Crestor (rosuvastatine)

Médicaments à base de rosuvastatine :

Découvrez Posos 🎉

L’outil d’aide à la prescription simple et personnalisé qui vous aide à prendre la meilleure décision.

  • Identifier une posologie complexe
  • Limiter la iatrogénie
  • Vérifier les contre-indications
  • Trouver un équivalent thérapeutique
Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

    Rosuvastatine

  • Dosages

    10 mg5 mg20 mg

  • Formes galéniques

    comprimé pelliculé

  • Classe Thérapeutique

    C10AA - INHIBITEURS DE L'HMG-COA REDUCTASE

Illustration indications

Indications - Quand utiliser crestor ?

  • En cas d'echec du regime

  • En cas d'echec regles hygienodietetiques

  • Associer a un regime adapte

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant a partir de 6 ans

  • Dans les formes heterozygotes

  • En cas d'echec du regime

  • En cas d'echec regles hygienodietetiques

  • Associer a un regime adapte

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant a partir de 6 ans

  • Traitement preventif

  • Associer a prise en charge medicale

  • Chez le patient a risque

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de crestor ?

  • Adulte jeune (15-17 ans)

    • Adulte de moins de 17 ans
  • Alcoolisme chronique

  • Allaitement

  • Alteration de l'etat general

  • Anomalie metabolique

    • Anomalie metabolique severe
  • Atteinte hepatique

    • Atteinte hepatique en cours
  • Autre traitement en cours

    • Trt par ciclosporine
    • Trt par fibrate
    • Trt par fusidique acide
  • Dysfonctionnement endocrinien

    • Dysfonctionnement endocrinien severe
  • Enfant

    • Enfant de plus de 6 ans
  • Epilepsie

    • Epilepsie non controlee
  • Femme en age de procreer

    • En l'absence de contraception efficace
  • Grossesse

  • Groupe ethnique

    • Population asiatique
  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite atorvastatine
    • Hypersensibilite cerivastatine
    • Hypersensibilite croisee
    • Hypersensibilite fluvastatine
    • Hypersensibilite pitavastatine
    • Hypersensibilite pravastatine
    • Hypersensibilite rosuvastatine
    • Hypersensibilite simvastatine
    • Hypersensibilite statines (inh. hmgcoa reductase)
  • Hypotension arterielle

    • Hypotension arterielle non controlee
  • Hypothyroidie

  • Infection

    • Infection severe aigue
  • Insuffisance hepatique

  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale moderee
    • Insuffisance renale severe
  • Interaction d'origine alimentaire

    • Apport de levure de riz rouge
  • Intervention chirurgicale

    • Intervention chirurgicale majeure
  • Myopathie

    • Myopathie antecedent familial
    • Myopathie antecedent personnel
    • Myopathie hereditaire
    • Myopathie maladie
    • Myopathie medicamenteuse
    • Trt par fibrate
    • Trt par inhibiteur hmgcoa reductase
    • Trt par statine
  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Rhabdomyolyse

  • Traitement anterieur

    • Trt par fusidique acide
  • Traumatisme

    • Traumatisme recent
    • Traumatisme severe
  • Trouble hydroelectrolytique

    • Trouble hydroelectrolytique severe
  • Anomalie metabolisme galactose

  • Autre traitement en cours

    • Trt par gemfibrozil
  • Deficit en lactase

  • Enfant

    • Enfant de moins de 6 ans
  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
  • Regime sans galactose

  • Syndrome de malabsorption / intolerance digestive

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
    • Syndrome malabsorption glucose/galactose
  • Alcoolisme chronique

  • Atteinte hepatique

    • Atteinte hepatique antecedent personnel
  • Autre traitement en cours

    • Trt par acide nicotinique
    • Trt par antifongique azole
    • Trt par antiprotease
    • Trt par ezetimibe
    • Trt par fibrate
    • Trt par gemfibrozil
    • Trt par inh protease booste par ritonavir
    • Trt par macrolide
    • Trt par niacine
    • Trt par ritonavir
  • Douleur

  • Exposition a une temperature extreme

  • Groupe ethnique

    • Population asiatique
  • Hyperglycemie

  • Hyperlipidemie

    • Hypertriglyceridemie
  • Hypertension arterielle

  • Hypothyroidie

  • Insuffisance renale chronique

  • Myopathie

    • Myopathie antecedent familial
    • Myopathie antecedent personnel
    • Myopathie hereditaire
    • Myopathie medicamenteuse
    • Trt par fibrate
    • Trt par inhibiteur hmgcoa reductase
    • Trt par statine
  • Obesite

  • Pneumopathie

    • Pneumopathie interstitielle
  • Quel que soit le terrain

  • Spasme musculaire

  • Sujet age

    • Sujet age de plus de 70 ans
  • Syndrome nephrotique

  • Trouble neuromusculaire

  • Alcoolisme chronique

  • Atteinte hepatique

    • Atteinte hepatique antecedent personnel
  • Autre traitement en cours

    • Trt par acide nicotinique
    • Trt par antifongique azole
    • Trt par antiprotease
    • Trt par ezetimibe
    • Trt par fibrate
    • Trt par gemfibrozil
    • Trt par inh protease booste par ritonavir
    • Trt par macrolide
    • Trt par niacine
    • Trt par ritonavir
  • Douleur

  • Exposition a une temperature extreme

  • Groupe ethnique

    • Population asiatique
  • Hyperglycemie

  • Hyperlipidemie

    • Hypertriglyceridemie
  • Hypertension arterielle

  • Hypothyroidie

  • Insuffisance renale chronique

  • Myopathie

    • Myopathie antecedent familial
    • Myopathie antecedent personnel
    • Myopathie hereditaire
    • Myopathie medicamenteuse
    • Trt par fibrate
    • Trt par inhibiteur hmgcoa reductase
    • Trt par statine
  • Obesite

  • Pneumopathie

    • Pneumopathie interstitielle
  • Quel que soit le terrain

  • Spasme musculaire

  • Sujet age

    • Sujet age de plus de 70 ans
  • Syndrome nephrotique

  • Trouble neuromusculaire

Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de crestor ?

SEVERE(S)
  • augmentation du risque infectieux
  • douleur pharyngolaryngee
  • dyspnee
  • epistaxis
  • hyperamylasemie
  • hyperlipasemie
  • pancreatite aigue
  • pharyngite
  • pneumopathie
  • pneumopathie interstitielle diffuse
  • rhinite
  • sans info sur effets surdosage
  • syndrome grippal
  • toux
MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • acne
  • alat modification
  • alopecie
  • anaphylaxie
  • anticorps apparition
  • anurie
  • arthralgie
  • arthrite
  • arthropathie
  • asat modification
  • atteinte hepatique
  • atteinte renale
  • bilirubine modification
  • choc anaphylactique
  • cholecystite
  • cholestase
  • crampe musculaire
  • creatine kinase modification
  • deces mortalite
  • dechirure musculaire
  • dermatite
  • dorsalgie
  • douleur
  • douleur cervicale
  • douleur des extremites
  • eczema
  • enzyme musculaire modification
  • epanchement articulaire
  • eruption cutanee
  • erytheme
  • erytheme polymorphe
  • erythrodermie dermatite exfoliative
  • exantheme
  • faiblesse musculaire
  • gamma gt modification
  • hepatite
  • hypercholesterolemie
  • hypercreatininemie
  • hypertonie musculaire
  • ictere
  • insuffisance hepatique
  • insuffisance renale aigue
  • lichen
  • lithiase biliaire
  • lyell syndrome
  • maladie autoimmune
  • manifestation cutanee
  • myalgie
  • myasthenie
  • myoglobinurie
  • myopathie
  • necrose hepatique
  • oedeme
  • oedeme de quincke angioedeme
  • oedeme facial
  • oedeme peripherique
  • phosphatase alcaline modification
  • photosensibilisation medicamenteuse
  • polymyosite
  • prurit
  • reaction allergique
  • rhabdomyolyse
  • rupture tendineuse
  • stevens johnson syndrome
  • syndrome lupique
  • tendinopathie
  • thrombocytopenie
  • toxidermie bulleuse pemphigus
  • urticaire
  • vascularite
MODERE(S)
  • diabete
  • diplopie
  • glycosurie
  • hemoglobine modification
  • hyperglycemie
  • vision alteration
  • vision floue
MINEUR(S) OU MODERE(S)
  • amnesie
  • asthenie
  • cauchemar
  • cephalee
  • confusion mentale
  • depression
  • dysesthesie
  • dysgueusie
  • erection trouble
  • hypoesthesie
  • insomnie
  • memoire trouble
  • neuropathie peripherique
  • paresthesie
  • sommeil trouble
  • trouble cognitif
  • trouble sexuel
  • vertige etourdissement
MINEUR(S)
  • constipation
  • diarrhee
  • distension abdominale
  • douleur abdominale
  • dyspepsie
  • eructation
  • flatulence meteorisme
  • gastralgie
  • gastrite
  • glossodynie
  • gynecomastie
  • hematurie
  • nausee vomissement
  • proteinurie
  • pyrosis
  • secheresse buccale
  • tubulopathie renale
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    CRESTOR 10 mg, comprimé pelliculé

    plaquette(s) aluminium de 60 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
  • Illustration de la forme galénique

    CRESTOR 5 mg, comprimé pelliculé

    plaquette(s) aluminium de 60 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
  • Illustration de la forme galénique

    CRESTOR 20 mg, comprimé pelliculé

    plaquette(s) aluminium de 60 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de crestor ?

    Avant de débuter le traitement, le patient doit suivre un régime hypocholestérolémiant adapté qu'il devra continuer pendant toute la durée du traitement.

    La posologie sera adaptée selon l'objectif thérapeutique et la réponse du patient, en fonction des recommandations en vigueur.

    • Traitement des hypercholestérolémies

    La dose initiale recommandée est de 5 ou 10 mg une fois/jour par voie orale aussi bien chez les patients naïfs que chez les patients précedemment traités par un autre inhibiteur de l'HMG-CoA réductase. Pour un patient donné, le choix de la dose initiale devra tenir compte du taux de LDL-C, du risque cardiovascualire potentiel ainsi que du risque de survenue d'effets indésirables.

    Une augmentation de la posologie à la dose supérieure peut se faire après 4 semaines si besoin est (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    Compte-tenu de l'augmentation du nombre d'effets indésirables observés à la dose de 40 mg par rapport aux doses plus faibles (Cf. rubrique "Effets indésirables"), une dose maximale de 40 mg (2 fois 20 mg) ne sera envisagée que chez des patients présentant une hypercholestérolémie sévère avec un risque cardiovasculaire élevé (en particulier ceux présentant une hypercholestérolémie familiale) n'ayant pas atteint l'objectif thérapeutique fixé à une dose de 20 mg/jour et qui feront l'objet d'un suivi régulier (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Il est recommandé que l'avis d'un spécialiste soit pris lors de l'initiation d'une dose à 40 mg.

    • Posologie chez l'insuffisant rénal

    En cas d'insuffisance rénale légère à modérée, aucun ajustement posologique n'est nécessaire.

    Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients avec une insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine < 60 ml/min).

    La dose de 40 mg est également contre-indiquée chez les patients avec une insuffisance rénale modérée.

    En cas d'insuffisance rénale sévère, tous les dosages de ce médicament sont contre-indiqués (cf. rubriques "Contre-indications" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Posologie chez l'insuffisant hépatique

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh < ou = 7, aucune augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine n'a été observée.

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh de 8 ou 9 : une augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine a été observée (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez ces patients une évaluation de la fonction rénale sera réalisée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh > 9 : aucune donnée n'est disponible.

    Ce médicament est contre-indiqué chez les patients présentant une affection hépatique évolutive (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Particularités ethniques

    Une augmentation de l'exposition systémique a été observée chez des sujets asiatiques (Cf. rubriques "Contre-indications", "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients ayant des origines asiatiques. La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients.

    • Polymorphismes génétiques

    Certains types spécifiques de polymorphismes génétiques sont connus pour induire une augmentation de l'exposition à la rosuvastatine (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez les patients connus pour présenter ces types spécifiques de polymorphismes, une dose journalière plus faible de ce médicament est recommandée.

    • Posologie chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie

    La dose initiale recommandée est de 5 mg chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Traitements concomitants

    La rosuvastatine est un substrat de divers transporteurs protéiques (par exemple OATP1B1 et BCRP). Le risque de myopathie (y compris de rhabdomyolyse) est augmenté lorsque ce médicament est administré de façon concomitante avec certains médicaments qui peuvent augmenter la concentration plasmatique de rosuvastatine en raison de leurs interactions avec ces transporteurs protéiques (par exemple la ciclosporine et certains inhibiteurs de protéases, y compris des associations de ritonavir avec l'atazanavir, le lopinavir et/ou le tipranavir ; Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Interactions"). Si possible, des alternatives thérapeutiques doivent être considérées et, si nécessaire, un arrêt temporaire du traitement par ce médicament doit être envisagé. Dans les situations où la co-administration de ces médicaments avec ce médicament est inévitable, le bénéfice et le risque du traitement associé et les ajustements posologiques de ce médicament doivent être attentivement pris en considération (Cf. rubrique "Interactions").

    Avant de débuter le traitement, le patient doit suivre un régime hypocholestérolémiant adapté qu'il devra continuer pendant toute la durée du traitement.

    La posologie sera adaptée selon l'objectif thérapeutique et la réponse du patient, en fonction des recommandations en vigueur.

    • Prévention des événements cardiovasculaires

    Dans l'étude de réduction du risque des événements cardiovasculaires, la dose utilisée était de 20 mg une fois par jour (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Posologie chez l'insuffisant rénal

    En cas d'insuffisance rénale légère à modérée, aucun ajustement posologique n'est nécessaire.

    Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients avec une insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine < 60 ml/min).

    La dose de 40 mg est également contre-indiquée chez les patients avec une insuffisance rénale modérée.

    En cas d'insuffisance rénale sévère, tous les dosages de ce médicament sont contre-indiqués (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Posologie chez l'insuffisant hépatique

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh < ou = 7, aucune augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine n'a été observée.

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh de 8 ou 9 : une augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine a été observée (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez ces patients une évaluation de la fonction rénale sera réalisée (Cf. rubrique "Mises en garde spéciales et précautions d'emploi").

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh > 9 : aucune donnée n'est disponible. Ce médicament est contre-indiqué chez les patients présentant une affection hépatique évolutive (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Particularités ethniques

    Une augmentation de l'exposition systémique a été observée chez les sujets asiatiques (Cf. rubriques "Contre-indications", "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients ayant des origines asiatiques. La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients.

    • Polymorphismes génétiques

    Certains types spécifiques de polymorphismes génétiques sont connus pour induire une augmentation de l'exposition à la rosuvastatine (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez les patients connus pour présenter ces types spécifiques de polymorphismes, une dose journalière plus faible de ce médicament est recommandée.

    • Posologie chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie

    La dose initiale recommandée est de 5 mg chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Traitements concomitants

    La rosuvastatine est un substrat de divers transporteurs protéiques (par exemple OATP1B1 et BCRP). Le risque de myopathie (y compris de rhabdomyolyse) est augmenté lorsque ce médicament est administré de façon concomitante avec certains médicaments qui peuvent augmenter la concentration plasmatique de rosuvastatine en raison de leurs interactions avec ces transporteurs protéiques (par exemple la ciclosporine et certains inhibiteurs de protéases, y compris des associations de ritonavir avec l'atazanavir, le lopinavir et/ou le tipranavir ; Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Interactions"). Si possible, des alternatives thérapeutiques doivent être considérées et, si nécessaire, un arrêt temporaire du traitement par ce médicament doit être envisagé. Dans les situations où la co-administration de ces médicaments avec ce médicament est inévitable, le bénéfice et le risque du traitement associé et les ajustements posologiques de ce médicament doivent être attentivement pris en considération (Cf. rubrique "Interactions").

    Avant de débuter le traitement, le patient doit suivre un régime hypocholestérolémiant adapté qu'il devra continuer pendant toute la durée du traitement.

    La posologie sera adaptée selon l'objectif thérapeutique et la réponse du patient, en fonction des recommandations en vigueur.

    • Population pédiatrique

    L'utilisation en pédiatrie doit être exclusivement réservée aux spécialistes.

    • Enfants et adolescents de 6 à 17 ans
    • Hypercholestérolémie familiale hétérozygote Chez les enfants et les adolescents ayant une hypercholestérolémie familiale hétérozygote, la dose d'initiation usuelle est de 5 mg par jour.

    Chez les enfants âgés de 6 à 9 ans présentant une hypercholestérolémie familiale hétérozygote, la dose usuelle varie entre 5 et 10 mg une fois par jour par voie orale. La sécurité d'emploi et l'efficacité des doses supérieures à 10 mg n'ont pas été étudiées dans cette population.

    Les ajustements posologiques doivent être réalisés en fonction de la réponse individuelle et de la tolérance au traitement de la population pédiatrique, en tenant compte des recommandations des traitements pédiatriques (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Les enfants et adolescents doivent suivre un régime hypocholestérolémiant standard avant l'initiation du traitement par rosuvastatine, le régime devant être poursuivi pendant la période de traitement.

    • Enfants de moins de 6 ans La sécurité d'emploi et l'efficacité de l'utilisation chez les enfants de moins de 6 ans n'ont pas été étudiées. Pour cette raison, ce médicament n'est pas recommandé chez les enfants âgés de moins de 6 ans.
    • Particularités ethniques

    Une augmentation de l'exposition systémique a été observée chez les sujets asiatiques (Cf. rubriques "Contre-indications", "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients ayant des origines asiatiques. La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients.

    • Polymorphismes génétiques

    Certains types spécifiques de polymorphismes génétiques sont connus pour induire une augmentation de l'exposition à la rosuvastatine (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez les patients connus pour présenter ces types spécifiques de polymorphismes, une dose journalière plus faible de ce médicament est recommandée.

    • Posologie chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie

    La dose initiale recommandée est de 5 mg chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Traitements concomitants

    La rosuvastatine est un substrat de divers transporteurs protéiques (par exemple OATP1B1 et BCRP). Le risque de myopathie (y compris de rhabdomyolyse) est augmenté lorsque ce médicament est administré de façon concomitante avec certains médicaments qui peuvent augmenter la concentration plasmatique de rosuvastatine en raison de leurs interactions avec ces transporteurs protéiques (par exemple la ciclosporine et certains inhibiteurs de protéases, y compris des associations de ritonavir avec l'atazanavir, le lopinavir et/ou le tipranavir ; Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Interactions"). Si possible, des alternatives thérapeutiques doivent être considérées et, si nécessaire, un arrêt temporaire du traitement par ce médicament doit être envisagé. Dans les situations où la co-administration de ces médicaments avec ce médicament est inévitable, le bénéfice et le risque du traitement associé et les ajustements posologiques de ce médicament doivent être attentivement pris en considération (Cf. rubrique "Interactions").

    Avant de débuter le traitement, le patient doit suivre un régime hypocholestérolémiant adapté qu'il devra continuer pendant toute la durée du traitement.

    La posologie sera adaptée selon l'objectif thérapeutique et la réponse du patient, en fonction des recommandations en vigueur.

    • Population pédiatrique

    L'utilisation en pédiatrie doit être exclusivement réservée aux spécialistes.

    • Enfants et adolescents de 6 à 17 ans (stades II-V sur l'échelle de Tanner)
    • Hypercholestérolémie familiale hétérozygote Chez les enfants et les adolescents ayant une hypercholestérolémie familiale hétérozygote, la dose d'initiation usuelle est de 5 mg par jour.

    Chez les enfants âgés de 10 à 17 ans présentant une hypercholestérolémie familiale hétérozygote, la dose usuelle varie entre 5 et 20 mg une fois par jour par voie orale. La sécurité d'emploi et l'efficacité des doses supérieures à 20 mg n'ont pas été étudiées dans cette population.

    Les ajustements posologiques doivent être réalisés en fonction de la réponse individuelle et de la tolérance au traitement de la population pédiatrique, en tenant compte des recommandations des traitements pédiatriques (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Les enfants et adolescents doivent suivre un régime hypocholestérolémiant standard avant l'initiation du traitement par rosuvastatine, le régime devant être poursuivi pendant la période de traitement.

    • Enfants de moins de 6 ans La sécurité d'emploi et l'efficacité de l'utilisation chez les enfants de moins de 6 ans n'ont pas été étudiées. Pour cette raison, ce médicament n'est pas recommandé chez les enfants âgés de moins de 6 ans.
    • Particularités ethniques

    Une augmentation de l'exposition systémique a été observée chez les sujets asiatiques (Cf. rubriques "Contre-indications", "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients ayant des origines asiatiques. La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients.

    • Polymorphismes génétiques

    Certains types spécifiques de polymorphismes génétiques sont connus pour induire une augmentation de l'exposition à la rosuvastatine (Cfr. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez les patients connus pour présenter ces types spécifiques de polymorphismes, une dose journalière plus faible de ce médicament est recommandée.

    • Posologie chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie

    La dose initiale recommandée est de 5 mg chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Traitements concomitants

    La rosuvastatine est un substrat de divers transporteurs protéiques (par exemple OATP1B1 et BCRP). Le risque de myopathie (y compris de rhabdomyolyse) est augmenté lorsque ce médicament est administré de façon concomitante avec certains médicaments qui peuvent augmenter la concentration plasmatique de rosuvastatine en raison de leurs interactions avec ces transporteurs protéiques (par exemple la ciclosporine et certains inhibiteurs de protéases, y compris des associations de ritonavir avec l'atazanavir, le lopinavir et/ou le tipranavir ; Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Interactions"). Si possible, des alternatives thérapeutiques doivent être considérées et, si nécessaire, un arrêt temporaire du traitement par ce médicament doit être envisagé. Dans les situations où la co-administration de ces médicaments avec ce médicament est inévitable, le bénéfice et le risque du traitement associé et les ajustements posologiques de ce médicament doivent être attentivement pris en considération (Cf. rubrique "Interactions").

    Avant de débuter le traitement, le patient doit suivre un régime hypocholestérolémiant adapté qu'il devra continuer pendant toute la durée du traitement.

    La posologie sera adaptée selon l'objectif thérapeutique et la réponse du patient, en fonction des recommandations en vigueur.

    • Traitement des hypercholestérolémies

    La dose initiale recommandée est de 5 ou 10 mg une fois/jour par voie orale aussi bien chez les patients naïfs que chez les patients précedemment traités par un autre inhibiteur de l'HMG-CoA réductase. Pour un patient donné, le choix de la dose initiale devra tenir compte du taux de LDL-C, du risque cardiovascualire potentiel ainsi que du risque de survenue d'effets indésirables.

    Une augmentation de la posologie à la dose supérieure peut se faire après 4 semaines si besoin est (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    Compte-tenu de l'augmentation du nombre d'effets indésirables observés à la dose de 40 mg par rapport aux doses plus faibles (Cf. rubrique "Effets indésirables"), une dose maximale de 40 mg (2 fois 20 mg) ne sera envisagée que chez des patients présentant une hypercholestérolémie sévère avec un risque cardiovasculaire élevé (en particulier ceux présentant une hypercholestérolémie familiale) n'ayant pas atteint l'objectif thérapeutique fixé à une dose de 20 mg/jour et qui feront l'objet d'un suivi régulier (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Il est recommandé que l'avis d'un spécialiste soit pris lors de l'initiation d'une dose à 40 mg.

    • Utilisation chez le sujet âgé

    Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients > 70 ans (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Aucun autre ajustement thérapeutique lié à l'âge n'est nécessaire.

    • Posologie chez l'insuffisant rénal

    En cas d'insuffisance rénale légère à modérée, aucun ajustement posologique n'est nécessaire. Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients avec une insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine < 60 ml/min).

    La dose de 40 mg est également contre-indiquée chez les patients avec une insuffisance rénale modérée.

    En cas d'insuffisance rénale sévère, tous les dosages de ce médicament sont contre-indiqués (cf. rubriques "Contre-indications" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Posologie chez l'insuffisant hépatique

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh < ou = 7, aucune augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine n'a été observée.

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh de 8 ou 9 : une augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine a été observée (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez ces patients une évaluation de la fonction rénale sera réalisée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh > 9 : aucune donnée n'est disponible.

    Ce médicament est contre-indiqué chez les patients présentant une affection hépatique évolutive (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Particularités ethniques

    Une augmentation de l'exposition systémique a été observée chez des sujets asiatiques (Cf. rubriques "Contre-indications", "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients ayant des origines asiatiques. La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients.

    • Polymorphismes génétiques

    Certains types spécifiques de polymorphismes génétiques sont connus pour induire une augmentation de l'exposition à la rosuvastatine (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez les patients connus pour présenter ces types spécifiques de polymorphismes, une dose journalière plus faible de ce médicament est recommandée.

    • Posologie chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie

    La dose initiale recommandée est de 5 mg chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Traitements concomitants

    La rosuvastatine est un substrat de divers transporteurs protéiques (par exemple OATP1B1 et BCRP). Le risque de myopathie (y compris de rhabdomyolyse) est augmenté lorsque ce médicament est administré de façon concomitante avec certains médicaments qui peuvent augmenter la concentration plasmatique de rosuvastatine en raison de leurs interactions avec ces transporteurs protéiques (par exemple la ciclosporine et certains inhibiteurs de protéases, y compris des associations de ritonavir avec l'atazanavir, le lopinavir et/ou le tipranavir ; Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Interactions"). Si possible, des alternatives thérapeutiques doivent être considérées et, si nécessaire, un arrêt temporaire du traitement par ce médicament doit être envisagé. Dans les situations où la co-administration de ces médicaments avec ce médicament est inévitable, le bénéfice et le risque du traitement associé et les ajustements posologiques de ce médicament doivent être attentivement pris en considération (Cf. rubrique "Interactions").

    Avant de débuter le traitement, le patient doit suivre un régime hypocholestérolémiant adapté qu'il devra continuer pendant toute la durée du traitement.

    La posologie sera adaptée selon l'objectif thérapeutique et la réponse du patient, en fonction des recommandations en vigueur.

    • Prévention des événements cardiovasculaires

    Dans l'étude de réduction du risque des événements cardiovasculaires, la dose utilisée était de 20 mg une fois par jour (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Utilisation chez le sujet âgé

    Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients > 70 ans (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Aucun autre ajustement thérapeutique lié à l'âge n'est nécessaire.

    • Posologie chez l'insuffisant rénal

    En cas d'insuffisance rénale légère à modérée, aucun ajustement posologique n'est nécessaire. Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients avec une insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine < 60 ml/min). La dose de 40 mg est également contre-indiquée chez les patients avec une insuffisance rénale modérée. En cas d'insuffisance rénale sévère, tous les dosages de ce médicament sont contre-indiqués (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Posologie chez l'insuffisant hépatique

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh < ou = 7, aucune augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine n'a été observée. Chez les patients avec un score de Child-Pugh de 8 ou 9 : une augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine a été observée (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez ces patients une évaluation de la fonction rénale sera réalisée (Cf. rubrique "Mises en garde spéciales et précautions d'emploi"). Chez les patients avec un score de Child-Pugh > 9 : aucune donnée n'est disponible. Ce médicament est contre-indiqué chez les patients présentant une affection hépatique évolutive (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Particularités ethniques

    Une augmentation de l'exposition systémique a été observée chez les sujets asiatiques (Cf. rubriques "Contre-indications", "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients ayant des origines asiatiques. La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients.

    • Polymorphismes génétiques

    Certains types spécifiques de polymorphismes génétiques sont connus pour induire une augmentation de l'exposition à la rosuvastatine (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez les patients connus pour présenter ces types spécifiques de polymorphismes, une dose journalière plus faible de ce médicament est recommandée.

    • Posologie chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie

    La dose initiale recommandée est de 5 mg chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Traitements concomitants

    La rosuvastatine est un substrat de divers transporteurs protéiques (par exemple OATP1B1 et BCRP). Le risque de myopathie (y compris de rhabdomyolyse) est augmenté lorsque ce médicament est administré de façon concomitante avec certains médicaments qui peuvent augmenter la concentration plasmatique de rosuvastatine en raison de leurs interactions avec ces transporteurs protéiques (par exemple la ciclosporine et certains inhibiteurs de protéases, y compris des associations de ritonavir avec l'atazanavir, le lopinavir et/ou le tipranavir ; Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Interactions"). Si possible, des alternatives thérapeutiques doivent être considérées et, si nécessaire, un arrêt temporaire du traitement par ce médicament doit être envisagé. Dans les situations où la co-administration de ces médicaments avec ce médicament est inévitable, le bénéfice et le risque du traitement associé et les ajustements posologiques de ce médicament doivent être attentivement pris en considération (Cf. rubrique "Interactions").

    Avant de débuter le traitement, le patient doit suivre un régime hypocholestérolémiant adapté qu'il devra continuer pendant toute la durée du traitement.

    La posologie sera adaptée selon l'objectif thérapeutique et la réponse du patient, en fonction des recommandations en vigueur.

    • Posologie chez l'insuffisant rénal

    Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients avec une insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine < 60 ml/min).

    La dose de 40 mg est également contre-indiquée chez les patients avec une insuffisance rénale modérée.

    En cas d'insuffisance rénale sévère, tous les dosages de ce médicament sont contre-indiqués (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Posologie chez l'insuffisant hépatique

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh < ou = 7, aucune augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine n'a été observée.

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh de 8 ou 9 : une augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine a été observée (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez ces patients une évaluation de la fonction rénale sera réalisée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh > 9 : aucune donnée n'est disponible.

    Ce médicament est contre-indiqué chez les patients présentant une affection hépatique évolutive (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Particularités ethniques

    Une augmentation de l'exposition systémique a été observée chez des sujets asiatiques (Cf. rubriques "Contre-indications", "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients ayant des origines asiatiques. La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients.

    • Polymorphismes génétiques

    Certains types spécifiques de polymorphismes génétiques sont connus pour induire une augmentation de l'exposition à la rosuvastatine (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez les patients connus pour présenter ces types spécifiques de polymorphismes, une dose journalière plus faible de ce médicament est recommandée.

    • Posologie chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie

    La dose initiale recommandée est de 5 mg chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Traitements concomitants

    La rosuvastatine est un substrat de divers transporteurs protéiques (par exemple OATP1B1 et BCRP). Le risque de myopathie (y compris de rhabdomyolyse) est augmenté lorsque ce médicament est administré de façon concomitante avec certains médicaments qui peuvent augmenter la concentration plasmatique de rosuvastatine en raison de leurs interactions avec ces transporteurs protéiques (par exemple la ciclosporine et certains inhibiteurs de protéases, y compris des associations de ritonavir avec l'atazanavir, le lopinavir et/ou le tipranavir ; Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Interactions"). Si possible, des alternatives thérapeutiques doivent être considérées et, si nécessaire, un arrêt temporaire du traitement par ce médicament doit être envisagé. Dans les situations où la co-administration de ces médicaments avec ce médicament est inévitable, le bénéfice et le risque du traitement associé et les ajustements posologiques de ce médicament doivent être attentivement pris en considération (Cf. rubrique "Interactions").

    Avant de débuter le traitement, le patient doit suivre un régime hypocholestérolémiant adapté qu'il devra continuer pendant toute la durée du traitement.

    La posologie sera adaptée selon l'objectif thérapeutique et la réponse du patient, en fonction des recommandations en vigueur.

    • Posologie chez l'insuffisant hépatique

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh < ou = 7, aucune augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine n'a été observée.

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh de 8 ou 9 : une augmentation de l'exposition systémique à la rosuvastatine a été observée (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez ces patients une évaluation de la fonction rénale sera réalisée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Chez les patients avec un score de Child-Pugh > 9 : aucune donnée n'est disponible.

    Ce médicament est contre-indiqué chez les patients présentant une affection hépatique évolutive (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Particularités ethniques

    Une augmentation de l'exposition systémique a été observée chez des sujets asiatiques (Cf. rubriques "Contre-indications", "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients ayant des origines asiatiques. La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients.

    • Polymorphismes génétiques

    Certains types spécifiques de polymorphismes génétiques sont connus pour induire une augmentation de l'exposition à la rosuvastatine (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez les patients connus pour présenter ces types spécifiques de polymorphismes, une dose journalière plus faible de ce médicament est recommandée.

    • Posologie chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie

    La dose initiale recommandée est de 5 mg chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Traitements concomitants

    La rosuvastatine est un substrat de divers transporteurs protéiques (par exemple OATP1B1 et BCRP). Le risque de myopathie (y compris de rhabdomyolyse) est augmenté lorsque ce médicament est administré de façon concomitante avec certains médicaments qui peuvent augmenter la concentration plasmatique de rosuvastatine en raison de leurs interactions avec ces transporteurs protéiques (par exemple la ciclosporine et certains inhibiteurs de protéases, y compris des associations de ritonavir avec l'atazanavir, le lopinavir et/ou le tipranavir ; Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Interactions"). Si possible, des alternatives thérapeutiques doivent être considérées et, si nécessaire, un arrêt temporaire du traitement par ce médicament doit être envisagé. Dans les situations où la co-administration de ces médicaments avec ce médicament est inévitable, le bénéfice et le risque du traitement associé et les ajustements posologiques de ce médicament doivent être attentivement pris en considération (Cf. rubrique "Interactions").

    Avant de débuter le traitement, le patient doit suivre un régime hypocholestérolémiant adapté qu'il devra continuer pendant toute la durée du traitement.

    La posologie sera adaptée selon l'objectif thérapeutique et la réponse du patient, en fonction des recommandations en vigueur.

    • Population pédiatrique

    L'utilisation en pédiatrie doit être exclusivement réservée aux spécialistes.

    • Enfants et adolescents de 6 à 17 ans (stades II-V sur l'échelle de Tanner) Hypercholestérolémie familiale homozygote

    Chez les enfants âgés de 6 à 17 ans présentant une hypercholestérolémie familiale homozygote, la dose maximale recommandée est de 20 mg une fois par jour.

    Une dose initiale de 5 à 10 mg administrée une fois par jour est recommandée en fonction de l'âge, du poids et de l'utilisation précédente d'une statine. Les ajustements posologiques jusqu'à une dose maximale de 20 mg une fois par jour doivent être réalisés en fonction de la réponse individuelle et de la tolérance au traitement de la population pédiatrique en tenant compte des recommandations sur les traitements pédiatriques (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Les enfants et adolescents doivent suivre un régime hypocholestérolémiant standard avant l'initiation du traitement par rosuvastatine, le régime devant être poursuivi pendant la période de traitement.

    L'expérience est limitée pour des doses autres que 20 mg dans cette population.

    La dose de 40 mg ne doit pas être utilisée dans la population pédiatrique.

    • Enfants de moins de 6 ans La sécurité d'emploi et l'efficacité de l'utilisation chez les enfants de moins de 6 ans n'ont pas été étudiées. Pour cette raison, ce médicament n'est pas recommandé chez les enfants âgés de moins de 6 ans.
    • Particularités ethniques

    Une augmentation de l'exposition systémique a été observée chez les sujets asiatiques (Cf. rubriques "Contre-indications", "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Une dose initiale de 5 mg est recommandée chez les patients ayant des origines asiatiques. La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients.

    • Polymorphismes génétiques

    Certains types spécifiques de polymorphismes génétiques sont connus pour induire une augmentation de l'exposition à la rosuvastatine (Cfr. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Chez les patients connus pour présenter ces types spécifiques de polymorphismes, une dose journalière plus faible de ce médicament est recommandée.

    • Posologie chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie

    La dose initiale recommandée est de 5 mg chez les patients présentant des facteurs prédisposant de myopathie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La dose de 40 mg est contre-indiquée chez ces patients (Cf. rubrique "Contre-indications").

    • Traitements concomitants

    La rosuvastatine est un substrat de divers transporteurs protéiques (par exemple OATP1B1 et BCRP). Le risque de myopathie (y compris de rhabdomyolyse) est augmenté lorsque ce médicament est administré de façon concomitante avec certains médicaments qui peuvent augmenter la concentration plasmatique de rosuvastatine en raison de leurs interactions avec ces transporteurs protéiques (par exemple la ciclosporine et certains inhibiteurs de protéases, y compris des associations de ritonavir avec l'atazanavir, le lopinavir et/ou le tipranavir ; Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Interactions"). Si possible, des alternatives thérapeutiques doivent être considérées et, si nécessaire, un arrêt temporaire du traitement par ce médicament doit être envisagé. Dans les situations où la co-administration de ces médicaments avec ce médicament est inévitable, le bénéfice et le risque du traitement associé et les ajustements posologiques de ce médicament doivent être attentivement pris en considération (Cf. rubrique "Interactions").