Hepsera (adéfovir)

Illustration general

Informations générales

Illustration indications

Indications - Quand utiliser hepsera ?

  • Dans les formes compensees

  • Dans les formes actives

  • Dans les formes avec histologie prouvee

  • Dans les formes decompensees

  • En cas d'atteinte hepatique

  • Avec marqueurs de la replication virale

  • Avec elevation alat

  • En cas de fibrose hepatique

  • Chez l'adulte a partir de 18 ans

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de hepsera ?

  • Acidose

    • Acidose lactique
    • Acidose metabolique
  • Allaitement

  • Autre traitement en cours

    • Trt par tenofovir disoproxil
  • Hepatomegalie

    • Hepatomegalie evolutive
  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite adefovir dipivoxil
  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Partenaire : femme en age de procreer

    • En l'absence de contraception efficace
  • Adulte jeune (15-17 ans)

    • Adulte de moins de 18 ans
  • Anomalie metabolisme galactose

  • Deficit en lactase

  • Enfant

  • Grossesse

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
  • Regime sans galactose

  • Syndrome de malabsorption / intolerance digestive

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
    • Syndrome malabsorption glucose/galactose
  • Atteinte renale

  • Autre traitement en cours

    • Trt par aminoside voie parenterale
    • Trt par amphotericine b
    • Trt par ciclosporine
    • Trt par cidofovir
    • Trt par foscarnet
    • Trt par med alterant fonction renale
    • Trt par med elimine par voie renale
    • Trt par medicament nephrotoxique
    • Trt par pentamidine
    • Trt par tacrolimus
    • Trt par vancomycine
  • Cirrhose

  • Dialyse

    • Dialyse peritoneale
  • Douleur

    • Douleur abdominale
  • Femme

  • Femme en age de procreer

    • En cas de contraception
  • Hepatite

    • Hepatite c chronique
    • Hepatite d delta
  • Hepatomegalie

    • Hepatomegalie non evolutive
  • Infection vih

  • Insuffisance hepatique

  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale legere
    • Insuffisance renale moderee
    • Insuffisance renale severe
  • Nausees vomissements

  • Obesite

  • Quel que soit le terrain

  • Sujet age

    • Sujet age de plus de 65 ans
  • Atteinte renale

  • Autre traitement en cours

    • Trt par aminoside voie parenterale
    • Trt par amphotericine b
    • Trt par ciclosporine
    • Trt par cidofovir
    • Trt par foscarnet
    • Trt par med alterant fonction renale
    • Trt par med elimine par voie renale
    • Trt par medicament nephrotoxique
    • Trt par pentamidine
    • Trt par tacrolimus
    • Trt par vancomycine
  • Cirrhose

  • Dialyse

    • Dialyse peritoneale
  • Douleur

    • Douleur abdominale
  • Femme

  • Femme en age de procreer

    • En cas de contraception
  • Hepatite

    • Hepatite c chronique
    • Hepatite d delta
  • Hepatomegalie

    • Hepatomegalie non evolutive
  • Infection vih

  • Insuffisance hepatique

  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale legere
    • Insuffisance renale moderee
    • Insuffisance renale severe
  • Nausees vomissements

  • Obesite

  • Quel que soit le terrain

  • Sujet age

    • Sujet age de plus de 65 ans
Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de hepsera ?

SEVERE(S)
  • acidose lactique
  • acidose metabolique
  • amaigrissement
  • anorexie
  • appetit perte
  • asthenie
  • bilirubine modification
  • cytopathie mitochondriale
  • deces mortalite
  • douleur abdominale
  • dyspnee
  • gamma gt modification
  • hepatomegalie
  • hyperlactatemie
  • ictere
  • lipoatrophie lipodystrophie
  • nausee vomissement
  • steatorrhee
  • steatose
MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • alat modification
  • anurie
  • asat modification
  • atrophie cutaneo muqueuse
  • atteinte hepatique
  • atteinte renale
  • augmentation du volume mammaire
  • diabete
  • douleur osseuse
  • fracture osseuse
  • gynecomastie
  • hepatite
  • hyperamylasemie
  • hypercholesterolemie
  • hypercreatininemie
  • hyperglycemie
  • hyperlipasemie
  • hyperlipidemie
  • hyperphosphoremie hyperphosphatemie
  • hypertriglyceridemie
  • hypocalcemie
  • hypoglycemie
  • hyponatremie
  • hypophosphoremie hypophosphatemie
  • insuffisance renale aigue
  • insuffisance renale chronique
  • insulino resistance
  • myopathie
  • necrose tubulaire renale
  • nephrite interstitielle
  • oligurie
  • osteomalacie
  • pancreatite aigue
  • prise ponderale
  • proteinurie
  • rapport hdl ldl modification
  • tubulopathie renale
MODERE(S)
  • cephalee
MINEUR(S) OU MODERE(S)
  • constipation
  • diarrhee
  • distension abdominale
  • dyspepsie
  • flatulence meteorisme
  • secheresse buccale
MINEUR(S)
  • eruption cutanee
  • prurit
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    HEPSERA 10 mg, comprimé

    1 flacon(s) polyéthylène haute densité (PEHD) de 30 comprimé(s) avec fermeture de sécurité enfant

    • REMBOURSABLE : 65%
    • PRIX : 519,21
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de hepsera ?

    Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans la prise en charge de l'hépatite B chronique.

    • Chez l'adulte

    La dose recommandée de ce médicament est de 10 mg (un comprimé) une fois par jour, à prendre par voie orale au moment ou en dehors des repas.

    Ne pas administrer de doses supérieures.

    La durée optimale de traitement n'est pas connue. La relation entre la réponse au traitement et l'évolution à long terme, par exemple le développement d'un carcinome hépatocellulaire ou d'une cirrhose décompensée, n'est pas connue.

    Chez les patients présentant une maladie hépatique décompensée, l'adéfovir doit être systématiquement utilisé en association avec un second agent exempt de résistance croisée à l'adéfovir afin de réduire le risque de développement d'une résistance et d'obtenir une suppression virale rapide.

    Les patients doivent être suivis tous les six mois pour les marqueurs biochimiques, virologiques et sérologiques de l'hépatite B.

    L'interruption du traitement peut être envisagée comme suit :

    • Chez les patients AgHBe positifs ne présentant pas de cirrhose, le traitement doit être administré pendant au moins 6 à 12 mois après confirmation de la séroconversion HBe (perte de l'AgHBe et de l'ADN du VHB avec détection des anti-HBe) ou jusqu'à la séroconversion HBs ou jusqu'à la mise en évidence d'une perte d'efficacité (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Les taux sériques d'ALAT et l'ADN du VHB doivent être contrôlés régulièrement après l'arrêt du traitement afin de détecter toute rechute virologique tardive.

    • Chez les patients AgHBe négatifs ne présentant pas de cirrhose, le traitement doit être administré au moins jusqu'à la séroconversion HBs ou jusqu'à la mise en évidence d'une perte d'efficacité. En cas de traitement prolongé d'une durée supérieure à 2 ans, une réévaluation régulière est recommandée afin de confirmer que la poursuite du traitement choisi reste adaptée au patient.

    Chez les patients présentant une maladie hépatique décompensée ou une cirrhose, il n'est pas recommandé d'interrompre le traitement (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Populations particulières
    • Chez la personne âgée Aucune donnée ne permet de recommander une posologie pour les patients âgés de plus de 65 ans (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Insuffisance hépatique Aucune adaptation de la dose n'est nécessaire chez les patients insuffisants hépatiques (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Résistance clinique Afin de réduire le risque de développement d'une résistance à l'adéfovir, les patients réfractaires à la lamivudine et les patients porteurs d'un VHB avec mutations de résistance à la lamivudine démontrées (rtL180M, rtA181T et/ou rtM204I/V) ne doivent pas être traités par l'adéfovir dipivoxil en monothérapie. L'adéfovir peut être utilisé en association avec la lamivudine chez les patients réfractaires à la lamivudine et les patients porteurs d'un VHB avec les mutations rtL180M et/ou rtM2041I/V. Cependant, le recours à un autre traitement devra être envisagé chez les patients porteurs d'un VHB présentant la mutation rtA181T en raison du risque de réduction de la sensibilité à l'adéfovir (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    Afin de réduire le risque de résistance chez les patients recevant l'adéfovir dipivoxil en monothérapie, une modification du traitement doit être envisagée si les taux sériques d'ADN du VHB restent au dessus de 1000 copies/ml après 1 an de traitement ou plus.

    • Population pédiatrique Il n'est pas recommandé d'utiliser ce médicament chez les enfants âgés de moins de 18 ans du fait des limites des données de sécurité et d'efficacité disponibles (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans la prise en charge de l'hépatite B chronique.

    La durée optimale de traitement n'est pas connue. La relation entre la réponse au traitement et l'évolution à long terme, par exemple le développement d'un carcinome hépatocellulaire ou d'une cirrhose décompensée, n'est pas connue.

    Les patients doivent être suivis tous les six mois pour les marqueurs biochimiques, virologiques et sérologiques de l'hépatite B.

    La durée optimale de traitement n'est pas connue. La relation entre la réponse au traitement et l'évolution à long terme, par exemple le développement d'un carcinome hépatocellulaire ou d'une cirrhose décompensée, n'est pas connue.

    Chez les patients présentant une maladie hépatique décompensée, l'adéfovir doit être systématiquement utilisé en association avec un second agent exempt de résistance croisée à l'adéfovir afin de réduire le risque de développement d'une résistance et d'obtenir une suppression virale rapide.

    Les patients doivent être suivis tous les six mois pour les marqueurs biochimiques, virologiques et sérologiques de l'hépatite B.

    L'interruption du traitement peut être envisagée comme suit :

    • Chez les patients AgHBe positifs ne présentant pas de cirrhose, le traitement doit être administré pendant au moins 6 à 12 mois après confirmation de la séroconversion HBe (perte de l'AgHBe et de l'ADN du VHB avec détection des anti-HBe) ou jusqu'à la séroconversion HBs ou jusqu'à la mise en évidence d'une perte d'efficacité (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Les taux sériques d'ALAT et l'ADN du VHB doivent être contrôlés régulièrement après l'arrêt du traitement afin de détecter toute rechute virologique tardive.

    • Chez les patients AgHBe négatifs ne présentant pas de cirrhose, le traitement doit être administré au moins jusqu'à la séroconversion HBs ou jusqu'à la mise en évidence d'une perte d'efficacité. En cas de traitement prolongé d'une durée supérieure à 2 ans, une réévaluation régulière est recommandée afin de confirmer que la poursuite du traitement choisi reste adaptée au patient. Chez les patients présentant une maladie hépatique décompensée ou une cirrhose, il n'est pas recommandé d'interrompre le traitement (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    • Populations particulières
    • Insuffisance rénale L'adéfovir est éliminé par voie rénale et une adaptation de l'intervalle entre les administrations est nécessaire chez les patients ayant une clairance de la créatinine < 50 ml/min et chez les patients sous dialyse. La fréquence recommandée des administrations selon la fonction rénale ne doit pas être dépassée (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques"). La modification de l'intervalle recommandé entre les administrations est basée sur l'extrapolation de données limitées observées chez des patients au stade d'insuffisance rénale terminale (IRT) et peut ne pas être optimale.

    . Patients ayant une clairance de la créatinine comprise entre 30 et 49 ml/min Chez ces patients, il est recommandé d'administrer l'adéfovir dipivoxil (un comprimé à 10 mg) toutes les 48 heures. On ne dispose que de données limitées sur la sécurité et l'efficacité de cet intervalle entre les administrations. La réponse clinique au traitement et la fonction rénale doivent donc être étroitement surveillées chez ces patients (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    . Patients ayant une clairance de la créatinine < 30 ml/min et patients sous dialyse Il n'existe pas de données concernant la sécurité et l'efficacité permettant d'étayer l'utilisation de l'adéfovir dipivoxil chez les patients dont la clairance de la créatinine est < 30 ml/min ou chez les patients sous dialyse. C'est pourquoi l'utilisation de l'adéfovir dipivoxil chez ces patients n'est pas recommandée et ne doit être envisagée que si les bénéfices attendus dépassent les risques potentiels. Dans ce cas, les données limitées disponibles suggèrent que pour les patients ayant une clairance de la créatinine comprise entre 10 et 29 ml/min, l'adéfovir dipivoxil (un comprimé à 10 mg) peut être administré toutes les 72 heures ; chez les patients sous hémodialyse, l'adéfovir dipivoxil (un comprimé à 10 mg) peut être administré tous les 7 jours après une dialyse continue de 12 heures (ou 3 sessions de dialyse, d'une durée de 4 heures chacune). Ces patients doivent être étroitement surveillés à la recherche des effets indésirables éventuels et afin de s'assurer du maintien de l'efficacité du traitement (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables"). On ne dispose d'aucunes recommandations sur l'intervalle entre les administrations pour les autres patients sous dialyse (par exemple patients sous dialyse péritonéale ambulatoire) ou les patients non-hémodialysés ayant une clairance de la créatinine inférieure à 10 ml/min.

    • Résistance clinique Afin de réduire le risque de développement d'une résistance à l'adéfovir, les patients réfractaires à la lamivudine et les patients porteurs d'un VHB avec mutations de résistance à la lamivudine démontrées (rtL180M, rtA181T et/ou rtM204I/V) ne doivent pas être traités par l'adéfovir dipivoxil en monothérapie. L'adéfovir peut être utilisé en association avec la lamivudine chez les patients réfractaires à la lamivudine et les patients porteurs d'un VHB avec les mutations rtL180M et/ou rtM2041I/V. Cependant, le recours à un autre traitement devra être envisagé chez les patients porteurs d'un VHB présentant la mutation rtA181T en raison du risque de réduction de la sensibilité à l'adéfovir (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    Afin de réduire le risque de résistance chez les patients recevant l'adéfovir dipivoxil en monothérapie, une modification du traitement doit être envisagée si les taux sériques d'ADN du VHB restent au dessus de 1000 copies/ml après 1 an de traitement ou plus.