Cyramza (ramucirumab)

Découvrez Posos 🎉

L’outil d’aide à la prescription simple et personnalisé qui vous aide à prendre la meilleure décision.

  • Identifier une posologie complexe
  • Limiter la iatrogénie
  • Vérifier les contre-indications
  • Trouver un équivalent thérapeutique
Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

    Ramucirumab

  • Dosages

    10 mg/ml

  • Formes galéniques

    solution à diluer pour perfusion

  • Classe Thérapeutique

    L01XC - ANTICORPS MONOCLONAUX

Illustration indications

Indications - Quand utiliser cyramza ?

  • Traitement de deuxieme intention

  • Associer au paclitaxel

  • En cas d'echec a une autre therapeutique

  • Dans les formes avancees

  • Chez l'adulte

  • Traitement de deuxieme intention

  • Associer au paclitaxel

  • En cas d'echec a une autre therapeutique

  • Chez l'adulte

  • Dans les formes avancees

  • Polychimiotherapie

  • En cas d'echec a une autre therapeutique

  • Chez l'adulte

  • Dans les formes metastatiques

  • Associer au docetaxel

  • En cas d'echec a une autre therapeutique

  • Chez l'adulte

  • Dans les formes localement avancees

  • Dans les formes metastatiques

  • Monochimiotherapie

  • Traitement de deuxieme intention

  • En monotherapie

  • En cas d'echec a une autre therapeutique

  • Chez l'adulte

  • Dans les formes avancees

  • Dans les formes non resecables

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de cyramza ?

  • Allaitement

  • Enfant

  • Envahissement tumoral pulmonaire

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite ramucirumab
  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Grossesse

  • Accident vasculaire cerebral

  • Anevrisme arteriel

    • Anevrisme arteriel antecedent
  • Ascite

  • Autre traitement en cours

    • Trt par ains
    • Trt par antiagregant plaquettaire
    • Trt par anticoagulant
    • Trt par med augmentant risque hemorragiq
  • Cirrhose

  • Encephalopathie hepatique

  • Femme en age de procreer

  • Fistule anale

  • Fistule digestive

  • Hemophilie

  • Hemorragie pulmonaire

    • Hemorragie pulmonaire atcd personnel
  • Hypertension arterielle

    • Hypertension arterielle controlee
    • Hypertension arterielle non controlee
    • Hypertension arterielle severe
  • Hypertension portale

  • Infarctus du myocarde

  • Insuffisance hepatique

  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale severe
  • Intervention chirurgicale

    • Intervention chirurgicale programmee
  • Ischemie cerebrale

  • Maladie hemorragique

  • Perforation digestive

  • Proteinurie / albuminurie

  • Quel que soit le terrain

  • Regime hyposode strict

  • Saignement veineux ou arteriel important

  • Stomatite

  • Sujet age

  • Syndrome hemorragique

  • Syndrome hepatorenal

  • Terrain hemorragique

  • Thrombose

    • Thrombose arterielle en cours
  • Trouble de l'hemostase

  • Trouble de la coagulation

  • Varice oesophagienne

  • Accident vasculaire cerebral

  • Anevrisme arteriel

    • Anevrisme arteriel antecedent
  • Ascite

  • Autre traitement en cours

    • Trt par ains
    • Trt par antiagregant plaquettaire
    • Trt par anticoagulant
    • Trt par med augmentant risque hemorragiq
  • Cirrhose

  • Encephalopathie hepatique

  • Femme en age de procreer

  • Fistule anale

  • Fistule digestive

  • Hemophilie

  • Hemorragie pulmonaire

    • Hemorragie pulmonaire atcd personnel
  • Hypertension arterielle

    • Hypertension arterielle controlee
    • Hypertension arterielle non controlee
    • Hypertension arterielle severe
  • Hypertension portale

  • Infarctus du myocarde

  • Insuffisance hepatique

  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale severe
  • Intervention chirurgicale

    • Intervention chirurgicale programmee
  • Ischemie cerebrale

  • Maladie hemorragique

  • Perforation digestive

  • Proteinurie / albuminurie

  • Quel que soit le terrain

  • Regime hyposode strict

  • Saignement veineux ou arteriel important

  • Stomatite

  • Sujet age

  • Syndrome hemorragique

  • Syndrome hepatorenal

  • Terrain hemorragique

  • Thrombose

    • Thrombose arterielle en cours
  • Trouble de l'hemostase

  • Trouble de la coagulation

  • Varice oesophagienne

Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de cyramza ?

SEVERE(S)
  • aucune information recensee
  • cancer col uterus
  • cancer cutane
  • cancer de la prostate
  • cancer du poumon
  • cancer du sein
  • cancer larynx
  • carcinome basocellulaire
  • carcinome epidermoide cutane
  • deces mortalite
  • douleur tumorale
  • hodgkin maladie
  • leucemie aigue
  • lymphadenopathie
  • lymphome
  • lymphome hepatosplenique
  • melanome primitif
  • meningiome
  • myelome multiple
  • naevus
  • neoplasme
  • papillome cutane
  • syndrome lymphoproliferatif
  • syndrome myeloproliferatif
  • tumeur cutanee
  • tumeur maligne
MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • augmentation du risque infectieux
  • bronchite
  • candidose
  • candidose gastro intestinale
  • candidose vaginale
  • catheter infection
  • cellulite
  • cephalee
  • conjonctivite
  • cystite
  • douleur dentaire
  • enterite
  • fasciite
  • fievre
  • furonculose
  • gastrite
  • hepatite
  • infection a herpes virus
  • infection bacterienne
  • infection cutanee
  • infection dentaire
  • infection des voies respiratoires
  • infection fongique mycose
  • infection oculaire
  • infection parasitaire parasitose
  • infection pulmonaire
  • infection urinaire
  • infection virale
  • laryngite
  • leucoencephalopathie
  • meningite
  • meningite aseptique
  • meningite infectieuse
  • myalgie
  • ongles alteration
  • orgelet
  • otite
  • pharyngite
  • pneumonie
  • pneumopathie interstitielle diffuse
  • pustulose
  • rhinite
  • sepsis choc septique
  • septicemie
  • sinusite
  • stomatite
  • syndrome grippal
  • tuberculose secondaire
  • zona
MINEUR(S)
  • alopecie
  • anevrisme arteriel
  • anticorps apparition
  • asthenie
  • bouffee vasomotrice
  • cardiomyopathie
  • coma
  • diarrhee
  • douleur abdominale
  • encephalopathie hepatique
  • epistaxis
  • eruption cutanee
  • erythrodysesthesie palmo plantaire
  • flush
  • frisson
  • gingivorrhagie
  • hemangiome
  • hematemese
  • hemoptysie
  • hemorragie digestive
  • hemorragie intrapulmonaire
  • hemorroides
  • hypertension arterielle
  • hypoalbuminemie
  • hypokaliemie
  • hyponatremie
  • inflammation de la muqueuse
  • leucopenie
  • melena
  • microangiopathie thrombotique mat
  • nausee vomissement
  • neutropenie
  • occlusion gastrique
  • occlusion intestinale
  • oedeme peripherique
  • perforation digestive
  • proteinurie
  • reaction allergique
  • reaction locale au point dinjection
  • rectorragie
  • saignement gastrointestinal
  • syndrome nephrotique
  • thrombocytopenie
  • thrombose arterielle
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    CYRAMZA 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion

    1 flacon(s) en verre de 10 ml

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de cyramza ?

    Le traitement par ramucirumab doit être initié et supervisé par un médecin expérimenté en cancérologie.

    • Posologie

    Cancer gastrique et adénocarcinome de la jonction gastro-oesophagienne (JGO)

    -> Ramucirumab en association avec le paclitaxel

    La dose recommandée de ramucirumab est de 8 mg/kg les jours 1 et 15 d'un cycle de 28 jours avant la perfusion de paclitaxel. La dose recommandée est de 80 mg/m2 administrée en perfusion intraveineuse de 60 minutes environ les jours 1, 8 et 15 d'un cycle de 28 jours. Avant chaque perfusion de paclitaxel, il convient d'effectuer une numération globulaire complète et une analyse biochimique du sang afin d'évaluer leur fonction hépatique. Les critères à remplir avant chaque perfusion de paclitaxel sont indiqués ci-dessous.

    Critères à remplir avant chaque administration de paclitaxel

    • Neutrophiles . Jour 1 : > ou = 1,5 x 10 puissance 9/L . Jours 8 et 15 : > ou = 1,0 x 10 puissance 9/L

    • Plaquettes . Jour 1 : > ou = 100 x 10 puissance 9/L . Jours 8 et 15 : > ou = 75 x 10 puissance 9/L

    • Bilirubine . < ou = 1,5 x limites supérieures normales (LSN)

    • Aspartate aminotransférase (ASAT) / Alanine aminotransférase (ALAT) . Absence de métastases hépatiques : ALAT/ASAT < ou = 3 x LSN . Métastases hépatiques : ALAT/ASAT < ou = 5 x LSN

    • Durée du traitement

    Il est recommandé de poursuivre le traitement jusqu'à progression de la maladie ou survenue d'une toxicité inacceptable

    • Prémédication

    Il est recommandé d'administrer un antihistaminique H1 avant la perfusion de ramucirumab. Si un patient présente un effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion, une prémédication doit être administrée lors de toutes les perfusions ultérieures. Si un patient présente un deuxième effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion (ELP), il convient d'administrer du dexaméthasone (ou équivalent) ; puis, pour les perfusions ultérieures, administrer en prémédication les médicaments suivants ou leurs équivalents : antihistaminique H1 en intraveineuse, paracétamol et dexaméthasone.

    • Adaptations posologiques du ramucirumab

    . Effets liés à la perfusion Le débit du ramucirumab doit être réduit de moitié pour toute la durée de la perfusion et l'ensemble des perfusions ultérieures si le patient manifeste un ELP de grades 1 ou 2. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté immédiatement et définitivement en cas d'ELP de grade 3 ou 4 (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Hypertension La tension artérielle des patients doit être surveillée avant chaque administration de ramucirumab et traitée selon le tableau clinique. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas d'hypertension sévère jusqu'au contrôle par une prise en charge médicale. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement en cas d'hypertension grave sur le plan médical ne pouvant être contrôlée en toute sécurité par des antihypertenseurs (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Protéinurie Une surveillance de l'apparition ou de l'aggravation d'une protéinurie pendant le traitement par ramucirumab doit être mise en place pour tous les patients. Si la protéinurie effectuée au moyen d'une bandelette réactive est > ou = 2+, un prélèvement d'urine doit être effectué sur 24 heures. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement si la protéinurie est > ou = 2 g/24 heures. Lorsque la protéinurie repasse sous la barre des 2 g/24 heures, le traitement doit être repris à une dose réduite (voir tableau 3). Une deuxième réduction de la posologie (Cf. données ci-dessous) est recommandée si la protéinurie est de nouveau > ou = 2 g/24 heures.

    Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement si la protéinurie est > 3 g/24 heures ou en cas de syndrome néphrotique.

    Réductions posologiques de ramucirumab en cas de protéinurie

    • Dose initiale de ramucirumab : 8 mg/kg . Première réduction de dose à : 6 mg/kg . Deuxième réduction de dose à : 5 mg/kg

    . Opération chirurgicale non urgente ou trouble de la cicatrisation Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement pendant au moins 4 semaines avant une opération chirurgicale non urgente. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas de complications de la cicatrisation jusqu'à cicatrisation complète de la plaie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Arrêt définitif Le traitement par ramucirumab doit être également arrêté définitivement dans les situations suivantes : . Événements thrombo-emboliques artériels sévères (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Perforations gastro-intestinales (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Saignement sévère : de grade 3 ou 4 selon les critères communs de toxicité (CTC) du National Cancer Institute (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Apparition spontanée de fistules (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Encéphalopathie hépatique ou syndrome hépatorénal (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").
    • Ajustements de la dose de paclitaxel

    La dose de paclitaxel peut être réduite en fonction du grade de toxicité apparu chez le patient. En cas de toxicité hématologique de grade 4 selon les CTC du National Cancer Institute ou de toxicité non hématologique de grade 3 liée au paclitaxel, il est recommandé de réduire la dose de paclitaxel de 10 mg/m2 pour tous les cycles suivants. Une deuxième réduction de 10 mg/m2 est recommandée si la toxicité persiste ou réapparaît.

    • Populations particulières
    • Personnes âgées Dans les études pivots, il existe un niveau de preuve limité que les patients âgés de 65 ans et plus sont à risque accru d'effets indésirables comparativement aux patients âgés de moins de 65 ans. Aucune réduction de dose n'est recommandée (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Insuffisance rénale Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance rénale. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance rénale légère, modérée ou sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Insuffisance hépatique Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance hépatique. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance hépatique légère à modérée. On ne dispose d'aucune donnée concernant l'administration du ramucirumab à des patients atteints d'insuffisance hépatique sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de ce médicament chez les enfants et les adolescents (moins de 18 ans) n'ont pas été établies. Aucune donnée n'est disponible.

    Il n'y a pas d'utilisation justifiée de ramucirumab dans la population pédiatrique dans les indications cancer gastrique avancé ou cancer de la jonction gastro-oesophagienne avancé.

    Le traitement par ramucirumab doit être initié et supervisé par un médecin expérimenté en cancérologie.

    • Posologie

    Cancer gastrique et adénocarcinome de la jonction gastro-oesophagienne (JGO)

    -> Ramucirumab en monothérapie

    La dose recommandée de ramucirumab en monothérapie est de 8 mg/kg toutes les 2 semaines.

    • Durée du traitement

    Il est recommandé de poursuivre le traitement jusqu'à progression de la maladie ou survenue d'une toxicité inacceptable

    • Prémédication

    Il est recommandé d'administrer un antihistaminique H1 avant la perfusion de ramucirumab. Si un patient présente un effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion, une prémédication doit être administrée lors de toutes les perfusions ultérieures. Si un patient présente un deuxième effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion (ELP), il convient d'administrer du dexaméthasone (ou équivalent) ; puis, pour les perfusions ultérieures, administrer en prémédication les médicaments suivants ou leurs équivalents : antihistaminique H1 en intraveineuse, paracétamol et dexaméthasone.

    • Adaptations posologiques du ramucirumab

    . Effets liés à la perfusion Le débit du ramucirumab doit être réduit de moitié pour toute la durée de la perfusion et l'ensemble des perfusions ultérieures si le patient manifeste un ELP de grades 1 ou 2. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté immédiatement et définitivement en cas d'ELP de grade 3 ou 4 (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Hypertension La tension artérielle des patients doit être surveillée avant chaque administration de ramucirumab et traitée selon le tableau clinique. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas d'hypertension sévère jusqu'au contrôle par une prise en charge médicale. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement en cas d'hypertension grave sur le plan médical ne pouvant être contrôlée en toute sécurité par des antihypertenseurs (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Protéinurie Une surveillance de l'apparition ou de l'aggravation d'une protéinurie pendant le traitement par ramucirumab doit être mise en place pour tous les patients. Si la protéinurie effectuée au moyen d'une bandelette réactive est > ou = 2+, un prélèvement d'urine doit être effectué sur 24 heures. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement si la protéinurie est > ou = 2 g/24 heures. Lorsque la protéinurie repasse sous la barre des 2 g/24 heures, le traitement doit être repris à une dose réduite (voir tableau 3). Une deuxième réduction de la posologie (Cf. données ci-dessous) est recommandée si la protéinurie est de nouveau > ou = 2 g/24 heures.

    Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement si la protéinurie est > 3 g/24 heures ou en cas de syndrome néphrotique.

    Réductions posologiques de ramucirumab en cas de protéinurie

    • Dose initiale de ramucirumab : 8 mg/kg . Première réduction de dose à : 6 mg/kg . Deuxième réduction de dose à : 5 mg/kg

    . Opération chirurgicale non urgente ou trouble de la cicatrisation Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement pendant au moins 4 semaines avant une opération chirurgicale non urgente. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas de complications de la cicatrisation jusqu'à cicatrisation complète de la plaie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Arrêt définitif Le traitement par ramucirumab doit être également arrêté définitivement dans les situations suivantes : . Événements thrombo-emboliques artériels sévères (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Perforations gastro-intestinales (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Saignement sévère : de grade 3 ou 4 selon les critères communs de toxicité (CTC) du National Cancer Institute (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Apparition spontanée de fistules (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Encéphalopathie hépatique ou syndrome hépatorénal (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").
    • Populations particulières
    • Personnes âgées Dans les études pivots, il existe un niveau de preuve limité que les patients âgés de 65 ans et plus sont à risque accru d'effets indésirables comparativement aux patients âgés de moins de 65 ans. Aucune réduction de dose n'est recommandée (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Insuffisance rénale Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance rénale. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance rénale légère, modérée ou sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Insuffisance hépatique Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance hépatique. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance hépatique légère à modérée. On ne dispose d'aucune donnée concernant l'administration du ramucirumab à des patients atteints d'insuffisance hépatique sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de ce médicament chez les enfants et les adolescents (moins de 18 ans) n'ont pas été établies. Aucune donnée n'est disponible.

    Il n'y a pas d'utilisation justifiée de ramucirumab dans la population pédiatrique dans les indications cancer gastrique avancé ou cancer de la jonction gastro-oesophagienne avancé.

    Le traitement par ramucirumab doit être initié et supervisé par un médecin expérimenté en cancérologie.

    • Posologie

    Cancer colorectal

    La dose recommandée de ramucirumab est de 8 mg/kg toutes les 2 semaines administrée en perfusion intraveineuse avant administration de FOLFIRI. Avant la chimiothérapie, les patients doivent avoir une numération globulaire complète. Les critères à remplir avant administration du FOLFIRI sont indiqués ci-dessous.

    Critères à remplir avant administration de FOLFIRI

    • Neutrophiles . Critères : > ou = 1,5 x 10 puissance 9/L

    • Plaquettes . Critères : > ou = 100 x 10 puissance 9/L

    • Toxicité gastro-intestinale liée à la chimiothérapie . Critères : < ou = Grade 1 (selon les Critères Communs de Toxicité pour les Evénements Indésirables du National Cancer Institute NCI CTCAE)

    • Durée du traitement

    Il est recommandé de poursuivre le traitement jusqu'à progression de la maladie ou survenue d'une toxicité inacceptable

    • Prémédication

    Il est recommandé d'administrer un antihistaminique H1 avant la perfusion de ramucirumab. Si un patient présente un effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion, une prémédication doit être administrée lors de toutes les perfusions ultérieures. Si un patient présente un deuxième effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion (ELP), il convient d'administrer du dexaméthasone (ou équivalent) ; puis, pour les perfusions ultérieures, administrer en prémédication les médicaments suivants ou leurs équivalents : antihistaminique H1 en intraveineuse, paracétamol et dexaméthasone.

    Se reporter aux résumés des caractéristiques du produit en vigueur du paclitaxel, des composants du FOLFIRI et du docétaxel pour connaître les prémédications requises et toute autre information complémentaire.

    • Adaptations posologiques du ramucirumab

    . Effets liés à la perfusion Le débit du ramucirumab doit être réduit de moitié pour toute la durée de la perfusion et l'ensemble des perfusions ultérieures si le patient manifeste un ELP de grades 1 ou 2. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté immédiatement et définitivement en cas d'ELP de grade 3 ou 4 (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Hypertension La tension artérielle des patients doit être surveillée avant chaque administration de ramucirumab et traitée selon le tableau clinique. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas d'hypertension sévère jusqu'au contrôle par une prise en charge médicale. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement en cas d'hypertension grave sur le plan médical ne pouvant être contrôlée en toute sécurité par des antihypertenseurs (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Protéinurie Une surveillance de l'apparition ou de l'aggravation d'une protéinurie pendant le traitement par ramucirumab doit être mise en place pour tous les patients. Si la protéinurie effectuée au moyen d'une bandelette réactive est > ou = 2+, un prélèvement d'urine doit être effectué sur 24 heures. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement si la protéinurie est > ou = 2 g/24 heures. Lorsque la protéinurie repasse sous la barre des 2 g/24 heures, le traitement doit être repris à une dose réduite (voir tableau 3). Une deuxième réduction de la posologie (Cf. données ci-dessous) est recommandée si la protéinurie est de nouveau > ou = 2 g/24 heures.

    Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement si la protéinurie est > 3 g/24 heures ou en cas de syndrome néphrotique.

    Réductions posologiques de ramucirumab en cas de protéinurie

    • Dose initiale de ramucirumab : 8 mg/kg . Première réduction de dose à : 6 mg/kg . Deuxième réduction de dose à : 5 mg/kg

    . Opération chirurgicale non urgente ou trouble de la cicatrisation Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement pendant au moins 4 semaines avant une opération chirurgicale non urgente. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas de complications de la cicatrisation jusqu'à cicatrisation complète de la plaie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Arrêt définitif Le traitement par ramucirumab doit être également arrêté définitivement dans les situations suivantes : . Événements thrombo-emboliques artériels sévères (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Perforations gastro-intestinales (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Saignement sévère : de grade 3 ou 4 selon les critères communs de toxicité (CTC) du National Cancer Institute (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Apparition spontanée de fistules (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Encéphalopathie hépatique ou syndrome hépatorénal (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Ajustements de la dose de FOLFIRI Des réductions de dose pour les composants individuels de FOLFIRI peuvent être faites pour des toxicités spécifiques. Les modifications de dose de chaque composant de FOLFIRI doivent être faites de façon indépendante et sont indiquées ci-dessous. Ces données fournissent des détails sur les reports ou les réductions de dose des composants de FOLFIRI au cycle suivant, en fonction du grade le plus sévère d'événements indésirables spécifiques.

    Réductions de dose de FOLFIRI

    • Composant de FOLFIRI (a) : Irinotécan . Niveau de dose : Dose initiale : 180 mg/m2 . Niveau de dose : -1 : 150 mg/m2 . Niveau de dose : -2 : 120 mg/m2 . Niveau de dose : -3 : 100 mg/m2

    • Composant de FOLFIRI (a) : 5-FU bolus . Niveau de dose : Dose initiale : 400 mg/m2 . Niveau de dose : -1 : 200 mg/m2 . Niveau de dose : -2 : 0 mg/m2 . Niveau de dose : -3 : 0 mg/m2

    • Composant de FOLFIRI (a) : 5-FU en perfusion 2,400 mg/m2 sur 46¬48 heures . Niveau de dose : Dose initiale : 2,400 mg/m2 sur 46¬48 heures . Niveau de dose : -1 : 2,000 mg/m2 sur 46¬48 heures . Niveau de dose : -2 : 1,600 mg/m2 sur 46¬48 heures . Niveau de dose : -3 : 1,200 mg/m2 sur 46¬48 heures

    (a) 5-FU = 5-fluorouracile.

    Modification de dose des composants de FOLFIRI due aux événements indésirables spécifiques

    • Evénements indésirables : Diarrhée . Grade NCI CTCAE : 2 . Modification de dose au jour 1 du cycle consécutif à l'événement indésirable : Si la diarrhée est revenue à un Grade < ou = 1, réduire le 5-FU d'un niveau de dose. Pour une diarrhée récurrente de Grade 2, réduire le 5-FU et l'irinotécan d'un niveau de dose.

    • Evénements indésirables : Diarrhée . Grade NCI CTCAE : 3 . Modification de dose au jour 1 du cycle consécutif à l'événement indésirable : Si la diarrhée est revenue à un Grade < ou = 1, réduire le 5-FU et l'irinotécan d'un niveau de dose.

    • Evénements indésirables : Diarrhée . Grade NCI CTCAE : 4 . Modification de dose au jour 1 du cycle consécutif à l'événement indésirable : Si la diarrhée est revenue à un Grade < ou =1, réduire le 5-FU et l'irinotécan de 2 niveaux de dose. Si la diarrhée de Grade 4 ne revient pas à un Grade < ou = 1, interrompre le 5-FU et l'irinotécan pendant 28 (*) jours maximum jusqu'au retour à un Grade < ou =1.

    • Evénements indésirables : Neutropénie ou Thrombocytopénie . Grade NCI CTCAE : 2 . Modification de dose au jour 1 du cycle consécutif à l'événement indésirable : .. Les critères hématologiques sont remplis : Pas de modification de dose. .. Les critères hématologiques ne sont pas remplis : Réduire le 5-FU et l'irinotécan d'un niveau de dose.

    • Evénements indésirables : Neutropénie ou Thrombocytopénie . Grade NCI CTCAE : 3 . Modification de dose au jour 1 du cycle consécutif à l'événement indésirable : .. Les critères hématologiques sont remplis : Réduire le 5-FU et l'irinotécan d'un niveau de dose. .. Les critères hématologiques ne sont pas remplis : Interrompre le 5-FU et l'irinotécan pendant 28 (*) jours maximum jusqu'au retour à un Grade < ou = 1, puis réduire le 5-FU et l'irinotécan d'un niveau de dose.

    • Evénements indésirables : Neutropénie ou Thrombocytopénie . Grade NCI CTCAE : 4 . Modification de dose au jour 1 du cycle consécutif à l'événement indésirable : .. Les critères hématologiques sont remplis : Réduire le 5-FU et l'irinotécan de 2 niveaux de dose. .. Les critères hématologiques ne sont pas remplis : Interrompre le 5-FU et l'irinotécan pendant 28 (*) jours maximum jusqu'au retour à un Grade < ou = 1, puis réduire le 5-FU et l'irinotécan de 2 niveaux de dose.

    • Evénements indésirables : Stomatite/Mucite . Grade NCI CTCAE : 2 . Modification de dose au jour 1 du cycle consécutif à l'événement indésirable : Si la stomatite/mucite est revenue à un Grade < ou = 1, réduire le 5-FU d'un niveau de dose. Pour une stomatite récurrente de Grade 2, réduire le 5-FU de 2 niveaux de dose.

    • Evénements indésirables : Stomatite/Mucite . Grade NCI CTCAE : 3 . Modification de dose au jour 1 du cycle consécutif à l'événement indésirable : Si la stomatite/mucite est revenue à un Grade < ou =1, réduire le 5-FU d'un niveau de dose. Si la stomatite/mucite de Grade 3 ne revient pas à un Grade < ou = 1, interrompre le 5-FU pendant 28 (*) jours maximum jusqu'au retour à un Grade < ou = 1, puis réduire le 5-FU de 2 niveaux de dose.

    • Evénements indésirables : Stomatite/Mucite . Grade NCI CTCAE : 4 . Modification de dose au jour 1 du cycle consécutif à l'événement indésirable : Interrompre le 5-FU pendant 28 (*) jours maximum jusqu'au retour à un Grade < ou = 1, puis réduire le 5-FU de 2 niveaux de dose.

    • Evénements indésirables : Neutropénie fébrile . Grade NCI CTCAE : - . Modification de dose au jour 1 du cycle consécutif à l'événement indésirable : .. Les critères hématologiques sont remplis et disparition de la fièvre : Réduire le 5-FU et l'irinotécan d'un niveau de dose. .. Les critères hématologiques ne sont pas remplis et disparition de la fièvre : Réduire le 5-FU et l'irinotécan de 2 niveaux de dose. Interrompre le 5-FU et l'irinotécan pendant 28 (*) jours maximum jusqu'au retour à un Grade < ou = 1, puis réduire le 5-FU et l'irinotécan de 2 niveaux de dose. Envisager l'utilisation de facteurs de croissance hématopoïétique avant le cycle suivant

    (*) La période de 28 jours commence au jour 1 du cycle consécutif à l'EI.

    • Populations particulières
    • Personnes âgées Dans les études pivots, il existe un niveau de preuve limité que les patients âgés de 65 ans et plus sont à risque accru d'effets indésirables comparativement aux patients âgés de moins de 65 ans. Aucune réduction de dose n'est recommandée (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Insuffisance rénale Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance rénale. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance rénale légère, modérée ou sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Insuffisance hépatique Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance hépatique. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance hépatique légère à modérée. On ne dispose d'aucune donnée concernant l'administration du ramucirumab à des patients atteints d'insuffisance hépatique sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de ce médicament chez les enfants et les adolescents (moins de 18 ans) n'ont pas été établies. Aucune donnée n'est disponible.

    Il n'y a pas d'utilisation justifiée de ramucirumab dans la population pédiatrique dans les indications adénocarcinome du côlon et du rectum.

    Le traitement par ramucirumab doit être initié et supervisé par un médecin expérimenté en cancérologie.

    • Posologie

    Cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC)

    • En association avec le docétaxel dans le traitement du CBNPC après une chimiothérapie à base de sels de platine

    La dose recommandée de ramucirumab est de 10 mg/kg le jour 1 d'un cycle de 21 jours avant la perfusion de docétaxel. La dose recommandée de docétaxel est de 75 mg/m2 administrée en perfusion intraveineuse d'environ 60 minutes le jour 1 d'un cycle de 21 jours. Pour les patients originaires de l'Asie de l'Est, une dose initiale de docétaxel réduite à 60 mg/m2 le jour 1 d'un cycle de 21 jours devrait être considérée. Voir le résumé des caractéristiques du produit du docétaxel pour les indications spécifiques de posologie.

    • Durée du traitement

    Il est recommandé de poursuivre le traitement jusqu'à progression de la maladie ou survenue d'une toxicité inacceptable

    • Prémédication

    Il est recommandé d'administrer un antihistaminique H1 avant la perfusion de ramucirumab. Si un patient présente un effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion, une prémédication doit être administrée lors de toutes les perfusions ultérieures. Si un patient présente un deuxième effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion (ELP), il convient d'administrer du dexaméthasone (ou équivalent) ; puis, pour les perfusions ultérieures, administrer en prémédication les médicaments suivants ou leurs équivalents : antihistaminique H1 en intraveineuse, paracétamol et dexaméthasone.

    Se reporter aux résumés des caractéristiques du produit en vigueur du paclitaxel, des composants du FOLFIRI et du docétaxel pour connaître les prémédications requises et toute autre information complémentaire.

    • Adaptations posologiques du ramucirumab

    . Effets liés à la perfusion Le débit du ramucirumab doit être réduit de moitié pour toute la durée de la perfusion et l'ensemble des perfusions ultérieures si le patient manifeste un ELP de grades 1 ou 2. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté immédiatement et définitivement en cas d'ELP de grade 3 ou 4 (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Hypertension La tension artérielle des patients doit être surveillée avant chaque administration de ramucirumab et traitée selon le tableau clinique. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas d'hypertension sévère jusqu'au contrôle par une prise en charge médicale. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement en cas d'hypertension grave sur le plan médical ne pouvant être contrôlée en toute sécurité par des antihypertenseurs (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Protéinurie Une surveillance de l'apparition ou de l'aggravation d'une protéinurie pendant le traitement par ramucirumab doit être mise en place pour tous les patients. Si la protéinurie effectuée au moyen d'une bandelette réactive est > ou = 2+, un prélèvement d'urine doit être effectué sur 24 heures. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement si la protéinurie est > ou = 2 g/24 heures. Lorsque la protéinurie repasse sous la barre des 2 g/24 heures, le traitement doit être repris à une dose réduite (voir tableau 3). Une deuxième réduction de la posologie (Cf. données ci-dessous) est recommandée si la protéinurie est de nouveau > ou = 2 g/24 heures.

    Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement si la protéinurie est > 3 g/24 heures ou en cas de syndrome néphrotique.

    Réductions posologiques de ramucirumab en cas de protéinurie

    • Dose initiale de ramucirumab : 10 mg/kg . Première réduction de dose à : 8 mg/kg . Deuxième réduction de dose à : 6 mg/kg

    . Opération chirurgicale non urgente ou trouble de la cicatrisation Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement pendant au moins 4 semaines avant une opération chirurgicale non urgente. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas de complications de la cicatrisation jusqu'à cicatrisation complète de la plaie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Arrêt définitif Le traitement par ramucirumab doit être également arrêté définitivement dans les situations suivantes : . Événements thrombo-emboliques artériels sévères (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Perforations gastro-intestinales (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Saignement sévère : de grade 3 ou 4 selon les critères communs de toxicité (CTC) du National Cancer Institute (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Apparition spontanée de fistules (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Encéphalopathie hépatique ou syndrome hépatorénal (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Ajustements de la dose de docétaxel Des réductions de dose du docétaxel peuvent être envisagées en fonction du grade de la toxicité chez le patient. Le traitement par docetaxel devra être interrompu jusqu'à résolution de la toxicité en cas de survenue d'une neutropénie fébrile, d'un taux de polynucléaires neutrophiles < 500 cellules/mm3 pendant plus d'une semaine, de réactions cutanées sévères ou répétées ou d'autres toxicités nonhématologiques de Grade 3 ou 4. Il est recommandé de réduire la posologie de docétaxel de 10 mg/m2 pour tous les cycles suivants. Une deuxième réduction posologique de 15 mg/m2 est recommandée si les toxicités persistent ou réapparaissent. Dans ce cas, le traitement par docétaxel doit être interrompu chez les patients originaires d'Asie de l'Est traités à une dose initiale de 60 mg/m2 (Cf. Posologie).

    • Populations particulières
    • Personnes âgées Dans les études pivots, il existe un niveau de preuve limité que les patients âgés de 65 ans et plus sont à risque accru d'effets indésirables comparativement aux patients âgés de moins de 65 ans. Aucune réduction de dose n'est recommandée (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Insuffisance rénale Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance rénale. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance rénale légère, modérée ou sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Insuffisance hépatique Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance hépatique. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance hépatique légère à modérée. On ne dispose d'aucune donnée concernant l'administration du ramucirumab à des patients atteints d'insuffisance hépatique sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de ce médicament chez les enfants et les adolescents (moins de 18 ans) n'ont pas été établies. Aucune donnée n'est disponible.

    Il n'y a pas d'utilisation justifiée de ramucirumab dans la population pédiatrique dans l'indication carcinome bronchique.

    Le traitement par ramucirumab doit être initié et supervisé par un médecin expérimenté en cancérologie.

    • Posologie
    • Carcinome hépatocellulaire (CHC) La dose recommandée de ramucirumab en monothérapie est de 8 mg/kg toutes les 2 semaines.

    • Dosage de l'alpha-foetoprotéine (AFP) dans le CHC Avant traitement par ramucirumab, les patients atteints d'un CHC doivent être sélectionnés sur la base d'une concentration sérique d'AFP > ou = 400 ng/mL avec un test d'AFP validé (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Durée du traitement

    Il est recommandé de poursuivre le traitement jusqu'à progression de la maladie ou survenue d'une toxicité inacceptable

    • Prémédication

    Il est recommandé d'administrer un antihistaminique H1 avant la perfusion de ramucirumab. Si un patient présente un effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion, une prémédication doit être administrée lors de toutes les perfusions ultérieures. Si un patient présente un deuxième effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion (ELP), il convient d'administrer du dexaméthasone (ou équivalent) ; puis, pour les perfusions ultérieures, administrer en prémédication les médicaments suivants ou leurs équivalents : antihistaminique H1 en intraveineuse, paracétamol et dexaméthasone.

    Se reporter aux résumés des caractéristiques du produit en vigueur du paclitaxel, des composants du FOLFIRI et du docétaxel pour connaître les prémédications requises et toute autre information complémentaire.

    • Adaptations posologiques du ramucirumab

    . Effets liés à la perfusion Le débit du ramucirumab doit être réduit de moitié pour toute la durée de la perfusion et l'ensemble des perfusions ultérieures si le patient manifeste un ELP de grades 1 ou 2. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté immédiatement et définitivement en cas d'ELP de grade 3 ou 4 (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Hypertension La tension artérielle des patients doit être surveillée avant chaque administration de ramucirumab et traitée selon le tableau clinique. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas d'hypertension sévère jusqu'au contrôle par une prise en charge médicale. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement en cas d'hypertension grave sur le plan médical ne pouvant être contrôlée en toute sécurité par des antihypertenseurs (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Protéinurie Une surveillance de l'apparition ou de l'aggravation d'une protéinurie pendant le traitement par ramucirumab doit être mise en place pour tous les patients. Si la protéinurie effectuée au moyen d'une bandelette réactive est > ou = 2+, un prélèvement d'urine doit être effectué sur 24 heures. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement si la protéinurie est > ou = 2 g/24 heures. Lorsque la protéinurie repasse sous la barre des 2 g/24 heures, le traitement doit être repris à une dose réduite (voir tableau 3). Une deuxième réduction de la posologie (Cf. données ci-dessous) est recommandée si la protéinurie est de nouveau > ou = 2 g/24 heures.

    Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement si la protéinurie est > 3 g/24 heures ou en cas de syndrome néphrotique.

    Réductions posologiques de ramucirumab en cas de protéinurie

    • Dose initiale de ramucirumab : 8 mg/kg . Première réduction de dose à : 6 mg/kg . Deuxième réduction de dose à : 5 mg/kg

    . Opération chirurgicale non urgente ou trouble de la cicatrisation Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement pendant au moins 4 semaines avant une opération chirurgicale non urgente. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas de complications de la cicatrisation jusqu'à cicatrisation complète de la plaie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Arrêt définitif Le traitement par ramucirumab doit être également arrêté définitivement dans les situations suivantes : . Événements thrombo-emboliques artériels sévères (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Perforations gastro-intestinales (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Saignement sévère : de grade 3 ou 4 selon les critères communs de toxicité (CTC) du National Cancer Institute (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Apparition spontanée de fistules (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Encéphalopathie hépatique ou syndrome hépatorénal (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Ajustements de la dose de docétaxel Des réductions de dose du docétaxel peuvent être envisagées en fonction du grade de la toxicité chez le patient. Le traitement par docetaxel devra être interrompu jusqu'à résolution de la toxicité en cas de survenue d'une neutropénie fébrile, d'un taux de polynucléaires neutrophiles < 500 cellules/mm3 pendant plus d'une semaine, de réactions cutanées sévères ou répétées ou d'autres toxicités nonhématologiques de Grade 3 ou 4. Il est recommandé de réduire la posologie de docétaxel de 10 mg/m2 pour tous les cycles suivants. Une deuxième réduction posologique de 15 mg/m2 est recommandée si les toxicités persistent ou réapparaissent. Dans ce cas, le traitement par docétaxel doit être interrompu chez les patients originaires d'Asie de l'Est traités à une dose initiale de 60 mg/m2 (Cf. Posologie).

    • Populations particulières
    • Personnes âgées Dans les études pivots, il existe un niveau de preuve limité que les patients âgés de 65 ans et plus sont à risque accru d'effets indésirables comparativement aux patients âgés de moins de 65 ans. Aucune réduction de dose n'est recommandée (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Insuffisance rénale Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance rénale. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance rénale légère, modérée ou sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Insuffisance hépatique Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance hépatique. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance hépatique légère à modérée. On ne dispose d'aucune donnée concernant l'administration du ramucirumab à des patients atteints d'insuffisance hépatique sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de ce médicament chez les enfants et les adolescents (moins de 18 ans) n'ont pas été établies. Aucune donnée n'est disponible.

    Il n'y a pas d'utilisation justifiée de ramucirumab dans la population pédiatrique dans l'indication carcinome hépatocellulaire.

    Le traitement par ramucirumab doit être initié et supervisé par un médecin expérimenté en cancérologie.

    • Posologie

    Cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC)

    • En association avec l'erlotinib dans le traitement du CBNPC avec mutations activatrices de l'EGFR

    La dose recommandée de ramucirumab en association avec l'erlotinib est de 10 mg/kg toutes les deux semaines. Le statut mutationnel EGFR doit être déterminé avant initiation du traitement avec le ramucirumab et l'erlotinib en utilisant une méthode d'analyse validée. Voir le résumé des caractéristiques du produit de l'erlotinib pour la posologie et le mode d'administration de l'erlotinib.

    • Durée du traitement

    Il est recommandé de poursuivre le traitement jusqu'à progression de la maladie ou survenue d'une toxicité inacceptable

    • Prémédication

    Il est recommandé d'administrer un antihistaminique H1 avant la perfusion de ramucirumab. Si un patient présente un effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion, une prémédication doit être administrée lors de toutes les perfusions ultérieures. Si un patient présente un deuxième effet indésirable de Grade 1 ou 2 lié à la perfusion (ELP), il convient d'administrer du dexaméthasone (ou équivalent) ; puis, pour les perfusions ultérieures, administrer en prémédication les médicaments suivants ou leurs équivalents : antihistaminique H1 en intraveineuse, paracétamol et dexaméthasone.

    Se reporter aux résumés des caractéristiques du produit en vigueur du paclitaxel, des composants du FOLFIRI et du docétaxel pour connaître les prémédications requises et toute autre information complémentaire.

    • Adaptations posologiques du ramucirumab

    . Effets liés à la perfusion Le débit du ramucirumab doit être réduit de moitié pour toute la durée de la perfusion et l'ensemble des perfusions ultérieures si le patient manifeste un ELP de grades 1 ou 2. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté immédiatement et définitivement en cas d'ELP de grade 3 ou 4 (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Hypertension La tension artérielle des patients doit être surveillée avant chaque administration de ramucirumab et traitée selon le tableau clinique. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas d'hypertension sévère jusqu'au contrôle par une prise en charge médicale. Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement en cas d'hypertension grave sur le plan médical ne pouvant être contrôlée en toute sécurité par des antihypertenseurs (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Protéinurie Une surveillance de l'apparition ou de l'aggravation d'une protéinurie pendant le traitement par ramucirumab doit être mise en place pour tous les patients. Si la protéinurie effectuée au moyen d'une bandelette réactive est > ou = 2+, un prélèvement d'urine doit être effectué sur 24 heures. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement si la protéinurie est > ou = 2 g/24 heures. Lorsque la protéinurie repasse sous la barre des 2 g/24 heures, le traitement doit être repris à une dose réduite (voir tableau 3). Une deuxième réduction de la posologie (Cf. données ci-dessous) est recommandée si la protéinurie est de nouveau > ou = 2 g/24 heures.

    Le traitement par ramucirumab doit être arrêté définitivement si la protéinurie est > 3 g/24 heures ou en cas de syndrome néphrotique.

    Réductions posologiques de ramucirumab en cas de protéinurie

    • Dose initiale de ramucirumab : 10 mg/kg . Première réduction de dose à : 8 mg/kg . Deuxième réduction de dose à : 6 mg/kg

    . Opération chirurgicale non urgente ou trouble de la cicatrisation Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement pendant au moins 4 semaines avant une opération chirurgicale non urgente. Le traitement par ramucirumab doit être interrompu temporairement en cas de complications de la cicatrisation jusqu'à cicatrisation complète de la plaie (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Arrêt définitif Le traitement par ramucirumab doit être également arrêté définitivement dans les situations suivantes : . Événements thrombo-emboliques artériels sévères (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Perforations gastro-intestinales (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Saignement sévère : de grade 3 ou 4 selon les critères communs de toxicité (CTC) du National Cancer Institute (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Apparition spontanée de fistules (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). . Encéphalopathie hépatique ou syndrome hépatorénal (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Ajustements de la dose de docétaxel Des réductions de dose du docétaxel peuvent être envisagées en fonction du grade de la toxicité chez le patient. Le traitement par docetaxel devra être interrompu jusqu'à résolution de la toxicité en cas de survenue d'une neutropénie fébrile, d'un taux de polynucléaires neutrophiles < 500 cellules/mm3 pendant plus d'une semaine, de réactions cutanées sévères ou répétées ou d'autres toxicités nonhématologiques de Grade 3 ou 4. Il est recommandé de réduire la posologie de docétaxel de 10 mg/m2 pour tous les cycles suivants. Une deuxième réduction posologique de 15 mg/m2 est recommandée si les toxicités persistent ou réapparaissent. Dans ce cas, le traitement par docétaxel doit être interrompu chez les patients originaires d'Asie de l'Est traités à une dose initiale de 60 mg/m2 (Cf. Posologie).

    • Populations particulières
    • Personnes âgées Dans les études pivots, il existe un niveau de preuve limité que les patients âgés de 65 ans et plus sont à risque accru d'effets indésirables comparativement aux patients âgés de moins de 65 ans. Aucune réduction de dose n'est recommandée (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Insuffisance rénale Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance rénale. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance rénale légère, modérée ou sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Insuffisance hépatique Aucune étude formelle n'a été effectuée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance hépatique. Selon les données cliniques, aucun ajustement de dose n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance hépatique légère à modérée. On ne dispose d'aucune donnée concernant l'administration du ramucirumab à des patients atteints d'insuffisance hépatique sévère (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Aucune réduction de dose n'est recommandée.

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de ce médicament chez les enfants et les adolescents (moins de 18 ans) n'ont pas été établies. Aucune donnée n'est disponible.

    Il n'y a pas d'utilisation justifiée de ramucirumab dans la population pédiatrique dans l'indication carcinome bronchique.