Bupivacaine (bupivacaïne)

Médicaments à base de bupivacaïne :

Découvrez Posos 🎉

L’outil d’aide à la prescription simple et personnalisé qui vous aide à prendre la meilleure décision.

  • Identifier une posologie complexe
  • Limiter la iatrogénie
  • Vérifier les contre-indications
  • Trouver un équivalent thérapeutique
Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

    Bupivacaine

  • Dosages

    2,5 mg/ml5 mg/ml2,5 mg/20 mg /4 ml5 mg/

  • Formes galéniques

    solution injectable

  • Classe Thérapeutique

    N01BB - AMIDES

Illustration indications

Indications - Quand utiliser bupivacaine ?

  • En cas d'intervention chirurgicale

  • En cas d'intervention chirurgicale

  • En cas d'intervention chirurgicale

  • En cas d'intervention chirurgicale

    • Chez l'adulte

    • Chez l'enfant a partir de 12 ans

    • Dans les formes aigues

    • Chez l'adulte

    • Chez l'enfant

    • Chez le nourrisson a partir de 12 mois

    • Chez l'adulte

    • Chez l'enfant a partir de 12 ans

    Illustration consindications

    Quelles sont les contre-indications de bupivacaine ?

    • Anemie de biermer

    • Anesthesie

      • Anesthesie locoregionale intraveineuse
      • Anesthesie paracervicale obstetricale
    • Autre traitement en cours

      • Trt par anticoagulant
    • Choc cardiogenique

    • Choc hypovolemique

    • Epilepsie

      • Epilepsie non controlee
    • Hemorragie cerebrale

    • Hypersensibilite

      • Hypersensibilite a l'un des excipients
      • Hypersensibilite aconit
      • Hypersensibilite alfentanil
      • Hypersensibilite aminoglutethimide
      • Hypersensibilite amyleine
      • Hypersensibilite anesth locaux amide
      • Hypersensibilite anesthesiques locaux
      • Hypersensibilite aptocaine
      • Hypersensibilite articaine
      • Hypersensibilite benzocaine
      • Hypersensibilite biperidene
      • Hypersensibilite bupivacaine
      • Hypersensibilite butacaine
      • Hypersensibilite butoforme
      • Hypersensibilite capsicine/capsicum
      • Hypersensibilite carpipramine
      • Hypersensibilite chlorobutanol
      • Hypersensibilite chloroforme
      • Hypersensibilite chloroprocaine
      • Hypersensibilite cinchocaine
      • Hypersensibilite clopamide
      • Hypersensibilite crizotinib
      • Hypersensibilite croisee
      • Hypersensibilite cyproheptadine
      • Hypersensibilite desloratadine
      • Hypersensibilite dihexyverine
      • Hypersensibilite diphemanil
      • Hypersensibilite diphenoxylate
      • Hypersensibilite dipyridamole
      • Hypersensibilite disopyramide
      • Hypersensibilite domperidone
      • Hypersensibilite donepezil
      • Hypersensibilite ebastine
      • Hypersensibilite encainide
      • Hypersensibilite etidocaine
      • Hypersensibilite fentanyl
      • Hypersensibilite fexofenadine
      • Hypersensibilite flavoxate
      • Hypersensibilite flecainide
      • Hypersensibilite haloperidol
      • Hypersensibilite ifenprodil
      • Hypersensibilite irinotecan
      • Hypersensibilite ketotifene
      • Hypersensibilite lenalidomide
      • Hypersensibilite levobupivacaine
      • Hypersensibilite levocabastine
      • Hypersensibilite lidocaine
      • Hypersensibilite loperamide
      • Hypersensibilite loratadine
      • Hypersensibilite mepivacaine
      • Hypersensibilite methylphenidate
      • Hypersensibilite metopimazine
      • Hypersensibilite miglitol
      • Hypersensibilite minoxidil
      • Hypersensibilite myrtecaine
      • Hypersensibilite naratriptan
      • Hypersensibilite oxetacaine
      • Hypersensibilite oxybuprocaine
      • Hypersensibilite paliperidone
      • Hypersensibilite pancuronium
      • Hypersensibilite parethoxycaine
      • Hypersensibilite paroxetine
      • Hypersensibilite penfluridol
      • Hypersensibilite periciazine
      • Hypersensibilite pethidine
      • Hypersensibilite piment cayenne
      • Hypersensibilite pimozide
      • Hypersensibilite pipamperone
      • Hypersensibilite piperidine derives
      • Hypersensibilite pipotiazine
      • Hypersensibilite pizotifene
      • Hypersensibilite pomalidomide
      • Hypersensibilite pramocaine
      • Hypersensibilite prilocaine
      • Hypersensibilite procaine
      • Hypersensibilite propanocaine
      • Hypersensibilite prucalopride
      • Hypersensibilite quinisocaine
      • Hypersensibilite raloxifene
      • Hypersensibilite remifentanil
      • Hypersensibilite risperidone
      • Hypersensibilite ropivacaine
      • Hypersensibilite roxatidine
      • Hypersensibilite sufentanil
      • Hypersensibilite tetracaine
      • Hypersensibilite thalidomide
      • Hypersensibilite tirofiban
      • Hypersensibilite trihexyphenidyle
      • Hypersensibilite vandetanib
      • Hypersensibilite vecuronium
    • Lesion infectee

    • Lesion inflammatoire

    • Meningite infectieuse

    • Mode d'administration particulier

      • Voie intravasculaire
      • Voie intraveineuse
    • Nourrisson

      • Nourrisson de moins de 24 mois
    • Nouveau-ne

    • Poliomyelite

    • Porphyrie hepatique

      • Porphyrie hepatique maladie
    • Septicemie

    • Terrain ci rachianesthesie

    • Terrain ci voie peridurale

    • Trouble de la coagulation

    • Trouble de la conduction

      • Trouble conduction auriculoventriculaire
    • Tuberculose

    • Tumeur cerebrale

    • Mode d'administration particulier

      • Voie intravasculaire
    • Acidose

    • Arythmie cardiaque

      • Espace qt allonge
    • Ascite

    • Atteinte cardiovasculaire

    • Atteinte respiratoire

    • Autre traitement en cours

      • Trt par amiodarone
      • Trt par antiagregant plaquettaire
      • Trt par antiarythmique classe iii
      • Trt par anticoagulant
      • Trt par aspirine
      • Trt par betabloquant
      • Trt par ticlopidine
      • Trt par vasoconstricteur
    • Bloc auriculo-ventriculaire faible degre

      • Bav faible degre non appareille
    • Bloc auriculo-ventriculaire haut degre

      • Bav haut degre non appareille
    • Deshydratation

    • Diabete autre

    • Diabete type i

    • Diabete type ii

    • Enfant

    • Etat de choc

    • Grossesse

    • Hemophilie

    • Hyperkaliemie

    • Hypotension arterielle

    • Hypovolemie

    • Hypoxie

    • Insuffisance cardiaque

    • Insuffisance hepatique

      • Insuffisance hepatique severe maladie
    • Insuffisance renale chronique

      • Insuffisance renale severe
    • Mode d'administration particulier

      • Rachianesthesie
      • Voie intra articulaire
      • Voie intrarachidienne
    • Nourrisson

      • Nourrisson de moins de 24 mois
      • Nourrisson de plus de 24 mois
    • Nouveau-ne

    • Quel que soit le terrain

    • Regime cetogene

    • Regime hypocalorique

    • Regime hypoglucidique

    • Regime hyposode strict

    • Sujet age

    • Terrain hemorragique

    • Thrombopenie

      • Thrombopenie severe
    • Trouble de l'hemostase

    • Trouble de la conduction

      • Espace qrs allonge
      • Trouble conduction intraventriculaire
    • Tumeur

      • Tumeur abdominale
    • Type particulier de traitement

      • Traitement a dose elevee
    • Ascite

    • Atteinte cardiovasculaire

    • Atteinte respiratoire

    • Autre traitement en cours

      • Trt par amiodarone
      • Trt par antiarythmique classe iii
      • Trt par vasoconstricteur
    • Deshydratation

    • Diabete autre

    • Diabete type i

    • Diabete type ii

    • Enfant

    • Grossesse

    • Hypotension arterielle

    • Mode d'administration particulier

      • Rachianesthesie
      • Voie intra articulaire
    • Nourrisson

      • Nourrisson de moins de 24 mois
    • Nouveau-ne

    • Quel que soit le terrain

    • Regime cetogene

    • Regime hypocalorique

    • Regime hypoglucidique

    • Regime hyposode strict

    • Sportif / dopage

    • Terrain hemorragique

    • Tumeur

      • Tumeur abdominale
    • Type particulier de traitement

      • Traitement a dose elevee
    Illustration side-effect

    Quels sont les effets indésirables de bupivacaine ?

    SEVERE(S)
    • acidose metabolique
    • acidose respiratoire
    • alat modification
    • apnee
    • asat modification
    • bilirubine modification
    • bradypnee
    • civd coag intravascul disseminee
    • cyanose
    • deces mortalite
    • depression respiratoire
    • dorsalgie
    • douleur osseuse
    • dyspnee
    • enzyme musculaire modification
    • fibrillation auriculaire
    • fievre
    • hypercapnie
    • hyperkaliemie
    • hypertension arterielle
    • hyperthermie maligne
    • hypocalcemie
    • hypothermie
    • hypotonie musculaire
    • hypoxie
    • insuffisance renale aigue
    • langage trouble
    • mouvement anormal
    • phosphatase alcaline modification
    • picotement
    • raideur articulaire
    • raideur musculaire
    • sensation ebrieuse
    • stupeur
    • tachycardie
    • tachypnee
    • torsade de pointe
    MODERE(S) OU SEVERE(S)
    • accommodation trouble
    • acouphene bourdonnement doreille
    • agitation
    • agueusie
    • anaphylaxie
    • angor
    • anxiete
    • arachnoidite
    • arret cardiaque
    • arret respiratoire
    • arthralgie
    • arythmie
    • asthenie
    • audition alteration
    • baillements
    • bloc auriculo ventriculaire
    • bouffee vasomotrice
    • bradycardie
    • bronchospasme asthme
    • cephalee
    • choc anaphylactique
    • choc cardiogenique
    • collapsus cardiovasculaire
    • coma
    • conduction trouble
    • confusion mentale
    • conscience trouble
    • convulsion
    • crampe musculaire
    • depression myocardique
    • desorientation spatio temporelle
    • dysarthrie parole difficulte
    • dysesthesie
    • dysgueusie
    • electrocardiogramme modification
    • equilibre trouble
    • eruption cutanee
    • erytheme
    • eternuements
    • euphorie
    • extrasystole
    • faiblesse musculaire
    • fibrillation ventriculaire
    • frisson
    • gingivite
    • hematome
    • hyperacousie
    • hyperesthesie
    • hypertension intracranienne
    • hypertonie musculaire
    • hypoesthesie
    • hypotension arterielle
    • incontinence fecale
    • incontinence urinaire
    • insuffisance cardiaque
    • langue engourdissement
    • lethargie
    • logorrhee
    • malaise lipothymie
    • myalgie
    • mydriase
    • myoclonie
    • nausee vomissement
    • nervosite
    • neuropathie peripherique
    • nevralgie
    • nystagmus
    • oedeme
    • oedeme cutane
    • oedeme de la muqueuse buccale
    • oedeme de quincke angioedeme
    • oedeme facial
    • oedeme larynge aigu
    • oligohidrose
    • osteite
    • paleur
    • palpitations
    • paralysie
    • paraplegie
    • paresthesie
    • polyradiculonevrite
    • prurit
    • reaction allergique
    • sifflement pulmonaire
    • somnolence diurne
    • syncope
    • toux
    • tremblement
    • trismus
    • urticaire
    • vasoconstriction cutanee
    • vasodilatation peripherique
    • vertige etourdissement
    • vision floue
    MODERE(S)
    • diplopie
    • dysurie
    • enophtalmie
    • horner syndrome
    • hypersudation
    • myosis
    • ptose
    • retention durine
    • vasodilatation cutanee
    • vision alteration
    Illustration general

    Liste des présentations disponibles

    • Illustration de la forme galénique

      BUPIVACAINE AGUETTANT 2,5 mg/ml, solution injectable

      10 flacon(s) en verre de 20 ml

      • REMBOURSABLE :
      • PRIX :
    • Illustration de la forme galénique

      BUPIVACAINE AGUETTANT 5 mg/ml, solution injectable

      10 flacon(s) en verre de 20 ml

      • REMBOURSABLE :
      • PRIX :
    • Illustration de la forme galénique

      BUPIVACAINE ACCORD 2,5 mg/mL, solution injectable

      1 flacon(s) en verre de 20 ml avec capsule amovible orange

      • REMBOURSABLE :
      • PRIX :
    • Illustration de la forme galénique

      BUPIVACAINE MYLAN 20 mg /4 ml, solution injectable pour voie intra rachidienne en ampoule

      20 ampoule(s) en verre de 4 ml

      • REMBOURSABLE :
      • PRIX :
    • Illustration de la forme galénique

      BUPIVACAINE ACCORD 5 mg/mL, solution injectable

      1 flacon(s) en verre de 20 ml avec capsule amovible orange

      • REMBOURSABLE :
      • PRIX :
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de bupivacaine ?

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés dans les techniques d'anesthésie loco-régionale.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée ou non aux concentrations de 0,25 % et 0,5 % et dans différentes présentations.

    La forme, la concentration et la présentation utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et de l'état pathologique du patient.

    L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    La posologie suivante est une posologie moyenne donnée à titre indicatif :

    Dans le cadre de l'anesthésie chirurgicale péridurale, la posologie, chez l'adulte, pour le chlorydrate de bupivacaïne 0,5 % (5 mg/ml) est de 6 à 8 mg par segment sans dépasser 12 à 24 ml au total.

    Ne pas dépasser sans prémédication ni surveillance particulière la dose totale de 150 mg de chlorhydrate de bupivacaïne par acte anesthésique (Cf. rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés dans les techniques d'anesthésie loco-régionale.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée ou non aux concentrations de 0,25 % et 0,5 % et dans différentes présentations.

    La forme, la concentration et la présentation utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et de l'état pathologique du patient.

    L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    La posologie suivante est une posologie moyenne donnée à titre indicatif :

    Dans le cadre de l'anesthésie chirurgicale caudale, chez l'enfant, la posologie pour le chlorhydrate de bupivacaïne 0,25 % (2,5 mg/ml) est de 2,5 mg soit 1 ml par année d'âge.

    Ne pas dépasser sans prémédication ni surveillance particulière la dose totale de 150 mg de chlorhydrate de bupivacaïne par acte anesthésique (Cf. rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés dans les techniques d'anesthésie loco-régionale.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée ou non aux concentrations de 2,5 mg/ml et 5 mg/ml et dans différentes présentations.

    La forme, la concentration et la présentation utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et de l'état pathologique du patient.

    L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    La posologie suivante est une posologie moyenne donnée à titre indicatif :

    Dans le cadre de l'anesthésie chirurgicale caudale, la posologie pour le chlorhydrate de bupivacaïne à 0,5 % (5 mg/ml) est de 15 à 30 ml chez l'adulte.

    Ne pas dépasser sans prémédication ni surveillance particulière la dose totale de 150 mg de chlorhydrate de bupivacaïne par acte anesthésique (Cf. rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés dans les techniques d'anesthésie loco-régionale.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée ou non aux concentrations de 0,25 % et 0,5 % et dans différentes présentations.

    La forme, la concentration et la présentation utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et de l'état pathologique du patient.

    L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    La posologie suivante est une posologie moyenne donnée à titre indicatif :

    Dans le cadre de l'anesthésie chirurgicale des blocs plexiques, la posologie pour le chlorhydrate de bupivacaïne à 0,25 % (2,5 mg/ml) avec adrénaline de préférence, est de 25 à 40 ml.

    Ne pas dépasser sans prémédication ni surveillance particulière la dose totale de 150 mg de chlorhydrate de bupivacaïne par acte anesthésique (Cf. rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés dans les techniques d'anesthésie loco-régionale.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée ou non aux concentrations de 0,25 % et 0,5 % et dans différentes présentations.

    La forme, la concentration et la présentation utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et de l'état pathologique du patient.

    L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    La posologie suivante est une posologie moyenne donnée à titre indicatif :

    Dans l'anesthésie des blocs tronculaires, la posologie pour le chlorhydrate de bupivacaïne à 0,25 % (2,5 mg/ml) ou chlorhydrate de bupivacaïne 0,5 % (5 mg/ml) est de quelques ml à 15 ou 20 ml selon le nerf.

    Ne pas dépasser sans prémédication ni surveillance particulière la dose totale de 150 mg de chlorhydrate de bupivacaïne par acte anesthésique (Cf. rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés dans les techniques d'anesthésie loco-régionale.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée ou non aux concentrations de 0,25 % et 0,5 % et dans différentes présentations.

    La forme, la concentration et la présentation utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et de l'état pathologique du patient.

    L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    La posologie est une posologie moyenne donnée à titre indicatif :

    Dans l'anesthésie chirurgicale du bloc intercostal, la posologie pour le chlorhydrate de bupivacaïne à 0,25 % (2,5 mg/ml) est de 1 à 2 ml par nerf (ne jamais dépasser la dose de 100 mg, c'est à dire 40 ml).

    Ne pas dépasser sans prémédication ni surveillance particulière la dose totale de 150 mg de chlorhydrate de bupivacaïne par acte anesthésique (cf. rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés dans les techniques d'anesthésie loco-régionale.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée ou non aux concentrations de 0,25 % et 0,5 % et dans différentes présentations.

    La forme, la concentration et la présentation utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et de l'état pathologique du patient.

    L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    Les posologies suivantes sont des posologies moyennes données à titre indicatif :

    Pour l'analgésie obstétricale, la posologie pour le chlorhydrate de bupivacaïne 0,25 % (2,5 mg/ml) est :

    • en 2 temps : 6 à 10 ml pour la dose haute (dilatation) et 10 à 15 ml pour la dose basse (expulsion).
    • en 1 temps : 18 à 20 ml à compléter éventuellement.

    Ne pas dépasser sans prémédication ni surveillance particulière la dose totale de 150 mg de chlorhydrate de bupivacaïne par acte anesthésique (cf. rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés dans les techniques d'anesthésie loco-régionale.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée ou non aux concentrations de 0,25 % et 0,5 % et dans différentes présentations.

    La forme, la concentration et la présentation utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et de l'état pathologique du patient.

    L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    Les posologies suivantes sont des posologies moyennes données à titre indicatif :

    Dans le traitement de la douleur, la posologie pour le chlorhydrate de bupivacaïne 0,25 % (2,5 mg/ml) est :

    • analgésie par voie péridurale : 5 à 15 ml à renouveler toutes les 6 heures environ.

    Ne pas dépasser sans prémédication ni surveillance particulière la dose totale de 150 mg de chlorhydrate de bupivacaïne par acte anesthésique (cf. rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés dans les techniques d'anesthésie loco-régionale.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée ou non aux concentrations de 0,25 % et 0,5 % et dans différentes présentations.

    La forme, la concentration et la présentation utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et de l'état pathologique du patient.

    L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    Les posologies suivantes sont des posologies moyennes données à titre indicatif :

    Dans le traitement de la douleur, la posologie pour le chlorhydrate de bupivacaïne 0,25 % (2,5 mg/ml) est :

    • blocs divers : 8 à 20 ml.

    Ne pas dépasser sans prémédication ni surveillance particulière la dose totale de 150 mg de chlorhydrate de bupivacaïne par acte anesthésique (Cf. rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés dans les techniques d'anesthésie loco-régionale.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée ou non aux concentrations de 0,25 % et 0,5 % et dans différentes présentations.

    La forme, la concentration et la présentation utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et de l'état pathologique du patient.

    L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    La posologie suivante est une posologie moyenne donnée à titre indicatif :

    Dans le cadre de l'anesthésie chirurgicale des blocs plexiques, la posologie pour le chlorhydrate de bupivacaïne à 0,5 % (5 mg/ml) avec adrénaline de préférence, est de 20 à 30 ml.

    Ne pas dépasser sans prémédication ni surveillance particulière la dose totale de 150 mg de chlorhydrate de bupivacaïne par acte anesthésique (Cf. rubriques "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés avec les techniques d'anesthésie locale ou régionale. L'équipement et les médicaments nécessaires à la surveillance et à la réanimation d'urgence devront être immédiatement disponibles (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Une voie d'abord intraveineuse doit être mise en place chez les patients avant la réalisation de blocs périphérique ou central ou l'infiltration de doses importantes. Le suivi du tracé ECG doit être permanent.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée (1/200 000) ou non, aux concentrations de 2,5 mg/mL et 5 mg/ml. La forme et la concentration utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et des éventuelles pathologies associées du patient. L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    On doit administrer la plus faible concentration d'anesthésique et la plus faible dose capable de provoquer une anesthésie efficace.

    • Posologie
    • Adultes

    Les doses figurant ci-dessous sont recommandées pour une utilisation chez l'adulte moyen, défini comme étant un jeune homme sain pesant 70 kg. Quel que soit le type d'anesthésie, la dose de la première injection ne devra pas dépasser 150 mg, à l'exception de la rachianesthésie pour laquelle la dose injectée ne devra pas dépasser 20 mg.

    Réinjections : l'injection de doses répétées de bupivacaïne peut entraîner une augmentation importante des concentrations plasmatiques en raison d'une accumulation du produit. Pour ces raisons les consignes suivantes seront respectées : . la deuxième injection ne sera pas pratiquée avant au moins le 1/3 de la demi-vie de la bupivacaïne, soit 45 minutes. . la dose utilisée pour cette deuxième injection doit correspondre au plus au tiers de la dose initiale maximale autorisée si la réinjection est pratiquée à 45 minutes de la première dose ou bien à sa moitié si la réinjection est pratiquée après 90 minutes. . à partir de la troisième injection : injection du tiers de la dose initiale après la moitié d'une demi-vie, soit 75 minutes, ou bien injection de la moitié de la dose après une demi-vie, soit 150 minutes.

    Chez le sujet âgé une réduction de la posologie doit être envisagée, surtout lors des réinjections (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Posologies pour une première administration chez l'adulte et l'enfant à partir de 12 (**) ans

    • Infiltration locale pariétale . Solution : 2,5 mg/mL . Dose usuelle (*) - Dose maximale (mg) : Quelques mg-2 mg/kg . Volume (ml) : Quelques ml-50

    Blocs périphériques

    • Bloc intercostal . Solution : 5 mg/ml . Dose usuelle (*) - Dose maximale (mg) : 10-15 par nerf ; 150 maximum au total . Volume (ml) : 2-3 par nerf

    • Bloc plexiques . Solution : 2,5 mg/ml . Dose usuelle (*) - Dose maximale (mg) : 62,5-150 . Volume (ml) : 25-40

    . Solution : 5 mg/ml . Dose usuelle (*) - Dose maximale (mg) : 100-150 . Volume (ml) : 20-30

    • Bloc tronculaires . Solution : 2,5 mg/ml . Dose usuelle (*) - Dose maximale (mg) : 12,5-50 selon le nerf . Volume (ml) : 5-20

    . Solution : 5 mg/ml . Dose usuelle (*) - Dose maximale (mg) : 25-100 selon le nerf . Volume (ml) : 5-20

    • Anesthésie péridurale thoracique chirurgicale . Solution : 5 mg/ml . Dose usuelle (*) - Dose maximale (mg) : 25-50 . Volume (ml) : 5-10

    • Anesthésie péridurale lombaire chirurgicale incluant césarienne . Solution : 5 mg/ml . Dose usuelle (*) - Dose maximale (mg) : 75-150 . Volume (ml) : 15-30

    • Perfusion péridurale lombaire continue analgésique (post-opératoire, obstétricale, traitement des douleurs néoplasiques etc…) . Solution : 2,5 mg/ml . Dose usuelle (*) - Dose maximale (mg) : 12,5-18,5/heure ; dose max/24h : 400 mg . Volume (ml) : 5-7,5/heure

    • Anesthésie caudale chirurgicale . Solution : 5 mg/ml . Dose usuelle (*) - Dose maximale (mg) : 75-150 . Volume (ml) : 15-30

    (*) dose test comprise (**) 40 kg

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés avec les techniques d'anesthésie locale ou régionale. L'équipement et les médicaments nécessaires à la surveillance et à la réanimation d'urgence devront être immédiatement disponibles (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Une voie d'abord intraveineuse doit être mise en place chez les patients avant la réalisation de blocs périphérique ou central ou l'infiltration de doses importantes. Le suivi du tracé ECG doit être permanent.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée (1/200000) ou non, aux concentrations de 2,5 mg/mL et 5 mg/ml. La forme et la concentration utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et des éventuelles pathologies associées du patient. L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    On doit administrer la plus faible concentration d'anesthésique et la plus faible dose capable de provoquer une anesthésie efficace.

    • Posologie
    • Population Pédiatrique : Enfants âgés de un an à douze ans

    En pédiatrie, les techniques d'anesthésie régionales doivent être utilisées par des médecins expérimentés et habitués à ce type de patients et de pratiques.

    Les doses indiquées doivent être considérées comme des posologies recommandées pour les patients pédiatriques car des variations inter-individuelles peuvent survenir. Chez les enfants avec un poids corporel élevé, une réduction progressive de la dose est souvent nécessaire en se basant sur un poids corporel idéal. Il est recommandé de se référer aux manuels de pratique médicale pour identifier les facteurs pouvant influencer les techniques spécifiques de bloc et les besoins spécifiques à chaque patient. La plus petite dose efficace doit être utilisée pour obtenir l'analgésie recherchée.

    Posologies recommandées chez l'enfant de moins de 12 ans (*)

    Traitement de la douleur aigue (per et post-opératoire) :

    • Administration Péridurale Caudale . Concentration (mg/ml) : 2,5 . Volume (ml/kg) : 0,6-0,8 . Dose (mg/kg) : 1,5-2 . Délai d'action (min) : 20-30 . Durée de l'effet (heures) : 2-6

    • Administration Péridurale Lombaire . Concentration (mg/ml) : 2,5 . Volume (ml/kg) : 0,6-0,8 . Dose (mg/kg) : 1,5-2 . Délai d'action (min) : 20-30 . Durée de l'effet (heures) : 2-6

    • Administration Péridurale Thoracique (b) . Concentration (mg/ml) : 2,5 . Volume (ml/kg) : 0,6-0,8 . Dose (mg/kg) : 1,5-2 . Délai d'action (min) : 20-30 . Durée de l'effet (heures) : 2-6

    • Bloc du champ opératoire (par exemple bloc des petits nerfs et infiltration) . Concentration (mg/ml) : 2,5 . Volume (ml/kg) : - . Dose (mg/kg) : 0,5-2,0 . Délai d'action (min) : - . Durée de l'effet (heures) :-

    . Concentration (mg/ml) : 5 . Volume (ml/kg) : - . Dose (mg/kg) : 0,5-2,0 . Délai d'action (min) : - . Durée de l'effet (heures) : -

    • Blocs des nerfs périphériques (par exemple ilio-inguinal – ilio-hypogastrique) . Concentration (mg/ml) : 2,5 . Volume (ml/kg) : - . Dose (mg/kg) : 0,5-2,0 . Délai d'action (min) : (a) . Durée de l'effet (heures) : -

    . Concentration (mg/ml) : 5 . Volume (ml/kg) : - . Dose (mg/kg) : 0,5-2,0 . Délai d'action (min) : (a) . Durée de l'effet (heures) : -

    (*) ou 40 kg

    (a) Le délai d'action et la durée du bloc des nerfs périphériques dépendent du type de bloc et de la dose administrée. (b) Le bloc péridural thoracique doit se faire par doses incrémentales jusqu'à obtention du niveau de l'anesthésie recherchée.

    Chez l'enfant, la dose devra être calculée en fonction du poids corporel et jusqu'à 2 mg/kg.

    Pour éviter une injection intravasculaire, des aspirations doivent être répétées avant et pendant l'administration de la dose principale. L'injection doit se faire lentement et en doses incrémentales, particulièrement pour les injections péridurales lombaires et thoraciques, et en observant constamment et étroitement les fonctions vitales du patient.

    Des infiltrations péri-amygdaliennes ont été réalisé chez l'enfant de plus de 2 ans avec de la bupivacaïne 2.5 mg/ml à une dose de 7.5-12.5 mg par amygdale.

    Des blocs ilio-inguinaux/ilio-hypogastriques ont été réalisés chez l'enfant de 1 ans ou plus avec de la bupivacaïne 2.5 mg/ml à une dose de 0.1-0.5 ml/kg équivalent à 0.25-1.25 mg/kg. Les enfants de 5 ans et plus, ont reçu de la bupivacaïne 5 mg/ml à une dose de 1.25-2 mg/kg.

    Pour les blocs péniens, la bupivacaïne 5 mg/ml a été utilisée à des doses totales de 0.2-0.5 ml/kg équivalent à 1-2.5 mg/kg.

    La tolérance et l'efficacité de ce médicament n'a pas été établies chez les enfants de moins d'1 an. Seules des données limitées sont disponibles.

    La tolérance et l'efficacité l'injection péridurale intermittente en bolus ou en perfusion continu n'ont pas été établies. Seules des données limitées sont disponibles.

    La bupivacaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés avec les techniques d'anesthésie locale ou régionale. L'équipement et les médicaments nécessaires à la surveillance et à la réanimation d'urgence devront être immédiatement disponibles (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Une voie d'abord intraveineuse doit être mise en place chez les patients avant la réalisation de blocs périphérique ou central ou l'infiltration de doses importantes. Le suivi du tracé ECG doit être permanent.

    Le chlorhydrate de bupivacaïne existe sous forme adrénalinée (1/200 000) ou non, aux concentrations de 2,5 mg/mL et 5 mg/ml. La forme et la concentration utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché (anesthésie chirurgicale ou analgésie pure), de l'âge et des éventuelles pathologies associées du patient. L'emploi des formes adrénalinées allonge la durée d'action. Les formes les plus concentrées procurent un bloc moteur plus constant et plus intense.

    On doit administrer la plus faible concentration d'anesthésique et la plus faible dose capable de provoquer une anesthésie efficace.

    • Posologie
    • Adultes

    Les doses figurant ci-dessous sont recommandées pour une utilisation chez l'adulte moyen, défini comme étant un jeune homme sain pesant 70 kg. Quel que soit le type d'anesthésie, la dose de la première injection ne devra pas dépasser 150 mg, à l'exception de la rachianesthésie pour laquelle la dose injectée ne devra pas dépasser 20 mg.

    Réinjections : l'injection de doses répétées de bupivacaïne peut entraîner une augmentation importante des concentrations plasmatiques en raison d'une accumulation du produit. Pour ces raisons les consignes suivantes seront respectées : . la deuxième injection ne sera pas pratiquée avant au moins le 1/3 de la demi-vie de la bupivacaïne, soit 45 minutes. . la dose utilisée pour cette deuxième injection doit correspondre au plus au tiers de la dose initiale maximale autorisée si la réinjection est pratiquée à 45 minutes de la première dose ou bien à sa moitié si la réinjection est pratiquée après 90 minutes. . à partir de la troisième injection : injection du tiers de la dose initiale après la moitié d'une demi-vie, soit 75 minutes, ou bien injection de la moitié de la dose après une demi-vie, soit 150 minutes.

    Chez le sujet âgé une réduction de la posologie doit être envisagée, surtout lors des réinjections (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Posologies pour une première administration chez l'adulte et l'enfant à partir de 12 (**) ans

    • Rachianesthésie . Solution : 5 mg/ml . Dose usuelle (*) - Dose maximale (mg) : 5-20 . Volume (ml) : 1-4

    (*) dose test comprise (**) 40 kg