à la prescription simple et personnalisé qui vous aide à prendre la meilleure décision.

  • Identifier une posologie complexe
  • Limiter la iatrogénie
  • Vérifier les contre-indications
  • Trouver un équivalent thérapeutique
Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

    Blinatumomab

  • Dosages

    38,5 microgrammes

  • Formes galéniques

    poudre à diluer à diluer et solution pour solution pour solution

  • Classe Thérapeutique

    L01XC - ANTICORPS MONOCLONAUX

Illustration indications

Indications - Quand utiliser blincyto ?

  • Monochimiotherapie

  • En monotherapie

  • Chez l'adulte

  • Dans les formes a cellules b

  • Avec chromosome philadelphie negatif

  • En cas de rechute

  • Dans les formes refractaires

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de blincyto ?

  • Allaitement

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite blinatumomab
  • Nourrisson

    • Nourrisson de moins de 12 mois
  • Nouveau-ne

  • Autre traitement en cours

    • Trt par vaccin viral vivant
  • Grossesse

  • Vaccination

    • Vaccination par vaccins vivants
  • Accident vasculaire cerebral

  • Alteration de l'etat general

    • Score ecog > ou egal a 2
  • Asthenie

  • Atteinte hepatique

  • Cephalee

  • Confusion mentale

  • Convulsions

  • Demence

  • Dysesthesie

  • Encephalopathie

  • Epilepsie

  • Etat de conscience alteration

  • Femme en age de procreer

  • Fievre

  • Hypotension arterielle

  • Infection

    • Infection non controlee
    • Infection suspectee
  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique severe maladie
  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale moderee
  • Leucocytose

  • Nausees vomissements

  • Neutropenie

  • Pancreatite

  • Paresie

  • Paresthesie

  • Parkinson maladie

  • Pathologie cerebrale

    • Pathologie cerebrale severe
  • Quel que soit le terrain

  • Sujet age

  • Syndrome de fuite capillaire

  • Traitement anterieur

    • Irradiation cranienne
    • Trt par cytarabine
    • Trt par methotrexate a forte dose
  • Tremblement

  • Trouble de la memoire

  • Trouble du systeme nerveux central

    • Trouble systeme nerveux central severe
  • Trouble neurologique

    • Trouble neurologique atcd personnel
  • Trouble psychotique / psychose

  • Tumeur

    • Masse tumorale importante
  • Vertige

  • Accident vasculaire cerebral

  • Alteration de l'etat general

    • Score ecog > ou egal a 2
  • Asthenie

  • Atteinte hepatique

  • Cephalee

  • Confusion mentale

  • Convulsions

  • Demence

  • Dysesthesie

  • Encephalopathie

  • Epilepsie

  • Etat de conscience alteration

  • Femme en age de procreer

  • Fievre

  • Hypotension arterielle

  • Infection

    • Infection non controlee
    • Infection suspectee
  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique severe maladie
  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale moderee
  • Leucocytose

  • Nausees vomissements

  • Neutropenie

  • Pancreatite

  • Paresie

  • Paresthesie

  • Parkinson maladie

  • Pathologie cerebrale

    • Pathologie cerebrale severe
  • Quel que soit le terrain

  • Sujet age

  • Syndrome de fuite capillaire

  • Traitement anterieur

    • Irradiation cranienne
    • Trt par cytarabine
    • Trt par methotrexate a forte dose
  • Tremblement

  • Trouble de la memoire

  • Trouble du systeme nerveux central

    • Trouble systeme nerveux central severe
  • Trouble neurologique

    • Trouble neurologique atcd personnel
  • Trouble psychotique / psychose

  • Tumeur

    • Masse tumorale importante
  • Vertige

Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de blincyto ?

SEVERE(S)
  • cancer col uterus
  • cancer cutane
  • cancer de la prostate
  • cancer du poumon
  • cancer du sein
  • cancer larynx
  • carcinome basocellulaire
  • carcinome epidermoide cutane
  • deces mortalite
  • douleur tumorale
  • hodgkin maladie
  • leucemie aigue
  • lymphadenopathie
  • lymphome
  • lymphome hepatosplenique
  • melanome primitif
  • meningiome
  • myelome multiple
  • naevus
  • neoplasme
  • papillome cutane
  • syndrome lymphoproliferatif
  • syndrome myeloproliferatif
  • tumeur cutanee
  • tumeur maligne
MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • augmentation du risque infectieux
  • bronchite
  • candidose
  • candidose gastro intestinale
  • candidose vaginale
  • catheter infection
  • cellulite
  • cephalee
  • conjonctivite
  • cystite
  • douleur dentaire
  • enterite
  • fasciite
  • fievre
  • furonculose
  • gastrite
  • hepatite
  • infection a herpes virus
  • infection bacterienne
  • infection cutanee
  • infection dentaire
  • infection des voies respiratoires
  • infection fongique mycose
  • infection oculaire
  • infection parasitaire parasitose
  • infection pulmonaire
  • infection urinaire
  • infection virale
  • laryngite
  • leucoencephalopathie
  • meningite
  • meningite aseptique
  • meningite infectieuse
  • myalgie
  • ongles alteration
  • orgelet
  • otite
  • pharyngite
  • pneumonie
  • pneumopathie interstitielle diffuse
  • pustulose
  • rhinite
  • sepsis choc septique
  • septicemie
  • sinusite
  • stomatite
  • syndrome grippal
  • tuberculose secondaire
  • zona
MODERE(S)
  • hypoglobulinemie
  • immunoglobuline modification
  • syndrome relargage cytokines
MINEUR(S)
  • alat modification
  • anemie
  • anticorps apparition
  • aphasie
  • asat modification
  • asthenie
  • ataxie
  • bilirubine modification
  • bouffee vasomotrice
  • confusion mentale
  • constipation
  • convulsion
  • defaillance multiviscerale
  • desorientation spatio temporelle
  • diarrhee
  • dorsalgie
  • douleur abdominale
  • douleur des extremites
  • douleur oppression thoracique
  • douleur osseuse
  • dysarthrie parole difficulte
  • dyspnee
  • encephalopathie
  • eruption cutanee
  • eruption maculo papuleuse
  • erytheme
  • flush
  • frisson
  • gamma gt modification
  • hyperamylasemie
  • hyperleucocytose
  • hyperlipasemie
  • hypertension arterielle
  • hypoesthesie
  • hypotension arterielle
  • hypoxie
  • insomnie
  • insuffisance cardiaque
  • insuffisance respiratoire
  • leucopenie
  • lymphopenie
  • lyse tumorale syndrome
  • memoire trouble
  • nausee vomissement
  • neutropenie
  • oedeme
  • oedeme facial
  • oedeme peripherique
  • pancreatite aigue
  • paresthesie
  • phosphatase alcaline modification
  • prurit
  • reaction allergique
  • respiration trouble
  • sifflement pulmonaire
  • somnolence diurne
  • syndrome de fuite capillaire
  • tachycardie
  • thrombocytopenie
  • toux
  • tremblement
  • trouble cognitif
  • vertige etourdissement
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    BLINCYTO 38,5 microgrammes, poudre pour solution à diluer et solution pour solution pour perfusion

    1 flacon(s) en verre - 1 flacon(s) en verre de 10 ml

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de blincyto ?

    Le traitement doit être instauré et surveillé par un médecin expérimenté dans le traitement des hémopathies malignes.

    Pour le traitement de la LAL à précurseurs B avec chromosome Philadelphie négatif en rechute ou réfractaire, l'hospitalisation est recommandée pour l'instauration du traitement au minimum pendant les 9 premiers jours du premier cycle et les 2 premiers jours du deuxième cycle.

    Chez les patients présentant ou ayant des antécédents d'atteinte du système nerveux central (SNC) cliniquement significative (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"), l'hospitalisation est recommandée au minimum pendant les 14 premiers jours du premier cycle. Lors du second cycle, l'hospitalisation est recommandée au minimum pendant 2 jours et l'évaluation clinique doit être basée sur la tolérance à ce médicament lors du premier cycle. Une attention particulière doit être exercée, car des cas d'apparition tardive de premiers événements neurologiques ont été observés.

    Pour toutes les initiations des cycles ultérieurs et les reprises de traitement (par exemple si le traitement a été interrompu pendant 4 heures ou plus), la surveillance par un professionnel de santé ou une hospitalisation est recommandée.

    Les poches à perfusion de ce médicament doivent être préparées pour une perfusion d'une durée de 24 heures, 48 heures, 72 heures ou 96 heures. Cf. "mode d'administration".

    • Posologie

    -> LAL à précurseurs B avec chromosome Philadelphie négatif en rechute ou réfractaire

    Les patients peuvent recevoir 2 cycles de traitement. Un cycle de traitement est constitué de 28 jours (4 semaines) de perfusion continue. Chaque cycle de traitement est séparé par une période de repos sans traitement de 14 jours (2 semaines).

    Les patients qui ont obtenu une rémission complète (RC/RCh*) après 2 cycles de traitement peuvent recevoir jusqu'à 3 cycles supplémentaires de traitement de consolidation par ce médicament, sur la base d'une évaluation individuelle du rapport bénéfice/risque.

    La dose journalière recommandée est calculée en fonction du poids du patient.

    Les patients pesant 45 kg ou plus reçoivent une dose fixe.

    • Poids du patient : Supérieur ou égal à 45 kg (dose fixe) . Cycle 1 - Jours 1 à 7 : 9 micro-grammes/jour en perfusion continue . Cycle 1 - Jours 8 à 28 : 28 micro-grammes/jour en perfusion continue . Cycle 1 - Jours 29 à 42 : Période de repos sans traitement de 14 jours . Cycles ultérieurs - Jours 1 à 28 : 28 micro-grammes/jour en perfusion continue . Cycles ultérieurs - Jours 29 à 42 : Période de repos sans traitement de 14 jours

    • Recommandations concernant la prémédication et les traitements additionnels Chez les patients adultes, une injection par voie intraveineuse de 20 mg de dexaméthasone doit être administrée 1 heure avant le début de chaque cycle de traitement par ce médicament.

    Chez les patients pédiatriques, une dose de 10 mg/m2 (sans dépasser 20 mg) de dexaméthasone doit être administrée par voie orale ou intraveineuse 6 à 12 heures avant le début du traitement par ce médicament (cycle 1, jour 1). Une dose de 5 mg/m2 de dexaméthasone doit ensuite être administrée par voie orale ou intraveineuse dans les 30 minutes précédant le début du traitement par ce médicament (cycle 1, jour 1).

    L'utilisation d'un antipyrétique (par exemple paracétamol) est recommandée pour diminuer la fièvre pendant les 48 premières heures de chaque cycle de traitement.

    Une chimioprophylaxie intrathécale est recommandée avant et pendant le traitement par ce médicament pour prévenir une rechute neuro-méningée de la LAL.

    • Traitement de pré-phase chez les patients ayant une charge tumorale élevée Chez les patients ayant un taux de blastes leucémiques médullaires > ou = 50 % ou un taux de blastes leucémiques dans le sang périphérique > 15 000/microlitre, traiter par la dexaméthasone (sans dépasser 24 mg/jour).
    • Adaptations posologiques

    Pour les patients présentant une LAL à précurseurs B avec chromosome Philadelphie négatif en rechute ou réfractaire recevant ce médicament, l'arrêt temporaire ou définitif, le cas échéant, du traitement par ce médicament doit être envisagé en cas de survenue des toxicités sévères (grade 3) ou engageant le pronostic vital (grade 4) suivantes (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi") : syndrome de relargage de cytokines, syndrome de lyse tumorale, toxicité neurologique, élévation des enzymes hépatiques et toutes autres toxicités cliniquement pertinentes.

    Si l'interruption du traitement après un événement indésirable n'excède pas 7 jours, poursuivre le même cycle jusqu'à un total de 28 jours de perfusion en incluant les jours avant et après l'interruption de ce cycle. Si le traitement est interrompu pendant plus de 7 jours en raison d'un événement indésirable, démarrer un nouveau cycle. Si la toxicité n'est pas résolue en 14 jours, arrêter définitivement le traitement par ce médicament, à l'exception des cas décrits différemment ci-dessous.

    • Toxicité : Syndrome de relargage de cytokines, syndrome de lyse tumorale . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à résolution, puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 9 microgrammes/jour. Augmenter à 28 micro-grammes/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas.

    • Toxicité : Syndrome de relargage de cytokines, syndrome de lyse tumorale . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Arrêter définitivement le traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Toxicité neurologique . Grade (*) : Convulsions . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Arrêter définitivement le traitement par ce médicament en cas de survenue de plus d'une série de convulsions.

    • Toxicité : Toxicité neurologique . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à ce que la toxicité soit de grade < ou = 1 (légère) pendant au moins 3 jours, puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 9 microgrammes/jour. Augmenter à 28 micro-grammes/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas. Pour la reprise du traitement, réaliser une prémédication avec une dose de 24 mg de dexaméthasone. Ensuite réduire la dexaméthasone par étapes sur 4 jours. Si la toxicité est survenue à la dose de 9 microgrammes/jour ou si elle n'est pas résolue en 7 jours, arrêter définitivement le traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Toxicité neurologique . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Arrêter définitivement le traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Élévation des enzymes hépatiques . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Si cliniquement pertinent, interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à ce que la toxicité soit de grade < ou = 1 (légère), puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 9 microgrammes/jour. Augmenter à 28 micro-grammes/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas.

    • Toxicité : Élévation des enzymes hépatiques . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Envisager l'arrêt définitif du traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Autres effets indésirables cliniquement pertinents (selon l'appréciation du médecin traitant) . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à ce que la toxicité soit de grade < ou = 1 (légère), puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 9 microgrammes/jour. Augmenter à 28 micro-grammes/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas.

    • Toxicité : Autres effets indésirables cliniquement pertinents (selon l'appréciation du médecin traitant) . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Envisager l'arrêt définitif du traitement par ce médicament.

    (*) D'après les critères de terminologie communs pour les événements indésirables (CTCAE) version 4.0 du National Cancer Institute (NCI). Grade 3 = effet indésirable sévère et grade 4 = effet indésirable engageant le pronostic vital.

    • Populations particulières
    • Patients âgés Aucune adaptation posologique n'est nécessaire chez les patients âgés (> ou = 65 ans), Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques". L'expérience avec ce médicament chez les patients > ou = 75 ans est limitée.

    • Insuffisance rénale D'après les données de pharmacocinétique, une adaptation posologique n'est pas nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). La sécurité et l'efficacité de ce médicament n'ont pas été étudiées chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère.

    • Insuffisance hépatique D'après les données de pharmacocinétique, aucun effet de la fonction hépatique initiale sur l'exposition au blinatumomab n'est attendu et une adaptation de la dose initiale n'est pas nécessaire (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). La sécurité et l'efficacité de ce médicament n'ont pas été étudiées chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère.

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de ce médicament chez les enfants âgés de moins de 1 an n'ont pas encore été établies. Aucune donnée n'est disponible pour les enfants âgés de moins de 7 mois. Les données actuellement disponibles chez l'enfant sont décrites aux rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacodynamiques".

    Le traitement doit être instauré et surveillé par un médecin expérimenté dans le traitement des hémopathies malignes.

    Pour le traitement de la LAL à précurseurs B avec chromosome Philadelphie négatif en rechute ou réfractaire, l'hospitalisation est recommandée pour l'instauration du traitement au minimum pendant les 9 premiers jours du premier cycle et les 2 premiers jours du deuxième cycle.

    Chez les patients présentant ou ayant des antécédents d'atteinte du système nerveux central (SNC) cliniquement significative (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"), l'hospitalisation est recommandée au minimum pendant les 14 premiers jours du premier cycle. Lors du second cycle, l'hospitalisation est recommandée au minimum pendant 2 jours et l'évaluation clinique doit être basée sur la tolérance à ce médicament lors du premier cycle. Une attention particulière doit être exercée, car des cas d'apparition tardive de premiers événements neurologiques ont été observés.

    Pour toutes les initiations des cycles ultérieurs et les reprises de traitement (par exemple si le traitement a été interrompu pendant 4 heures ou plus), la surveillance par un professionnel de santé ou une hospitalisation est recommandée.

    Les poches à perfusion de ce médicament doivent être préparées pour une perfusion d'une durée de 24 heures, 48 heures, 72 heures ou 96 heures. Cf. "mode d'administration".

    • Posologie

    -> LAL à précurseurs B avec chromosome Philadelphie négatif en rechute ou réfractaire

    Les patients peuvent recevoir 2 cycles de traitement. Un cycle de traitement est constitué de 28 jours (4 semaines) de perfusion continue. Chaque cycle de traitement est séparé par une période de repos sans traitement de 14 jours (2 semaines).

    Les patients qui ont obtenu une rémission complète (RC/RCh*) après 2 cycles de traitement peuvent recevoir jusqu'à 3 cycles supplémentaires de traitement de consolidation par ce médicament, sur la base d'une évaluation individuelle du rapport bénéfice/risque.

    La dose journalière recommandée est calculée en fonction du poids du patient.

    Les patients pesant moins de 45 kg, la dose est calculée en fonction de la surface corporelle (SC).

    • Poids du patient : Inférieur à 45 kg (dose en fonction de la SC) . Cycle 1 - Jours 1 à 7 : 5 micro-grammes/m2/ jour en perfusion continue (sans dépasser 9 microgrammes/jour) . Cycle 1 - Jours 8 à 28 : 15 micro-grammes/m2/jour en perfusion continue (sans dépasser 28 microgrammes/jour) . Cycle 1 - Jours 29 à 42 : Période de repos sans traitement de 14 jours . Cycles ultérieurs - Jours 1 à 28 : 15 micro-grammes/m2/jour en perfusion continue (sans dépasser 28 microgrammes/jour) . Cycles ultérieurs - Jours 29 à 42 : Période de repos sans traitement de 14 jours

    • Recommandations concernant la prémédication et les traitements additionnels Chez les patients adultes, une injection par voie intraveineuse de 20 mg de dexaméthasone doit être administrée 1 heure avant le début de chaque cycle de traitement par ce médicament.

    Chez les patients pédiatriques, une dose de 10 mg/m2 (sans dépasser 20 mg) de dexaméthasone doit être administrée par voie orale ou intraveineuse 6 à 12 heures avant le début du traitement par ce médicament (cycle 1, jour 1). Une dose de 5 mg/m2 de dexaméthasone doit ensuite être administrée par voie orale ou intraveineuse dans les 30 minutes précédant le début du traitement par ce médicament (cycle 1, jour 1).

    L'utilisation d'un antipyrétique (par exemple paracétamol) est recommandée pour diminuer la fièvre pendant les 48 premières heures de chaque cycle de traitement.

    Une chimioprophylaxie intrathécale est recommandée avant et pendant le traitement par ce médicament pour prévenir une rechute neuro-méningée de la LAL.

    • Traitement de pré-phase chez les patients ayant une charge tumorale élevée Chez les patients ayant un taux de blastes leucémiques médullaires > ou = 50 % ou un taux de blastes leucémiques dans le sang périphérique > 15 000/microlitre, traiter par la dexaméthasone (sans dépasser 24 mg/jour).
    • Adaptations posologiques

    Pour les patients présentant une LAL à précurseurs B avec chromosome Philadelphie négatif en rechute ou réfractaire recevant ce médicament, l'arrêt temporaire ou définitif, le cas échéant, du traitement par ce médicament doit être envisagé en cas de survenue des toxicités sévères (grade 3) ou engageant le pronostic vital (grade 4) suivantes (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi") : syndrome de relargage de cytokines, syndrome de lyse tumorale, toxicité neurologique, élévation des enzymes hépatiques et toutes autres toxicités cliniquement pertinentes.

    Si l'interruption du traitement après un événement indésirable n'excède pas 7 jours, poursuivre le même cycle jusqu'à un total de 28 jours de perfusion en incluant les jours avant et après l'interruption de ce cycle. Si le traitement est interrompu pendant plus de 7 jours en raison d'un événement indésirable, démarrer un nouveau cycle. Si la toxicité n'est pas résolue en 14 jours, arrêter définitivement le traitement par ce médicament, à l'exception des cas décrits différemment ci-dessous.

    • Toxicité : Syndrome de relargage de cytokines, syndrome de lyse tumorale . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant moins de 45 kg : Interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à résolution, puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 5 microgrammes/m2/jour. Augmenter à 15 micro-grammes/m2/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas.

    • Toxicité : Syndrome de relargage de cytokines, syndrome de lyse tumorale . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant moins de 45 kg : Arrêter définitivement le traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Toxicité neurologique . Grade (*) : Convulsions . Conduite à tenir chez les patients pesant moins de 45 kg : Arrêter définitivement le traitement par ce médicament en cas de survenue de plus d'une série de convulsions.

    • Toxicité : Toxicité neurologique . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant moins de 45 kg : Interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à ce que la toxicité soit de grade < ou = 1 (légère) pendant au moins 3 jours, puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 5 microgrammes/m2/jour. Augmenter à 15 microgrammes/-m2/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas. Si la toxicité est survenue à la dose de 5 microgrammes/m2/jour ou si elle n'est pas résolue en 7 jours, arrêter définitivement le traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Toxicité neurologique . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant moins de 45 kg : Arrêter définitivement le traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Élévation des enzymes hépatiques . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant moins de 45 kg :Si cliniquement pertinent, interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à ce que la toxicité soit de grade < ou = 1 (légère), puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 5 micro-grammes/m2/jour. Augmenter à 15 microgrammes/m2/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas.

    • Toxicité : Élévation des enzymes hépatiques . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant moins de 45 kg : Envisager l'arrêt définitif du traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Autres effets indésirables cliniquement pertinents (selon l'appréciation du médecin traitant) . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant moins de 45 kg : Interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à ce que la toxicité soit de grade < ou = 1 (légère), puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 5 microgrammes/-m2/jour. Augmenter à 15 micro-grammes/m2/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas.

    • Toxicité : Autres effets indésirables cliniquement pertinents (selon l'appréciation du médecin traitant) . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant moins de 45 kg : Envisager l'arrêt définitif du traitement par ce médicament.

    (*) D'après les critères de terminologie communs pour les événements indésirables (CTCAE) version 4.0 du National Cancer Institute (NCI). Grade 3 = effet indésirable sévère et grade 4 = effet indésirable engageant le pronostic vital.

    • Populations particulières
    • Patients âgés Aucune adaptation posologique n'est nécessaire chez les patients âgés (> ou = 65 ans), Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques". L'expérience avec ce médicament chez les patients > ou = 75 ans est limitée.

    • Insuffisance rénale D'après les données de pharmacocinétique, une adaptation posologique n'est pas nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). La sécurité et l'efficacité de ce médicament n'ont pas été étudiées chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère.

    • Insuffisance hépatique D'après les données de pharmacocinétique, aucun effet de la fonction hépatique initiale sur l'exposition au blinatumomab n'est attendu et une adaptation de la dose initiale n'est pas nécessaire (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). La sécurité et l'efficacité de ce médicament n'ont pas été étudiées chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère.

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de ce médicament chez les enfants âgés de moins de 1 an n'ont pas encore été établies. Aucune donnée n'est disponible pour les enfants âgés de moins de 7 mois. Les données actuellement disponibles chez l'enfant sont décrites aux rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacodynamiques".

    Le traitement doit être instauré et surveillé par un médecin expérimenté dans le traitement des hémopathies malignes.

    Pour le traitement de la LAL à précurseurs B avec MRD positive et chromosome Philadelphie négatif, l'hospitalisation est recommandée au minimum pendant les 3 premiers jours du premier cycle et les 2 premiers jours des cycles suivants.

    Chez les patients présentant ou ayant des antécédents d'atteinte du système nerveux central (SNC) cliniquement significative (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"), l'hospitalisation est recommandée au minimum pendant les 14 premiers jours du premier cycle. Lors du second cycle, l'hospitalisation est recommandée au minimum pendant 2 jours et l'évaluation clinique doit être basée sur la tolérance à ce médicament lors du premier cycle. Une attention particulière doit être exercée, car des cas d'apparition tardive de premiers événements neurologiques ont été observés.

    Pour toutes les initiations des cycles ultérieurs et les reprises de traitement (par exemple si le traitement a été interrompu pendant 4 heures ou plus), la surveillance par un professionnel de santé ou une hospitalisation est recommandée.

    Les poches à perfusion de ce médicament doivent être préparées pour une perfusion d'une durée de 24 heures, 48 heures, 72 heures ou 96 heures. Cf. "mode d'administration".

    • Posologie

    -> LAL à précurseurs B avec MRD positive

    Lorsque l'utilisation de ce médicament est envisagée comme traitement de la LAL à précurseurs B avec MRD positive et chromosome Philadelphie négatif, une MRD quantifiable doit être confirmée par une méthode validée avec une sensibilité minimale de 10 puissance -4 (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques"). Le test clinique de la MRD, indépendamment du choix de la technique, doit être effectué par un laboratoire qualifié et expérimenté avec cette technique, conformément à des directives techniques bien établies.

    Les patients peuvent recevoir 1 cycle de traitement d'induction suivi d'un maximum de 3 cycles supplémentaires de traitement de consolidation par ce médicament. Un cycle de traitement d'induction ou de consolidation par ce médicament est constitué de 28 jours (4 semaines) de perfusion intraveineuse continue suivis par une période de repos sans traitement de 14 jours (2 semaines) (total de 42 jours). La majorité des patients ayant répondu au blinatumomab ont obtenu une réponseaprès 1 cycle (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques"). Par conséquent, le bénéfice et les risques potentiels associés à un traitement continu chez les patients qui ne présentent pas d'amélioration hématologique et/ou clinique après 1 cycle de traitement doivent être évalués par le médecin traitant.

    • Dose recommandée (pour les patients pesant au moins 45 kg) :

    Cycle(s) de traitement

    • Cycle 1 : Induction . Jours 1 à 28 : 28 microgrammes/jour . Jours 29 à 42 : Période de repos sans traitement de 14 jours

    • Cycles 2 à 4 : Consolidation . Jours 1 à 28 : 28 microgrammes/jour . Jours 29 à 42 : Période de repos sans traitement de 14 jours

    • Recommandations concernant la prémédication et les traitements additionnels Une injection par voie intraveineuse de 100 mg de prednisone ou un traitement équivalent (par exemple 16 mg de dexaméthasone) doit être administré 1 heure avant le début de chaque cycle de traitement par ce médicament.

    L'utilisation d'un antipyrétique (par exemple paracétamol) est recommandée pour diminuer la fièvre pendant les 48 premières heures de chaque cycle de traitement.

    Une chimioprophylaxie intrathécale est recommandée avant et pendant le traitement par ce médicament pour prévenir une rechute neuro-méningée de la LAL.

    • Adaptations posologiques

    Pour les patients présentant une LAL à précurseurs B avec MRD positive recevant ce médicament, l'arrêt temporaire ou définitif, le cas échéant, du traitement par ce médicament doit être envisagé en cas de survenue des toxicités sévères (grade 3) ou engageant le pronostic vital (grade 4) suivantes (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi") : syndrome de relargage de cytokines, syndrome de lyse tumorale, toxicité neurologique, élévation des enzymes hépatiques et toutes autres toxicités cliniquement pertinentes.

    Si l'interruption du traitement après un événement indésirable n'excède pas 7 jours, poursuivre le même cycle jusqu'à un total de 28 jours de perfusion en incluant les jours avant et après l'interruption de ce cycle. Si le traitement est interrompu pendant plus de 7 jours en raison d'un événement indésirable, démarrer un nouveau cycle. Si la toxicité n'est pas résolue en 14 jours, arrêter définitivement le traitement par ce médicament, à l'exception des cas décrits différemment ci-dessous.

    • Toxicité : Syndrome de relargage de cytokines, syndrome de lyse tumorale . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à résolution, puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 9 microgrammes/jour. Augmenter à 28 micro-grammes/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas.

    • Toxicité : Syndrome de relargage de cytokines, syndrome de lyse tumorale . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Arrêter définitivement le traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Toxicité neurologique . Grade (*) : Convulsions . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Arrêter définitivement le traitement par ce médicament en cas de survenue de plus d'une série de convulsions.

    • Toxicité : Toxicité neurologique . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à ce que la toxicité soit de grade < ou = 1 (légère) pendant au moins 3 jours, puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 9 microgrammes/jour. Augmenter à 28 micro-grammes/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas. Pour la reprise du traitement, réaliser une prémédication avec une dose de 24 mg de dexaméthasone. Ensuite réduire la dexaméthasone par étapes sur 4 jours. Si la toxicité est survenue à la dose de 9 microgrammes/jour ou si elle n'est pas résolue en 7 jours, arrêter définitivement le traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Toxicité neurologique . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Arrêter définitivement le traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Élévation des enzymes hépatiques . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Si cliniquement pertinent, interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à ce que la toxicité soit de grade < ou = 1 (légère), puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 9 microgrammes/jour. Augmenter à 28 micro-grammes/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas.

    • Toxicité : Élévation des enzymes hépatiques . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Envisager l'arrêt définitif du traitement par ce médicament.

    • Toxicité : Autres effets indésirables cliniquement pertinents (selon l'appréciation du médecin traitant) . Grade (*) : Grade 3 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Interrompre l'administration de ce médicament jusqu'à ce que la toxicité soit de grade < ou = 1 (légère), puis reprendre le traitement par ce médicament à la dose de 9 microgrammes/jour. Augmenter à 28 micro-grammes/jour après 7 jours si la toxicité ne réapparaît pas.

    • Toxicité : Autres effets indésirables cliniquement pertinents (selon l'appréciation du médecin traitant) . Grade (*) : Grade 4 . Conduite à tenir chez les patients pesant 45 kg ou plus : Envisager l'arrêt définitif du traitement par ce médicament.

    (*) D'après les critères de terminologie communs pour les événements indésirables (CTCAE) version 4.0 du National Cancer Institute (NCI). Grade 3 = effet indésirable sévère et grade 4 = effet indésirable engageant le pronostic vital.

    • Populations particulières
    • Patients âgés Aucune adaptation posologique n'est nécessaire chez les patients âgés (> ou = 65 ans), Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques". L'expérience avec ce médicament chez les patients > ou = 75 ans est limitée.

    • Insuffisance rénale D'après les données de pharmacocinétique, une adaptation posologique n'est pas nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). La sécurité et l'efficacité de ce médicament n'ont pas été étudiées chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère.

    • Insuffisance hépatique D'après les données de pharmacocinétique, aucun effet de la fonction hépatique initiale sur l'exposition au blinatumomab n'est attendu et une adaptation de la dose initiale n'est pas nécessaire (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). La sécurité et l'efficacité de ce médicament n'ont pas été étudiées chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère.

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de ce médicament chez les enfants âgés de moins de 1 an n'ont pas encore été établies. Aucune donnée n'est disponible pour les enfants âgés de moins de 7 mois. Les données actuellement disponibles chez l'enfant sont décrites aux rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacodynamiques".