Epirubicine (épirubicine)

Médicaments à base de épirubicine :

Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

  • Dosages

    2 mg/ml

  • Formes galéniques

    solution pour perfusionsolution injectable ou pour perfusionsolution injectable et pour perfusion

  • Classe Thérapeutique

    L01DB - ANTHRACYCLINES ET APPARENTES

Illustration indications

Indications - Quand utiliser epirubicine ?

                                  Illustration consindications

                                  Quelles sont les contre-indications de epirubicine ?

                                  • Agranulocytose

                                  • Allaitement

                                  • Angor

                                    • Angor instable
                                  • Aplasie medullaire

                                  • Arythmie cardiaque

                                    • Arythmie cardiaque severe
                                  • Atteinte hepatique

                                    • Atteinte hepatique severe
                                  • Cardiomyopathie

                                  • Hematurie

                                  • Hypersensibilite

                                    • Hypersensibilite a l'un des excipients
                                    • Hypersensibilite anthracenediones
                                    • Hypersensibilite anthracyclines
                                    • Hypersensibilite croisee
                                    • Hypersensibilite daunorubicine
                                    • Hypersensibilite doxorubicine
                                    • Hypersensibilite epirubicine
                                    • Hypersensibilite idarubicine
                                    • Hypersensibilite pirarubicine
                                  • Infarctus du myocarde

                                    • Infarctus du myocarde antecedent perso
                                    • Infarctus du myocarde phase aigue
                                    • Infarctus du myocarde recent
                                  • Infection

                                    • Infection evolutive
                                    • Infection severe aigue
                                  • Infection urinaire

                                  • Inflammation vesicale

                                  • Insuffisance cardiaque

                                    • Insuff cardiaque moderee classe iii
                                    • Insuff cardiaque severe classe iv
                                  • Insuffisance hepatique

                                    • Insuffisance hepatique severe maladie
                                  • Lithiase voies urinaires inferieures

                                  • Mode d'administration particulier

                                    • Voie intramusculaire
                                    • Voie sous cutanee
                                  • Obstacle voies urinaires excretrices

                                  • Obstruction vesicale

                                  • Retention urinaire

                                  • Spasme musculaire

                                  • Traitement anterieur

                                    • Trt par anthracenedione
                                    • Trt par anthracycline
                                    • Trt par epirubicine
                                  • Tumeur

                                    • Tumeur etendue
                                    • Tumeur invasive
                                  • Vaccination

                                    • Vaccination amarile
                                    • Vaccination bcg
                                    • Vaccination par vaccins vivants attenues
                                    • Vaccination ror
                                    • Vaccination varicelle zona
                                  • Autre traitement en cours

                                    • Trt par fosphenytoine
                                    • Trt par phenytoine
                                  • Atteinte cardiovasculaire

                                  • Atteinte hepatique

                                    • Atteinte hepatique legere
                                    • Atteinte hepatique moderee
                                  • Atteinte renale

                                  • Autre traitement en cours

                                    • Trt par cardiotoxique
                                    • Trt par trastuzumab
                                  • Femme en age de procreer

                                  • Grossesse

                                  • Homme

                                  • Hyperuricemie

                                  • Insuffisance renale chronique

                                  • Mode d'administration particulier

                                    • Administration en bolus iv
                                    • Voie intra arterielle
                                    • Voie intravesicale
                                  • Mucite

                                  • Neutropenie

                                  • Personnel soignant

                                  • Personnel soignant feminin

                                  • Quel que soit le terrain

                                  • Radiotherapie

                                  • Regime hyposode strict

                                  • Stomatite

                                  • Sujet age

                                  • Thrombopenie

                                  • Type particulier de traitement

                                    • Traitement a dose elevee
                                  • Atteinte cardiovasculaire

                                  • Atteinte hepatique

                                    • Atteinte hepatique legere
                                    • Atteinte hepatique moderee
                                  • Atteinte renale

                                  • Autre traitement en cours

                                    • Trt par cardiotoxique
                                    • Trt par trastuzumab
                                  • Femme en age de procreer

                                  • Grossesse

                                  • Homme

                                  • Hyperuricemie

                                  • Insuffisance renale chronique

                                  • Mode d'administration particulier

                                    • Administration en bolus iv
                                    • Voie intra arterielle
                                    • Voie intravesicale
                                  • Mucite

                                  • Neutropenie

                                  • Personnel soignant

                                  • Personnel soignant feminin

                                  • Quel que soit le terrain

                                  • Radiotherapie

                                  • Regime hyposode strict

                                  • Stomatite

                                  • Sujet age

                                  • Thrombopenie

                                  • Type particulier de traitement

                                    • Traitement a dose elevee
                                  Illustration side-effect

                                  Quels sont les effets indésirables de epirubicine ?

                                  SEVERE(S)
                                  • alat modification
                                  • anaphylaxie
                                  • aplasie medullaire
                                  • arythmie
                                  • asat modification
                                  • atteinte cardiovasculaire
                                  • bloc auriculo ventriculaire
                                  • bouffee vasomotrice
                                  • bradycardie
                                  • brulure locale
                                  • cancer buccal
                                  • cardiomyopathie
                                  • cellulite
                                  • choc anaphylactique
                                  • choc cardiogenique
                                  • conjonctivite
                                  • crampe musculaire
                                  • cystite
                                  • deces mortalite
                                  • douleur locale au point dinjection
                                  • douleur oppression thoracique
                                  • dyschromie cutanee
                                  • electrocardiogramme modification
                                  • embolie pulmonaire
                                  • epanchement pericardique
                                  • eruption cutanee
                                  • erytheme
                                  • fibrillation auriculaire
                                  • hyperpigmentation
                                  • hypertension arterielle
                                  • hypokaliemie
                                  • hyponatremie
                                  • hypotension arterielle
                                  • hypotension arterielle orthostatique
                                  • infarctus du myocarde
                                  • inflammation locale au point dinjection
                                  • insuffisance cardiaque
                                  • insuffisance cardiaque congestive
                                  • insuffisance ventriculaire gauche
                                  • keratite
                                  • leucemie aigue
                                  • malaise lipothymie
                                  • melanonychie
                                  • miction trouble
                                  • myocardite
                                  • necrose cutanee
                                  • neuropathie peripherique
                                  • oedeme cutane
                                  • oedeme facial
                                  • oedeme peripherique
                                  • ongles alteration
                                  • pericardite
                                  • photosensibilisation medicamenteuse
                                  • pollakiurie
                                  • proteinurie
                                  • prurit
                                  • radiodermite
                                  • reaction allergique
                                  • reaction locale au point dinjection
                                  • syndrome myeloproliferatif
                                  • tachycardie
                                  • thromboembolie
                                  • thrombophlebite
                                  • thrombose veineuse
                                  • tumeur maligne
                                  • urticaire
                                  • vasodilatation cutanee
                                  • veinite
                                  MODERE(S) OU SEVERE(S)
                                  • agranulocytose
                                  • alopecie
                                  • amenorrhee
                                  • anemie
                                  • augmentation du risque infectieux
                                  • avortement spontane
                                  • azoospermie
                                  • colite
                                  • constipation
                                  • cycle menstruel irregulier
                                  • diarrhee
                                  • douleur abdominale
                                  • douleur buccale
                                  • douleur mammaire
                                  • douleur pelvienne
                                  • douleur testiculaire
                                  • dysgueusie
                                  • dysovulation
                                  • dyspepsie
                                  • dysphagie deglutition difficulte
                                  • epididymite
                                  • epistaxis
                                  • erection trouble
                                  • estrogene modification
                                  • flatulence meteorisme
                                  • gastralgie
                                  • gastrite
                                  • gynecomastie
                                  • hemoglobine modification
                                  • hemorragie digestive
                                  • hemorragie uro genitale
                                  • hypersecretion vaginale
                                  • hypoplasie medullaire
                                  • impuissance
                                  • inflammation de la muqueuse
                                  • insuffisance ovarienne
                                  • leucopenie
                                  • libido trouble
                                  • lymphopenie
                                  • menometrorragie
                                  • menorragie
                                  • mort foetale
                                  • mucite
                                  • nausee vomissement
                                  • necrose penienne
                                  • neutropenie
                                  • oesophagite
                                  • oligospermie
                                  • pancytopenie
                                  • perforation digestive
                                  • pneumonie
                                  • prostatite
                                  • purpura
                                  • saignement vaginal
                                  • secheresse buccale
                                  • sepsis choc septique
                                  • septicemie
                                  • sterilite secondaire
                                  • stomatite
                                  • teratogenicite
                                  • testicule modification de la taille
                                  • testosterone modification
                                  • thrombocytopenie
                                  • thrombocytose
                                  • ulceration gastrique
                                  • ulceration vaginale
                                  • ulceration vulvaire
                                  • vaginite
                                  MODERE(S)
                                  • candidose
                                  • coloration muqueuse
                                  • gingivite
                                  • glossite
                                  • muqueuse ulcere
                                  • saignement hemorragie
                                  • ulceration buccale
                                  • ulceration colon
                                  MINEUR(S) OU MODERE(S)
                                  • asthenie
                                  • cachexie
                                  • cephalee
                                  • deshydratation
                                  • douleur
                                  • dyspnee
                                  • faiblesse musculaire
                                  • fievre
                                  • flush
                                  • frisson
                                  • hypersudation
                                  • irritation muqueuse
                                  • lyse tumorale syndrome
                                  • mucosite
                                  • oedeme
                                  • oedeme des membres inferieurs
                                  • vertige etourdissement
                                  MINEUR(S)
                                  • anorexie
                                  • appetit perte
                                  • coloration urine
                                  • hyperuricemie
                                  Illustration general

                                  Liste des présentations disponibles

                                  • Illustration de la forme galénique

                                    EPIRUBICINE EG 2 mg/ml, solution pour perfusion

                                    1 flacon(s) en verre de 5 ml

                                    • REMBOURSABLE :
                                    • PRIX :
                                  • Illustration de la forme galénique

                                    EPIRUBICINE ACCORD 2 mg/ml, solution injectable ou pour perfusion

                                    1 flacon(s) en verre de 5 ml

                                    • REMBOURSABLE :
                                    • PRIX :
                                  • Illustration de la forme galénique

                                    EPIRUBICINE TEVA CLASSICS 2 mg/ml, solution injectable et pour perfusion

                                    1 flacon(s) en verre de 5 ml

                                    • REMBOURSABLE :
                                    • PRIX :
                                    Illustration posology

                                    Quelle est la posologie de epirubicine ?

                                    • Posologie

                                    La posologie moyenne est de 40 à 100 mg/m2 et par cycle, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m2.

                                    Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Posologie

                                    En cas d'atteinte hépatique (bilirubinémie > 35 micromoles/l), la dose administrée doir être réduite selon le schéma suivant :

                                    • si bilirubinémie > 50 micromoles/l : 0 (ne pas administrer)
                                    • si bilrubinémie comprise entre 35-50 micromoles/l : la dose à administrer correspond à 50 % de la dose théorique
                                    • si bilirubinémie < 35 micromoles/l , la dose correspond à 100% de la dose théorique.
                                    • Posologie

                                    En cas d'insuffisance rénale, la dose administrée doit être réduite, compte tenu de la possibilité d'accumulation.

                                    • Posologie

                                    Dans le traitement des carcinomes mammaires, des posologies jusqu'à 120 mg/m2 par cycle en association toutes les 3 à 4 semaines ont été évaluées notamment dans le traitement de première ligne du carcinome mammaire métastasique et suggèrent un rapport bénéfice/risque favorable.

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m2.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m2.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    • Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement. En cas d'atteinte de la fonction hépatique (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"), des réductions de dose sont recommandées selon :

                                    • Paramètres de biochimie sérique : Bilirubine 20-51 micromol/l ou ASAT : 2 à 4 fois la limite supérieure de la normale . Dose à administrer (en pourcentage de la dose théorique) : 50

                                    • Paramètres de biochimie sérique : Bilirubine > 51 micromol/l ou ASAT > 4 fois la limite supérieure de la normale . Dose à administrer (en pourcentage de la dose théorique) : 25

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m2.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement

                                    • En cas d'insuffisance rénale sévère, une réduction de dose doit être envisagée sans qu'aucune recommandation spécifique en ce qui concerne la posologie ne puisse être formulée sur la base des données limitées disponibles chez des patients présentant une insuffisance rénale (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m2.

                                    • Carcinomes mammaires :

                                    La dose initiale recommandée de chlorhydrate d'épirubicine, utilisée comme composant d'un traitement adjuvant du cancer du sein avec atteinte ganglionnaire, est de 100 à 120 mg/m2.

                                    Des posologies jusqu'à 120 mg/m2 par cycle en association toutes les 3 à 4 semaines ont été évaluées notamment dans le traitement de 1ère ligne du carcinome mammaire métastatique et suggèrent un rapport bénéfice/risque favorable.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m².

                                    • Carcinomes mammaires :

                                    La dose initiale recommandée de chlorhydrate d'épirubicine, utilisée comme composant d'un traitement adjuvant du cancer du sein avec atteinte ganglionnaire, est de 100 à 120 mg/m2.

                                    Des posologies jusqu'à 120 mg/m2 par cycle en association toutes les 3 à 4 semaines ont été évaluées notamment dans le traitement de 1ère ligne du carcinome mammaire métastatique et suggèrent un rapport bénéfice/risque favorable.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    • Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement. En cas d'atteinte de la fonction hépatique (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"), des réductions de dose sont recommandées selon :

                                    • Paramètres de biochimie sérique : Bilirubine 20-51 micromol/l ou ASAT : 2 à 4 fois la limite supérieure de la normale . Dose à administrer (en pourcentage de la dose théorique) : 50

                                    • Paramètres de biochimie sérique : Bilirubine > 51 micromol/l ou ASAT > 4 fois la limite supérieure de la normale . Dose à administrer (en pourcentage de la dose théorique) : 25

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m2.

                                    • Carcinomes mammaires :

                                    La dose initiale recommandée de chlorhydrate d'épirubicine, utilisée comme composant d'un traitement adjuvant du cancer du sein avec atteinte ganglionnaire, est de 100 à 120 mg/m2.

                                    Des posologies jusqu'à 120 mg/m2 par cycle en association toutes les 3 à 4 semaines ont été évaluées notamment dans le traitement de 1ère ligne du carcinome mammaire métastatique et suggèrent un rapport bénéfice/risque favorable.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement

                                    • En cas d'insuffisance rénale sévère, une réduction de dose doit être envisagée sans qu'aucune recommandation spécifique en ce qui concerne la posologie ne puisse être formulée sur la base des données limitées disponibles chez des patients présentant une insuffisance rénale (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m2.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m2.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    • Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement. En cas d'atteinte de la fonction hépatique (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"), des réductions de dose sont recommandées selon :

                                    • Paramètres de biochimie sérique : Bilirubine 20-51 micromol/l ou ASAT : 2 à 4 fois la limite supérieure de la normale . Dose à administrer (en pourcentage de la dose théorique) : 50

                                    • Paramètres de biochimie sérique : Bilirubine > 51 micromol/l ou ASAT > 4 fois la limite supérieure de la normale . Dose à administrer (en pourcentage de la dose théorique) : 25

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m2.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement

                                    • En cas d'insuffisance rénale sévère, une réduction de dose doit être envisagée sans qu'aucune recommandation spécifique en ce qui concerne la posologie ne puisse être formulée sur la base des données limitées disponibles chez des patients présentant une insuffisance rénale (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m2.

                                    • Carcinomes mammaires :

                                    La dose initiale recommandée de chlorhydrate d'épirubicine, utilisée comme composant d'un traitement adjuvant du cancer du sein avec atteinte ganglionnaire, est de 100 à 120 mg/m2.

                                    Des posologies jusqu'à 120 mg/m2 par cycle en association toutes les 3 à 4 semaines ont été évaluées notamment dans le traitement de 1ère ligne du carcinome mammaire métastatique et suggèrent un rapport bénéfice/risque favorable.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m².

                                    • Carcinomes mammaires :

                                    La dose initiale recommandée de chlorhydrate d'épirubicine, utilisée comme composant d'un traitement adjuvant du cancer du sein avec atteinte ganglionnaire, est de 100 à 120 mg/m2.

                                    Des posologies jusqu'à 120 mg/m2 par cycle en association toutes les 3 à 4 semaines ont été évaluées notamment dans le traitement de 1ère ligne du carcinome mammaire métastatique et suggèrent un rapport bénéfice/risque favorable.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    • Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement. En cas d'atteinte de la fonction hépatique (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"), des réductions de dose sont recommandées selon :

                                    • Paramètres de biochimie sérique : Bilirubine 20-51 micromol/l ou ASAT : 2 à 4 fois la limite supérieure de la normale . Dose à administrer (en pourcentage de la dose théorique) : 50

                                    • Paramètres de biochimie sérique : Bilirubine > 51 micromol/l ou ASAT > 4 fois la limite supérieure de la normale . Dose à administrer (en pourcentage de la dose théorique) : 25

                                    La dose totale de chlorhydrate d'épirubicine par cycle peut varier en fonction du protocole thérapeutique (monothérapie ou association à d'autres cytotoxiques) et de l'indication thérapeutique.

                                    • Posologie moyenne de 60 à 120 mg/m2 par cycle, administrés en monothérapie en dose unique ou sur 2-3 jours successifs, chaque cycle étant séparé du précédent par une période de 3 à 4 semaines, les cycles pouvant être répétés jusqu'à une dose cumulative maximale de 900 mg/m2.

                                    • Carcinomes mammaires :

                                    La dose initiale recommandée de chlorhydrate d'épirubicine, utilisée comme composant d'un traitement adjuvant du cancer du sein avec atteinte ganglionnaire, est de 100 à 120 mg/m2.

                                    Des posologies jusqu'à 120 mg/m2 par cycle en association toutes les 3 à 4 semaines ont été évaluées notamment dans le traitement de 1ère ligne du carcinome mammaire métastatique et suggèrent un rapport bénéfice/risque favorable.

                                    • Les cycles de traitement peuvent être espacés en cas de manifestations toxiques et notamment de toxicité hématologique.

                                    • Si le chlorhydrate d'épirubicine est associé à d'autres cytotoxiques, pouvant présenter les mêmes effets toxiques, la dose recommandée par cycle doit être réduite en conséquence.

                                    Le taux de bilirubine doit être surveillé avant chaque traitement

                                    • En cas d'insuffisance rénale sévère, une réduction de dose doit être envisagée sans qu'aucune recommandation spécifique en ce qui concerne la posologie ne puisse être formulée sur la base des données limitées disponibles chez des patients présentant une insuffisance rénale (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").
                                    • Posologie - Utilisation intraveineuse

                                    Il est recommandé d'injecter la solution rouge, qui doit être limpide et transparente, dans la tubulure d'une perfusion intraveineuse de solution saline physiologique ou de glucose à 5 % en injection lente, sur une durée maximale de 30 minutes (selon la dose et le volume de perfusion). L'aiguille doit être correctement placée dans la veine. Cette méthode réduit le risque de thrombose et d'extravasation susceptibles de produire un phlegmon grave et une nécrose. En cas d'extravasation, stopper immédiatement l'administration. L'injection dans une petite veine et l'injection répétée dans la même veine peuvent produire une sclérose veineuse.

                                    • Dose élevée (carcinome du sein)

                                    Dans le traitement du carcinome du sein, l'épirubicine en monothérapie à dose élevée doit être administrée selon le schéma suivant:

                                    Pour le traitement à dose élevée, l'épirubicine peut être administrée en bolus intraveineux en 3-5 minutes ou sous forme de perfusion d'une durée de 30 minutes au maximum.

                                    Pour le traitement adjuvant de patientes atteintes d'un cancer du sein précoce et présentant des ganglions lymphatiques positifs, des doses intraveineuses de chlorhydrate d'épirubicine de 100 mg/m2 (dose unique le jour 1) à 120 mg/m2 (en deux doses divisées, les jours 1 et 8) toutes les 3-4 semaines sont recommandées, en association avec du cyclophosphamide et du 5-fluorouracile en intraveineuse et du tamoxifène par voie orale.

                                    Il est recommandé d'utiliser une dose plus faible (60-75 mg/m2 pour le traitement habituel et 105-120 mg/m2 pour le traitement à la dose élevée) ou de retarder l'administration de la dose suivante pour les patientes présentant une réduction de la fonction médullaire due à une chimiothérapie ou à une radiothérapie antérieures, en raison de l'âge ou d'une infiltration néoplasique de la moelle osseuse. La dose complète par cycle peut être administrée en 2-3 jours consécutifs.

                                    • Groupes de patients particuliers
                                    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de l'épirubicine n'ont pas été établies chez l'enfant.

                                    • Insuffisance rénale L'insuffisance rénale modérée n'exige pas une réduction de la dose, étant donné la faible quantité d'épirubicine excrétée par voie rénale. Toutefois, une réduction de dose est recommandée pour les patients présentant une insuffisance rénale grave (créatinine sérique > 450 micromol/l).

                                    • Posologie - Utilisation intraveineuse

                                    Il est recommandé d'injecter la solution rouge, qui doit être limpide et transparente, dans la tubulure d'une perfusion intraveineuse de solution saline physiologique ou de glucose à 5 % en injection lente, sur une durée maximale de 30 minutes (selon la dose et le volume de perfusion). L'aiguille doit être correctement placée dans la veine. Cette méthode réduit le risque de thrombose et d'extravasation susceptibles de produire un phlegmon grave et une nécrose. En cas d'extravasation, stopper immédiatement l'administration. L'injection dans une petite veine et l'injection répétée dans la même veine peuvent produire une sclérose veineuse.

                                    • Dose habituelle (carcinome de l'estomac)

                                    Si le chlorhydrate d'épirubicine est utilisé en monothérapie, la dose recommandée pour l'adulte est de 60-90 mg/m2 de surface corporelle. Le chlorhydrate d'épirubicine doit être injecté par voie intraveineuse en 3-5 minutes. Cette dose est administrée en une fois ou en 2-3 jours consécutifs. La même dose est administrée 21 jours plus tard.

                                    Il convient de tenir compte de l'état hématologique et médullaire du patient pour fixer le calendrier d'administration.

                                    Si des signes de toxicité apparaissent, notamment neutropénie/fièvre neutropénique et thrombocytopénie (pouvant persister au jour 21), il peut être nécessaire de modifier la dose ou de retarder l'administration de la dose suivante.

                                    • Chimiothérapie d'association : Lorsque le chlorhydrate d'épirubicine 2 mg/ml est utilisé en association avec d'autres agents anti-tumoraux, la dose est réduite en conséquence. La dose couramment utilisée dans le carcinome de l'estomac est 50mg/m2.
                                    • Groupes de patients particuliers
                                    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité de l'épirubicine n'ont pas été établies chez l'enfant.

                                    • Insuffisance rénale L'insuffisance rénale modérée n'exige pas une réduction de la dose, étant donné la faible quantité d'épirubicine excrétée par voie rénale. Toutefois, une réduction de dose est recommandée pour les patients présentant une insuffisance rénale grave (créatinine sérique > 450 micromol/l). excrétée par voie rénale.

                                    • Posologie - Utilisation intravésicale

                                    Cf. aussi la rubrique "Précautions particulières d'élimination et de manipulation" concernant les instructions de dilution du produit avant administration.

                                    L'épirubicine peut être administrée par voie intravésicale pour le traitement du carcinome superficiel de la vessie, du carcinome in situ et en prophylaxie pour prévenir la récurrence après résection transurétrale. Elle ne doit pas être administrée par voie intravésicale pour le traitement de tumeurs invasives qui ont pénétré la paroi vésiculaire car un traitement systémique ou une intervention chirurgicale sont plus adaptés à ces cas.

                                    Divers schémas d'administration sont utilisés. Les lignes directrices suivantes peuvent être utilisées:

                                    • Carcinome superficiel de la vessie : lavage vésical hebdomadaire avec 50 mg/50 ml (dilution avec une solution saline physiologique ou de l'eau stérile) pendant 8 semaines. Une réduction de la dose de 30 mg pour 50 ml est conseillée en cas de toxicité locale (cystite chimique).

                                    • Carcinome in situ : jusqu'à 80 mg/50 ml (selon la tolérance du patient).

                                    • Prophylaxie de la récurrence après résection transurétrale : 4 administrations hebdomadaires de 50 mg/50 ml suivies par 11 instillations mensuelles de la même dose.

                                    -> Dilution pour les solutions pour instillation vésicale

                                    • Dose de chlorhydrate d'épirubicine requise : 30 mg . Volume d'injection de chlorhydrate d'épirubicine à 2 mg/ml : 15 ml . Volume de diluant, eau stérile pour préparation injectable ou solution saline stérile à 0,9 % : 35 ml . Volume total pour instillation vésicale : 50 ml

                                    • Dose de chlorhydrate d'épirubicine requise : 50 mg . Volume d'injection de chlorhydrate d'épirubicine à 2 mg/ml : 25 ml . Volume de diluant, eau stérile pour préparation injectable ou solution saline stérile à 0,9 % : 25 ml . Volume total pour instillation vésicale : 50 ml

                                    • Dose de chlorhydrate d'épirubicine requise : 80 mg . Volume d'injection de chlorhydrate d'épirubicine à 2 mg/ml : 40 ml . Volume de diluant, eau stérile pour préparation injectable ou solution saline stérile à 0,9 % : 10 ml . Volume total pour instillation vésicale : 50 ml

                                    La solution doit être maintenue dans la vessie pendant 1-2 heures. Pour éviter toute dilution excessive dans l'urine, il convient d'indiquer au patient de ne rien boire dans les 12 heures précédant l'instillation. Pendant l'instillation, le patient doit se retourner de temps en temps ; il convient également de lui indiquer d'uriner à la fin de la période d'instillation.

                                    • Sujets âgés

                                    Chez les patients âgés, il est recommandé de réduire la dose.

                                    • Insuffisance hépatique

                                    L'épirubicine est excrétée principalement par le foie. Chez les patients présentant un trouble de la fonction hépatique, la dose doit être réduite comme suit pour éviter une augmentation de la toxicité générale:

                                    • Bilirubine sérique : 1,4-3 mg/100 ml . ASAT (aspartate aminotransférase) : 2-4 fois la limite normale supérieure . Réduction de la dose : Réduction de la dose de 50 %

                                    • Bilirubine sérique : > 3 mg/ 100 ml . ASAT (aspartate aminotransférase) : > 4 fois la limite de la normale . Réduction de la dose : Réduction de la dose de 75 %

                                    • Insuffisance rénale

                                    L'insuffisance rénale modérée n'exige pas une réduction de la dose, étant donné la faible quantité d'épirubicine excrétée par voie rénale. Toutefois, une réduction de dose est recommandée pour les patients présentant une insuffisance rénale grave (créatinine sérique > 450 micromol/l).