Cystagon (mercaptamine / cystéamine)

Médicaments à base de mercaptamine ou cystéamine :

Découvrez Posos 🎉

L’outil d’aide à la prescription simple et personnalisé qui vous aide à prendre la meilleure décision.

  • Identifier une posologie complexe
  • Limiter la iatrogénie
  • Vérifier les contre-indications
  • Trouver un équivalent thérapeutique
Illustration general

Informations générales

  • Principes actifs

    Mercaptamine, Cysteamine

  • Dosages

    150 mg50 mg

  • Formes galéniques

    gélule

  • Classe Thérapeutique

    A16AA - ACIDES AMINES ET DERIVES

Illustration indications

Indications - Quand utiliser cystagon ?

  • Traiter apres confirmation du diagnostic

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de cystagon ?

  • Allaitement

  • Atteinte cutanee

    • Atteinte cutanee severe
  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite amifostine
    • Hypersensibilite aminothiols
    • Hypersensibilite croisee
    • Hypersensibilite cysteamine
    • Hypersensibilite penicillamine
  • Grossesse

  • Dialyse

  • Enfant

    • Enfant de moins de 6 ans
  • Hypertension intracranienne

  • Insuffisance hepatique

  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Transplantation

    • Transplantation renale
  • Dialyse

  • Hypertension intracranienne

  • Insuffisance hepatique

  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Quel que soit le terrain

  • Transplantation

    • Transplantation renale
Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de cystagon ?

MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • accident vasculaire cerebral
  • anaphylaxie
  • anorexie
  • cephalee
  • convulsion
  • deces mortalite
  • deformation rachidienne scoliose
  • douleur osseuse
  • encephalopathie
  • fracture osseuse
  • genu valgum
  • glomerulonephrite
  • hallucination
  • hyperlaxite articulaire
  • hypertension intracranienne
  • ischemie
  • lethargie
  • leucopenie
  • myalgie
  • nephrite interstitielle
  • nervosite
  • oedeme cerebral
  • oedeme papillaire
  • osteopenie
  • pseudo tumeur cerebrale
  • reaction allergique
  • somnolence diurne
  • syndrome nephrotique
  • vascularite
MODERE(S)
  • alat modification
  • asat modification
  • asthenie
  • atteinte hepatique
  • bilirubine modification
  • cheveux alteration
  • diarrhee
  • douleur abdominale
  • dyspepsie
  • enterite
  • eruption cutanee
  • fievre
  • gamma gt modification
  • gastrite
  • haleine modification halitose
  • irritation cutanee
  • lactico deshydrogenase modification
  • lymphome
  • nausee vomissement
  • odeur corporelle modification
  • phosphatase alcaline modification
  • saignement gastrointestinal
  • tumeur cutanee
  • ulceration duodenale
  • ulceration gastrique
  • vergeture
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    CYSTAGON 150 mg, gélule

    flacon(s) polyéthylène haute densité (PEHD) de 100 gélule(s)

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
  • Illustration de la forme galénique

    CYSTAGON 50 mg, gélule

    flacon(s) polyéthylène haute densité (PEHD) de 100 gélule(s)

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de cystagon ?

    Le traitement par ce médicament doit être instauré sous le contrôle d'un médecin ayant l'expérience du traitement de la cystinose.

    Le but du traitement est de maintenir un taux de cystine intra-leucocytaire inférieur à 1 nmol hémicystine/mg de protéine. Le taux de cystine intra-leucocytaire doit donc être contrôlé pour permettre l'ajustement de la posologie. Il doit être mesuré 5 à 6 heures après la prise et contrôlé fréquemment en début de traitement (par exemple tous les mois), puis tous les 3 - 4 mois une fois la posologie stabilisée.

    • Chez les enfants jusqu'à l'âge de 12 ans, la dose de ce médicament doit être établie en fonction de la surface corporelle (grammes/m2/jour). La dose recommandée est de 1,30 grammes/m2/jour, exprimée en base libre, répartie en quatre prises.

    La dose de départ doit être de 1/4 à 1/6 de la dose d'entretien prévue, et être augmentée progressivement sur une période de 4-6 semaines afin d'éviter tout phénomène d'intolérance. La dose ne devra être augmentée que si la tolérance est correcte et que le taux de cystine intra-leucocytaire reste > 1 nmol hémicystine/mg de protéine. La dose maximale de ce médicament utilisée dans les essais cliniques a été de 1,95 grammes/m2/jour. L'utilisation de doses supérieures à 1,95 grammes/m2/jour n'est pas recommandée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    Chez les enfants jusqu'à l'âge de 6 ans environ, chez qui il existe un risque de fausse route, les gélules doivent être ouvertes et leur contenu mélangé à la nourriture. Quelques informations préliminaires montrent que la poudre peut être mélangée parfaitement aux aliments tels que le lait, les pommes de terre et d'autres produits à base d'amidon. Il convient cependant d'éviter les boissons acides telles que le jus d'orange avec lesquelles la poudre se mélange mal et peut précipiter.

    • Patients sous dialyse ou après transplantation

    Une expérience limitée nous a appris que certaines formes de cystéamine sont moins bien tolérées (c'est-à-dire entraînent davantage d'effets secondaires) par les patients sous dialyse. Une surveillance plus étroite du taux de cystine intra-leucocytaire est recommandée chez ces patients.

    • Patients atteints d'insuffisance hépatique

    Aucun ajustement de la posologie n'est généralement nécessaire, mais il convient de surveiller le taux de cystine intra-leucocytaire.

    Le traitement par ce médicament doit être instauré sous le contrôle d'un médecin ayant l'expérience du traitement de la cystinose.

    Le but du traitement est de maintenir un taux de cystine intra-leucocytaire inférieur à 1 nmol hémicystine/mg de protéine. Le taux de cystine intra-leucocytaire doit donc être contrôlé pour permettre l'ajustement de la posologie. Il doit être mesuré 5 à 6 heures après la prise et contrôlé fréquemment en début de traitement (par exemple tous les mois), puis tous les 3 - 4 mois une fois la posologie stabilisée.

    • Chez les patients de plus de 12 ans et d'un poids supérieur à 50 kg, la dose de ce médicament recommandée est de 2 grammes/jour, répartie en quatre prises.

    La dose de départ doit être de 1/4 à 1/6 de la dose d'entretien prévue, et être augmentée progressivement sur une période de 4-6 semaines afin d'éviter tout phénomène d'intolérance. La dose ne devra être augmentée que si la tolérance est correcte et que le taux de cystine intra-leucocytaire reste > 1 nmol hémicystine/mg de protéine. La dose maximale de ce médicament utilisée dans les essais cliniques a été de 1,95 grammes/m2/jour. L'utilisation de doses supérieures à 1,95 grammes/m2/jour n'est pas recommandée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Patients sous dialyse ou après transplantation

    Une expérience limitée nous a appris que certaines formes de cystéamine sont moins bien tolérées (c'est-à-dire entraînent davantage d'effets secondaires) par les patients sous dialyse. Une surveillance plus étroite du taux de cystine intra-leucocytaire est recommandée chez ces patients.

    • Patients atteints d'insuffisance hépatique

    Aucun ajustement de la posologie n'est généralement nécessaire, mais il convient de surveiller le taux de cystine intra-leucocytaire.