Epoprostenol (époprosténol)

Médicaments à base de époprosténol :

Découvrez Posos 🎉

L’outil d’aide à la prescription simple et personnalisé qui vous aide à prendre la meilleure décision.

  • Identifier une posologie complexe
  • Limiter la iatrogénie
  • Vérifier les contre-indications
  • Trouver un équivalent thérapeutique
Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

    Epoprostenol

  • Dosages

    1,5 mg0,5 mg

  • Formes galéniques

    poudre et solvant pour solution injectable

  • Classe Thérapeutique

    B01AC - INHIBITEURS DE L'AGREGATION PLAQUETTAIRE, HEPARINE EXCLUE

Illustration indications

Indications - Quand utiliser epoprostenol ?

  • En cas d'echec a une autre therapeutique

  • Traiter en milieu hospitalier

  • Dans les formes idiopathiques

  • Dans les formes familiales

  • Dans les formes sporadiques

  • Dans les formes stade iii de la nyha/oms

  • Dans les formes stade iv de la nyha/oms

  • Traitement d'urgence

  • En cas de contre-indication a autre trt

  • Traiter en milieu hospitalier

  • En alternative a une autre therapeutique

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de epoprostenol ?

  • Adulte jeune (15-17 ans)

  • Allaitement

  • Dysfonctionnement ventriculaire

    • Dysfonctionnement ventriculaire gauche
  • Enfant

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite alprostadil
    • Hypersensibilite bimatoprost
    • Hypersensibilite carboprost
    • Hypersensibilite dinoprost
    • Hypersensibilite dinoprostone
    • Hypersensibilite epoprostenol
    • Hypersensibilite gemeprost
    • Hypersensibilite iloprost
    • Hypersensibilite latanoprost
    • Hypersensibilite misoprostol
    • Hypersensibilite prostaglandines
    • Hypersensibilite sulprostone
    • Hypersensibilite tafluprost
    • Hypersensibilite travoprost
  • Insuffisance cardiaque

    • Insuff cardiaque congestive
  • Insuffisance cardiaque gauche

    • Insuff cardiaque severe classe iv
  • Maladie thromboembolique

  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Oedeme pulmonaire

    • Angor

    • Autre traitement en cours

      • Trt par ains
      • Trt par antiagregant plaquettaire
      • Trt par anticoagulant
      • Trt par digoxine
    • Cardiopathie

    • Exposition a une temperature extreme

    • Hemophilie

    • Hypotension arterielle

    • Insuffisance coronarienne

    • Maladie hemorragique

    • Pathologie coronarienne

    • Quel que soit le terrain

    • Sujet age

    • Terrain hemorragique

    • Angor

    • Autre traitement en cours

      • Trt par ains
      • Trt par antiagregant plaquettaire
      • Trt par anticoagulant
      • Trt par digoxine
    • Cardiopathie

    • Exposition a une temperature extreme

    • Hemophilie

    • Hypotension arterielle

    • Insuffisance coronarienne

    • Maladie hemorragique

    • Pathologie coronarienne

    • Quel que soit le terrain

    • Sujet age

    • Terrain hemorragique

    Illustration side-effect

    Quels sont les effets indésirables de epoprostenol ?

    SEVERE(S)
    • agitation
    • anxiete
    • arthralgie
    • douleur buccale
    • nervosite
    MODERE(S)
    • ascite
    • asthenie
    • bradycardie
    • catheter infection
    • cephalee
    • diarrhee
    • douleur
    • douleur abdominale
    • douleur locale au point dinjection
    • douleur oppression thoracique
    • dyspnee
    • epistaxis
    • eruption cutanee
    • flush
    • hemorragie cerebrale
    • hemorragie digestive
    • hemorragie intrapulmonaire
    • hyperglycemie
    • hypersudation
    • hyperthyroidie
    • hypotension arterielle
    • hypotension arterielle orthostatique
    • infection cutanee
    • inflammation locale au point dinjection
    • insuffisance cardiaque
    • nausee vomissement
    • oedeme des membres inferieurs
    • oedeme pulmonaire
    • paleur
    • reaction locale au point dinjection
    • respiration trouble
    • saignement hemorragie
    • secheresse buccale
    • sepsis choc septique
    • septicemie
    • splenomegalie
    • syndrome grippal
    • tachycardie
    • thrombocytopenie
    • vertige etourdissement
    Illustration general

    Liste des présentations disponibles

    • Illustration de la forme galénique

      EPOPROSTENOL ARROW 1,5 mg, poudre et solvant pour solution injectable

      1 flacon(s) en verre - 1 flacon(s) en verre de 50 ml avec filtre(s)

      • REMBOURSABLE :
      • PRIX :
    • Illustration de la forme galénique

      EPOPROSTENOL ARROW 0,5 mg, poudre et solvant pour solution injectable

      1 flacon(s) en verre - 1 flacon(s) en verre de 50 ml avec filtre(s)

      • REMBOURSABLE :
      • PRIX :
      Illustration posology

      Quelle est la posologie de epoprostenol ?

      • Posologie préconisée chez l'adulte
      • Test de vasodilatation en aigu

      Ce test n'a pour seul intérêt que de dépister les patients répondeurs aux vasodilatateurs oraux (tels que les inhibiteurs calciques) et en aucun cas les répondeurs à l'époprosténol en administration au long cours (dont l'indication ne se justifie que chez des sujets non répondeurs au test en aigu). Il peut aisément être remplacé par un test au monoxyde d'azote (NO) inhalé, plus simple et sans retentissement systémique.

      Le produit pourra être administré soit par voie périphérique soit par voie centrale. La perfusion sera débutée à raison de 2 ng/kg/min, puis augmentée par paliers de 2 ng/kg/min toutes les 15 minutes ou moins fréquemment, jusqu'à l'apparition d'effets pharmacologiques limitants dont les plus fréquents sont des nausées, des vomissements, des céphalées, une hypotension ou une tachycardie. A titre indicatif, au cours des essais cliniques, la dose maximale administrée en aigu n'entraînant pas de tels effets a été en moyenne de 8,6 +/- 0,3 ng/kg/min.

      • Perfusion continue au long cours Pour une perfusion au long cours, le produit dilué sera administré au moyen d'un cathéter veineux central. Le débit de perfusion d'époprosténol sera ajusté sous contrôle médical.

      . Dose initiale La perfusion sera débutée à raison de 1 ng/kg/min puis augmentée par palier de 1 ng/kg/min toutes les 12 à 24 heures selon la tolérance, jusqu'à une posologie de 10 ng/kg/min. La posologie sera ensuite augmentée de 1 ng/kg/min tous les 15 jours jusqu'à la dose de 16 ng/kg/min.

      . Ajustement des doses perfusées lors du traitement au long cours Les doses d'époprosténol seront augmentées en fonction des récidives ou des aggravations des symptômes de l'hypertension artérielle pulmonaire, sur l'objectivation d'une baisse de la tolérance à l'exercice sur les tests de marche (6 min) répétés et sur les paramètres hémodynamiques. La survenue d'événements indésirables liés à un surdosage devra faire envisager la diminution de doses d'époprosténol.

      . Modalités et conditions d'augmentation de la dose lors de la perfusion au long cours Les symptômes de l'hypertension artérielle pulmonaire peuvent revenir graduellement en cours de traitement. En général, ils répondent bien à de faibles augmentations de dose d'époprosténol. Lorsque les signes d'hypertension artérielle pulmonaire se majorent, la dose perfusée sera augmentée par paliers de 1 ng/kg/min en respectant des intervalles de temps suffisamment longs (1 à 4 semaines) pour permettre l'évaluation de la réponse clinique. Les débits de perfusion doivent être réévalués à intervalles réguliers. A titre indicatif, lors des essais cliniques, l'augmentation de la dose a été en moyenne de 1 ng/kg/min par mois, mais la variabilité était considérable.

      . Modalités et conditions de diminution de la dose lors de la perfusion au long cours La survenue de signes cliniques témoignant d'un surdosage ou d'une élévation trop importante du débit cardiaque (dyspnée, fatigue, perte de poids, tachycardie, vomissements...) peut obliger à réduire la dose d'époprosténol perfusé. Ce phénomène disparaît parfois sans ajustement de posologie et il est souvent difficile de différencier ces symptômes de signes évoquant une insuffisance de traitement, d'où la nécessité d'une surveillance clinique et hémodynamique. La diminution de dose doit se faire progressivement, par paliers de 2 ng/kg/min, toutes les 15 minutes ou plus, jusqu'à disparition des effets limitants en rapport avec la dose administrée.

      La diminution de dose doit se faire progressivement par paliers. L'interruption brusque de la perfusion d'époprosténol ou une réduction importante et/ou brutale du débit de perfusion doivent être évitées en raison du risque de survenue d'effet rebond pouvant menacer le pronostic vital.

      • Utilisation chez le sujet âgé

      Les études cliniques menées avec ce médicament n'ont pas inclu un effectif suffisant de patients âgés de plus de 65 ans pour déterminer si, chez eux, l'efficacité et la tolérance de ce médicament différaient de celles observées chez des sujets plus jeunes. Néanmoins, dans cette population, le choix d'une posologie doit être prudent, en raison d'un plus grand risque de dysfonctionnement hépatique, rénal, cardiaque, ainsi que de pathologies ou de traitements associés.

      • Chez l'enfant

      En l'absence de donnée suffisante concernant le traitement de l'HTAP de l'enfant par ce médicament, il appartient au médecin de peser le bénéfice escompté du traitement par ce médicament et le risque encouru par le patient en l'absence de ce traitement.

      • Chez le nouveau-né

      En l'absence de donnée suffisante concernant le traitement du nouveau-né par ce médicament, il appartient au médecin de peser le bénéfice escompté de ce médicament face au risque encouru par le patient en l'absence de ce traitement et aux alternatives thérapeutiques existantes.

      • Hypertension artérielle pulmonaire

      Le traitement doit être uniquement initié et suivi par un médecin expérimenté dans le traitement de l'hypertension pulmonaire. Perfusion continue par voie intraveineuse uniquement.

      • Recherche de dose à l'initiation du traitement Le traitement sera initié dans une structure hospitalière disposant d'un équipement de réanimation adapté.

      L'initiation du traitement nécessite une étape d'augmentation progressive de la dose, pouvant être réalisée par voie intraveineuse périphérique ou centrale, afin de déterminer le débit de perfusion au long cours. La perfusion est débutée avec un débit de 2 nanogrammes/kg/min et augmentée par paliers de 2 nanogrammes/kg/min séparés par un intervalle minimum de 15 minutes, jusqu'à l'observation d'une réponse hémodynamique optimale et/ou l'apparition d'effets pharmacologiques limitant l'augmentation de la dose.

      Dans le cas où le débit initial de perfusion de 2 nanogrammes/kg/min n'est pas toléré par le patient, une dose plus faible tolérée par le patient doit être identifiée pour débuter le traitement.

      • Perfusion continue au long cours La perfusion continue au long cours de ce médicament doit se faire au moyen d'un cathéter veineux central. Des perfusions par voie intraveineuse périphérique peuvent être temporairement utilisées jusqu'à la mise en place d'une voie d'abord centrale. Les perfusions au long cours seront débutées avec un débit inférieur de 4 nanogrammes/kg/min au débit de perfusion maximal toléré déterminé lors de la phase de recherche de dose à l'initiation du traitement. Dans le cas où le débit de perfusion maximal toléré est inférieur à 5 nanogrammes/kg/min, la perfusion au long cours doit être débutée à un débit correspondant à la moitié du débit maximal toléré.

      • Ajustements posologiques Les débits de perfusion au long cours seront modifiés en fonction de la persistance, la récidive ou l'aggravation des symptômes d'hypertension artérielle pulmonaire ou bien de la survenue d'effets indésirables liés à des doses trop élevées de ce médicament.

      En général, des augmentations de la dose utilisée à l'initiation du traitement s'avèrent nécessaires au cours du temps. Les augmentations de dose doivent être envisagées si les symptômes d'hypertension artérielle pulmonaire persistent, ou réapparaissent après une amélioration. Le débit de perfusion doit alors être augmenté par paliers de 1 à 2 nanogrammes/kg/min, en respectant un intervalle de temps suffisant d'au moins 15 minutes pour permettre l'évaluation de la réponse clinique. Une fois le nouveau débit de perfusion ajusté, le patient devra être gardé en observation, avec surveillance pendant plusieurs heures de la pression artérielle en position debout et couchée et du rythme cardiaque afin de s'assurer de la bonne tolérance de la nouvelle dose.

      Au cours de la perfusion au long cours, la survenue d'effets pharmacologiques dose-dépendants similaires à ceux observés lors de la phase de recherche de dose peut nécessiter une diminution du débit de perfusion, mais les effets indésirables peuvent parfois aussi se résorber sans ajustement posologique. La diminution du débit de perfusion doit se faire de façon progressive par paliers de 2 nanogrammes/kg/min en respectant un intervalle minimum de 15 minutes. Elle sera poursuivie jusqu'à disparition des effets indésirables qui limitent la dose. L'interruption brutale de la perfusion de ce médicament ou les diminutions brusques et importantes du débit de perfusion doivent absolument être évitées car elles entraînent un risque d'effet rebond dont l'évolution peut être fatale (Cf. rubrique "Mises en garde spéciales et précautions d'emploi"). Sauf dans les situations menaçant le pronostic vital à court terme (ex : perte de connaissance, collapsus, etc), le débit de perfusion de ce médicament ne doit être ajusté que sous le contrôle d'un médecin.

      • Sujets âgés

      Aucune information spécifique concernant l'utilisation de ce médicament chez les patients de plus de 65 ans dans le cadre d'une dialyse rénale ou en traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire n'est disponible. Une prudence particulière est recommandée chez les patients âgés, en raison de la fréquence plus élevée de dysfonctionnement hépatique, rénal (dans le cas de l'hypertension artérielle pulmonaire) ou cardiaque et de pathologies ou traitements médicamenteux associés.

      • Population pédiatrique

      La sécurité d'emploi et l'efficacité de l'époprosténol chez l'enfant de moins de 18 ans n'ont pas encore été établies.

      • Dialyse rénale

      Ce médicament est destiné à la perfusion continue uniquement, soit par voie intravasculaire ou dans le circuit d'alimentation en sang de l'appareil de dialyse.

      Le schéma posologique de perfusion suivant s'est avéré efficace chez l'adulte :

      • Avant la dialyse : 4 nanogrammes/kg/min par voie intraveineuse pendant 15 minutes
      • Pendant la dialyse : 4 nanogrammes/kg/min dans la ligne artérielle du dialyseur

      La perfusion doit être arrêtée à la fin de la dialyse. La dose recommandée pour la dialyse rénale ne pourra être dépassée que si la pression artérielle du patient est attentivement surveillée.

      • Sujets âgés

      Aucune information spécifique concernant l'utilisation de ce médicament chez les patients de plus de 65 ans dans le cadre d'une dialyse rénale ou en traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire n'est disponible. Une prudence particulière est recommandée chez les patients âgés, en raison de la fréquence plus élevée de dysfonctionnement hépatique, rénal (dans le cas de l'hypertension artérielle pulmonaire) ou cardiaque et de pathologies ou traitements médicamenteux associés.

      • Population pédiatrique

      La sécurité d'emploi et l'efficacité de l'époprosténol chez l'enfant de moins de 18 ans n'ont pas encore été établies.