Informations générales

Indications

Contre-indications

Interactions

Effets indésirables

Liste des médicaments

Posologie

Botox (toxine botulique type a)

Médicaments à base de toxine botulique type a :

Botox (toxine botulique type a)

Informations générales

Indications

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant a partir de 12 ans

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant a partir de 12 ans

  • Dans les formes recentes

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant a partir de 12 ans

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant a partir de 12 ans

  • Dans les formes recentes

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant a partir de 12 ans

  • Traitement symptomatique

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant

  • Chez le nourrisson a partir de 24 mois

  • En cas de resistance a un autre trt

  • Dans les formes severes

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant a partir de 12 ans

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant a partir de 12 ans

  • Dans les formes d'origine neuropathique

  • Chez l'adulte

  • En cas d'incontinence par imperiosite

  • En cas de traumatisme

  • En cas de sclerose en plaques

  • En cas de resistance a un autre trt

  • En cas d'intolerance a un autre trt

  • Dans les formes idiopathiques

  • Chez l'adulte

  • En cas d'incontinence par imperiosite

Contre-indications

Contre-indication absolue

Utilisation déconseillée

Précautions d'emploi

Mise en garde

  • Allaitement

  • Grossesse

  • Infection

    • Infection locale
  • Infection urinaire

    • Infection urinaire aigue
    • Infection urinaire chronique
  • Myasthenie

    • Myasthenie severe
  • Obstacle voies urinaires excretrices

  • Retention urinaire

  • Autre traitement en cours

    • Trt par aminoside
    • Trt par anticholinesterasique
    • Trt par curare
  • Alteration de l'etat general

  • Arythmie cardiaque

  • Asthenie

  • Atteinte cardiovasculaire

  • Atteinte respiratoire

  • Convulsions

    • Convulsions antecedent personnel
  • Dysphagie

  • Glaucome

    • Angle iridocorneen etroit
    • Glaucome angle ferme aigu
    • Glaucome angle ferme chronique
  • Infarctus du myocarde

  • Lambert-eaton syndrome

  • Neuropathie

  • Neuropathie peripherique

    • Neuropathie peripherique atcd personnel
  • Pneumopathie

  • Quel que soit le terrain

  • Sclerose laterale amyotrophique

  • Sujet age

  • Trouble de la deglutition

  • Trouble mictionnel

    Interactions

    Précautions d'emploi

    Mise en garde

    Pas de résultat

    Il n'existe aucune interaction pour ce médicament.

    Effets indésirables

    Fréquents

    Rares

    Fréquence indéterminée

    fréquent (> 1%)
    • acouphene bourdonnement doreille
    • anomalie labiale
    • arthralgie
    • arthropathie
    • asthenie
    • asthenopie
    • atrophie musculaire
    • bacteriurie
    • blepharite
    • blepharoptose ptosis
    • bursite
    • conjonctivite
    • cornee modification
    • cornee ulceration
    • crampe musculaire
    • diplopie
    • dorsalgie
    • douleur cervicale
    • douleur des extremites
    • douleur oculaire
    • douleur osseuse
    • dysurie
    • faiblesse musculaire
    • glaucome
    • hematurie
    • hyperreflexie
    • hypertonie musculaire
    • hypoacousie surdite
    • infection auriculaire
    • infection urinaire
    • irritation oculaire
    • keratite
    • lagophtalmie
    • langage trouble
    • larmoiement
    • leucocyturie
    • myalgie
    • myasthenie
    • oedeme palpebral
    • paralysie
    • paralysie faciale
    • photophobie
    • polyradiculonevrite
    • polyurie
    • ptose
    • raideur musculaire
    • retention durine
    • secheresse oculaire
    • strabisme
    • vertige etourdissement
    • vision alteration
    • vision floue
    rare (< 1%)
    • alopecie
    • anaphylaxie
    • anorexie
    • anticorps apparition
    • anxiete
    • arythmie
    • bouffee vasomotrice
    • bronchite
    • bronchospasme asthme
    • brulure locale
    • cephalee
    • choc anaphylactique
    • colite
    • convulsion
    • depression
    • depression respiratoire
    • dermatite
    • diarrhee
    • douleur
    • douleur abdominale
    • douleur locale au point dinjection
    • dysesthesie
    • dyspnee
    • ecchymoses
    • equilibre trouble
    • eruption cutanee
    • erytheme
    • erytheme polymorphe
    • fausses routes
    • fievre
    • hematome
    • hyperesthesie
    • hypersudation
    • hypoesthesie
    • hypokinesie
    • hypotension arterielle
    • incontinence urinaire
    • infarctus du myocarde
    • infection bacterienne
    • infection des voies respiratoires
    • infection virale
    • inflammation locale au point dinjection
    • insomnie
    • irritation cutanee
    • madarose
    • maladie serique
    • malaise lipothymie
    • marche trouble
    • nausee vomissement
    • neuropathie peripherique
    • oedeme
    • oedeme cutane
    • oedeme de quincke angioedeme
    • oedeme facial
    • oedeme peripherique
    • paresthesie
    • pharyngite
    • photosensibilisation medicamenteuse
    • picotement
    • pneumonie
    • pollakiurie
    • prurit
    • psoriasis
    • reaction allergique
    • reaction locale au point dinjection
    • rhinite
    • saignement hemorragie
    • saignement local au point dinjection
    • secheresse buccale
    • secheresse cutanee
    • sommeil trouble
    • somnolence diurne
    • syncope
    • syndrome grippal
    • toux
    • tremblement
    • urticaire
    Fréquence non précisée
    • dysarthrie parole difficulte
    • dysphagie deglutition difficulte
    • insuffisance respiratoire
    • pneumopathie
    • respiration trouble

    Liste des présentations disponibles

    • BOTOX 200 UNITÉS ALLERGAN, poudre pour solution injectable

      1 flacon(s) en verre

      • REMBOURSABLE :
      • PRIX :
    • BOTOX 100 UNITÉS ALLERGAN, poudre pour solution injectable

      1 flacon(s) en verre de 100 UI

      • REMBOURSABLE :
      • PRIX :
    • BOTOX 50 UNITÉS ALLERGAN, poudre pour solution injectable

      1 flacon(s) en verre

      • REMBOURSABLE :
      • PRIX :

      Posologie

      • Recommandations générales

      • Les doses recommandées de ce médicament ne sont pas interchangeables avec les autres préparations de toxines botuliques A. Elles sont exprimées en unités Allergan (cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi") et sont différentes des autres préparations de toxine botulinique.

      • En cas d'antécédents d'atteinte neurogène de la face et chez les personnes âgées de plus de 70 ans, il est recommandé de réduire la posologie lors de la première séance d'injections (cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

      • Patients âgés Le traitement initial doit être débuté avec la plus faible dose recommandée pour l'indication considérée. Les patients âgés ayant des antécédents médicaux significatifs et des traitements concomitants doivent être traités avec prudence.

      • Population pédiatrique La tolérance et l'efficacité de ce médicament dans le traitement des troubles de l'oculomotricité, du blépharospasme, du spasme hémifacial, ou de la dystonie cervicale n'ont pas été établies chez les enfants (de moins de 12 ans). Aucune donnée n'est disponible.

      • Intervalle minimum entre 2 séances d'injections : la présence d'anticorps dirigés contre la toxine botulique de type A peut réduire l'efficacité du traitement par ce médicament. En conséquence, par mesure de prudence, un intervalle minimum entre 2 séances d'injections doit être respecté : . 2 mois dans les indications de blépharospasme, spasme hémifacial chez l'adulte et l'enfant de plus de 12 ans.

      • Blépharospasme

      La dose initiale recommandée pour le traitement du blépharospasme bilatéral est de 17,5 unités par oeil (0,70 ml) avec la répartition suivante : - 7,5 unités (0,30 ml) répartis entre 3 sites (2,5 unités par site) : partie interne et externe du muscle orbiculaire de la paupière supérieure et partie externe prétarsienne du muscle orbiculaire de la paupière inférieure), - 5 unités (0,20 ml) dans l'arcade sourcilière réparties en 2 sites (2,5 unités par site), - 5 unités (0,2 ml) dans la zone faciale supérieure.

      La dose initiale ne doit pas dépasser 25 unités (1 ml) par orbiculaire.

      Le fait d'éviter d'injecter près du muscle releveur de la paupière supérieure permet de réduire la complication par un ptosis.

      Le fait d'éviter d'injecter dans la paupière inférieure médiane, et donc d'atténuer la diffusion dans le petit oblique, permet de réduire la complication par une diplopie.

      Le RCP présente les schémas des sites possibles d'injection.

      En général, l'effet des injections apparaît dans les trois jours et atteint un pic 1 ou 2 semaines après le traitement. Chaque traitement dure environ 3 mois, à la suite desquels la procédure peut être répétée indéfiniment. Lors des réinjections, la dose peut être augmentée jusqu'à 2 fois si le résultat du traitement initial est considéré insuffisant. Toutefois, il semble n'y avoir qu'un faible bénéfice à injecter plus de 5 Unités par site.

      La dose totale ne doit pas dépasser 100 unités (soit 4 ml) tous les 3 mois.

      Normalement, un traitement plus fréquent que tous les 3 mois n'apporte aucun bénéfice supplémentaire.

      • Spasme hémifacial

      Les doses et la technique d'injection sont indentiques à celles décrites pour le traitement du blépharospasme unilatéral.

      Un contrôle électromyographique peut être nécessaire pour identifier les petits muscles circulaires.

      Les patients présentant un spasme hémifacial ou des troubles du VII nerf crânien seront traités comme pour un blépharospasme unilatéral ; les autres muscles affectés du visage étant injectés si besoin.

      • En cas d'échec après une première séance de traitement, c'est-à-dire en l'absence, un mois après la séance, d'amélioration fonctionnelle significative par rapport au bilan initial, il y a lieu de :
      • vérifier cliniquement, et au mieux par un examen électromyographique en milieu spécialisé, l'action de la toxine sur le(s) muscle(s) injecté(s),
      • analyser les causes de l'échec : . mauvaise sélection des muscles injectés, . dose insuffisante, . technique d'injection inadaptée, . apparition d'une rétraction fixée, . muscles antagonistes trop faibles, . formation d'anticorps neutralisants,
      • réévaluer la pertinence du traitement par la toxine botulinique de type A,
      • en l'absence d'effet indésirable suite à la première séance de traitement, pratiquer une deuxième injection comme suit : . ajuster la dose en prenant en compte les données de l'analyse de l'échec du traitement précédent, . utiliser un guidage électromyographique, . respecter l'intervalle de 3 mois entre la première et la deuxième injection.

      En cas d'échec du traitement ou de diminution de l'effet après des injections répétées, des alternatives thérapeutiques devront être employées.