Bridion (sugammadex)

Illustration general

Informations générales

Illustration indications

Indications - Quand utiliser bridion ?

  • Chez l'adulte a partir de 18 ans

  • En cas de bloc neuromusculaire induit par rocuronium

  • En cas de bloc neuromusculaire induit par vecuronium

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de bridion ?

  • Allaitement

  • Autre traitement en cours

    • Trt par atracurium
    • Trt par benzylisoquinolines
    • Trt par cisatracurium
    • Trt par mivacurium
    • Trt par succinylcholine
    • Trt par suxamethonium
  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite sugammadex
  • Nourrisson

    • Nourrisson de moins de 24 mois
  • Nouveau-ne

  • Autre traitement en cours

    • Trt par pancuronium
  • Dialyse

  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale severe
  • Atteinte cardiovasculaire

  • Autre traitement en cours

    • Trt par acenocoumarol
    • Trt par anticoagulant
    • Trt par anticoagulant oral
    • Trt par antivitamine k
    • Trt par contraceptif oral
    • Trt par coumarine
    • Trt par dabigatran
    • Trt par derive coumarinique
    • Trt par fusidique acide
    • Trt par hbpm
    • Trt par heparine
    • Trt par heparinoide
    • Trt par phencoumarone
    • Trt par phenprocoumone
    • Trt par rivaroxaban
    • Trt par toremifene
    • Trt par warfarine
  • Bradycardie

    • Bradycardie severe
  • Cardiopathie

  • Examen laboratoire interference

    • Dosage hormonal
  • Grossesse

  • Hemophilie

  • Hyperhydratation

  • Hypervolemie

  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique severe maladie
  • Oedeme

  • Quel que soit le terrain

  • Regime hyposode strict

  • Retention hydrique

  • Sujet age

  • Trouble de l'hemostase

  • Trouble de la coagulation

  • Von willebrand maladie

  • Atteinte cardiovasculaire

  • Autre traitement en cours

    • Trt par acenocoumarol
    • Trt par anticoagulant
    • Trt par anticoagulant oral
    • Trt par antivitamine k
    • Trt par contraceptif oral
    • Trt par coumarine
    • Trt par dabigatran
    • Trt par derive coumarinique
    • Trt par fusidique acide
    • Trt par hbpm
    • Trt par heparine
    • Trt par heparinoide
    • Trt par phencoumarone
    • Trt par phenprocoumone
    • Trt par rivaroxaban
    • Trt par toremifene
    • Trt par warfarine
  • Bradycardie

    • Bradycardie severe
  • Cardiopathie

  • Examen laboratoire interference

    • Dosage hormonal
  • Grossesse

  • Hemophilie

  • Hyperhydratation

  • Hypervolemie

  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique severe maladie
  • Oedeme

  • Quel que soit le terrain

  • Regime hyposode strict

  • Retention hydrique

  • Sujet age

  • Trouble de l'hemostase

  • Trouble de la coagulation

  • Von willebrand maladie

Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de bridion ?

SEVERE(S)
  • arret cardiaque
  • bradycardie
  • cephalee
  • douleur abdominale
  • dysgueusie
  • mouvement anormal
  • nausee vomissement
  • sans info sur effets surdosage
  • toux
  • vertige etourdissement
  • vigilance trouble
MODERE(S)
  • anaphylaxie
  • bouffee vasomotrice
  • bronchospasme asthme
  • choc anaphylactique
  • eruption cutanee
  • erytheme
  • hypotension arterielle
  • langue oedeme
  • manifestation cutanee
  • obstruction voie respiratoire sup
  • oedeme
  • oedeme de la muqueuse buccale
  • oedeme pharynge
  • reaction allergique
  • tachycardie
  • urticaire
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    BRIDION 100 mg/ml, solution injectable

    10 flacon(s) en verre de 2 ml

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de bridion ?

    Le sugammadex ne doit être administré que par ou sous la surveillance d'un anesthésiste. L'utilisation d'une méthode appropriée de monitorage neuromusculaire est recommandée pour surveiller la récupération du bloc neuromusculaire (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La dose de sugammadex recommandée dépend du degré du bloc neuromusculaire à décurariser. La dose recommandée est indépendante du protocole anesthésique. Le sugammadex peut être utilisé pour décurariser différents degrés de bloc neuromusculaire induit par le rocuronium ou le vécuronium.

    • Adultes
    • Décurarisation en routine Une dose de 4 mg/kg de sugammadex est recommandée après réapparition de 1 à 2 réponses minimum au Compte Post Tétanique (PTC) après un bloc neuromusculaire induit par le rocuronium ou le vécuronium. Le délai médian de récupération du rapport T4/T1 à 0,9 est alors d'environ 3 minutes (Cf. rubriques "Propriétés pharmacodynamiques"). Une dose de 2 mg/kg de sugammadex est recommandée après réapparition spontanée de la 2ème réponse au train-de quatre (T2) après un bloc induit par le rocuronium ou le vécuronium. Le délai médian de récupération du rapport T4/T1 à 0,9 est alors d'environ 2 minutes (Cf. rubriques "Propriétés pharmacodynamiques").

    L'utilisation des doses recommandées pour une décurarisation en routine conduit à un délai médian de récupération du rapport T4/T1 à 0,9 du bloc neuromusculaire induit par le rocuronium légèrement plus court comparativement au bloc neuromusculaire induit par le vécuronium (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Nouvelle administration du sugammadex Dans le cas exceptionnel d'une récurrence du bloc neuromusculaire en post-opératoire (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi") après une dose initiale de 2 mg/kg ou de 4 mg/kg de sugammadex, il est recommandé d'administrer une dose supplémentaire de 4 mg/kg de sugammadex. Après l'administration de cette seconde dose de sugammadex, le patient devra être étroitement surveillé afin de s'assurer d'une récupération complète et stable de la fonction neuromusculaire.

    • Nouvelle administration de rocuronium ou de vécuronium après le sugammadex Pour les délais nécessaires avant une nouvelle administration de rocuronium ou de vécuronium après décurarisation par le sugammadex , Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi".

    • Informations complémentaires concernant des populations particulières
    • Insuffisance rénale : L'utilisation du sugammadex chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (avec ou sans dialyse (CLCr < 30 ml/min)) n'est pas recommandée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Les études réalisées chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère n'ont pas fourni de données de sécurité suffisantes pour permettre l'utilisation du sugammadex chez ces patients (Cf. également la rubrique "Propriétés pharmacodynamiques"). Insuffisance rénale légère à modérée (clairance de la créatinine > ou = 30 et < 80 ml/min) : les doses recommandées sont les mêmes que celles recommandées chez les adultes sans insuffisance rénale.

    • Sujets âgés : Après administration du sugammadex à la réapparition de la 2ème réponse au train-de-quatre (T2) après un bloc neuromusculaire induit par le rocuronium, le délai médian de récupération du rapport T4/T1 à 0,9 a été alors de 2,2 minutes chez l'adulte (18-64 ans) 2,6 minutes chez le sujet âgé (65-74 ans) et de 3,6 minutes chez le sujet très âgé (75 ans ou plus). Bien que les délais de récupération chez le sujet âgé soient plus longs que dans la population adulte, aucune adaptation de doses de sugammadex n'est nécessaire dans cette population (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Patients obèses : Chez les patients obèses, y compris les patients présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > ou = 40 kg/m2), la dose de sugammadex devrait être calculée sur le poids corporel réel. Chez ces patients les doses de sugammadex recommandées sont les mêmes que pour la population adulte.

    • Insuffisance hépatique : Aucune étude n'a été réalisée chez les patients insuffisants hépatiques. Chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère ou lorsque l'insuffisance hépatique s'accompagne d'une coagulopathie, des précautions doivent être prises lorsque l'utilisation du sugammadex est envisagée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Insuffisance hépatique légère à modérée : le sugammadex étant principalement éliminé par voie rénale, aucune adaptation de dose n'est nécessaire.

    Le sugammadex ne doit être administré que par ou sous la surveillance d'un anesthésiste. L'utilisation d'une méthode appropriée de monitorage neuromusculaire est recommandée pour surveiller la récupération du bloc neuromusculaire (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La dose de sugammadex recommandée dépend du degré du bloc neuromusculaire à décurariser. La dose recommandée est indépendante du protocole anesthésique. Le sugammadex peut être utilisé pour décurariser différents degrés de bloc neuromusculaire induit par le rocuronium ou le vécuronium.

    • Adultes
    • Décurarisation immédiate après un bloc induit par le rocuronium En cas de nécessité clinique d'une décurarisation immédiate après administration de rocuronium, une dose de 16 mg/kg de sugammadex est recommandée. L'administration de 16 mg/kg de sugammadex 3 minutes après une dose de 1,2 mg/kg de bromure de rocuronium permet une médiane de récupération attendue du rapport T4/T1 à 0,9 d'environ 1,5 minutes (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques"). En l'absence de données, le sugammadex n'est pas recommandé pour une décurarisation immédiate après un bloc neuromusculaire induit par le vécuronium.

    • Nouvelle administration de rocuronium ou de vécuronium après le sugammadex Pour les délais nécessaires avant une nouvelle administration de rocuronium ou de vécuronium après décurarisation par le sugammadex , Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi".

    • Informations complémentaires concernant des populations particulières
    • Insuffisance rénale : L'utilisation du sugammadex chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (avec ou sans dialyse (CLCr < 30 ml/min)) n'est pas recommandée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Les études réalisées chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère n'ont pas fourni de données de sécurité suffisantes pour permettre l'utilisation du sugammadex chez ces patients (Cf. également la rubrique "Propriétés pharmacodynamiques"). Insuffisance rénale légère à modérée (clairance de la créatinine > ou = 30 et < 80 ml/min) : les doses recommandées sont les mêmes que celles recommandées chez les adultes sans insuffisance rénale.

    • Sujets âgés : Après administration du sugammadex à la réapparition de la 2ème réponse au train-de-quatre (T2) après un bloc neuromusculaire induit par le rocuronium, le délai médian de récupération du rapport T4/T1 à 0,9 a été alors de 2,2 minutes chez l'adulte (18-64 ans) 2,6 minutes chez le sujet âgé (65-74 ans) et de 3,6 minutes chez le sujet très âgé (75 ans ou plus). Bien que les délais de récupération chez le sujet âgé soient plus longs que dans la population adulte, aucune adaptation de doses de sugammadex n'est nécessaire dans cette population (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Patients obèses : Chez les patients obèses, y compris les patients présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > ou = 40 kg/m2), la dose de sugammadex devrait être calculée sur le poids corporel réel. Chez ces patients les doses de sugammadex recommandées sont les mêmes que pour la population adulte.

    • Insuffisance hépatique : Aucune étude n'a été réalisée chez les patients insuffisants hépatiques. Chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère ou lorsque l'insuffisance hépatique s'accompagne d'une coagulopathie, des précautions doivent être prises lorsque l'utilisation du sugammadex est envisagée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Insuffisance hépatique légère à modérée : le sugammadex étant principalement éliminé par voie rénale, aucune adaptation de dose n'est nécessaire.

    Le sugammadex ne doit être administré que par ou sous la surveillance d'un anesthésiste. L'utilisation d'une méthode appropriée de monitorage neuromusculaire est recommandée pour surveiller la récupération du bloc neuromusculaire (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). La dose de sugammadex recommandée dépend du degré du bloc neuromusculaire à décurariser. La dose recommandée est indépendante du protocole anesthésique. Le sugammadex peut être utilisé pour décurariser différents degrés de bloc neuromusculaire induit par le rocuronium ou le vécuronium.

    • Population pédiatrique

    Les données relatives à la population pédiatrique sont limitées (une seule étude concernant uniquement la décurarisation suite à un bloc induit par le rocuronium, après réapparition de T2)

    • Enfants et adolescents Pour une décurarisation en routine du bloc neuromusculaire induit par le rocuronium lors de la réapparition de T2 chez l'enfant et l'adolescent (2-17 ans), la dose de sugammadex recommandée est de 2 mg/kg. Ce médicament peut être dilué à 10 mg/ml pour une plus grande précision de la dose administrée dans la population pédiatrique (Cf. rubrique "Précautions particulières d'élimination et manipulation"). Les autres situations de décurarisation en routine n'ont pas été étudiées et, par conséquent, le sugammadex n'est pas recommandé dans ces situations en l'absence de données supplémentaires disponibles.

    La décurarisation immédiate chez l'enfant et l'adolescent n'a pas été étudiée et n'est par conséquent pas recommandée en l'absence de données complémentaires disponibles.

    • Nouveau-nés à terme et nourrissons Les données sur l'utilisation du sugammadex chez le nourrisson (30 jours à 2 ans) sont limitées ; son utilisation chez le nouveau-né à terme (moins de 30 jours) n'a pas été étudiée. L'utilisation du sugammadex chez les nouveau-nés à terme ainsi que chez les nourrissons n'est donc pas recommandée en l'absence de données supplémentaires disponibles.