Informations générales

Indications et autres usages documentés

Contre-indications

Interactions

Effets indésirables

Grossesse et allaitement

Composition, prix et conditionnement

Posologie

Paroxetine (paroxétine)

Médicaments à base de paroxétine :

Paroxetine (paroxétine)

Informations générales

Indications et autres usages documentés

  • Chez l'adulte

  • Chez l'adulte

  • Avec agoraphobie

  • Sans agoraphobie

  • Chez l'adulte

  • Chez l'adulte

  • Chez l'adulte

  • Chez l'adulte

Contre-indications

Contre-indication absolue

Utilisation déconseillée

Précautions d'emploi

Mise en garde

  • Acces maniaque

    • Acces maniaque en cours
  • Convulsions

    • Convulsions maladie
  • Syndrome malin des neuroleptiques

  • Adulte jeune (15-17 ans)

    • Adulte de moins de 18 ans
  • Enfant

  • Interaction d'origine alimentaire

    • Ingestion d'alcool
  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Acces maniaque

    • Acces maniaque antecedent personnel
  • Agitation

  • Atteinte cardiovasculaire

  • Cirrhose

  • Coma

  • Confusion mentale

  • Convulsions

    • Convulsions antecedent personnel
  • Depression

    • Depression severe
  • Diabete autre

  • Diabete type i

  • Diabete type ii

  • Dysautonomie

  • Epilepsie

  • Exposition a une temperature extreme

  • Fievre

  • Glaucome

    • Glaucome antecedent personnel
  • Glaucome a angle ferme

  • Hemophilie

  • Hyponatremie

  • Insuffisance hepatique

  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale severe
  • Maladie hemorragique

  • Quel que soit le terrain

  • Sismotherapie/electroconvulsivotherapie

  • Sujet age

  • Syndrome hemorragique

  • Tendance suicidaire / suicide

  • Terrain hemorragique

  • Trouble bipolaire / maniaco-depression

  • Trouble comportemental

  • Trouble de l'hemostase

    • Trouble de l'hemostase antecedent perso
  • Trouble de l'humeur

  • Trouble de la coagulation

  • Trouble psychique

    Interactions

    Précautions d'emploi

    Mise en garde

    Pas de résultat

    Il n'existe aucune interaction pour ce médicament.

    Effets indésirables

    Fréquents

    Rares

    Fréquence indéterminée

    fréquent (> 1%)
    • acces maniaque
    • agitation
    • agressivite
    • akathisie
    • alimentation trouble
    • anxiete
    • arthralgie
    • ataxie
    • cauchemar
    • confusion mentale
    • convulsion
    • delire
    • depression
    • dyskinesie
    • fragilite emotionnelle
    • hallucination
    • humeur trouble
    • hypotonie musculaire
    • levee de linhibition psychomotrice
    • libido trouble
    • mouvement anormal
    • myalgie
    • myoclonie
    • panique
    • personnalite trouble
    • pleurs inhabituels
    • raideur musculaire
    • sommeil trouble
    • syndrome extrapyramidal
    • syndrome serotoninergique
    • tendance tentative suicidaire
    • trouble onirique
    rare (< 1%)
    • accommodation trouble
    • acouphene bourdonnement doreille
    • alat modification
    • alopecie
    • amaigrissement
    • amenorrhee
    • amnesie
    • anaphylaxie
    • anorexie
    • anorgasmie orgasme trouble
    • appetit perte
    • asat modification
    • asthenie
    • atteinte hepatique
    • atteinte pulmonaire
    • baillements
    • bilirubine modification
    • bradycardie
    • bruxisme grincement des dents
    • cephalee
    • choc anaphylactique
    • cholestase
    • cirrhose
    • concentration alteration
    • concentration baisse
    • constipation
    • cycle menstruel irregulier
    • cytolyse hepatique
    • diarrhee
    • douleur abdominale
    • dyspepsie
    • dysphagie deglutition difficulte
    • dyspnee
    • dysurie
    • ecchymoses
    • eosinophilie
    • epistaxis
    • eruption cutanee
    • eruption maculo papuleuse
    • erytheme maculaire
    • erytheme polymorphe
    • euphorie
    • fracture osseuse
    • frigidite
    • frisson
    • galactorrhee
    • gamma gt modification
    • glaucome
    • glossite
    • gynecomastie
    • hematome
    • hemorragie cerebrale
    • hemorragie digestive
    • hemorragie uro genitale
    • hepatite
    • hormone antidiuretique modification
    • hyperactivite
    • hypercholesterolemie
    • hypercreatininemie
    • hyperglycemie
    • hyperkinesie
    • hyperprolactinemie
    • hyperreflexie
    • hypersudation
    • hypertension arterielle
    • hypertension hypertonie oculaire
    • hypoglycemie
    • hyponatremie
    • hypotension arterielle
    • hypotension arterielle orthostatique
    • ictere
    • impuissance
    • incontinence urinaire
    • insomnie
    • insuffisance hepatique
    • irritabilite
    • lactico deshydrogenase modification
    • lyell syndrome necrolyse epidermique toxique net
    • maladie serique
    • malaise lipothymie
    • memoire trouble
    • menorragie
    • metrorragie
    • miction trouble
    • mydriase
    • nervosite
    • oedeme cutane
    • oedeme de quincke angioedeme
    • oedeme peripherique
    • oesophagite
    • palpitations
    • paresthesie
    • parotidite
    • petechies
    • phosphatase alcaline modification
    • photosensibilisation medicamenteuse
    • pneumopathie
    • pollakiurie
    • priapisme
    • prise ponderale
    • prurit
    • psoriasis
    • psychose
    • purpura
    • reaction allergique
    • retention durine
    • saignement gastrointestinal
    • saignement hemorragie
    • secheresse buccale
    • sensation ebrieuse
    • somnambulisme
    • somnolence diurne
    • stevens johnson syndrome
    • stomatite
    • syncope
    • syndrome de sevrage
    • tachycardie
    • thrombocytopenie
    • toux
    • toxidermie bulleuse pemphigus
    • tremblement
    • trouble sexuel
    • urticaire
    • vascularite
    • vasodilatation peripherique
    • vertige etourdissement
    • vision alteration
    • vision floue
    Fréquence non précisée
    • coma
    • crampe musculaire
    • electrocardiogramme modification
    • fievre
    • hypertonie musculaire
    • nausee vomissement

    Grossesse et allaitement

    • Aspect malformatif

      • Les données publiées chez les femmes exposées à la paroxétine au 1er trimestre de la grossesse sont très nombreuses et aucun effet malformatif particulier n’est retenu à ce jour.
      • Quelques études ont retrouvé avec la paroxétine une légère augmentation des cardiopathies congénitales, essentiellement à type de CIV ou de CIA, de gravité minime. Cependant, ces résultats ne sont pas confirmés par des études récentes de taille extrêmement importante et de méthodologie beaucoup plus rigoureuse, prenant en compte, entre autres, des facteurs de confusion pertinents.

      Aspect néonatal

      • Il ne semble pas qu’il y ait un risque accru de prématurité chez les enfants exposés in utero aux antidépresseurs IRSS.
      • Chez environ 30% des nouveau-nés de mères traitées jusqu’à l’accouchement par un antidépresseur IRSS, des symptômes néonatals, le plus souvent transitoires, peu sévères et de courte durée, peuvent apparaître dans les premiers jours de vie.
        • Il s’agit principalement de troubles respiratoires (détresse respiratoire et tachypnée), de trémulations, d’une hyperexcitabilité, de troubles du sommeil, de troubles du tonus et de difficultés alimentaires.
        • Ces signes traduisent soit une imprégnation du nouveau-né, soit un syndrome de sevrage. Ce dernier semble favorisé par un arrêt brutal du traitement maternel avant l’accouchement.
      • Par ailleurs, un risque accru d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) néonatale chez les enfants de mères exposées à un antidépresseur IRSS en 2ème partie de grossesse est rapporté. Ce risque serait doublé, passant de 1 à 2 pour mille dans la population générale, à environ 3 pour mille chez les enfants exposés. Cependant, ces résultats ne sont pas univoques. En effet, des facteurs de risques connus d’HTAP néonatale n’ont pas tous été pris en compte dans ces études, notamment la césarienne en dehors du travail et/ou un indice de masse corporelle maternel élevé.
      • La possibilité de survenue de ces effets néonatals est à mettre en balance avec les risques de décompensation que pourraient faire courir à la mère une diminution, voire un arrêt, de son traitement antidépresseur, en particulier dans cette période de fragilité que constituent la fin de grossesse et le post-partum.

      Aspect neurodéveloppemental

      • De nombreuses études sur le devenir neurodéveloppemental des enfants exposés in utero aux antidépresseurs IRSS/IRSNa sont publiées dans la littérature.
      • Il s’agit principalement d’études sur l’apparition de troubles du spectre de l’autisme ou de troubles déficitaires de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).
      • Leurs résultats ne sont pas univoques.
      • Pour celles qui mettent en évidence une possible association, le risque à l’échelon individuel est faible comparé à l’incidence dans la population générale.
      • Par ailleurs, d’autres facteurs pourraient expliquer les résultats positifs, en particulier le rôle propre de la pathologie maternelle.
      • A ce jour, l’analyse détaillée des données disponibles ne permet donc pas d’établir un lien de causalité entre la prise d’antidépresseurs IRSS/IRSNa en cours de grossesse et un risque de troubles du spectre de l’autisme ou de TDAH chez les enfants exposés in utero.

      Aspect maternel

      • Une augmentation de la survenue d’hypertensions artérielles gravidiques et/ou de prééclampsies est évoquée chez les femmes sous antidépresseur en cours de grossesse.
        • Cette association concerne tous les antidépresseurs, et plus particulièrement les IRSNa, et semble plus marquée pour les expositions au moins au 2ème trimestre de grossesse.
      • En raison de limites méthodologiques (biais d’échantillonnage, non prise en compte de certains facteurs de risques ...), cette association nécessite d’être confirmée.

    Liste des présentations disponibles

    • PAROXETINE CRISTERS 20 mg, comprimé pelliculé sécable

      plaquette(s) aluminium de 14 comprimé(s)

      • REMBOURSABLE : 65%
      • PRIX : 3,32

      Posologie

      • Episode dépressif majeur

      La posologie recommandée est de 20 mg par jour.

      En général, l'amélioration du patient débute après une semaine de traitement mais peut ne devenir manifeste qu'à partir de la deuxième semaine.

      Comme avec tous les médicaments antidépresseurs, la posologie doit être revue et ajustée si nécessaire au cours des 3 à 4 semaines suivant le début du traitement et par la suite si cela est cliniquement justifié.

      Chez certains patients présentant une réponse insuffisante sous 20 mg, la posologie peut être augmentée graduellement par paliers de 10 mg en fonction de la réponse thérapeutique, jusqu'à un maximum de 50 mg par jour.

      Les patients souffrant de dépression doivent être traités pendant une période suffisante d'au moins 6 mois afin d'assurer la disparition des symptômes.

      • Informations générales

      • Symptômes de sevrage observés lors de l'arrêt de la paroxétine

      Un arrêt brutal du traitement doit être évité (cf. rubriques "Mises en garde et Précautions d'emploi" et "Effets indésirables").

      Le schéma utilisé au cours des essais cliniques comportait une interruption progressive de traitement avec diminution de la dose journalière par palier de 10 mg par semaine.

      La survenue de symptômes gênants lors de la diminution de la dose ou à l'arrêt du traitement pourra nécessiter la reprise de la dose précédemment prescrite. Le médecin pourra ensuite poursuivre la diminution de la dose à un rythme plus progressif.

      • Populations particulières

      • Enfants et adolescents (7-17 ans)

      La paroxétine est déconseillée chez l'enfant et l'adolescent, des études cliniques contrôlées ayant montré que la paroxétine était associée à un risque accru de comportement suicidaire et d'hostilité. De plus, l'efficacité de la paroxétine n'a pas été suffisamment démontrée dans ces essais (cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables").

      • Enfants âgés de moins de 7 ans

      L'utilisation de la paroxétine n'a pas été étudiée chez l'enfant de moins de 7 ans. La paroxétine est déconseillée tant que son efficacité et sa sécurité d'emploi n'ont pas été démontrées dans cette tranche d'âge.

      • Insuffisance hépatique ou rénale

      Une augmentation des concentrations plasmatiques de la paroxétine est observée chez l'insuffisant rénal sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min) ainsi que chez l'insuffisant hépatique. La posologie recommandée la plus faible ne devrait donc pas être dépassée chez ces patients.