Diphante (phénytoïne)

Médicaments à base de phénytoïne :

Illustration general

Informations générales

Illustration indications

Indications - Quand utiliser diphante ?

  • Traitement de deuxieme intention

  • En monotherapie

  • Associer a d'autres therapeutiques

  • Traitement de deuxieme intention

  • En monotherapie

  • Associer a d'autres therapeutiques

  • Traitement preventif

  • Traitement curatif

  • Dans la phase precoce

  • En cas de neurochirurgie

  • En cas de traumatisme cranien

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de diphante ?

  • Allaitement

  • Allergie alimentaire

    • Allergie au ble
  • Arythmie cardiaque

  • Arythmie ventriculaire

  • Autre traitement en cours

    • Trt par cobicistat
    • Trt par daclatasvir
    • Trt par dasabuvir
    • Trt par delamanid
    • Trt par isavuconazole
    • Trt par ledipasvir
    • Trt par lurasidone
    • Trt par med contenant de l'alcool
    • Trt par millepertuis
    • Trt par ombitasvir
    • Trt par paritaprevir
    • Trt par rilpivirine
    • Trt par telaprevir
  • Bloc auriculo-ventriculaire haut degre

  • Bloc sino-auriculaire

  • Bradycardie sinusale

  • Epilepsie

    • Absence epileptique
    • Epilepsie crise myoclonique
  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite alcloxa
    • Hypersensibilite aldioxa
    • Hypersensibilite allantoine
    • Hypersensibilite amidon de ble/gluten
    • Hypersensibilite barbituriques
    • Hypersensibilite croisee
    • Hypersensibilite dantrolene
    • Hypersensibilite fosphenytoine
    • Hypersensibilite hydantoines
    • Hypersensibilite nifurfoline
    • Hypersensibilite nirfutoinol
    • Hypersensibilite nitrofurantoine
    • Hypersensibilite oxazolidinones
    • Hypersensibilite phenytoine
    • Hypersensibilite succinimide
  • Insuffisance cardiaque

    • Insuff cardiaque decompensee
  • Interaction d'origine alimentaire

    • Allergie au ble
    • Apport de millepertuis
    • Ingestion d'alcool
  • Porphyrie cutanee

  • Porphyrie hepatique

    • Porphyrie aigue intermittente
    • Porphyrie hepatique maladie
  • Stokes-adams maladie

  • Trouble de la conduction

  • Trouble hematologique

  • Autre traitement en cours

    • Trt par abiraterone
    • Trt par apixaban
    • Trt par aprepitant
    • Trt par bedaquiline
    • Trt par boceprevir
    • Trt par bosentan
    • Trt par cimetidine
    • Trt par contraceptif oral
    • Trt par dabigatran
    • Trt par disulfirame
    • Trt par dolutegravir
    • Trt par dronedarone
    • Trt par eribuline
    • Trt par estroprogestatif contraceptif
    • Trt par fentanyl
    • Trt par idelalisib
    • Trt par inhibiteur tyrosine kinase
    • Trt par itraconazole
    • Trt par ivacaftor
    • Trt par macitentan
    • Trt par medicament cytotoxique
    • Trt par mianserine
    • Trt par nimodipine
    • Trt par olaparib
    • Trt par oxycodone
    • Trt par praziquantel
    • Trt par progestatif contraceptif
    • Trt par quetiapine
    • Trt par ranolazine
    • Trt par regorafenib
    • Trt par rivaroxaban
    • Trt par sertraline
    • Trt par simeprevir
    • Trt par sofosbuvir
    • Trt par sulfafurazole
    • Trt par sulfamethizole
    • Trt par sulfamethoxazole
    • Trt par telithromycine
    • Trt par ticagrelor
    • Trt par ulipristal
    • Trt par vemurafenib
    • Trt par vismodegib
    • Trt par voriconazole
  • Alcoolisme chronique

  • Atteinte cutanee

  • Autre traitement en cours

    • Trt par autre antiepileptique
    • Trt par contraceptif oral
    • Trt par estroprogestatif contraceptif
    • Trt par inducteur enzymatique
    • Trt par inhibiteur enzymatique cyp2c19
    • Trt par inhibiteur enzymatique cyp2c9
  • Deficit immunitaire

  • Dyslipidemie / anomalie metab lipide

  • Eosinophilie

  • Examen laboratoire interference

    • Dosage calcium
    • Dosage phosphatase alcaline
    • Dosage sanguin glycemie
  • Exposition a une temperature extreme

  • Fievre

  • Groupe ethnique

    • Population noire
    • Population thailandaise
  • Hepatite

    • Hepatite virale
  • Hypoprotidemie

    • Hypoalbuminemie
  • Insuffisance hepatique

  • Insuffisance renale chronique

  • Lymphadenopathie

  • Myocardite

  • Myosite

  • Obesite

  • Quel que soit le terrain

  • Sujet age

  • Alcoolisme chronique

  • Atteinte cutanee

  • Autre traitement en cours

    • Trt par autre antiepileptique
    • Trt par contraceptif oral
    • Trt par estroprogestatif contraceptif
    • Trt par inducteur enzymatique
    • Trt par inhibiteur enzymatique cyp2c19
    • Trt par inhibiteur enzymatique cyp2c9
  • Deficit immunitaire

  • Dyslipidemie / anomalie metab lipide

  • Eosinophilie

  • Examen laboratoire interference

    • Dosage calcium
    • Dosage phosphatase alcaline
    • Dosage sanguin glycemie
  • Exposition a une temperature extreme

  • Fievre

  • Groupe ethnique

    • Population noire
    • Population thailandaise
  • Hepatite

    • Hepatite virale
  • Hypoprotidemie

    • Hypoalbuminemie
  • Insuffisance hepatique

  • Insuffisance renale chronique

  • Lymphadenopathie

  • Myocardite

  • Myosite

  • Obesite

  • Quel que soit le terrain

  • Sujet age

  • Tendance suicidaire / suicide

Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de diphante ?

SEVERE(S)
  • acidose metabolique
  • adenopathie
  • agranulocytose
  • anaphylaxie
  • anemie
  • anemie hemolytique
  • anomalie gingivale
  • anomalie labiale
  • aplasie medullaire
  • apnee
  • arret cardiaque
  • arret respiratoire
  • arteriopathie
  • arythmie
  • atteinte cardiovasculaire
  • atteinte pulmonaire
  • atteinte renale
  • bloc auriculo ventriculaire
  • bloc sino auriculaire
  • bradycardie
  • coagulation trouble
  • collapsus cardiovasculaire
  • coma
  • conduction trouble
  • depression myocardique
  • depression respiratoire
  • dress syndrome
  • dyspepsie
  • ecchymoses
  • electrocardiogramme modification
  • eosinophilie
  • eruption cutanee
  • erytheme
  • erytheme polymorphe
  • erythrodermie dermatite exfoliative
  • fibrillation ventriculaire
  • fibrose pulmonaire
  • fievre
  • hemolyse
  • hemoptysie
  • hemostase trouble
  • hodgkin maladie
  • hyperleucocytose
  • hypertension arterielle
  • hypocalcemie
  • hypoplasie medullaire
  • hypotension arterielle
  • immunoglobuline modification
  • infiltrat pulmonaire
  • insuffisance respiratoire
  • lethargie
  • leucopenie
  • lyell syndrome necrolyse epidermique toxique net
  • lymphadenopathie
  • lymphocytose
  • lymphome
  • lymphopenie
  • macrocytose
  • maladie serique
  • megaloblastose
  • necrose cutanee
  • neutropenie
  • oedeme des membres inferieurs
  • oedeme peripherique
  • pancytopenie
  • pneumonie
  • purpura
  • reaction allergique
  • stevens johnson syndrome
  • syncope
  • syndrome lupique
  • tachycardie
  • thrombocytopenie
  • toxidermie bulleuse pemphigus
  • vascularite
  • vasodilatation arteriolaire
MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • acces maniaque
  • accommodation trouble
  • acouphene bourdonnement doreille
  • agitation
  • agressivite
  • alat modification
  • alopecie
  • amnesie
  • arthralgie
  • arthrite
  • arthropathie
  • asat modification
  • asterixis
  • asthenie
  • ataxie
  • athetose mvt anormal grande amplit
  • atteinte hepatique
  • audition alteration
  • bilirubine modification
  • cataracte
  • cephalee
  • cholestase
  • concentration alteration
  • concentration baisse
  • confusion mentale
  • convulsion
  • coordination trouble
  • crampe musculaire
  • delire
  • demineralisation osseuse
  • depression
  • diplopie
  • douleur
  • dupuytren maladie
  • dysarthrie parole difficulte
  • dyschromatopsie
  • dyskinesie
  • dystonie
  • encephalopathie
  • euphorie
  • faiblesse musculaire
  • fasciite
  • fracture osseuse
  • frisson
  • gamma gt modification
  • hallucination
  • hepatite
  • hepatomegalie
  • hirsutisme
  • hyperpigmentation
  • hypertrichose
  • hypoesthesie
  • ictere
  • insomnie
  • insuffisance renale aigue
  • la peyronie maladie
  • lactico deshydrogenase modification
  • langage trouble
  • memoire trouble
  • mouvement anormal
  • myalgie
  • myasthenie
  • necrose hepatique
  • nephrite interstitielle
  • nephrotoxicite
  • nervosite
  • neuropathie peripherique
  • nodule rhumatoide
  • nystagmus
  • oedeme facial
  • osteomalacie
  • osteopenie
  • osteoporose
  • paralysie
  • paresthesie
  • phosphatase alcaline modification
  • polyarthrite
  • polymyosite
  • priapisme
  • prurit
  • psychose
  • raynaud syndrome
  • rhabdomyolyse
  • somnolence diurne
  • splenomegalie
  • stupeur
  • syndrome neurocerebelleux
  • tremblement
  • trouble cognitif
  • trouble psychocomportemental
  • urticaire
  • vertige etourdissement
  • vision alteration
  • vision floue
MODERE(S)
  • appetit augmentation
  • appetit perte
  • hypercholesterolemie
  • hyperglycemie
  • hypoprotidemie
  • porphyrie
  • vitamine metabolisme perturbation
MINEUR(S) OU MODERE(S)
  • agueusie
  • anomalie thyroidienne
  • anorexie
  • bilan thyroidien perturbation
  • constipation
  • dysgueusie
  • gynecomastie
  • hormone antidiuretique modification
  • hyperplasie gingivale
  • hyperprolactinemie
  • hypothyroidie
  • langue alteration
  • nausee vomissement
  • secheresse buccale
  • testosterone modification
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    DIPHANTE 100 mg, comprimé quadrisécable

    plaquette(s) aluminium PVC de 100 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 65 %
    • PRIX : 12,77
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de diphante ?

    La posologie doit être déterminée individuellement car, à dosage égal, les concentrations sériques en phénytoïne peuvent être extrêmement variables d'un patient à un autre. Le traitement par la phénytoïne doit être débuté à de faibles doses qui seront augmentées par paliers, jusqu'à l'obtention du contrôle des crises ou à l'apparition d'effets toxiques. Il est vivement recommandé de doser les concentrations sériques en vue d'un ajustement optimal du dosage. La concentration clinique efficace se situe entre 10 et 20 microgrammes/ml ; mais, dans certains cas, le contrôle des crises tonico-cloniques est obtenu avec des concentrations sériques en phénytoïne inférieures. L'obtention de l'état d'équilibre des concentrations sériques peut prendre 7 à 10 jours. Il convient donc de patienter au moins sept à dix jours avant de modifier un dosage. Le traitement d'entretien correspond à la dose la plus basse d'anticonvulsivant permettant de contrôler les crises.

    Les comprimés de phénytoïne sodique contiennent de la phénytoïne sodique. Il est à noter que 100 mg de phénytoïne sodique correspondent à 92 mg de phénytoïne en termes de poids moléculaire ; en fonction des spécialités utilisées, l'équivalence moléculaire ne se retrouve pas nécessairement du point de vue biologique. Les praticiens doivent en tenir compte lors du changement de présentation pharmaceutique ; une surveillance des concentrations sériques est conseillée (Cf. rubrique "Mises en garde spéciales et précautions d'emploi").

    • Adultes : 2 à 6 mg/kg par jour. Dose habituelle : 300 mg/jour. Dose journalière maximale chez l'adulte : 500 à 600 mg/jour. Dans la plupart des cas, des effets secondaires apparaissent à partir de 600 mg/jour, en raison de la toxicité du produit.

    • Population pédiatrique Enfants âgés de 12 ans et plus : comme pour les adultes (voir ci-dessus)

    • Polymorphisme génétique relatif à la pharmacocinétique de la phénytoïne : Les gènes CYP2C9 et CYP2C19 présentent un polymorphisme génétique. CYP2C92 et CYP2C93 sont les deux variations alléliques les plus courantes, entraînant une réduction du métabolisme de la phénytoïne. Pour les métaboliseurs intermédiaires (CYP2C9 1/2, 1/3) et les métaboliseurs lents (CYP2C9 2/2, 2/3, 3/3), respectivement, commencer avec 75 % et 50 % de la dose habituelle. Ensuite, ajuster la dose en fonction des concentrations sériques et de la réponse clinique. (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Patients obèses : Le volume de distribution de la phénytoïne augmente avec le degré d'obésité. Chez les patients obèses, il faudra administrer des doses de charge absolues plus élevées de phénytoïne pour obtenir rapidement des concentrations sériques thérapeutiques.

    Le nombre de doses journalières est de 2 ou 3. Cela dépend, pour une grande partie, du métabolisme du patient concerné et de la durée du traitement.

    En général, le traitement doit être initié avec une posologie divisé en trois doses. L'heure d'administration du médicament peut être modifiée en fonction de l'évolution des crises ou les modifications de l'EEG, enregistré à différents moments de la journée.

    Il est possible d'obtenir le point de saturation du patient de diverses façons, en fonction de l'urgence du traitement :

    a) Par voie IV, en milieu hospitalier. Consulter les recommandations relatives à la posologie et au mode d'administration, figurant dans le Résume des Caractéristiques du Produit des spécialités à base de phénytoïne IV disponibles sur le marché.

    b) Par voie orale : Chez l'adulte : 1 000 mg en une seule dose administrée (c.-à-d. : 10 comprimés) ; puis 300 mg par jour en trois doses de 100 mg réparties régulièrement sur une journée.

    Chez l'enfant : 15 mg/kg/jour, quel que soit l'âge, en une seule dose ; puis 5 mg/kg/jour.

    Les concentrations thérapeutiques sériques sont obtenues au bout de 4 à 6 heures.

    c) Trois doses de 300 mg, sur la base d'une dose toutes les 8 heures ; puis 300 mg/jour, en trois prises de 100mg réparties régulièrement sur l'ensemble de la journée.

    Chez l'enfant, 5 mg/kg toutes les 8 heures, le premier jour ; puis 5 mg/kg/jour, quel que soit l'âge.

    Les concentrations thérapeutiques sériques sont obtenues au bout de 24 à 30 heures.

    d) 300 mg/jour, chez l'adulte, divisés en trois prises de 100mg régulières.

    5 mg/kg/jour chez l'enfant, tous âges confondus, divisés en trois prises régulières.

    Les concentrations thérapeutiques sériques sont obtenues au bout de 5 à 15 jours.

    L'augmentation de la posologie, si elle s'avère nécessaire, doit être pratiquée par paliers de 25 mg par jour, chez l'adulte et l'enfant, quel que soit l'âge. L'augmentation doit être lente ; à savoir : par palier de 100 mg au maximum par semaine, toutes les 2 à 4 semaines, à partir du moment où les concentrations thérapeutiques sériques théoriques sont atteintes. Cet ajustement de la dose doit être basé sur la réponse clinique ; il doit également tenir compte de tout effet indésirable qui pourrait apparaître (tout particulièrement le nystagmus). Les concentrations sériques ne peuvent être déterminées tant que l'état d'équilibre des concentrations sériques n'est pas supposé avoir été atteint. Les augmentations de la dose supérieures à 300 mg/jour peuvent rapidement aboutir à une élévation significative des concentrations sériques. C'est pourquoi cela doit se faire très lentement, en prenant les précautions nécessaires.

    En fonction de la méthode de saturation utilisée (voir ci-dessus), la première détermination sera réalisée :

    le matin suivant dans le cas a), pareillement dans le cas b), au bout de 48 heures dans le cas c), et pas avant 15 à 20 jours dans le cas d). L'augmentation de la dose ne doit donc pas intervenir avant ces périodes d'attentes respectives.

    • Arrêt du médicament et passage à une autre antiépileptique :

    L'arrêt du médicament doit se faire en réduisant progressivement la dose journalière, sur une période d'au moins 14 jours. Il est également impératif d'initier le nouvel antiépileptique progressivement, sur une période équivalente.

    La modification de l'antiépileptique ; c'est-à-dire le remplacement de la phénytoïne par un autre antiépileptique, peut se dérouler conformément au calendrier général ci-après :

    • Première semaine : réduction de la dose de phénytoïne actuelle d'un tiers, et ajout du nouvel antiépileptique à raison d'un tiers de la dose prévue.

    • Deuxième semaine : réduction de la dose de phénytoïne actuelle d'une moitié, et ajout du nouvel antiépileptique à raison d'une moitié de la dose prévue.

    • Troisième semaine : arrêt total de phénytoïne et remplacement par la dose prévue du nouvel antiépileptique.

    Le patient doit bénéficier d'une surveillance médicale stricte tout au long de cette période, plus particulièrement au cours de la troisième semaine, période au cours de laquelle une adaptation posologie du nouvel antiépileptique pourrait être indispensable. Cette surveillance médicale est absolument nécessaire pour prévenir l'apparition de crises dues aux concentrations sériques trop basses de l'antiépileptique concerné.

    La posologie doit être déterminée individuellement car, à dosage égal, les concentrations sériques en phénytoïne peuvent être extrêmement variables d'un patient à un autre. Le traitement par la phénytoïne doit être débuté à de faibles doses qui seront augmentées par paliers, jusqu'à l'obtention du contrôle des crises ou à l'apparition d'effets toxiques. Il est vivement recommandé de doser les concentrations sériques en vue d'un ajustement optimal du dosage. La concentration clinique efficace se situe entre 10 et 20 microgrammes/ml ; mais, dans certains cas, le contrôle des crises tonico-cloniques est obtenu avec des concentrations sériques en phénytoïne inférieures. L'obtention de l'état d'équilibre des concentrations sériques peut prendre 7 à 10 jours. Il convient donc de patienter au moins sept à dix jours avant de modifier un dosage. Le traitement d'entretien correspond à la dose la plus basse d'anticonvulsivant permettant de contrôler les crises.

    Les comprimés de phénytoïne sodique contiennent de la phénytoïne sodique. Il est à noter que 100 mg de phénytoïne sodique correspondent à 92 mg de phénytoïne en termes de poids moléculaire ; en fonction des spécialités utilisées, l'équivalence moléculaire ne se retrouve pas nécessairement du point de vue biologique. Les praticiens doivent en tenir compte lors du changement de présentation pharmaceutique ; une surveillance des concentrations sériques est conseillée (Cf. rubrique "Mises en garde spéciales et précautions d'emploi").

    • Population pédiatrique

    . Nouveau-nés : 2,5 à 5 mg/kg divisés en 2 doses journalières égales, ajustées si nécessaire ; dose maximale : 7,5 mg/kg par jour

    . Enfants âgés de 1 mois à 12 ans : 2,5 à 5 mg/kg divisés en 2 doses journalières égales, ajustées si nécessaire ; dose maximale : 7,5 mg/kg par jour, ou 300 mg/jour

    Les comprimés ne sont pas adaptés pour une utilisation chez les enfants âgés de moins de 6 ans.

    • Polymorphisme génétique relatif à la pharmacocinétique de la phénytoïne : Les gènes CYP2C9 et CYP2C19 présentent un polymorphisme génétique. CYP2C92 et CYP2C93 sont les deux variations alléliques les plus courantes, entraînant une réduction du métabolisme de la phénytoïne. Pour les métaboliseurs intermédiaires (CYP2C9 1/2, 1/3) et les métaboliseurs lents (CYP2C9 2/2, 2/3, 3/3), respectivement, commencer avec 75 % et 50 % de la dose habituelle. Ensuite, ajuster la dose en fonction des concentrations sériques et de la réponse clinique. (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Patients obèses : Le volume de distribution de la phénytoïne augmente avec le degré d'obésité. Chez les patients obèses, il faudra administrer des doses de charge absolues plus élevées de phénytoïne pour obtenir rapidement des concentrations sériques thérapeutiques.

    Le nombre de doses journalières est de 2 ou 3. Cela dépend, pour une grande partie, du métabolisme du patient concerné et de la durée du traitement.

    En général, le traitement doit être initié avec une posologie divisé en trois doses. L'heure d'administration du médicament peut être modifiée en fonction de l'évolution des crises ou les modifications de l'EEG, enregistré à différents moments de la journée.

    Il est possible d'obtenir le point de saturation du patient de diverses façons, en fonction de l'urgence du traitement :

    a) Par voie IV, en milieu hospitalier. Consulter les recommandations relatives à la posologie et au mode d'administration, figurant dans le Résume des Caractéristiques du Produit des spécialités à base de phénytoïne IV disponibles sur le marché.

    b) Chez l'enfant : 15 mg/kg/jour, quel que soit l'âge, en une seule dose ; puis 5 mg/kg/jour. Les concentrations thérapeutiques sériques sont obtenues au bout de 4 à 6 heures.

    c) Chez l'enfant, 5 mg/kg toutes les 8 heures, le premier jour ; puis 5 mg/kg/jour, quel que soit l'âge. Les concentrations thérapeutiques sériques sont obtenues au bout de 24 à 30 heures.

    d) 5 mg/kg/jour chez l'enfant, tous âges confondus, divisés en trois prises régulières. Les concentrations thérapeutiques sériques sont obtenues au bout de 5 à 15 jours.

    L'augmentation de la posologie, si elle s'avère nécessaire, doit être pratiquée par paliers de 25 mg par jour, chez l'adulte et l'enfant, quel que soit l'âge. L'augmentation doit être lente ; à savoir : par palier de 100 mg au maximum par semaine, toutes les 2 à 4 semaines, à partir du moment où les concentrations thérapeutiques sériques théoriques sont atteintes. Cet ajustement de la dose doit être basé sur la réponse clinique ; il doit également tenir compte de tout effet indésirable qui pourrait apparaître (tout particulièrement le nystagmus). Les concentrations sériques ne peuvent être déterminées tant que l'état d'équilibre des concentrations sériques n'est pas supposé avoir été atteint. Les augmentations de la dose supérieures à 300 mg/jour peuvent rapidement aboutir à une élévation significative des concentrations sériques. C'est pourquoi cela doit se faire très lentement, en prenant les précautions nécessaires.

    En fonction de la méthode de saturation utilisée (voir ci-dessus), la première détermination sera réalisée :

    le matin suivant dans le cas a), pareillement dans le cas b), au bout de 48 heures dans le cas c), et pas avant 15 à 20 jours dans le cas d). L'augmentation de la dose ne doit donc pas intervenir avant ces périodes d'attentes respectives.

    • Arrêt du médicament et passage à une autre antiépileptique :

    L'arrêt du médicament doit se faire en réduisant progressivement la dose journalière, sur une période d'au moins 14 jours. Il est également impératif d'initier le nouvel antiépileptique progressivement, sur une période équivalente.

    La modification de l'antiépileptique ; c'est-à-dire le remplacement de la phénytoïne par un autre antiépileptique, peut se dérouler conformément au calendrier général ci-après :

    • Première semaine : réduction de la dose de phénytoïne actuelle d'un tiers, et ajout du nouvel antiépileptique à raison d'un tiers de la dose prévue.

    • Deuxième semaine : réduction de la dose de phénytoïne actuelle d'une moitié, et ajout du nouvel antiépileptique à raison d'une moitié de la dose prévue.

    • Troisième semaine : arrêt total de phénytoïne et remplacement par la dose prévue du nouvel antiépileptique.

    Le patient doit bénéficier d'une surveillance médicale stricte tout au long de cette période, plus particulièrement au cours de la troisième semaine, période au cours de laquelle une adaptation posologie du nouvel antiépileptique pourrait être indispensable. Cette surveillance médicale est absolument nécessaire pour prévenir l'apparition de crises dues aux concentrations sériques trop basses de l'antiépileptique concerné.

    La posologie doit être déterminée individuellement car, à dosage égal, les concentrations sériques en phénytoïne peuvent être extrêmement variables d'un patient à un autre. Le traitement par la phénytoïne doit être débuté à de faibles doses qui seront augmentées par paliers, jusqu'à l'obtention du contrôle des crises ou à l'apparition d'effets toxiques. Il est vivement recommandé de doser les concentrations sériques en vue d'un ajustement optimal du dosage. La concentration clinique efficace se situe entre 10 et 20 microgrammes/ml ; mais, dans certains cas, le contrôle des crises tonico-cloniques est obtenu avec des concentrations sériques en phénytoïne inférieures. L'obtention de l'état d'équilibre des concentrations sériques peut prendre 7 à 10 jours. Il convient donc de patienter au moins sept à dix jours avant de modifier un dosage. Le traitement d'entretien correspond à la dose la plus basse d'anticonvulsivant permettant de contrôler les crises.

    Les comprimés de phénytoïne sodique contiennent de la phénytoïne sodique. Il est à noter que 100 mg de phénytoïne sodique correspondent à 92 mg de phénytoïne en termes de poids moléculaire ; en fonction des spécialités utilisées, l'équivalence moléculaire ne se retrouve pas nécessairement du point de vue biologique. Les praticiens doivent en tenir compte lors du changement de présentation pharmaceutique ; une surveillance des concentrations sériques est conseillée (Cf. rubrique "Mises en garde spéciales et précautions d'emploi").

    • Personnes âgées : Dose initiale de 3 mg/kg, en raison de leur moindre capacité à métaboliser la molécule (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques"). Ensuite, l'ajustement des doses est fait en fonction des concentrations sériques et de la réponse clinique. Lors de l'interprétation des concentrations plasmatiques, il convient de tenir compte de la possibilité d'une augmentation de la fraction non liée de phénytoïne (Cf. rubrique "Mises en garde spéciales et précautions d'emploi").

    • Polymorphisme génétique relatif à la pharmacocinétique de la phénytoïne : Les gènes CYP2C9 et CYP2C19 présentent un polymorphisme génétique. CYP2C92 et CYP2C93 sont les deux variations alléliques les plus courantes, entraînant une réduction du métabolisme de la phénytoïne. Pour les métaboliseurs intermédiaires (CYP2C9 1/2, 1/3) et les métaboliseurs lents (CYP2C9 2/2, 2/3, 3/3), respectivement, commencer avec 75 % et 50 % de la dose habituelle. Ensuite, ajuster la dose en fonction des concentrations sériques et de la réponse clinique. (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Patients obèses : Le volume de distribution de la phénytoïne augmente avec le degré d'obésité. Chez les patients obèses, il faudra administrer des doses de charge absolues plus élevées de phénytoïne pour obtenir rapidement des concentrations sériques thérapeutiques.

    Le nombre de doses journalières est de 2 ou 3. Cela dépend, pour une grande partie, du métabolisme du patient concerné et de la durée du traitement.

    En général, le traitement doit être initié avec une posologie divisé en trois doses. L'heure d'administration du médicament peut être modifiée en fonction de l'évolution des crises ou les modifications de l'EEG, enregistré à différents moments de la journée.

    • Arrêt du médicament et passage à une autre antiépileptique :

    L'arrêt du médicament doit se faire en réduisant progressivement la dose journalière, sur une période d'au moins 14 jours. Il est également impératif d'initier le nouvel antiépileptique progressivement, sur une période équivalente.

    La modification de l'antiépileptique ; c'est-à-dire le remplacement de la phénytoïne par un autre antiépileptique, peut se dérouler conformément au calendrier général ci-après :

    • Première semaine : réduction de la dose de phénytoïne actuelle d'un tiers, et ajout du nouvel antiépileptique à raison d'un tiers de la dose prévue.

    • Deuxième semaine : réduction de la dose de phénytoïne actuelle d'une moitié, et ajout du nouvel antiépileptique à raison d'une moitié de la dose prévue.

    • Troisième semaine : arrêt total de phénytoïne et remplacement par la dose prévue du nouvel antiépileptique.

    Le patient doit bénéficier d'une surveillance médicale stricte tout au long de cette période, plus particulièrement au cours de la troisième semaine, période au cours de laquelle une adaptation posologie du nouvel antiépileptique pourrait être indispensable. Cette surveillance médicale est absolument nécessaire pour prévenir l'apparition de crises dues aux concentrations sériques trop basses de l'antiépileptique concerné.