Lojuxta (lomitapide)

Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

  • Dosages

    5 mg10 mg20 mg

  • Formes galéniques

    gélule

  • Classe Thérapeutique

    C10AX - AUTRES AGENTS MODIFIANT LIPIDES

Illustration indications

Indications - Quand utiliser lojuxta ?

  • Associer a un regime adapte

  • Associer a d'autres therapeutiques

  • Dans les formes homozygotes

  • Chez l'adulte

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de lojuxta ?

  • Alcoolisme chronique

  • Allaitement

  • Atteinte gastrointestinale

  • Atteinte hepatique

    • Atteinte hepatique en cours
  • Autre traitement en cours

    • Trt par antifongique azole
    • Trt par clarithromycine
    • Trt par diltiazem
    • Trt par dronedarone
    • Trt par erythromycine
    • Trt par fluconazole
    • Trt par inhibiteur calcique
    • Trt par inhibiteur modere du cyp3a4
    • Trt par inhibiteur protease vih
    • Trt par inhibiteur puissant du cyp3a4
    • Trt par itraconazole
    • Trt par ketoconazole
    • Trt par ketolide
    • Trt par macrolide
    • Trt par posaconazole
    • Trt par simvastatine
    • Trt par telithromycine
    • Trt par verapamil
    • Trt par voriconazole
  • Colite

  • Colite ulcereuse

  • Colopathie organique inflammatoire

  • Crohn maladie

  • Femme en age de procreer

    • En l'absence de contraception efficace
  • Grossesse

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite croisee
    • Hypersensibilite lomitapide
    • Hypersensibilite propyleneglycol derives
  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique moderee maladie
    • Insuffisance hepatique severe maladie
  • Interaction d'origine alimentaire

    • Apport de (jus de) pamplemousse
  • Maladie inflammatoire intestinale

  • Rectocolite hemorragique

  • Syndrome de malabsorption / intolerance digestive

  • Adulte jeune (15-17 ans)

    • Adulte de moins de 18 ans
  • Anomalie metabolisme galactose

  • Autre traitement en cours

    • Trt par millepertuis
  • Deficit en lactase

  • Enfant

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
  • Interaction d'origine alimentaire

    • Apport de millepertuis
    • Ingestion d'alcool
  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Regime sans galactose

  • Syndrome de malabsorption / intolerance digestive

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
    • Syndrome malabsorption glucose/galactose
  • Autre traitement en cours

    • Trt par aminoglutethimide
    • Trt par amiodarone
    • Trt par atorvastatine
    • Trt par carbamazepine
    • Trt par contraceptif oral
    • Trt par corticoide
    • Trt par derive coumarinique
    • Trt par estrogene
    • Trt par inducteur enzymatique cyp3a4
    • Trt par inhibiteur faible du cyp3a4
    • Trt par inhibiteur hmgcoa reductase
    • Trt par inhibiteurs non nucleosidique de la transcriptase inverse
    • Trt par isotretinoine
    • Trt par medicament hepatotoxique
    • Trt par methotrexate
    • Trt par modafinil
    • Trt par nafcilline
    • Trt par paracetamol
    • Trt par phenobarbital
    • Trt par phenytoine
    • Trt par pioglitazone
    • Trt par rifampicine
    • Trt par statine
    • Trt par tamoxifene
    • Trt par tetracycline
    • Trt par warfarine
  • Cirrhose

  • Dialyse

  • Femme en age de procreer

    • En cas de contraception
  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique legere maladie
  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale au stade terminal
    • Insuffisance renale severe
  • Quel que soit le terrain

  • Autre traitement en cours

    • Trt par aminoglutethimide
    • Trt par amiodarone
    • Trt par atorvastatine
    • Trt par carbamazepine
    • Trt par contraceptif oral
    • Trt par corticoide
    • Trt par derive coumarinique
    • Trt par estrogene
    • Trt par inducteur enzymatique cyp3a4
    • Trt par inhibiteur faible du cyp3a4
    • Trt par inhibiteur hmgcoa reductase
    • Trt par inhibiteurs non nucleosidique de la transcriptase inverse
    • Trt par isotretinoine
    • Trt par medicament hepatotoxique
    • Trt par methotrexate
    • Trt par modafinil
    • Trt par nafcilline
    • Trt par paracetamol
    • Trt par phenobarbital
    • Trt par phenytoine
    • Trt par pioglitazone
    • Trt par rifampicine
    • Trt par statine
    • Trt par tamoxifene
    • Trt par tetracycline
    • Trt par warfarine
  • Cirrhose

  • Dialyse

  • Femme en age de procreer

    • En cas de contraception
  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique legere maladie
  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale au stade terminal
    • Insuffisance renale severe
  • Quel que soit le terrain

Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de lojuxta ?

SEVERE(S)
  • aucun effet indesirable rapporte
MODERE(S)
  • alat modification
  • amaigrissement
  • anemie
  • appetit augmentation
  • appetit perte
  • asat modification
  • asthenie
  • atteinte hepatique
  • avitaminose
  • bilirubine modification
  • cephalee
  • coagulation trouble
  • deshydratation
  • douleur oppression thoracique
  • douleur pharyngolaryngee
  • fievre
  • frisson
  • gamma gt modification
  • hematurie
  • hepatomegalie
  • hyperleucocytose
  • leucopenie
  • malaise lipothymie
  • mouvement anormal
  • neutropenie
  • paresthesie
  • pharyngite
  • phosphatase alcaline modification
  • polynucleose neutrophile
  • proteinurie
  • respiration trouble
  • rhinite
  • sinusite
  • somnolence diurne
  • steatose
  • syndrome grippal
  • taux prothrombine modification
  • temps prothrombine modification
  • toux
  • vertige etourdissement
  • vitamine metabolisme perturbation
MINEUR(S)
  • alopecie
  • arthralgie
  • arthrite
  • constipation
  • crampe musculaire
  • defecation trouble
  • denutrition
  • diarrhee
  • distension abdominale
  • douleur abdominale
  • douleur des extremites
  • dyspepsie
  • ecchymoses
  • epigastralgie
  • eructation
  • eruption cutanee
  • eruption maculo papuleuse
  • erytheme
  • exophtalmie
  • flatulence meteorisme
  • gastrite
  • hematemese
  • hemorragie digestive
  • hemorroides
  • hypersudation
  • hypokaliemie
  • hypovolemie
  • myalgie
  • myoclonie
  • nausee vomissement
  • oedeme periorbitaire
  • oesophagite
  • phlyctene vesicule
  • reflux gastro oesophagien
  • regurgitation
  • secheresse buccale
  • secheresse cutanee
  • tenesme
  • xanthome
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    LOJUXTA 5 mg, gélule

    flacon(s) polyéthylène haute densité (PEHD) de 28 gélule(s)

    • REMBOURSABLE : 65%
    • PRIX : 20,621,80
  • Illustration de la forme galénique

    LOJUXTA 10 mg, gélule

    flacon(s) polyéthylène haute densité (PEHD) de 28 gélule(s)

    • REMBOURSABLE : 65%
    • PRIX : 20,621,80
  • Illustration de la forme galénique

    LOJUXTA 20 mg, gélule

    flacon(s) polyéthylène haute densité (PEHD) de 28 gélule(s)

    • REMBOURSABLE : 65%
    • PRIX : 20,621,80
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de lojuxta ?

    Le traitement par ce médicament doit être instauré et surveillé par un médecin qualifié dans la prise en charge des patients atteints de dyslipidémie.

    • Posologie

    La posologie initiale recommandée est de 5 mg une fois par jour. Après 2 semaines, la dose peut être augmentée, sur la base d'une sécurité et d'une tolérance acceptables, à 10 mg, puis, à des intervalles d'au moins 4 semaines, à 20 mg, 40 mg et jusqu'à la dose maximale recommandée de 60 mg (Cf. rubrique "Effets indésirables").

    La dose doit être augmentée progressivement, afin de minimiser l'incidence et la gravité des effets indésirables gastro-intestinales et l'augmentation des aminotransférases.

    L'administration avec des aliments peut augmenter l'exposition au lomitapide. Il doit donc être pris à jeun, au moins deux 2 heures après le repas du soir, car la teneur en graisses d'un repas récent peut avoir un effet défavorable sur sa tolérance gastro-intestinale.

    La survenue et la gravité des effets indésirables gastro-intestinaux associés à ce médicament diminuent avec un régime alimentaire pauvre en graisses. Les patients doivent suivre un régime apportant moins de 20 % des calories sous forme de graisses avant de commencer le traitement et poursuivre ce régime pendant le traitement. Les patients doivent recevoir des conseils diététiques.

    Les patients doivent éviter de consommer du jus de pamplemousse (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Interactions").

    Chez les patients traités par une dose d'entretien stable de lomitapide qui reçoivent de l'atorvastatine, il faut soit :

    • Espacer la prise des médicaments de 12 heures ou
    • Réduire la dose de lomitapide de moitié.

    Les patients traités par 5 mg doivent rester à 5 mg. Une augmentation de la dose peut ensuite être envisagée avec prudence en fonction de la réponse en C-LDL et de la sécurité/tolérance. Lors de l'arrêt de l'atorvastatine, la dose de lomitapide doit être augmentée progressivement par paliers, en fonction de la réponse en C-LDL et de la sécurité/tolérance.

    Chez les patients traités par une dose d'entretien stable de ce médicament, qui reçoivent n'importe quel autre inhibiteur faible du CYP3A4, il faut espacer la prise des médicaments (lomitapide et l'inhibiteur faible du CYP3A4) de 12 heures.

    La dose maximale de ce médicament doit être limitée en fonction de la réponse en C-LDL souhaitée. Des précautions supplémentaires s'imposent lors de l'administration de ce médicament avec plus d'un inhibiteur faible du CYP3A4.

    Une diminution des taux d'acides gras essentiels et de vitamine E dans les études cliniques a été observée, les patients doivent prendre quotidiennement des compléments alimentaires apportant 400 UI de vitamine E et approximativement 200 mg d'acide linoléique, 110 mg d'acide eicosapentaénoïque (AEP), 210 mg d'acide alpha linolénique (AAL) et 80 mg d'acide docosahexaénoïque (ADH), pendant toute la durée du traitement par ce médicament.

    • Populations particulières
    • Patients âgés L'expérience du traitement par lomitapide chez les patients âgés de 65 ans ou plus est limitée. Il convient donc d'être particulièrement prudent chez ces patients. La posologie recommandée implique de débuter le traitement à la dose la plus faible et d'augmenter prudemment en fonction de la tolérance individuelle des patients, ainsi aucun ajustement de la posologie n'est recommandé chez les personnes âgées.

    • Insuffisance rénale Les patients présentant une maladie rénale en phase terminale, traités par dialyse, ne doivent pas dépasser 40 mg par jour (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité du lomitapide n'ont pas été établies chez les enfants âgés de moins de 18 ans et l'utilisation de ce médicament chez les enfants n'est donc pas recommandée. Aucune donnée n'est disponible.

    Le traitement par ce médicament doit être instauré et surveillé par un médecin qualifié dans la prise en charge des patients atteints de dyslipidémie.

    • Posologie

    Chez les patients traités par une dose d'entretien stable de lomitapide qui reçoivent de l'atorvastatine, il faut soit :

    • Espacer la prise des médicaments de 12 heures ou
    • Réduire la dose de lomitapide de moitié.

    Les patients traités par 5 mg doivent rester à 5 mg. Une augmentation de la dose peut ensuite être envisagée avec prudence en fonction de la réponse en C-LDL et de la sécurité/tolérance. Lors de l'arrêt de l'atorvastatine, la dose de lomitapide doit être augmentée progressivement par paliers, en fonction de la réponse en C-LDL et de la sécurité/tolérance.

    • Populations particulières
    • Patients âgés L'expérience du traitement par lomitapide chez les patients âgés de 65 ans ou plus est limitée. Il convient donc d'être particulièrement prudent chez ces patients. La posologie recommandée implique de débuter le traitement à la dose la plus faible et d'augmenter prudemment en fonction de la tolérance individuelle des patients, ainsi aucun ajustement de la posologie n'est recommandé chez les personnes âgées.

    • Insuffisance rénale Les patients présentant une maladie rénale en phase terminale, traités par dialyse, ne doivent pas dépasser 40 mg par jour (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité du lomitapide n'ont pas été établies chez les enfants âgés de moins de 18 ans et l'utilisation de ce médicament chez les enfants n'est donc pas recommandée. Aucune donnée n'est disponible.

    Le traitement par ce médicament doit être instauré et surveillé par un médecin qualifié dans la prise en charge des patients atteints de dyslipidémie.

    • Posologie

    La posologie initiale recommandée est de 5 mg une fois par jour. Après 2 semaines, la dose peut être augmentée, sur la base d'une sécurité et d'une tolérance acceptables, à 10 mg, puis, à des intervalles d'au moins 4 semaines, à 20 mg, 40 mg et jusqu'à la dose maximale recommandée de 60 mg (Cf. rubrique "Effets indésirables").

    La dose doit être augmentée progressivement, afin de minimiser l'incidence et la gravité des effets indésirables gastro-intestinales et l'augmentation des aminotransférases.

    L'administration avec des aliments peut augmenter l'exposition au lomitapide. Il doit donc être pris à jeun, au moins deux 2 heures après le repas du soir, car la teneur en graisses d'un repas récent peut avoir un effet défavorable sur sa tolérance gastro-intestinale.

    La survenue et la gravité des effets indésirables gastro-intestinaux associés à ce médicament diminuent avec un régime alimentaire pauvre en graisses. Les patients doivent suivre un régime apportant moins de 20 % des calories sous forme de graisses avant de commencer le traitement et poursuivre ce régime pendant le traitement. Les patients doivent recevoir des conseils diététiques.

    Les patients doivent éviter de consommer du jus de pamplemousse (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Interactions").

    Chez les patients traités par une dose d'entretien stable de lomitapide qui reçoivent de l'atorvastatine, il faut soit :

    • Espacer la prise des médicaments de 12 heures ou
    • Réduire la dose de lomitapide de moitié.

    Les patients traités par 5 mg doivent rester à 5 mg. Une augmentation de la dose peut ensuite être envisagée avec prudence en fonction de la réponse en C-LDL et de la sécurité/tolérance. Lors de l'arrêt de l'atorvastatine, la dose de lomitapide doit être augmentée progressivement par paliers, en fonction de la réponse en C-LDL et de la sécurité/tolérance.

    Chez les patients traités par une dose d'entretien stable de ce médicament, qui reçoivent n'importe quel autre inhibiteur faible du CYP3A4, il faut espacer la prise des médicaments (lomitapide et l'inhibiteur faible du CYP3A4) de 12 heures.

    La dose maximale de ce médicament doit être limitée en fonction de la réponse en C-LDL souhaitée. Des précautions supplémentaires s'imposent lors de l'administration de ce médicament avec plus d'un inhibiteur faible du CYP3A4.

    Une diminution des taux d'acides gras essentiels et de vitamine E dans les études cliniques a été observée, les patients doivent prendre quotidiennement des compléments alimentaires apportant 400 UI de vitamine E et approximativement 200 mg d'acide linoléique, 110 mg d'acide eicosapentaénoïque (AEP), 210 mg d'acide alpha linolénique (AAL) et 80 mg d'acide docosahexaénoïque (ADH), pendant toute la durée du traitement par ce médicament.

    • Populations particulières
    • Patients âgés L'expérience du traitement par lomitapide chez les patients âgés de 65 ans ou plus est limitée. Il convient donc d'être particulièrement prudent chez ces patients. La posologie recommandée implique de débuter le traitement à la dose la plus faible et d'augmenter prudemment en fonction de la tolérance individuelle des patients, ainsi aucun ajustement de la posologie n'est recommandé chez les personnes âgées.

    • Insuffisance hépatique Le lomitapide est contre-indiqué chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée ou sévère, y compris les patients dont les tests de la fonction hépatique sont anormaux de façon prolongée et inexpliquée (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Propriétés pharmacocinétiques"). Les patients souffrant d'une insuffisance hépatique légère (Child-Pugh A) ne doivent pas dépasser 40 mg par jour.

    • Population pédiatrique La sécurité et l'efficacité du lomitapide n'ont pas été établies chez les enfants âgés de moins de 18 ans et l'utilisation de ce médicament chez les enfants n'est donc pas recommandée. Aucune donnée n'est disponible.