Certican (évérolimus)

Médicaments à base de évérolimus :

Illustration general

Informations générales

Illustration indications

Indications - Quand utiliser certican ?

  • Traitement preventif

  • Associer a d'autres therapeutiques

  • En cas de risque immunologique faible

  • En cas de risque immunologique modere

  • Chez l'adulte

  • En cas transplantation renale

  • En cas transplantation cardiaque

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de certican ?

  • Allaitement

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite azithromycine
    • Hypersensibilite clarithromycine
    • Hypersensibilite croisee
    • Hypersensibilite dirithromycine
    • Hypersensibilite erythromycine
    • Hypersensibilite everolimus
    • Hypersensibilite fidaxomicine
    • Hypersensibilite josamycine
    • Hypersensibilite macrolides
    • Hypersensibilite midecamycine diacetate
    • Hypersensibilite pimecrolimus
    • Hypersensibilite roxithromycine
    • Hypersensibilite sirolimus
    • Hypersensibilite spiramycine
    • Hypersensibilite tacrolimus
    • Hypersensibilite telithromycine
    • Hypersensibilite temsirolimus
  • Anomalie metabolisme galactose

  • Autre traitement en cours

    • Trt par carbamazepine
    • Trt par clarithromycine
    • Trt par inducteur enzymatique cyp3a4
    • Trt par inhibiteur enzymatique cyp3a4
    • Trt par itraconazole
    • Trt par ketoconazole
    • Trt par phenytoine
    • Trt par rifabutine
    • Trt par rifampicine
    • Trt par ritonavir
    • Trt par telithromycine
    • Trt par voriconazole
  • Deficit en lactase

  • Enfant

  • Grossesse

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
  • Interaction d'origine alimentaire

    • Apport de (jus de) pamplemousse
  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Regime sans galactose

  • Syndrome de malabsorption / intolerance digestive

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
    • Syndrome malabsorption glucose/galactose
  • Atteinte renale

  • Atteinte respiratoire

  • Autre traitement en cours

    • Trt par alcaloide ergot de seigle
    • Trt par astemizole
    • Trt par ciclosporine
    • Trt par cisapride
    • Trt par fibrate
    • Trt par immunosuppresseur
    • Trt par inhibiteur calcineurine
    • Trt par inhibiteur enzyme conversion
    • Trt par inhibiteur hmgcoa reductase
    • Trt par medicament nephrotoxique
    • Trt par pimozide
    • Trt par quinidine
    • Trt par substrat cyp3a4
    • Trt par tacrolimus
    • Trt par terfenadine
    • Trt par thymoglobuline
  • Deficit immunitaire

  • Dyslipidemie / anomalie metab lipide

    • Hypercholesterolemie
    • Hypertriglyceridemie
  • Exposition solaire / ultra-violets

  • Femme en age de procreer

  • Groupe ethnique

    • Population noire
  • Homme

  • Hyperlipidemie

    • Hypercholesterolemie
    • Hypertriglyceridemie
  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique maladie
  • Obesite

  • Patient a risque/fragilise

  • Quel que soit le terrain

  • Traitement anterieur

    • Trt par inhibiteur calcineurine
    • Trt par thymoglobuline
  • Trouble neurologique

  • Vaccination

    • Vaccination par vaccins vivants
  • Atteinte renale

  • Atteinte respiratoire

  • Autre traitement en cours

    • Trt par alcaloide ergot de seigle
    • Trt par astemizole
    • Trt par ciclosporine
    • Trt par cisapride
    • Trt par fibrate
    • Trt par immunosuppresseur
    • Trt par inhibiteur calcineurine
    • Trt par inhibiteur enzyme conversion
    • Trt par inhibiteur hmgcoa reductase
    • Trt par medicament nephrotoxique
    • Trt par pimozide
    • Trt par quinidine
    • Trt par substrat cyp3a4
    • Trt par tacrolimus
    • Trt par terfenadine
    • Trt par thymoglobuline
  • Deficit immunitaire

  • Dyslipidemie / anomalie metab lipide

    • Hypercholesterolemie
    • Hypertriglyceridemie
  • Exposition solaire / ultra-violets

  • Femme en age de procreer

  • Groupe ethnique

    • Population noire
  • Homme

  • Hyperlipidemie

    • Hypercholesterolemie
    • Hypertriglyceridemie
  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique maladie
  • Obesite

  • Patient a risque/fragilise

  • Quel que soit le terrain

  • Traitement anterieur

    • Trt par inhibiteur calcineurine
    • Trt par thymoglobuline
  • Trouble neurologique

  • Vaccination

    • Vaccination par vaccins vivants
Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de certican ?

SEVERE(S)
  • agueusie
  • anxiete
  • cancer col uterus
  • cancer colon
  • cancer cutane
  • cancer de la prostate
  • cancer de loesophage
  • cancer du poumon
  • cancer du sein
  • cancer estomac
  • cancer vessie
  • cancer vulvaire
  • cephalee
  • conjonctivite
  • dysgueusie
  • insomnie
  • irritabilite
  • leucemie aigue
  • lymphadenopathie
  • lymphadenopathie cervicale posterieure
  • lymphome
  • oedeme palpebral
  • sans info sur effets surdosage
  • sarcome de kaposi
  • somnolence diurne
  • syndrome activation macrophagique
  • syndrome lymphoproliferatif
  • syndrome myeloproliferatif
  • trouble psychocomportemental
  • tumeur cutanee
  • tumeur hepatique
  • tumeur maligne
  • tumeur uterine
MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • appendicite
  • arthrite
  • atteinte renale
  • augmentation du risque infectieux
  • bacteriemie
  • bronchite
  • bursite
  • candidose
  • candidose gastro intestinale
  • candidose vaginale
  • cellulite
  • cholecystite
  • colite
  • cystite
  • diarrhee
  • diverticulite
  • dysurie
  • encephalite
  • endocardite
  • enterite
  • fasciite
  • folliculite
  • gastrite
  • hematurie
  • hepatite
  • infection a herpes virus
  • infection bacterienne
  • infection cutanee
  • infection des voies respiratoires
  • infection fongique mycose
  • infection parasitaire parasitose
  • infection pulmonaire
  • infection urinaire
  • infection virale
  • leucoencephalopathie
  • meningite
  • meningite aseptique
  • meningite infectieuse
  • myocardite
  • neutropenie
  • osteomyelite
  • otite
  • peritonite
  • pharyngite
  • pneumonie
  • pollakiurie
  • pyelonephrite
  • rhinite
  • sepsis choc septique
  • septicemie
  • sinusite
  • syndrome grippal
  • tuberculose secondaire
  • ulcere cutane
  • vascularite
  • zona
MODERE(S)
  • acne
  • alat modification
  • alopecie
  • alveolite pulmonaire
  • amaigrissement
  • amenorrhee
  • anaphylaxie
  • anemie
  • anemie hemolytique
  • anorexie
  • appetit perte
  • arthralgie
  • asat modification
  • asthenie
  • atteinte hepatique
  • azoospermie
  • bilirubine modification
  • bouffee vasomotrice
  • choc anaphylactique
  • cicatrisation retard
  • cicatrisation trouble
  • coagulation trouble
  • constipation
  • cycle menstruel irregulier
  • deces mortalite
  • depression respiratoire
  • dermatite
  • deshydratation
  • diabete
  • douleur
  • douleur abdominale
  • douleur buccale
  • douleur oppression thoracique
  • dyspepsie
  • dysphagie deglutition difficulte
  • dyspnee
  • embolie pulmonaire
  • epanchement pericardique
  • epanchement pleural
  • epistaxis
  • erection trouble
  • eruption cutanee
  • eruption maculo papuleuse
  • erytheme
  • erythrodermie dermatite exfoliative
  • erythrodysesthesie palmo plantaire
  • fibrose pulmonaire
  • fievre
  • flatulence meteorisme
  • fsh lh modification
  • gamma gt modification
  • gingivite
  • glossite
  • hemoglobine modification
  • hemolyse
  • hemoptysie
  • hemostase trouble
  • hernie abdominale
  • hypercholesterolemie
  • hypercreatininemie
  • hyperglycemie
  • hyperlipasemie
  • hyperlipidemie
  • hypertension arterielle
  • hypertriglyceridemie
  • hyperuremie hyperazotemie
  • hypocalcemie
  • hypogonadisme male
  • hypokaliemie
  • hypophosphoremie hypophosphatemie
  • ictere
  • infiltrat pulmonaire
  • insuffisance cardiaque
  • insuffisance cardiaque congestive
  • insuffisance renale aigue
  • insuffisance renale chronique
  • kyste ovarien
  • lactico deshydrogenase modification
  • langue alteration
  • leucopenie
  • lymphoedeme
  • lymphopenie
  • menorragie
  • mucite
  • myalgie
  • nausee vomissement
  • necrose tubulaire renale
  • oedeme
  • oedeme de quincke angioedeme
  • oedeme peripherique
  • ongles alteration
  • pancreatite aigue
  • pancytopenie
  • pneumopathie
  • pneumopathie interstitielle diffuse
  • proteinurie
  • prurit
  • purpura
  • reaction allergique
  • rhabdomyolyse
  • saignement hemorragie
  • secheresse buccale
  • secheresse cutanee
  • sterilite secondaire
  • stomatite
  • syndrome hemolytique et uremique
  • tachycardie
  • testosterone modification
  • thrombocytopenie
  • thromboembolie
  • thrombophlebite
  • thrombose veineuse
  • toux
  • ulceration buccale
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    CERTICAN 0,75 mg, comprimé

    plaquette(s) aluminium polyamide PVC-Aluminium de 60 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 267,14
  • Illustration de la forme galénique

    CERTICAN 0,1 mg, comprimé dipersible

    plaquette(s) aluminium polyamide PVC-Aluminium de 60 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 36,90
  • Illustration de la forme galénique

    CERTICAN 0,25 mg, comprimé dispersible

    plaquette(s) aluminium polyamide PVC-Aluminium de 60 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 90,14
  • Illustration de la forme galénique

    CERTICAN 0,25 mg, comprimé

    plaquette(s) aluminium polyamide PVC-Aluminium de 60 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 90,14
  • Illustration de la forme galénique

    CERTICAN 0,5 mg, comprimé

    plaquette(s) aluminium polyamide PVC-Aluminium de 60 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 178,82
  • Illustration de la forme galénique

    CERTICAN 1,0 mg, comprimé

    plaquettes aluminium polyamide PVC-Aluminium de 60 comprimés

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 355,48
Illustration posology

Quelle est la posologie de certican ?

  • Posologie

Le traitement par ce médicament doit être initié et suivi exclusivement par des médecins ayant l'expérience des traitements immunosuppresseurs dans le cadre des transplantations d'organes et ayant accès au suivi thérapeutique des concentrations d'évérolimus dans le sang total.

  • Adultes

La posologie initiale recommandée pour la population générale de patients transplantés rénaux et cardiaques est de 0,75 mg 2 fois par jour co-administré avec de la ciclosporine, à débuter dès que possible après la transplantation.

Les patients recevant ce médicament peuvent nécessiter des adaptations posologiques en fonction des concentrations sanguines atteintes, de la tolérance, de la réponse individuelle, d'une modification des médicaments associés et de la situation clinique.

Les ajustements de posologie peuvent être réalisés à 4-5 jours d'intervalle (Cf. "Suivi des concentrations thérapeutiques").

  • Populations particulières

. Patients de race noire L'incidence des épisodes de rejets aigus confirmés par biopsie a été plus élevée chez les patients transplantés rénaux de race noire que chez les autres patients. Les données disponibles indiquent que les patients de race noire peuvent nécessiter une dose plus élevée de ce médicament pour obtenir une efficacité similaire à celle des autres patients (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Les données d'efficacité et de tolérance sont encore trop limitées à ce jour pour permettre des recommandations spécifiques quant à l'utilisation d'évérolimus chez les patients de race noire.

. Population pédiatrique Les données sur la tolérance et l'efficacité de l'utilisation de ce médicament en transplantation rénale sont limitées (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques" et "Propriétés pharmacocinétiques") et aucune recommandation de posologie ne peut être faite.

. Sujets âgés (> ou = 65 ans) L'expérience clinique chez les patients âgés de plus de 65 ans est limitée. Bien que les données soient limitées, il n'existe pas de différence apparente quant à la pharmacocinétique d'évérolimus chez les patients âgés de plus de 65-70 ans (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

. Insuffisants rénaux Aucune adaptation de la posologie n'est nécessaire (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Suivi des concentrations thérapeutiques

L'utilisation de techniques de dosage ayant des caractéristiques de performance adéquates pour de faibles concentrations de ciclosporine ou de tacrolimus est recommandée.

Ce médicament a une marge thérapeutique étroite, ce qui peut nécessiter des ajustements de la posologie pour maintenir la réponse thérapeutique. Une surveillance régulière des concentrations de l'évérolimus dans le sang total est recommandée. L'analyse de la relation efficacité-exposition et tolérance-exposition a montré, en transplantation rénale, cardiaque et hépatique, une incidence plus faible des rejets aigus confirmés par biopsie chez les patients atteignant des concentrations résiduelles de l'évérolimus dans le sang total > ou = 3 ng/ml, comparativement aux patients dont les concentrations résiduelles sont inférieures à 3 ng/ml. La limite supérieure recommandée de la fourchette thérapeutique est de 8 ng/ml. Des expositions supérieures à 12 ng/ml n'ont pas été étudiées. Ces fourchettes recommandées pour l'évérolimus ont été déterminées par méthodes chromatographiques.

Il est particulièrement important de surveiller les concentrations sanguines de l'évérolimus chez les patients présentant une insuffisance hépatique, lors de l'administration concomitante d'inducteurs ou d'inhibiteurs puissants du CYP3A4, lors d'un changement de forme pharmaceutique de ciclosporine et/ou lorsque les doses de ciclosporine sont fortement réduites (Cf. rubrique "Interactions"). Les concentrations d'évérolimus peuvent être légèrement inférieures après administration du comprimé dispersible.

Idéalement, les ajustements posologiques de ce médicament doivent reposer sur des valeurs de concentrations résiduelles obtenues plus de 4-5 jours après une précédente modification de dose. Il existe une interaction entre la ciclosporine et l'évérolimus, et par conséquent, les concentrations de l'évérolimus peuvent diminuer en cas d'exposition fortement réduite à la ciclosporine (concentration résiduelle < 50 ng/ml).

  • Recommandations posologiques pour la ciclosporine en transplantation rénale

Ce médicament ne doit pas être utilisé au long cours avec des doses standard de ciclosporine. Chez les patients transplantés rénaux traités par ce médicament, une exposition réduite à la ciclosporine améliore la fonction rénale. Sur la base des données de l'étude A2309, la réduction de l'exposition à la ciclosporine doit être débutée immédiatement après la transplantation avec des concentrations résiduelles dans le sang total comprises dans les fourchettes recommandées suivantes :

Transplantation rénale : Valeurs cibles recommandées pour les concentrations sanguines résiduelles de ciclosporine

  • Valeurs cibles de ciclosporine C0 (ng/ml) . Mois 1 : 100-200 . Mois 2-3 : 75-150 . Mois 4-5 : 50-100 . Mois 6-12 : 25-50 (Les valeurs de C0 et C2 mesurées sont présentées en rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

Avant toute réduction de dose de ciclosporine, il convient de s'assurer que les concentrations résiduelles de l'évérolimus dans le sang total à l'état d'équilibre sont supérieures ou égales à 3 ng/ml.

Les données relatives à l'administration de ce médicament en traitement d'entretien avec des concentrations résiduelles de ciclosporine inférieures à 50 ng/ml ou des valeurs de C2 inférieures à 350 ng/ml sont limitées. Au cas où une réduction de l'exposition à la ciclosporine ne peut être envisagée, la poursuite de l'utilisation de ce médicament doit être reconsidérée.

  • Recommandations posologiques pour la ciclosporine en transplantation cardiaque

Chez les patients transplantés cardiaques en traitement d'entretien, la dose de ciclosporine doit être réduite autant que cela est cliniquement possible, afin d'améliorer la fonction rénale. En cas de détérioration progressive de la fonction rénale ou de valeur calculée de la clairance de la créatinine < 60 ml/min, le traitement devra être ajusté. Chez les patients transplantés cardiaques, la dose de ciclosporine peut être établie sur la base des valeurs des concentrations résiduelles de ciclosporine dans le sang. Pour l'expérience clinique avec des concentrations sanguines réduites de ciclosporine, cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques".

Les données relatives à l'administration de ce médicament avec des concentrations résiduelles de ciclosporine de 50 à 100 ng/ml après 12 mois sont limitées en transplantation cardiaque.

Avant toute réduction de la dose de ciclosporine, il convient de s'assurer que les concentrations résiduelles d'évérolimus dans le sang total à l'état d'équilibre sont supérieures ou égales à 3 ng/ml.

  • Posologie

Le traitement par ce médicament doit être initié et suivi exclusivement par des médecins ayant l'expérience des traitements immunosuppresseurs dans le cadre des transplantations d'organes et ayant accès au suivi thérapeutique des concentrations de l'évérolimus dans le sang total.

  • Adultes

La posologie initiale recommandée pour la population générale de patients transplantés rénaux et cardiaques est de 0,75 mg 2 fois par jour co-administré avec de la ciclosporine, à débuter dès que possible après la transplantation.

Les patients recevant ce médicament peuvent nécessiter des adaptations posologiques en fonction des concentrations sanguines atteintes, de la tolérance, de la réponse individuelle, d'une modification des médicaments associés et de la situation clinique.

Les ajustements de posologie peuvent être réalisés à 4-5 jours d'intervalle (Cf. "Suivi des concentrations thérapeutiques").

  • Patients de race noire

L'incidence des épisodes de rejets aigus confirmés par biopsie a été plus élevée chez les patients transplantés rénaux de race noire que chez les autres patients. Les données disponibles indiquent que les patients de race noire peuvent nécessiter une dose plus élevée de ce médicament pour obtenir une efficacité similaire à celle des autres patients (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Les données d'efficacité et de tolérance sont encore trop limitées à ce jour pour permettre des recommandations spécifiques quant à l'utilisation d'évérolimus chez les patients de race noire.

. Population pédiatrique Les données sur la tolérance et l'efficacité de l'utilisation de ce médicament en transplantation rénale sont limitées (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques" et "Propriétés pharmacocinétiques") et aucune recommandation de posologie ne peut être faite.

  • Sujets âgés (> ou = 65 ans)

L'expérience clinique chez les patients âgés de plus de 65 ans est limitée. Bien que les données soient limitées, il n'existe pas de différence apparente quant à la pharmacocinétique d'évérolimus chez les patients âgés de plus de 65-70 ans (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisants hépatiques

Une surveillance étroite des concentrations résiduelles de l'évérolimus dans le sang total est recommandée chez les patients insuffisants hépatiques. La dose doit être réduite à environ deux tiers de la dose normale chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère (classe A de la classification de Child-Pugh), à environ la moitié de la dose normale chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée (classe B de la classification de Child-Pugh) . Tout ajustement ultérieur de la posologie doit être basé sur les résultats du suivi des concentrations du médicament (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). La dose d'évérolimus une fois réduite doit être arrondie au dosage du comprimé disponible le plus proche comme présenté ci-dessous :

Réduction de la dose d'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques

  • Transplantations rénale et cardiaque . Fonction hépatique normale : 0,75 mg 2 fois par jour . Insuffisance hépatique légère (classe A de la classification de Child-Pugh) : 0,5 mg 2 fois par jour . Insuffisance hépatique modérée (classe B de la classification de Child-Pugh) : 0,5 mg 2 fois par jour

  • Suivi des concentrations thérapeutiques

L'utilisation de techniques de dosage ayant des caractéristiques de performance adéquates pour de faibles concentrations de ciclosporine ou de tacrolimus est recommandée.

Ce médicament a une marge thérapeutique étroite, ce qui peut nécessiter des ajustements de la posologie pour maintenir la réponse thérapeutique. Une surveillance régulière des concentrations de l'évérolimus dans le sang total est recommandée. L'analyse de la relation efficacité-exposition et tolérance-exposition a montré, en transplantation rénale, cardiaque et hépatique, une incidence plus faible des rejets aigus confirmés par biopsie chez les patients atteignant des concentrations résiduelles de l'évérolimus dans le sang total > ou = 3 ng/ml, comparativement aux patients dont les concentrations résiduelles sont inférieures à 3 ng/ml. La limite supérieure recommandée de la fourchette thérapeutique est de 8 ng/ml. Des expositions supérieures à 12 ng/ml n'ont pas été étudiées. Ces fourchettes recommandées pour l'évérolimus ont été déterminées par méthodes chromatographiques.

Il est particulièrement important de surveiller les concentrations sanguines de l'évérolimus chez les patients présentant une insuffisance hépatique, lors de l'administration concomitante d'inducteurs ou d'inhibiteurs puissants du CYP3A4, lors d'un changement de forme pharmaceutique de ciclosporine et/ou lorsque les doses de ciclosporine sont fortement réduites (Cf. rubrique "Interactions"). Les concentrations d'évérolimus peuvent être légèrement inférieures après administration du comprimé dispersible.

Idéalement, les ajustements posologiques de ce médicament doivent reposer sur des valeurs de concentrations résiduelles obtenues plus de 4-5 jours après une précédente modification de dose. Il existe une interaction entre la ciclosporine et l'évérolimus, et par conséquent, les concentrations de l'évérolimus peuvent diminuer en cas d'exposition fortement réduite à la ciclosporine (concentration résiduelle < 50 ng/ml).

Il est préférable que les concentrations résiduelles de l'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques soient dans la limite supérieure de l'intervalle des taux d'exposition de 3-8 ng/ml.

Après initiation du traitement ou après ajustement de la dose, une surveillance doit être effectuée tous les 4 à 5 jours jusqu'à ce que 2 mesures consécutives des concentrations sanguines résiduelles de l'évérolimus montrent leur stabilisation. En effet, la demi-vie prolongée de l'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques retarde le délai d'atteinte de l'état d'équilibre (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Les ajustements posologiques doivent reposer sur des concentrations résiduelles sanguines de l'évérolimus stables.

  • Recommandations posologiques pour la ciclosporine en transplantation rénale

Ce médicament ne doit pas être utilisé au long cours avec des doses standard de ciclosporine. Chez les patients transplantés rénaux traités par ce médicament, une exposition réduite à la ciclosporine améliore la fonction rénale. Sur la base des données de l'étude A2309, la réduction de l'exposition à la ciclosporine doit être débutée immédiatement après la transplantation avec des concentrations résiduelles dans le sang total comprises dans les fourchettes recommandées suivantes :

Transplantation rénale : Valeurs cibles recommandées pour les concentrations sanguines résiduelles de ciclosporine

  • Valeurs cibles de ciclosporine C0 (ng/ml) . Mois 1 : 100-200 . Mois 2-3 : 75-150 . Mois 4-5 : 50-100 . Mois 6-12 : 25-50 (Les valeurs de C0 et C2 mesurées sont présentées en rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

Avant toute réduction de dose de ciclosporine, il convient de s'assurer que les concentrations résiduelles d'évérolimus dans le sang total à l'état d'équilibre sont supérieures ou égales à 3 ng/ml.

Les données relatives à l'administration de ce médicament en traitement d'entretien avec des concentrations résiduelles de ciclosporine inférieures à 50 ng/ml ou des valeurs de C2 inférieures à 350 ng/ml sont limitées. Au cas où une réduction de l'exposition à la ciclosporine ne peut être envisagée, la poursuite de l'utilisation de ce médicament doit être reconsidérée.

  • Recommandations posologiques pour la ciclosporine en transplantation cardiaque

Chez les patients transplantés cardiaques en traitement d'entretien, la dose de ciclosporine doit être réduite autant que cela est cliniquement possible, afin d'améliorer la fonction rénale. En cas de détérioration progressive de la fonction rénale ou de valeur calculée de la clairance de la créatinine < 60 ml/min, le traitement devra être ajusté. Chez les patients transplantés cardiaques, la dose de ciclosporine peut être établie sur la base des valeurs des concentrations résiduelles de ciclosporine dans le sang. Pour l'expérience clinique avec des concentrations sanguines réduites de ciclosporine, cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques".

Les données relatives à l'administration de ce médicament avec des concentrations résiduelles de ciclosporine de 50 à 100 ng/ml après 12 mois sont limitées en transplantation cardiaque.

Avant toute réduction de la dose de ciclosporine, il convient de s'assurer que les concentrations résiduelles d'évérolimus dans le sang total à l'état d'équilibre sont supérieures ou égales à 3 ng/ml.

  • Posologie

Le traitement par ce médicament doit être initié et suivi exclusivement par des médecins ayant l'expérience des traitements immunosuppresseurs dans le cadre des transplantations d'organes et ayant accès au suivi thérapeutique des concentrations de l'évérolimus dans le sang total.

  • Adultes

La posologie initiale recommandée pour la population générale de patients transplantés rénaux et cardiaques est de 0,75 mg 2 fois par jour co-administré avec de la ciclosporine, à débuter dès que possible après la transplantation.

Les patients recevant ce médicament peuvent nécessiter des adaptations posologiques en fonction des concentrations sanguines atteintes, de la tolérance, de la réponse individuelle, d'une modification des médicaments associés et de la situation clinique.

Les ajustements de posologie peuvent être réalisés à 4-5 jours d'intervalle (Cf. "Suivi des concentrations thérapeutiques").

  • Patients de race noire

L'incidence des épisodes de rejets aigus confirmés par biopsie a été plus élevée chez les patients de race noire transplantés rénaux que chez les autres patients. Les données disponibles indiquent que les patients de race noire peuvent nécessiter une dose plus élevée de ce médicament pour obtenir une efficacité similaire à celle des autres patients (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Les données d'efficacité et de tolérance sont encore trop limitées à ce jour pour permettre des recommandations spécifiques quant à l'utilisation d'évérolimus chez les patients de race noire.

. Population pédiatrique Les données sur la tolérance et l'efficacité de l'utilisation de ce médicament en transplantation rénale sont limitées (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques" et "Propriétés pharmacocinétiques") et aucune recommandation de posologie ne peut être faite.

  • Sujets âgés (> ou = 65 ans)

L'expérience clinique chez les patients âgés de plus de 65 ans est limitée. Bien que les données soient limitées, il n'existe pas de différence apparente quant à la pharmacocinétique d'évérolimus chez les patients âgés de plus de 65-70 ans (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisants hépatiques

Une surveillance étroite des concentrations résiduelles de l'évérolimus dans le sang total est recommandée chez les patients insuffisants hépatiques. La dose doit être réduite à environ un tiers de la dose normale chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (classe C de la classification de Child-Pugh). Tout ajustement ultérieur de la posologie doit être basé sur les résultats du suivi des concentrations du médicament (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). La dose d'évérolimus une fois réduite doit être arrondie au dosage du comprimé disponible le plus proche comme présenté ci-dessous :

Réduction de la dose d'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques

  • Transplantations rénale et cardiaque . Fonction hépatique normale : 0,75 mg 2 fois par jour . Insuffisance hépatique sévère (classe C de la classification de Child-Pugh) : 0,25 mg 2 fois par jour

  • Suivi des concentrations thérapeutiques

L'utilisation de techniques de dosage ayant des caractéristiques de performance adéquates pour de faibles concentrations de ciclosporine ou de tacrolimus est recommandée.

Ce médicament a une marge thérapeutique étroite, ce qui peut nécessiter des ajustements de la posologie pour maintenir la réponse thérapeutique. Une surveillance régulière des concentrations de l'évérolimus dans le sang total est recommandée. L'analyse de la relation efficacité-exposition et tolérance-exposition a montré, en transplantation rénale, cardiaque et hépatique, une incidence plus faible des rejets aigus confirmés par biopsie chez les patients atteignant des concentrations résiduelles de l'évérolimus dans le sang total > ou = 3 ng/ml, comparativement aux patients dont les concentrations résiduelles sont inférieures à 3 ng/ml. La limite supérieure recommandée de la fourchette thérapeutique est de 8 ng/ml. Des expositions supérieures à 12 ng/ml n'ont pas été étudiées. Ces fourchettes recommandées pour l'évérolimus ont été déterminées par méthodes chromatographiques.

Il est particulièrement important de surveiller les concentrations sanguines de l'évérolimus chez les patients présentant une insuffisance hépatique, lors de l'administration concomitante d'inducteurs ou d'inhibiteurs puissants du CYP3A4, lors d'un changement de forme pharmaceutique de ciclosporine et/ou lorsque les doses de ciclosporine sont fortement réduites (Cf. rubrique "Interactions"). Les concentrations d'évérolimus peuvent être légèrement inférieures après administration du comprimé dispersible.

Idéalement, les ajustements posologiques de ce médicament doivent reposer sur des valeurs de concentrations résiduelles obtenues plus de 4-5 jours après une précédente modification de dose. Il existe une interaction entre la ciclosporine et l'évérolimus, et par conséquent, les concentrations de l'évérolimus peuvent diminuer en cas d'exposition fortement réduite à la ciclosporine (concentration résiduelle < 50 ng/ml).

Il est préférable que les concentrations résiduelles de l'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques soient dans la limite supérieure de l'intervalle des taux d'exposition de 3-8 ng/ml.

Après initiation du traitement ou après ajustement de la dose, une surveillance doit être effectuée tous les 4 à 5 jours jusqu'à ce que 2 mesures consécutives des concentrations sanguines résiduelles de l'évérolimus montrent leur stabilisation. En effet, la demi-vie prolongée de l'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques retarde le délai d'atteinte de l'état d'équilibre (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Les ajustements posologiques doivent reposer sur des concentrations résiduelles sanguines de l'évérolimus stables.

  • Recommandations posologiques pour la ciclosporine en transplantation rénale

Ce médicament ne doit pas être utilisé au long cours avec des doses standard de ciclosporine. Chez les patients transplantés rénaux traités par ce médicament, une exposition réduite à la ciclosporine améliore la fonction rénale. Sur la base des données de l'étude A2309, la réduction de l'exposition à la ciclosporine doit être débutée immédiatement après la transplantation avec des concentrations résiduelles dans le sang total comprises dans les fourchettes recommandées suivantes :

Transplantation rénale : Valeurs cibles recommandées pour les concentrations sanguines résiduelles de ciclosporine

  • Valeurs cibles de ciclosporine C0 (ng/ml) . Mois 1 : 100-200 . Mois 2-3 : 75-150 . Mois 4-5 : 50-100 . Mois 6-12 : 25-50 (Les valeurs de C0 et C2 mesurées sont présentées en rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

Avant toute réduction de dose de ciclosporine, il convient de s'assurer que les concentrations résiduelles d'évérolimus dans le sang total à l'état d'équilibre sont supérieures ou égales à 3 ng/ml.

Les données relatives à l'administration de ce médicament en traitement d'entretien avec des concentrations résiduelles de ciclosporine inférieures à 50 ng/ml ou des valeurs de C2 inférieures à 350 ng/ml sont limitées. Au cas où une réduction de l'exposition à la ciclosporine ne peut être envisagée, la poursuite de l'utilisation de ce médicament doit être reconsidérée.

  • Recommandations posologiques pour la ciclosporine en transplantation cardiaque

Chez les patients transplantés cardiaques en traitement d'entretien, la dose de ciclosporine doit être réduite autant que cela est cliniquement possible, afin d'améliorer la fonction rénale. En cas de détérioration progressive de la fonction rénale ou de valeur calculée de la clairance de la créatinine < 60 ml/min, le traitement devra être ajusté. Chez les patients transplantés cardiaques, la dose de ciclosporine peut être établie sur la base des valeurs des concentrations résiduelles de ciclosporine dans le sang. Pour l'expérience clinique avec des concentrations sanguines réduites de ciclosporine, cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques".

Les données relatives à l'administration de ce médicament avec des concentrations résiduelles de ciclosporine de 50 à 100 ng/ml après 12 mois sont limitées en transplantation cardiaque.

Avant toute réduction de la dose de ciclosporine, il convient de s'assurer que les concentrations résiduelles d'évérolimus dans le sang total à l'état d'équilibre sont supérieures ou égales à 3 ng/ml.

  • Posologie

Le traitement par ce médicament doit être initié et suivi exclusivement par des médecins ayant l'expérience des traitements immunosuppresseurs dans le cadre des transplantations d'organes et ayant accès au suivi thérapeutique des concentrations de l'évérolimus dans le sang total.

  • Adultes

La posologie de 1 mg 2 fois par jour co-administré avec du tacrolimus est recommandée pour la population de patients transplantés hépatiques, la dose initiale devant être administrée environ 4 semaines après la transplantation.

Les patients recevant ce médicament peuvent nécessiter des adaptations posologiques en fonction des concentrations sanguines atteintes, de la tolérance, de la réponse individuelle, d'une modification des médicaments associés et de la situation clinique.

Les ajustements de posologie peuvent être réalisés à 4-5 jours d'intervalle (Cf. "Suivi des concentrations thérapeutiques").

  • Population pédiatrique

    Chez les patients pédiatriques transplantés hépatiques, ce médicament ne doit pas être utilisé (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

  • Sujets âgés (> ou = 65 ans)

L'expérience clinique chez les patients âgés de plus de 65 ans est limitée. Bien que les données soient limitées, il n'existe pas de différence apparente quant à la pharmacocinétique d'évérolimus chez les patients âgés de plus de 65-70 ans (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisants rénaux

Aucune adaptation de la posologie n'est nécessaire (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Suivi des concentrations thérapeutiques

L'utilisation de techniques de dosage ayant des caractéristiques de performance adéquates pour de faibles concentrations de ciclosporine ou de tacrolimus est recommandée.

Ce médicament a une marge thérapeutique étroite, ce qui peut nécessiter des ajustements de la posologie pour maintenir la réponse thérapeutique. Une surveillance régulière des concentrations de l'évérolimus dans le sang total est recommandée. L'analyse de la relation efficacité-exposition et tolérance-exposition a montré, en transplantation rénale, cardiaque et hépatique, une incidence plus faible des rejets aigus confirmés par biopsie chez les patients atteignant des concentrations résiduelles de l'évérolimus dans le sang total > ou = 3 ng/ml, comparativement aux patients dont les concentrations résiduelles sont inférieures à 3 ng/ml. La limite supérieure recommandée de la fourchette thérapeutique est de 8 ng/ml. Des expositions supérieures à 12 ng/ml n'ont pas été étudiées. Ces fourchettes recommandées pour l'évérolimus ont été déterminées par méthodes chromatographiques.

Il est particulièrement important de surveiller les concentrations sanguines de l'évérolimus chez les patients présentant une insuffisance hépatique, lors de l'administration concomitante d'inducteurs ou d'inhibiteurs puissants du CYP3A4, lors d'un changement de forme pharmaceutique de ciclosporine et/ou lorsque les doses de ciclosporine sont fortement réduites (Cf. rubrique "Interactions"). Les concentrations d'évérolimus peuvent être légèrement inférieures après administration du comprimé dispersible.

Idéalement, les ajustements posologiques de ce médicament doivent reposer sur des valeurs de concentrations résiduelles obtenues plus de 4-5 jours après une précédente modification de dose. Il existe une interaction entre la ciclosporine et l'évérolimus, et par conséquent, les concentrations de l'évérolimus peuvent diminuer en cas d'exposition fortement réduite à la ciclosporine (concentration résiduelle < 50 ng/ml).

  • Recommandations posologiques pour le tacrolimus en transplantation hépatique : Chez les patients transplantés hépatiques, l'exposition au tacrolimus doit être réduite afin de minimiser la toxicité rénale liée à l'inhibiteur de la calcineurine. La réduction de la dose de tacrolimus doit être initiée environ 3 semaines après le début de l'association avec évérolimus et doit être établie sur la base de concentrations sanguines résiduelles cibles de tacrolimus (C0) comprises dans l'intervalle 3-5 ng/ml. Dans un essai clinique contrôlé, l'arrêt total du tacrolimus a été associé à un risque accru de rejets aigus.

Dans les essais cliniques contrôlés, évérolimus n'a pas été évalué avec des doses standard (non réduites) de tacrolimus.

  • Posologie

Le traitement par ce médicament doit être initié et suivi exclusivement par des médecins ayant l'expérience des traitements immunosuppresseurs dans le cadre des transplantations d'organes et ayant accès au suivi thérapeutique des concentrations de l'évérolimus dans le sang total.

  • Adultes

La posologie de 1 mg 2 fois par jour co-administré avec du tacrolimus est recommandée pour la population de patients transplantés hépatiques, la dose initiale devant être administrée environ 4 semaines après la transplantation.

Les patients recevant ce médicament peuvent nécessiter des adaptations posologiques en fonction des concentrations sanguines atteintes, de la tolérance, de la réponse individuelle, d'une modification des médicaments associés et de la situation clinique.

Les ajustements de posologie peuvent être réalisés à 4-5 jours d'intervalle (Cf. "Suivi des concentrations thérapeutiques").

  • Population pédiatrique

    Chez les patients pédiatriques transplantés hépatiques, ce médicament ne doit pas être utilisé (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

  • Sujets âgés (> ou = 65 ans)

L'expérience clinique chez les patients âgés de plus de 65 ans est limitée. Bien que les données soient limitées, il n'existe pas de différence apparente quant à la pharmacocinétique d'évérolimus chez les patients âgés de plus de 65-70 ans (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisants hépatiques

Une surveillance étroite des concentrations résiduelles de l'évérolimus dans le sang total est recommandée chez les patients insuffisants hépatiques. La dose doit être réduite à environ deux tiers de la dose normale chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère (classe A de la classification de Child-Pugh) et à environ la moitié de la dose normale chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée (classe B de la classification de Child-Pugh) . Tout ajustement ultérieur de la posologie doit être basé sur les résultats du suivi des concentrations du médicament (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). La dose d'évérolimus une fois réduite doit être arrondie au dosage du comprimé disponible le plus proche comme présenté ci-dessous :

Réduction de la dose d'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques

  • Transplantations hépatique . Fonction hépatique normale : 1 mg 2 fois par jour . Insuffisance hépatique légère (classe A de la classification de Child-Pugh) : 0,75 mg 2 fois par jour

  • Suivi des concentrations thérapeutiques

L'utilisation de techniques de dosage ayant des caractéristiques de performance adéquates pour de faibles concentrations de ciclosporine ou de tacrolimus est recommandée.

Ce médicament a une marge thérapeutique étroite, ce qui peut nécessiter des ajustements de la posologie pour maintenir la réponse thérapeutique. Une surveillance régulière des concentrations de l'évérolimus dans le sang total est recommandée. L'analyse de la relation efficacité-exposition et tolérance-exposition a montré, en transplantation rénale, cardiaque et hépatique, une incidence plus faible des rejets aigus confirmés par biopsie chez les patients atteignant des concentrations résiduelles de l'évérolimus dans le sang total > ou = 3 ng/ml, comparativement aux patients dont les concentrations résiduelles sont inférieures à 3 ng/ml. La limite supérieure recommandée de la fourchette thérapeutique est de 8 ng/ml. Des expositions supérieures à 12 ng/ml n'ont pas été étudiées. Ces fourchettes recommandées pour l'évérolimus ont été déterminées par méthodes chromatographiques.

Il est particulièrement important de surveiller les concentrations sanguines de l'évérolimus chez les patients présentant une insuffisance hépatique, lors de l'administration concomitante d'inducteurs ou d'inhibiteurs puissants du CYP3A4, lors d'un changement de forme pharmaceutique de ciclosporine et/ou lorsque les doses de ciclosporine sont fortement réduites (Cf. rubrique "Interactions"). Les concentrations d'évérolimus peuvent être légèrement inférieures après administration du comprimé dispersible.

Idéalement, les ajustements posologiques de ce médicament doivent reposer sur des valeurs de concentrations résiduelles obtenues plus de 4-5 jours après une précédente modification de dose. Il existe une interaction entre la ciclosporine et l'évérolimus, et par conséquent, les concentrations de l'évérolimus peuvent diminuer en cas d'exposition fortement réduite à la ciclosporine (concentration résiduelle < 50 ng/ml).

Il est préférable que les concentrations résiduelles de l'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques soient dans la limite supérieure de l'intervalle des taux d'exposition de 3-8 ng/ml.

Après initiation du traitement ou après ajustement de la dose, une surveillance doit être effectuée tous les 4 à 5 jours jusqu'à ce que 2 mesures consécutives des concentrations sanguines résiduelles de l'évérolimus montrent leur stabilisation. En effet, la demi-vie prolongée de l'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques retarde le délai d'atteinte de l'état d'équilibre (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Les ajustements posologiques doivent reposer sur des concentrations résiduelles sanguines de l'évérolimus stables.

  • Recommandations posologiques pour le tacrolimus en transplantation hépatique : Chez les patients transplantés hépatiques, l'exposition au tacrolimus doit être réduite afin de minimiser la toxicité rénale liée à l'inhibiteur de la calcineurine. La réduction de la dose de tacrolimus doit être initiée environ 3 semaines après le début de l'association avec évérolimus et doit être établie sur la base de concentrations sanguines résiduelles cibles de tacrolimus (C0) comprises dans l'intervalle 3-5 ng/ml. Dans un essai clinique contrôlé, l'arrêt total du tacrolimus a été associé à un risque accru de rejets aigus.

Dans les essais cliniques contrôlés, évérolimus n'a pas été évalué avec des doses standard (non réduites) de tacrolimus.

  • Posologie

Le traitement par ce médicament doit être initié et suivi exclusivement par des médecins ayant l'expérience des traitements immunosuppresseurs dans le cadre des transplantations d'organes et ayant accès au suivi thérapeutique des concentrations de l'évérolimus dans le sang total.

  • Adultes

La posologie de 1 mg 2 fois par jour co-administré avec du tacrolimus est recommandée pour la population de patients transplantés hépatiques, la dose initiale devant être administrée environ 4 semaines après la transplantation.

Les patients recevant ce médicament peuvent nécessiter des adaptations posologiques en fonction des concentrations sanguines atteintes, de la tolérance, de la réponse individuelle, d'une modification des médicaments associés et de la situation clinique.

Les ajustements de posologie peuvent être réalisés à 4-5 jours d'intervalle (Cf. "Suivi des concentrations thérapeutiques").

  • Population pédiatrique

Chez les patients pédiatriques transplantés hépatiques, ce médicament ne doit pas être utilisé (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

  • Sujets âgés (> ou = 65 ans)

L'expérience clinique chez les patients âgés de plus de 65 ans est limitée. Bien que les données soient limitées, il n'existe pas de différence apparente quant à la pharmacocinétique d'évérolimus chez les patients âgés de plus de 65-70 ans (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisants hépatiques

Une surveillance étroite des concentrations résiduelles de l'évérolimus dans le sang total est recommandée chez les patients insuffisants hépatiques. La dose doit être réduite à environ la moitié de la dose normale chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée (classe B de la classification de Child-Pugh) et à environ un tiers de la dose normale chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (classe C de la classification de Child-Pugh). Tout ajustement ultérieur de la posologie doit être basé sur les résultats du suivi des concentrations du médicament (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). La dose d'évérolimus une fois réduite doit être arrondie au dosage du comprimé disponible le plus proche comme présenté ci-dessous :

Réduction de la dose d'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques

  • Transplantations hépatique . Fonction hépatique normale : 1 mg deux fois par jour . Insuffisance hépatique modérée (classe B de la classification de Child-Pugh) : 0,5 mg 2 fois par jour . Insuffisance hépatique modérée (classe C de la classification de Child-Pugh) : 0,5 mg 2 fois par jour

  • Suivi des concentrations thérapeutiques

L'utilisation de techniques de dosage ayant des caractéristiques de performance adéquates pour de faibles concentrations de ciclosporine ou de tacrolimus est recommandée.

Ce médicament a une marge thérapeutique étroite, ce qui peut nécessiter des ajustements de la posologie pour maintenir la réponse thérapeutique. Une surveillance régulière des concentrations de l'évérolimus dans le sang total est recommandée. L'analyse de la relation efficacité-exposition et tolérance-exposition a montré, en transplantation rénale, cardiaque et hépatique, une incidence plus faible des rejets aigus confirmés par biopsie chez les patients atteignant des concentrations résiduelles de l'évérolimus dans le sang total > ou = 3 ng/ml, comparativement aux patients dont les concentrations résiduelles sont inférieures à 3 ng/ml. La limite supérieure recommandée de la fourchette thérapeutique est de 8 ng/ml. Des expositions supérieures à 12 ng/ml n'ont pas été étudiées. Ces fourchettes recommandées pour l'évérolimus ont été déterminées par méthodes chromatographiques.

Il est particulièrement important de surveiller les concentrations sanguines de l'évérolimus chez les patients présentant une insuffisance hépatique, lors de l'administration concomitante d'inducteurs ou d'inhibiteurs puissants du CYP3A4, lors d'un changement de forme pharmaceutique de ciclosporine et/ou lorsque les doses de ciclosporine sont fortement réduites (Cf. rubrique "Interactions"). Les concentrations d'évérolimus peuvent être légèrement inférieures après administration du comprimé dispersible.

Idéalement, les ajustements posologiques de ce médicament doivent reposer sur des valeurs de concentrations résiduelles obtenues plus de 4-5 jours après une précédente modification de dose. Il existe une interaction entre la ciclosporine et l'évérolimus, et par conséquent, les concentrations de l'évérolimus peuvent diminuer en cas d'exposition fortement réduite à la ciclosporine (concentration résiduelle < 50 ng/ml).

Il est préférable que les concentrations résiduelles de l'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques soient dans la limite supérieure de l'intervalle des taux d'exposition de 3-8 ng/ml.

Après initiation du traitement ou après ajustement de la dose, une surveillance doit être effectuée tous les 4 à 5 jours jusqu'à ce que 2 mesures consécutives des concentrations sanguines résiduelles de l'évérolimus montrent leur stabilisation. En effet, la demi-vie prolongée de l'évérolimus chez les patients insuffisants hépatiques retarde le délai d'atteinte de l'état d'équilibre (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Les ajustements posologiques doivent reposer sur des concentrations résiduelles sanguines de l'évérolimus stables.

  • Recommandations posologiques pour le tacrolimus en transplantation hépatique : Chez les patients transplantés hépatiques, l'exposition au tacrolimus doit être réduite afin de minimiser la toxicité rénale liée à l'inhibiteur de la calcineurine. La réduction de la dose de tacrolimus doit être initiée environ 3 semaines après le début de l'association avec évérolimus et doit être établie sur la base de concentrations sanguines résiduelles cibles de tacrolimus (C0) comprises dans l'intervalle 3-5 ng/ml. Dans un essai clinique contrôlé, l'arrêt total du tacrolimus a été associé à un risque accru de rejets aigus.

Dans les essais cliniques contrôlés, évérolimus n'a pas été évalué avec des doses standard (non réduites) de tacrolimus.