Grafalon (immunoglobuline de lapin anti-lymphocyte t humain)

Illustration general

Informations générales

Illustration indications

Indications - Quand utiliser grafalon ?

  • Traitement preventif

  • Associer a d'autres therapeutiques

  • En cas de transplantation allogenique d'organe solide

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de grafalon ?

  • Affection maligne

  • Autre traitement en cours

    • Trt par vaccin viral vivant attenue
  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite immunoglobuline humaine
    • Hypersensibilite proteine de lapin
  • Infection bacterienne

    • Infect non controlee therapeutiquement
  • Infection fongique

    • Infect non controlee therapeutiquement
  • Infection parasitaire / parasitose

    • Infect non controlee therapeutiquement
  • Infection virale

    • Infect non controlee therapeutiquement
  • Thrombopenie

  • Tumeur

    • Tumeur maligne
  • Vaccination

    • Vaccination par vaccins vivants attenues
    • Atteinte cardiovasculaire

    • Atteinte hepatique

    • Etat de conscience alteration

    • Hypotension arterielle

    • Insuffisance cardiaque

    • Insuffisance hepatique

    • Nausees vomissements

    • Quel que soit le terrain

    • Atteinte cardiovasculaire

    • Atteinte hepatique

    • Etat de conscience alteration

    • Hypotension arterielle

    • Insuffisance cardiaque

    • Insuffisance hepatique

    • Nausees vomissements

    • Quel que soit le terrain

    Illustration side-effect

    Quels sont les effets indésirables de grafalon ?

    SEVERE(S)
    • cancer col uterus
    • cancer colon
    • cancer cutane
    • cancer de la prostate
    • cancer de loesophage
    • cancer du poumon
    • cancer du sein
    • cancer estomac
    • cancer vessie
    • cancer vulvaire
    • leucemie aigue
    • lymphadenopathie
    • lymphadenopathie cervicale posterieure
    • lymphome
    • sarcome de kaposi
    • syndrome activation macrophagique
    • syndrome lymphoproliferatif
    • syndrome myeloproliferatif
    • tumeur cutanee
    • tumeur hepatique
    • tumeur maligne
    • tumeur uterine
    MODERE(S) OU SEVERE(S)
    • anemie
    • anemie hemolytique
    • anticorps apparition
    • aplasie medullaire
    • appendicite
    • arthrite
    • atteinte renale
    • augmentation du risque infectieux
    • bacteriemie
    • bronchite
    • bursite
    • candidose
    • candidose gastro intestinale
    • candidose vaginale
    • cellulite
    • cholecystite
    • civd coag intravascul disseminee
    • colite
    • cystite
    • diarrhee
    • diverticulite
    • dysurie
    • encephalite
    • endocardite
    • enterite
    • eosinophilie
    • fasciite
    • folliculite
    • gastrite
    • hematurie
    • hemolyse
    • hepatite
    • infection a herpes virus
    • infection bacterienne
    • infection cutanee
    • infection des voies respiratoires
    • infection fongique mycose
    • infection parasitaire parasitose
    • infection pulmonaire
    • infection urinaire
    • infection virale
    • leucoencephalopathie
    • leucopenie
    • lymphopenie
    • meningite
    • meningite aseptique
    • meningite infectieuse
    • myocardite
    • neutropenie
    • osteomyelite
    • otite
    • pancytopenie
    • peritonite
    • pharyngite
    • pneumonie
    • pollakiurie
    • polyglobulie
    • pyelonephrite
    • rhinite
    • sepsis choc septique
    • septicemie
    • sinusite
    • syndrome grippal
    • thrombocytopenie
    • tuberculose secondaire
    • ulcere cutane
    • vascularite
    • zona
    MODERE(S)
    • alat modification
    • anaphylaxie
    • arthralgie
    • asat modification
    • atteinte hepatique
    • bilirubine modification
    • bronchospasme asthme
    • cephalee
    • choc anaphylactique
    • choc cardiogenique
    • complement diminution
    • deces mortalite
    • depression respiratoire
    • dermatite
    • douleur locale au point dinjection
    • dyspnee
    • eruption cutanee
    • erytheme
    • fievre
    • flush
    • frisson
    • hypersudation
    • hypertension arterielle
    • hypotension arterielle
    • infarctus du myocarde
    • insuffisance cardiaque
    • insuffisance hepatique
    • laryngospasme
    • lyell syndrome necrolyse epidermique toxique net
    • maladie serique
    • malaise lipothymie
    • myalgie
    • nausee vomissement
    • oedeme
    • oedeme de quincke angioedeme
    • oedeme larynge aigu
    • oedeme pulmonaire
    • phosphatase alcaline modification
    • prurit
    • reaction allergique
    • sifflement pulmonaire
    • splenomegalie
    • sueurs nocturnes
    • syndrome relargage cytokines
    • tachycardie
    • thrombophlebite
    • toxidermie bulleuse pemphigus
    • tremblement
    • urticaire
    • vertige etourdissement
    MINEUR(S)
    • asthenie
    • bouffee vasomotrice
    • dorsalgie
    • douleur abdominale
    • douleur oppression thoracique
    • dyspepsie
    • epistaxis
    • hypercholesterolemie
    • hypercreatininemie
    • hyperlipidemie
    • hyperthermie maligne
    • inflammation de la muqueuse
    • insuffisance renale aigue
    • insuffisance renale chronique
    • lymphocele
    • necrose tubulaire renale
    • oedeme peripherique
    • oesophagite
    • paresthesie
    • photophobie
    • proteine c reactive augmentation
    • raideur musculaire
    • reflux gastro oesophagien
    • retention hydrique
    • stomatite
    • toux
    Illustration general

    Liste des présentations disponibles

    • Illustration de la forme galénique

      GRAFALON 20 mg/ml, solution à diluer pour perfusion

      10 flacon(s) en verre de 5 ml

      • REMBOURSABLE :
      • PRIX :
      Illustration posology

      Quelle est la posologie de grafalon ?

      Ce médicament doit être prescrit exclusivement par un médecin expérimenté dans le domaine de l'utilisation des traitements immunodépresseurs. Le traitement doit être initié et suivi exclusivement par des médecins qualifiés.

      La dose de globulines antilymphocytaires dépend de l'indication et elle est déterminée en fonction du poids corporel.

      • Prophylaxie du rejet chez les patients subissant une transplantation allogénique d'organe solide:

      Traitement standard

      La dose est de 2 à 5 mg/kg/jour de globulines antilymphocytaires , les posologies les plus courantes allant de 3 à 4 mg/kg/jour. La durée d'administration varie en fonction de l'état du patient, du schéma de traitement et des médicaments concomitants, entre 5 et 21 jours, commençant le jour de la transplantation immédiatement après l'intervention.

      • Population pédiatrique

      Les données actuellement disponibles sont décrites à la rubrique "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacodynamiques" mais aucune recommandation sur la posologie ne peut être donnée. Les informations disponibles indiquent qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser chez les patients pédiatriques une posologie différente de celle des adultes.

      • Patients âgés

      Même si les expériences chez les personnes âgées (> ou = 65 ans) sont limitées, il n'y a pas de preuve permettant de conclure qu'un ajustement de la posologie pour ce groupe d'âge est nécessaire.

      Ce médicament doit être prescrit exclusivement par un médecin expérimenté dans le domaine de l'utilisation des traitements immunodépresseurs. Le traitement doit être initié et suivi exclusivement par des médecins qualifiés.

      La dose de globulines antilymphocytaires dépend de l'indication et elle est déterminée en fonction du poids corporel.

      • Traitement du rejet résistant aux corticoïdes, après transplantation allogénique d'organe solide:

      La dose standard est de 3 à 5 mg/kg/jour de globulines antilymphocytaires.

      Les posologies les plus fréquemment utilisées sont de 3 à 4 mg/kg/jour. La durée d'administration dépend de l'état de l'organe greffé et du schéma de traitement. Cette durée varie de 5 à 14 jours, selon le rétablissement fonctionnel du greffon, commençant le jour de l'échec du traitement par les stéroïdes.

      • Population pédiatrique

      Les données actuellement disponibles sont décrites à la rubrique "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacodynamiques" mais aucune recommandation sur la posologie ne peut être donnée. Les informations disponibles indiquent qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser chez les patients pédiatriques une posologie différente de celle des adultes.

      • Patients âgés

      Même si les expériences chez les personnes âgées (> ou = 65 ans) sont limitées, il n'y a pas de preuve permettant de conclure qu'un ajustement de la posologie pour ce groupe d'âge est nécessaire.

      Ce médicament doit être prescrit exclusivement par un médecin expérimenté dans le domaine de l'utilisation des traitements immunodépresseurs. Le traitement doit être initié et suivi exclusivement par des médecins qualifiés.

      La dose de globulines antilymphocytaires dépend de l'indication et elle est déterminée en fonction du poids corporel.

      -Conditionnement avant la transplantation de cellules souches:

      Les globulines antilymphocytaires dans le cadre d'un conditionnement myéloablatif pour une allogreffe de CSH :

      La dose standard est de 10 à 30 mg/kg/jour de globulines antilymphocytaires, administrée généralement du jour -3 au jour -1, avant la transplantation de cellules souches.

      • Population pédiatrique

      Les données actuellement disponibles sont décrites à la rubrique "Effets indésirables" et "Propriétés pharmacodynamiques" mais aucune recommandation sur la posologie ne peut être donnée. Les informations disponibles indiquent qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser chez les patients pédiatriques une posologie différente de celle des adultes.

      • Patients âgés

      Même si les expériences chez les personnes âgées (> ou = 65 ans) sont limitées, il n'y a pas de preuve permettant de conclure qu'un ajustement de la posologie pour ce groupe d'âge est nécessaire.