Imurel (azathioprine)

Médicaments à base de azathioprine :

Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

    Azathioprine

  • Dosages

    25 mg50mg50 mg

  • Formes galéniques

    comprimé pelliculépoudre pour solution injectable

  • Classe Thérapeutique

    L04AX - AUTRES IMMUNOSUPPRESSEURS

Illustration indications

Indications - Quand utiliser imurel ?

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de imurel ?

Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de imurel ?

Rare (< 1%)

  • anemie
  • anemie hemolytique
  • arthralgie
  • arythmie
  • atteinte renale
  • cancer col uterus
  • cancer colon
  • cancer cutane
  • cancer de l'oesophage
  • cancer de la prostate
  • cancer du poumon
  • cancer du sein
  • cancer estomac
  • cancer vessie
  • cancer vulvaire
  • cephalee
  • electrocardiogramme modification
  • eruption cutanee
  • exantheme
  • fibrillation auriculaire
  • fievre
  • frisson
  • hemolyse
  • hyperamylasemie
  • hypercreatininemie
  • hyperlipasemie
  • hypotension arterielle
  • insuffisance renale aigue
  • insuffisance renale chronique
  • leucemie aigue
  • lyell syndrome
  • lymphadenopathie
  • lymphadenopathie cervicale posterieure
  • lymphome
  • malaise / lipothymie
  • myalgie
  • necrose cutanee
  • pancreatite aigue
  • pneumopathie
  • raideur de la nuque
  • sarcome de kaposi
  • stevens johnson syndrome
  • syndrome activation macrophagique
  • syndrome lymphoproliferatif
  • syndrome myeloproliferatif
  • tumeur cutanee
  • tumeur hepatique
  • tumeur maligne
  • tumeur uterine
  • vertige / etourdissement

Fréquent (> 1%)

  • abces intestinal
  • agranulocytose
  • alat modification
  • alopecie
  • amaigrissement
  • anomalie dentaire
  • anomalie gingivale
  • anomalie labiale
  • anorexie
  • aplasie medullaire
  • appendicite
  • appetit perte
  • arthrite
  • asat modification
  • ascite
  • atteinte hepatique
  • augmentation du risque infectieux
  • bacteriemie
  • bilirubine modification
  • bronchite
  • bursite
  • candidose
  • candidose gastro-intestinale
  • candidose vaginale
  • cellulite
  • cheilite
  • cholecystite
  • cholestase
  • cirrhose
  • civd (coag intravascul disseminee)
  • coagulation trouble
  • colite
  • coloration expectorations
  • constipation
  • cystite
  • deces / mortalite
  • deshydratation
  • diarrhee
  • distension abdominale
  • diverticulite
  • douleur
  • douleur abdominale
  • dysgueusie
  • dyspepsie
  • dysphagie / deglutition difficulte
  • dysurie
  • ecchymoses
  • encephalite
  • endocardite
  • enterite
  • eosinophilie
  • epigastralgie
  • epistaxis
  • eructation
  • erythroblastopenie
  • fasciite
  • fibrose hepatique
  • flatulence / meteorisme
  • folliculite
  • gamma gt modification
  • gastralgie
  • gastrite
  • gingivite
  • gingivorrhagie
  • glossite
  • haleine modification / halitose
  • hematemese
  • hematocrite modification
  • hematome
  • hematurie
  • hemorragie cerebrale
  • hemorragie digestive
  • hemorragie intrapulmonaire
  • hepatite
  • hepatomegalie
  • hyperplasie nodulaire regenerative hepatique (hnr)
  • hypertension portale
  • hypokaliemie
  • hyponatremie
  • hypoplasie medullaire
  • hypoprothrombinemie
  • ictere
  • ileite
  • ileus paralytique
  • incontinence fecale
  • infection a herpes virus
  • infection bacterienne
  • infection cutanee
  • infection des voies respiratoires
  • infection fongique / mycose
  • infection parasitaire / parasitose
  • infection pulmonaire
  • infection urinaire
  • infection virale
  • inflammation bucco oesophagienne
  • lactico-deshydrogenase modification
  • leucoencephalopathie
  • leucopenie
  • lymphopenie
  • lyse tumorale syndrome
  • macrocytose
  • manifestation cutanee
  • megaloblastose
  • melanome primitif
  • melena
  • meningite
  • meningite aseptique
  • meningite infectieuse
  • microangiopathie thrombotique (mat)
  • monocytopenie
  • monocytose
  • mucite
  • myocardite
  • nausee vomissement
  • necrose hepatique
  • necrose intestinale
  • neoplasme
  • neutropenie
  • occlusion intestinale
  • oesophagite
  • osteomyelite
  • otite
  • pancytopenie
  • perforation digestive
  • peritonite
  • petechies
  • pharyngite
  • phosphatase alcaline modification
  • pneumatose kystique intestinale
  • pneumonie
  • pollakiurie
  • purpura
  • pyelonephrite
  • pyrosis
  • rectorragie
  • reflux gastro-oesophagien
  • rhinite
  • saignement / hemorragie
  • saignement gastrointestinal
  • secheresse buccale
  • sepsis / choc septique
  • septicemie
  • sinusite
  • splenomegalie
  • steatorrhee
  • stomatite
  • syncope
  • syndrome de fuite capillaire
  • syndrome grippal
  • thrombocytopenie
  • thrombose veineuse
  • trouble hematologique
  • tuberculose secondaire
  • ulceration buccale
  • ulceration duodenale
  • ulceration gastrique
  • ulcere cutane
  • ulcere oesophagien
  • vascularite
  • zona

N/A

  • ulceration pharyngee
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    IMUREL 25 mg, comprimé pelliculé

    plaquette(s) thermoformée(s) PVC-Aluminium de 50 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 9,44
  • Illustration de la forme galénique

    IMUREL 50mg, comprimé pelliculé

    plaquette(s) thermoformée(s) PVC-Aluminium de 100 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 20,96
  • Illustration de la forme galénique

    IMUREL 50 mg, poudre pour solution injectable (IV)

    1 flacon(s) en verre de 57,2 mg

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
  • Illustration de la forme galénique

    IMUREL 50 mg, comprimé pelliculé

    plaquette(s) thermoformée(s) PVC-Aluminium de 100 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 20,96
Illustration posology

Quelle est la posologie de imurel ?

Quand la voie orale est impraticable, l'azathioprine injectable peut être administré exclusivement par voie IV ; cette voie doit cependant être abandonnée dès qu'un traitement oral peut de nouveau être toléré.

La posologie et la durée du traitement sont variables suivant les indications.

  • Transplantation d'organe - Adultes :

La posologie est de 1 à 3 mg/kg/jour (généralement sans dépasser 150 mg/j) et doit être adaptée en fonction de la réponse clinique et de la tolérance hématologique. Il convient d'attendre au moins 2 semaines entre chaque changement de posologie.

  • Population pédiatrique

Les posologies sont similaires aux posologies chez l'adulte.

  • Population pédiatrique avec surpoids

Les enfants considérés en surpoids peuvent nécessiter des doses situées dans le haut de la plage posologique ; une étroite surveillance de la réponse au traitement est donc recommandée (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Personnes âgées

L'expérience de l'administration d'azathioprine aux personnes âgées est limitée. Bien que les données disponibles ne montrent pas d'incidence d'effets indésirables supérieure chez les patients âgés par rapport aux autres patients traités par azathioprine, il est conseillé de surveiller étroitement les fonctions hépatique et rénale, et d'envisager une réduction de la posologie en cas d'atteinte hépatique ou rénale (Cf. rubrique "Posologie").

  • Insuffisant rénal

Une réduction de la posologie doit être envisagée chez les patients avec insuffisance rénale (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance hépatique

Une réduction de la posologie doit être envisagée chez les patients avec insuffisance hépatique (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Interactions médicamenteuses

L'association d'azathioprine avec des inhibiteurs de xanthine oxydases comme l'allopurinol est strictement contre-indiquée. (Cf. rubrique "Contre-indications").

  • Patients avec déficit en TPMT

. Chez les patients présentant un déficit génétique partiel en TPMT (activité enzymatique intermédiaire ou génotype hétérozygote), il convient de réduire la posologie initiale d'azathioprine à 30-70% de la posologie standard soit une posologie initiale de 1-1,5 mg/kg/j. La posologie doit ensuite être adaptée en fonction de la réponse clinique et de la tolérance hématologique. Il convient d'attendre entre 2 et 4 semaines entre chaque changement de posologie.

. Chez les patients présentant un déficit génétique complet en TPMT (activité enzymatique indétectable ou génotypes homozygote muté/hétérozygote composite), il convient de préférer un autre traitement non thiopurinique. Si l'azathioprine devait être utilisée chez ces patients, la posologie initiale doit être réduite à 10% de la posologie standard, 3 fois par semaine. Il convient d'attendre entre 4 et 6 semaines entre chaque changement de posologie.

  • Patients porteurs d'un variant du gène NUDT15

Les patients porteurs d'une mutation héréditaire du gène NUDT15 sont exposés à un risque supérieur d'intoxication sévère par l'azathioprine (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Ces patients requièrent généralement une réduction posologique ; en particulier les porteurs homozygotes pour les variants de NUDT15 (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Un génotypage des variants de NUDT15 peut être envisagé avant la mise en oeuvre d'un traitement par l'azathioprine. Dans tous les cas, une étroite surveillance dela numération sanguine est nécessaire.

Quand la voie orale est impraticable, l'azathioprine injectable peut être administré exclusivement par voie IV ; cette voie doit cependant être abandonnée dès qu'un traitement oral peut de nouveau être toléré.

La posologie et la durée du traitement sont variables suivant les indications.

  • Affections du système immunitaire - Adultes

La posologie est de 1 à 3 mg/kg/jour (sans dépasser 150 mg/j) en fonction de l'état clinique en cours, de la réponse individuelle du patient, et de la tolérance hématologique.

La posologie d'entretien sera réduite au minimum compatible avec le maintien de l'efficacité. Si aucune amélioration de l'état du patient n'intervient dans un délai de 6 mois, l'arrêt du traitement doit être envisagé.

  • Population pédiatrique

Les posologies sont similaires aux posologies chez l'adulte.

  • Population pédiatrique avec surpoids

Les enfants considérés en surpoids peuvent nécessiter des doses situées dans le haut de la plage posologique ; une étroite surveillance de la réponse au traitement est donc recommandée (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Personnes âgées

L'expérience de l'administration d'azathioprine aux personnes âgées est limitée. Bien que les données disponibles ne montrent pas d'incidence d'effets indésirables supérieure chez les patients âgés par rapport aux autres patients traités par azathioprine, il est conseillé de surveiller étroitement les fonctions hépatique et rénale, et d'envisager une réduction de la posologie en cas d'atteinte hépatique ou rénale (Cf. rubrique "Posologie").

  • Insuffisant rénal

Une réduction de la posologie doit être envisagée chez les patients avec insuffisance rénale (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance hépatique

Une réduction de la posologie doit être envisagée chez les patients avec insuffisance hépatique (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Interactions médicamenteuses

L'association d'azathioprine avec des inhibiteurs de xanthine oxydases comme l'allopurinol est strictement contre-indiquée. (Cf. rubrique "Contre-indications").

  • Patients avec déficit en TPMT

. Chez les patients présentant un déficit génétique partiel en TPMT (activité enzymatique intermédiaire ou génotype hétérozygote), il convient de réduire la posologie initiale d'azathioprine à 30-70% de la posologie standard soit une posologie initiale de 1-1,5 mg/kg/j. La posologie doit ensuite être adaptée en fonction de la réponse clinique et de la tolérance hématologique. Il convient d'attendre entre 2 et 4 semaines entre chaque changement de posologie.

. Chez les patients présentant un déficit génétique complet en TPMT (activité enzymatique indétectable ou génotypes homozygote muté/hétérozygote composite), il convient de préférer un autre traitement non thiopurinique. Si l'azathioprine devait être utilisée chez ces patients, la posologie initiale doit être réduite à 10% de la posologie standard, 3 fois par semaine. Il convient d'attendre entre 4 et 6 semaines entre chaque changement de posologie.

  • Patients porteurs d'un variant du gène NUDT15

Les patients porteurs d'une mutation héréditaire du gène NUDT15 sont exposés à un risque supérieur d'intoxication sévère par l'azathioprine (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Ces patients requièrent généralement une réduction posologique ; en particulier les porteurs homozygotes pour les variants de NUDT15 (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Un génotypage des variants de NUDT15 peut être envisagé avant la mise en oeuvre d'un traitement par l'azathioprine. Dans tous les cas, une étroite surveillance dela numération sanguine est nécessaire.