Risperdal (rispéridone)

Médicaments à base de rispéridone :

Illustration general

Informations générales

Illustration indications

Indications - Quand utiliser risperdal ?

    • Dans les formes moderees

    • Dans les formes severes

    • En cas de trouble bipolaire

    • Traitement de courte duree

    • En cas d'echec mesures comportementales

    • Dans les formes persistantes

    • En cas de demence alzheimer

    • Chez le patient a risque

    Illustration consindications

    Quelles sont les contre-indications de risperdal ?

    • Demence

      • Demence sauf alzheimer maladie
    • Dyskinesie tardive iatrogene

    • Enfant

      • Enfant de moins de 6 ans
    • Hypersensibilite

      • Hypersensibilite a l'un des excipients
      • Hypersensibilite alfentanil
      • Hypersensibilite aminoglutethimide
      • Hypersensibilite biperidene
      • Hypersensibilite bupivacaine
      • Hypersensibilite carpipramine
      • Hypersensibilite clopamide
      • Hypersensibilite crizotinib
      • Hypersensibilite croisee
      • Hypersensibilite cyproheptadine
      • Hypersensibilite desloratadine
      • Hypersensibilite dihexyverine
      • Hypersensibilite diphemanil
      • Hypersensibilite diphenoxylate
      • Hypersensibilite dipyridamole
      • Hypersensibilite domperidone
      • Hypersensibilite donepezil
      • Hypersensibilite ebastine
      • Hypersensibilite encainide
      • Hypersensibilite fentanyl
      • Hypersensibilite fexofenadine
      • Hypersensibilite flavoxate
      • Hypersensibilite flecainide
      • Hypersensibilite haloperidol
      • Hypersensibilite ifenprodil
      • Hypersensibilite irinotecan
      • Hypersensibilite jaune orange s
      • Hypersensibilite ketotifene
      • Hypersensibilite lenalidomide
      • Hypersensibilite levobupivacaine
      • Hypersensibilite levocabastine
      • Hypersensibilite loperamide
      • Hypersensibilite loratadine
      • Hypersensibilite mepivacaine
      • Hypersensibilite methylphenidate
      • Hypersensibilite metopimazine
      • Hypersensibilite miglitol
      • Hypersensibilite minoxidil
      • Hypersensibilite naratriptan
      • Hypersensibilite paliperidone
      • Hypersensibilite pancuronium
      • Hypersensibilite paroxetine
      • Hypersensibilite penfluridol
      • Hypersensibilite periciazine
      • Hypersensibilite pethidine
      • Hypersensibilite pimozide
      • Hypersensibilite pipamperone
      • Hypersensibilite piperidine derives
      • Hypersensibilite pipotiazine
      • Hypersensibilite pizotifene
      • Hypersensibilite pomalidomide
      • Hypersensibilite propyleneglycol derives
      • Hypersensibilite prucalopride
      • Hypersensibilite raloxifene
      • Hypersensibilite remifentanil
      • Hypersensibilite risperidone
      • Hypersensibilite roxatidine
      • Hypersensibilite sufentanil
      • Hypersensibilite thalidomide
      • Hypersensibilite tirofiban
      • Hypersensibilite trihexyphenidyle
      • Hypersensibilite vandetanib
      • Hypersensibilite vecuronium
    • Nourrisson

    • Nouveau-ne

    • Syndrome malin des neuroleptiques

    • Anomalie metabolisme galactose

    • Deficit en lactase

    • Grossesse

    • Hypersensibilite

      • Hypersensibilite galactose (intolerance)
      • Hypersensibilite glucose (intolerance)
      • Hypersensibilite lactose (intolerance)
    • Regime sans galactose

    • Syndrome de malabsorption / intolerance digestive

      • Hypersensibilite galactose (intolerance)
      • Hypersensibilite glucose (intolerance)
      • Hypersensibilite lactose (intolerance)
      • Syndrome malabsorption glucose/galactose
    • Activite physique

      • Activite physique intense
    • Adulte jeune (15-17 ans)

      • Adulte de moins de 18 ans
    • Allaitement

    • Arythmie cardiaque

      • Espace qt allonge antecedent familial
    • Asthenie

    • Atteinte cardiovasculaire

    • Autre traitement en cours

      • Trt par anticholinergique
      • Trt par antihypertenseur
      • Trt par furosemide
      • Trt par med abaissant seuil epileptogene
      • Trt par med augmentant intervalle qt
      • Trt par medicament leucopeniant
      • Trt par medicament neutropeniant
      • Trt par methylphenidate
      • Trt par psychostimulant
    • Bradycardie

    • Convulsions

      • Convulsions antecedent personnel
    • Demence

      • Sujet age de plus de 65 ans
    • Demence a corps de lewy

    • Deshydratation

    • Diabete autre

    • Diabete type i

    • Diabete type ii

    • Enfant

      • Enfant de moins de 5 ans
      • Enfant de plus de 5 ans
      • Enfant de plus de 6 ans
    • Epilepsie

    • Etat de conscience alteration

    • Exposition a une temperature extreme

    • Fievre

    • Hyperprolactinemie

    • Hypokaliemie

    • Hypomagnesemie

    • Hypotension arterielle

    • Hypovolemie

    • Infarctus du myocarde

    • Infection

    • Insuffisance cardiaque

    • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance renale aigue

    • Insuffisance renale chronique

    • Intervention chirurgicale

      • Intervention chirurgicale ophtalmique
    • Leucopenie

      • Leucopenie antecedent personnel
    • Maladie cerebrovasculaire

    • Maladie thromboembolique

      • Maladie thromboembolique atcd personnel
      • Maladie thromboembolique en cours
      • Maladie thromboembolique recidivante
    • Neutropenie

      • Neutropenie antecedent personnel
      • Neutropenie moderee
    • Nourrisson

    • Nouveau-ne

    • Obstruction digestive

    • Parkinson maladie

    • Polydipsie

    • Polyurie

    • Prise ponderale

    • Quel que soit le terrain

    • Rhabdomyolyse

    • Sujet age

    • Thrombophlebite

      • Phlebite atcd personnel
      • Phlebite en cours
    • Thrombose

      • Thrombose veineuse
      • Thrombose veineuse atcd familial
      • Thrombose veineuse atcd personnel
      • Thrombose veineuse profonde
    • Trouble de la conduction

    • Trouble extrapyramidal

    • Trouble hydroelectrolytique

    • Tumeur cerebrale

    • Tumeur prolactino-dependante

    • Activite physique

      • Activite physique intense
    • Adulte jeune (15-17 ans)

      • Adulte de moins de 18 ans
    • Allaitement

    • Arythmie cardiaque

      • Espace qt allonge antecedent familial
    • Asthenie

    • Atteinte cardiovasculaire

    • Autre traitement en cours

      • Trt par anticholinergique
      • Trt par antihypertenseur
      • Trt par furosemide
      • Trt par med abaissant seuil epileptogene
      • Trt par med augmentant intervalle qt
      • Trt par medicament leucopeniant
      • Trt par medicament neutropeniant
      • Trt par methylphenidate
      • Trt par psychostimulant
    • Bradycardie

    • Convulsions

      • Convulsions antecedent personnel
    • Demence

      • Sujet age de plus de 65 ans
    • Demence a corps de lewy

    • Deshydratation

    • Diabete autre

    • Diabete type i

    • Diabete type ii

    • Enfant

      • Enfant de moins de 5 ans
      • Enfant de plus de 5 ans
      • Enfant de plus de 6 ans
    • Epilepsie

    • Etat de conscience alteration

    • Exposition a une temperature extreme

    • Fievre

    • Hyperprolactinemie

    • Hypokaliemie

    • Hypomagnesemie

    • Hypotension arterielle

    • Hypovolemie

    • Infarctus du myocarde

    • Infection

    • Insuffisance cardiaque

    • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance renale aigue

    • Insuffisance renale chronique

    • Intervention chirurgicale

      • Intervention chirurgicale ophtalmique
    • Leucopenie

      • Leucopenie antecedent personnel
    • Maladie cerebrovasculaire

    • Maladie thromboembolique

      • Maladie thromboembolique atcd personnel
      • Maladie thromboembolique en cours
      • Maladie thromboembolique recidivante
    • Neutropenie

      • Neutropenie antecedent personnel
      • Neutropenie moderee
    • Nourrisson

    • Nouveau-ne

    • Obstruction digestive

    • Parkinson maladie

    • Polydipsie

    • Polyurie

    • Prise ponderale

    • Quel que soit le terrain

    • Rhabdomyolyse

    • Sujet age

    • Thrombophlebite

      • Phlebite atcd personnel
      • Phlebite en cours
    • Thrombose

      • Thrombose veineuse
      • Thrombose veineuse atcd familial
      • Thrombose veineuse atcd personnel
      • Thrombose veineuse profonde
    • Trouble de la conduction

    • Trouble extrapyramidal

    • Trouble hydroelectrolytique

    • Tumeur cerebrale

    • Tumeur prolactino-dependante

    Illustration side-effect

    Quels sont les effets indésirables de risperdal ?

    SEVERE(S)
    • amygdalite
    • apnee
    • arthralgie
    • bronchite
    • cellulite
    • choc cardiogenique
    • coma
    • creatine kinase modification
    • cystite
    • delire
    • depression respiratoire
    • dorsalgie
    • douleur angineuse
    • douleur cervicale
    • douleur des extremites
    • douleur osseuse
    • douleur pharyngolaryngee
    • dyspnee
    • enzyme musculaire modification
    • epanchement articulaire
    • epistaxis
    • hallucination
    • hyperamylasemie
    • hyperlipasemie
    • hyperreflexie
    • hyperthermie maligne
    • induration
    • infection auriculaire
    • infection cutanee
    • infection des voies respiratoires
    • infection fongique mycose
    • infection oculaire
    • infection pulmonaire
    • infection urinaire
    • infection virale
    • insuffisance respiratoire
    • laryngite
    • myasthenie
    • mydriase
    • myoglobinurie
    • obstruction voie respiratoire sup
    • otite
    • paleur
    • pancreatite aigue
    • pharyngite
    • pneumonie
    • pneumopathie
    • raideur articulaire
    • rales bronchiques
    • respiration trouble
    • rhabdomyolyse
    • sifflement pulmonaire
    • sinusite
    • stupeur
    • syndrome de sevrage
    • syndrome grippal
    • syndrome neuroleptique malin
    • tachypnee
    • timbre de la voix modification
    • toux
    MODERE(S) OU SEVERE(S)
    • acces maniaque
    • accident vasculaire cerebral
    • accommodation trouble
    • acidose metabolique
    • acne
    • adenome hypophysaire
    • agitation
    • agranulocytose
    • akathisie
    • alat modification
    • alimentation trouble
    • alopecie
    • amaigrissement
    • amenorrhee
    • anaphylaxie
    • anemie
    • anomalie labiale
    • anorexie
    • anorgasmie orgasme trouble
    • anticorps apparition
    • anxiete
    • apathie
    • appetit augmentation
    • appetit perte
    • areflexie
    • arret cardiaque
    • arret respiratoire
    • arythmie
    • asat modification
    • asthenie
    • athetose mvt anormal grande amplit
    • atteinte hepatique
    • augmentation du volume mammaire
    • bilirubine modification
    • bloc auriculo ventriculaire
    • bouffee vasomotrice
    • bradycardie
    • bradypsychie
    • cardiomyopathie
    • cauchemar
    • cephalee
    • cetose
    • cheilite
    • choc anaphylactique
    • cholestase
    • colite
    • collapsus cardiovasculaire
    • concentration alteration
    • conduction trouble
    • confusion mentale
    • congestion nasale
    • conscience trouble
    • constipation
    • convulsion
    • coordination trouble
    • crampe musculaire
    • crise oculogyre
    • cycle menstruel irregulier
    • deces mortalite
    • depigmentation
    • depression
    • depression myocardique
    • dermatite
    • diabete
    • diarrhee
    • diminution de tolerance au glucose
    • douleur
    • douleur abdominale
    • douleur dentaire
    • douleur mammaire
    • douleur oppression thoracique
    • dysarthrie parole difficulte
    • dysgueusie
    • dyskinesie
    • dyspepsie
    • dysphagie deglutition difficulte
    • dystonie
    • dysurie
    • eczema
    • ejaculation trouble
    • electrocardiogramme modification
    • electroencephalogramme modification
    • embolie pulmonaire
    • enterite
    • enuresie
    • eosinophilie
    • epanchement pericardique
    • equilibre trouble
    • erection trouble
    • eruption cutanee
    • eruption maculo papuleuse
    • erytheme
    • erytheme polymorphe
    • erythrodermie dermatite exfoliative
    • exantheme
    • faiblesse musculaire
    • fecalome
    • fibrillation auriculaire
    • fibrillation ventriculaire
    • fievre
    • flatulence meteorisme
    • fragilite emotionnelle
    • frigidite
    • frisson
    • galactorrhee
    • gamma gt modification
    • gastrite
    • glycosurie
    • gynecomastie
    • hematocrite modification
    • hemoglobine modification
    • hepatite
    • hormone antidiuretique modification
    • humeur trouble
    • hyperactivite
    • hypercholesterolemie
    • hyperglycemie
    • hyperinsulinemie
    • hyperleucocytose
    • hyperosmolarite
    • hyperprolactinemie
    • hypersudation
    • hypertension arterielle
    • hypertonie musculaire
    • hypertriglyceridemie
    • hypoesthesie
    • hypoglycemie
    • hypokinesie
    • hyponatremie
    • hypotension arterielle
    • hypotension arterielle orthostatique
    • hypothermie
    • ictere
    • ileus paralytique
    • impuissance
    • incontinence fecale
    • incontinence urinaire
    • insomnie
    • insuffisance cardiaque
    • ischemie
    • keratose
    • lactico deshydrogenase modification
    • langage trouble
    • langue engourdissement
    • langue oedeme
    • laryngospasme
    • lethargie
    • leucopenie
    • libido trouble
    • lymphopenie
    • malaise lipothymie
    • marche trouble
    • miction trouble
    • mouvement anormal
    • myalgie
    • myocardite
    • myoclonie
    • nausee vomissement
    • necrose intestinale
    • nervosite
    • neutropenie
    • occlusion intestinale
    • oedeme
    • oedeme de quincke angioedeme
    • oedeme des membres inferieurs
    • oedeme facial
    • oedeme peripherique
    • oligomenorrhee
    • palpitations
    • paresthesie
    • pericardite
    • phosphatase alcaline modification
    • pollakiurie
    • polydipsie
    • priapisme
    • prise ponderale
    • prurit
    • purpura
    • raideur de la nuque
    • raideur musculaire
    • reaction allergique
    • refroidissement des extremites
    • retention durine
    • rhinite
    • seborrhee
    • secheresse buccale
    • secheresse cutanee
    • septicemie
    • sialorrhee
    • sommeil trouble
    • somnambulisme
    • somnolence diurne
    • stevens johnson syndrome
    • syncope
    • syndrome extrapyramidal
    • syndrome lupique
    • syndrome parkinsonien
    • tachycardie
    • tension mammaire
    • thrombocytopenie
    • thrombocytose
    • thromboembolie
    • thrombose veineuse
    • torsade de pointe
    • toxidermie bulleuse pemphigus
    • tremblement
    • trouble psychocomportemental
    • trouble sexuel
    • urticaire
    • vertige etourdissement
    • vigilance trouble
    MODERE(S)
    • acouphene bourdonnement doreille
    • acuite visuelle modification
    • conjonctive hyperhemie
    • conjonctivite
    • douleur auriculaire otalgie
    • glaucome
    • iris atteinte
    • irritation oculaire
    • larmoiement
    • oedeme periorbitaire
    • paupiere irritation
    • paupiere spasme blepharospasme
    • photophobie
    • secheresse oculaire
    • vision alteration
    • vision floue
    Illustration general

    Liste des présentations disponibles

    • Illustration de la forme galénique

      RISPERDAL 1 mg/ml, solution buvable

      1 flacon(s) en verre brun de 30 ml avec pipette(s) doseuse(s) polyéthylène

      • REMBOURSABLE : 65%
      • PRIX : 6,15
    • Illustration de la forme galénique

      RISPERDAL 1 mg, comprimé pelliculé

      plaquette(s) PVC polyéthylène basse densité (PEBD) PVDC aluminium de 60 comprimé(s)

      • REMBOURSABLE : 65%
      • PRIX : 9,17
    • Illustration de la forme galénique

      RISPERDAL 4 mg, comprimé pelliculé

      plaquette(s) PVC polyéthylène basse densité (PEBD) PVDC aluminium de 30 comprimé(s)

      • REMBOURSABLE : 65%
      • PRIX : 9,59
    • Illustration de la forme galénique

      RISPERDAL 2 mg, comprimé pelliculé

      plaquette(s) PVC polyéthylène basse densité (PEBD) PVDC aluminium de 60 comprimé(s)

      • REMBOURSABLE : 65%
      • PRIX : 17,24
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de risperdal ?

    • Posologie
    • Schizophrénie

    . Adultes

    Ce médicament peut être administré en 1 ou 2 prises par jour.

    Les patients doivent débuter le traitement par 2 mg/jour de rispéridone. La posologie peut être augmentée à 4 mg le 2ème jour. La posologie sera ensuite maintenue inchangée, ou adaptée individuellement, si nécessaire. La majorité des patients bénéficient de posologies journalières comprises entre 4 et 6 mg. Chez certains patients, une titration plus lente et une dose initiale et d'entretien plus faibles peuvent s'avérer nécessaires.

    Les posologies de plus de 10 mg/jour n'ont pas montré d'efficacité supérieure aux posologies plus faibles et peuvent entraîner une augmentation de l'incidence des symptômes extrapyramidaux. La sécurité d'emploi de posologies supérieures à 16 mg/jour n'a pas été évaluée, et elles ne sont donc pas recommandées.

    . Population pédiatrique

    L'utilisation de la rispéridone n'est pas recommandée chez les enfants de moins de 18 ans présentant une schizophrénie en l'absence de données d'efficacité.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (Cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Schizophrénie

    . Patients âgés

    Une posologie initiale de 0,5 mg deux fois par jour est recommandée. Cette posologie devra être adaptée individuellement par paliers journaliers de 0,5 mg deux fois par jour jusqu'à une posologie de 1 à 2 mg deux fois par jour.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Schizophrénie

    . Adultes

    Ce médicament peut être administré en 1 ou 2 prises par jour.

    Les patients doivent débuter le traitement par 2 mg/jour de rispéridone. La posologie peut être augmentée à 4 mg le 2ème jour. La posologie sera ensuite maintenue inchangée, ou adaptée individuellement, si nécessaire. La majorité des patients bénéficient de posologies journalières comprises entre 4 et 6 mg. Chez certains patients, une titration plus lente et une dose initiale et d'entretien plus faibles peuvent s'avérer nécessaires.

    Les posologies de plus de 10 mg/jour n'ont pas montré d'efficacité supérieure aux posologies plus faibles et peuvent entraîner une augmentation de l'incidence des symptômes extrapyramidaux. La sécurité d'emploi de posologies supérieures à 16 mg/jour n'a pas été évaluée, et elles ne sont donc pas recommandées.

    . Population pédiatrique

    L'utilisation de la rispéridone n'est pas recommandée chez les enfants de moins de 18 ans présentant une schizophrénie en l'absence de données d'efficacité.

    • Insuffisance rénale et insuffisance hépatique

    Les patients insuffisants rénaux ont une capacité moindre à éliminer la fraction antipsychotique active que les adultes avec fonction rénale normale. Les patients insuffisants hépatiques présentent une augmentation des concentrations plasmatiques de la fraction libre de la rispéridone.

    Indépendamment de l'indication, les posologies initiale et d'entretien doivent être divisées par deux, et l'augmentation posologique des doses doit être plus lente chez les patients insuffisants rénaux ou insuffisants hépatiques.

    Ce médicament sera utilisé avec précaution chez ces groupes de patients.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Schizophrénie

    . Patients âgés Une posologie initiale de 0,5 mg deux fois par jour est recommandée. Cette posologie devra être adaptée individuellement par paliers journaliers de 0,5 mg deux fois par jour jusqu'à une posologie de 1 à 2 mg deux fois par jour.

    • Insuffisance rénale et insuffisance hépatique

    Les patients insuffisants rénaux ont une capacité moindre à éliminer la fraction antipsychotique active que les adultes avec fonction rénale normale. Les patients insuffisants hépatiques présentent une augmentation des concentrations plasmatiques de la fraction libre de la rispéridone.

    Indépendamment de l'indication, les posologies initiale et d'entretien doivent être divisées par deux, et l'augmentation posologique des doses doit être plus lente chez les patients insuffisants rénaux ou insuffisants hépatiques.

    Ce médicament sera utilisé avec précaution chez ces groupes de patients.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Episodes maniaques associés aux troubles bipolaires

    . Adultes Ce médicament doit être administré une fois par jour, en débutant par 2 mg de rispéridone. Si nécessaire, les adaptations posologiques se feront par paliers de 1 mg par jour en respectant un délai minimum de 24 heures entre chaque palier de dose. La rispéridone peut être administrée à doses flexibles comprises entre 1 et 6 mg par jour afin d'optimiser le niveau d'efficacité et de tolérance de chaque patient. Des doses journalières supérieures à 6 mg de rispéridone n'ont pas été étudiées chez des patients présentant des épisodes maniaques.

    Comme pour tout traitement symptomatique, la poursuite de ce traitement doit faire l'objet d'une ré-évaluation et être justifiée à intervalles réguliers.

    . Population pédiatrique L'utilisation de la rispéridone n'est pas recommandée chez les enfants de moins de 18 ans présentant des épisodes maniaques des troubles bipolaires en l'absence de données d'efficacité.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Episodes maniaques associés aux troubles bipolaires

    Comme pour tout traitement symptomatique, la poursuite de ce traitement doit faire l'objet d'une ré-évaluation et être justifiée à intervalles réguliers.

    . Patients âgés Une dose initiale de 0,5 mg deux fois par jour est recommandée. Cette posologie peut être adaptée individuellement par paliers de 0,5 mg deux fois par jour jusqu'à une posologie de 1 à 2 mg deux fois par jour. L'expérience étant limitée chez le sujet âgé, la prudence est nécessaire.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Episodes maniaques associés aux troubles bipolaires

    . Adultes Ce médicament doit être administré une fois par jour, en débutant par 2 mg de rispéridone. Si nécessaire, les adaptations posologiques se feront par paliers de 1 mg par jour en respectant un délai minimum de 24 heures entre chaque palier de dose. La rispéridone peut être administrée à doses flexibles comprises entre 1 et 6 mg par jour afin d'optimiser le niveau d'efficacité et de tolérance de chaque patient. Des doses journalières supérieures à 6 mg de rispéridone n'ont pas été étudiées chez des patients présentant des épisodes maniaques.

    Comme pour tout traitement symptomatique, la poursuite de ce traitement doit faire l'objet d'une ré-évaluation et être justifiée à intervalles réguliers.

    . Population pédiatrique L'utilisation de la rispéridone n'est pas recommandée chez les enfants de moins de 18 ans présentant des épisodes maniaques des troubles bipolaires en l'absence de données d'efficacité.

    • Insuffisance rénale et insuffisance hépatique

    Les patients insuffisants rénaux ont une capacité moindre à éliminer la fraction antipsychotique active que les adultes avec fonction rénale normale. Les patients insuffisants hépatiques présentent une augmentation des concentrations plasmatiques de la fraction libre de la rispéridone.

    Indépendamment de l'indication, les posologies initiale et d'entretien doivent être divisées par deux, et l'augmentation posologique des doses doit être plus lente chez les patients insuffisants rénaux ou insuffisants hépatiques.

    Ce médicament sera utilisé avec précaution chez ces groupes de patients.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Episodes maniaques associés aux troubles bipolaires

    Comme pour tout traitement symptomatique, la poursuite de ce traitement doit faire l'objet d'une ré-évaluation et être justifiée à intervalles réguliers.

    . Patients âgés Une dose initiale de 0,5 mg deux fois par jour est recommandée. Cette posologie peut être adaptée individuellement par paliers de 0,5 mg deux fois par jour jusqu'à une posologie de 1 à 2 mg deux fois par jour. L'expérience étant limitée chez le sujet âgé, la prudence est nécessaire.

    • Insuffisance rénale et insuffisance hépatique

    Les patients insuffisants rénaux ont une capacité moindre à éliminer la fraction antipsychotique active que les adultes avec fonction rénale normale. Les patients insuffisants hépatiques présentent une augmentation des concentrations plasmatiques de la fraction libre de la rispéridone.

    Indépendamment de l'indication, les posologies initiale et d'entretien doivent être divisées par deux, et l'augmentation posologique des doses doit être plus lente chez les patients insuffisants rénaux ou insuffisants hépatiques.

    Ce médicament sera utilisé avec précaution chez ces groupes de patients.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Agressivité persistante chez le patient présentant une démence d'Alzheimer modérée à sévère

    Une posologie initiale de 0,25 mg de solution buvable deux fois par jour est recommandée. La solution buvable est la forme pharmaceutique recommandée pour administrer 0,25 mg. La posologie peut être adaptée individuellement par paliers de 0,25 mg deux fois par jour, en respectant un délai minimum de deux jours, si nécessaire. La posologie optimale est de 0,5 mg deux fois par jour pour la majorité des patients. Toutefois, certains patients peuvent bénéficier de posologies allant jusqu'à 1 mg deux fois par jour.

    Ce médicament ne doit pas être utilisé pendant plus de 6 semaines chez les patients Alzheimer présentant une agressivité persistante. Au cours du traitement, les patients doivent faire l'objet d'une ré-évaluation fréquente et régulière, et la nécessité de poursuivre le traitement doit être ré-évaluée.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les correcteurs anti-Parkinsoniens sera ré-évaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Agressivité persistante chez le patient présentant une démence d'Alzheimer modérée à sévère

    Une posologie initiale de 0,25 mg de solution buvable deux fois par jour est recommandée. La solution buvable est la forme pharmaceutique recommandée pour administrer 0,25 mg. La posologie peut être adaptée individuellement par paliers de 0,25 mg deux fois par jour, en respectant un délai minimum de deux jours, si nécessaire. La posologie optimale est de 0,5 mg deux fois par jour pour la majorité des patients. Toutefois, certains patients peuvent bénéficier de posologies allant jusqu'à 1 mg deux fois par jour.

    Ce médicament ne doit pas être utilisé pendant plus de 6 semaines chez les patients Alzheimer présentant une agressivité persistante. Au cours du traitement, les patients doivent faire l'objet d'une ré-évaluation fréquente et régulière, et la nécessité de poursuivre le traitement doit être ré-évaluée.

    • Insuffisance rénale et insuffisance hépatique

    Les patients insuffisants rénaux ont une capacité moindre à éliminer la fraction antipsychotique active que les adultes avec fonction rénale normale. Les patients insuffisants hépatiques présentent une augmentation des concentrations plasmatiques de la fraction libre de la rispéridone.

    Indépendamment de l'indication, les posologies initiale et d'entretien doivent être divisées par deux, et l'augmentation posologique des doses doit être plus lente chez les patients insuffisants rénaux ou insuffisants hépatiques.

    Ce médicament sera utilisé avec précaution chez ces groupes de patients.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les correcteurs anti-Parkinsoniens sera ré-évaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Trouble des conduites

    . Enfants et adolescents de 5 à 18 ans Pour les sujets > ou = 50 kg, une posologie initiale de 0,5 mg une fois par jour est recommandée. Si nécessaire, cette posologie sera adaptée individuellement par paliers de 0,5 mg une fois par jour, au maximum tous les 2 jours. Pour la majorité des patients, la posologie optimale est de 1 mg une fois par jour. Toutefois, chez certains patients une posologie de 0,5 mg une fois par jour peut suffire, d'autres patients peuvent nécessiter une posologie de 1,5 mg une fois par jour.

    Comme pour tout traitement symptomatique, la poursuite du traitement par rispéridone doit faire l'objet d'une ré-évaluation et être justifiée à intervalles réguliers.

    Ce médicament n'est pas recommandé chez les enfants de moins de 5 ans, car il n'existe pas de données disponibles chez les enfants de moins de 5 ans dans ces troubles.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Trouble des conduites

    . Enfants et adolescents de 5 à 18 ans Pour les patients <50 kg, une posologie initiale de 0,25 mg de solution buvable une fois par jour est recommandée. La solution buvable est la forme pharmaceutique recommandée pour administrer 0,25 mg. Si nécessaire, cette posologie sera adaptée individuellement par paliers de 0,25 mg une fois par jour, au maximum tous les deux jours. Pour la majorité des patients, la posologie optimale est de 0,5 mg une fois par jour. Toutefois, chez certains patients une posologie de 0,25 mg une fois par jour peut suffire alors que d'autres patients peuvent nécessiter une posologie de 0,75 mg de solution buvable une fois par jour. La solution buvable est la forme pharmaceutique recommandée pour administrer 0,75 mg.

    Comme pour tout traitement symptomatique, la poursuite du traitement par rispéridone doit faire l'objet d'une ré-évaluation et être justifiée à intervalles réguliers.

    Ce médicament n'est pas recommandé chez les enfants de moins de 5 ans, car il n'existe pas de données disponibles chez les enfants de moins de 5 ans dans ces troubles.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Trouble des conduites

    . Enfants et adolescents de 5 à 18 ans Pour les sujets > ou = 50 kg, une posologie initiale de 0,5 mg une fois par jour est recommandée. Si nécessaire, cette posologie sera adaptée individuellement par paliers de 0,5 mg une fois par jour, au maximum tous les 2 jours. Pour la majorité des patients, la posologie optimale est de 1 mg une fois par jour. Toutefois, chez certains patients une posologie de 0,5 mg une fois par jour peut suffire, d'autres patients peuvent nécessiter une posologie de 1,5 mg une fois par jour.

    Comme pour tout traitement symptomatique, la poursuite du traitement par rispéridone doit faire l'objet d'une ré-évaluation et être justifiée à intervalles réguliers.

    Ce médicament n'est pas recommandé chez les enfants de moins de 5 ans, car il n'existe pas de données disponibles chez les enfants de moins de 5 ans dans ces troubles.

    • Insuffisance rénale et insuffisance hépatique

    Les patients insuffisants rénaux ont une capacité moindre à éliminer la fraction antipsychotique active que les adultes avec fonction rénale normale. Les patients insuffisants hépatiques présentent une augmentation des concentrations plasmatiques de la fraction libre de la rispéridone.

    Indépendamment de l'indication, les posologies initiale et d'entretien doivent être divisées par deux, et l'augmentation posologique des doses doit être plus lente chez les patients insuffisants rénaux ou insuffisants hépatiques.

    Ce médicament sera utilisé avec précaution chez ces groupes de patients.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.

    • Posologie
    • Trouble des conduites

    . Enfants et adolescents de 5 à 18 ans Pour les patients <50 kg, une posologie initiale de 0,25 mg de solution buvable une fois par jour est recommandée. La solution buvable est la forme pharmaceutique recommandée pour administrer 0,25 mg. Si nécessaire, cette posologie sera adaptée individuellement par paliers de 0,25 mg une fois par jour, au maximum tous les deux jours. Pour la majorité des patients, la posologie optimale est de 0,5 mg une fois par jour. Toutefois, chez certains patients une posologie de 0,25 mg une fois par jour peut suffire alors que d'autres patients peuvent nécessiter une posologie de 0,75 mg de solution buvable une fois par jour. La solution buvable est la forme pharmaceutique recommandée pour administrer 0,75 mg.

    Comme pour tout traitement symptomatique, la poursuite du traitement par rispéridone doit faire l'objet d'une ré-évaluation et être justifiée à intervalles réguliers.

    Ce médicament n'est pas recommandé chez les enfants de moins de 5 ans, car il n'existe pas de données disponibles chez les enfants de moins de 5 ans dans ces troubles.

    • Insuffisance rénale et insuffisance hépatique

    Les patients insuffisants rénaux ont une capacité moindre à éliminer la fraction antipsychotique active que les adultes avec fonction rénale normale. Les patients insuffisants hépatiques présentent une augmentation des concentrations plasmatiques de la fraction libre de la rispéridone.

    Indépendamment de l'indication, les posologies initiale et d'entretien doivent être divisées par deux, et l'augmentation posologique des doses doit être plus lente chez les patients insuffisants rénaux ou insuffisants hépatiques.

    Ce médicament sera utilisé avec précaution chez ces groupes de patients.

    • Mode d'administration

    Lors de l'arrêt du traitement, une diminution progressive de la posologie est recommandée. Des symptômes aigus de sevrage, incluant nausée, vomissement, sudation, et insomnie ont été très rarement décrits lors de l'arrêt brutal de doses élevées de médicaments antipsychotiques (cf. rubrique "Effets indésirables"). La résurgence des symptômes psychotiques peut également survenir, et la survenue de mouvements anormaux involontaires (tels que akathisie, dystonie et dyskinésie) a également été rapportée.

    • Relais d'un traitement par d'autres antipsychotiques

    En cas de nécessité clinique, une diminution progressive du traitement antérieur est recommandée pendant l'initiation du traitement par rispéridone. De même, lorsque la substitution d'un traitement antipsychotique par voie parentérale à action prolongée s'avère nécessaire, le traitement par rispéridone sera mis en place le jour prévu pour la prochaine injection. La nécessité de poursuivre les médicaments antiparkinsoniens sera réévaluée à intervalles réguliers.