Ritaline (méthylphénidate)

Médicaments à base de méthylphénidate :

Illustration general

Informations générales

Illustration indications

Indications - Quand utiliser ritaline ?

  • En cas de mesure corrective insuffisante

  • Associer a prise en charge psychologique

  • Associer a prise en charge educative

  • Associer a prise en charge sociale

  • Chez l'enfant a partir de 6 ans

  • Chez l'adolescent

  • En cas d'echec a une autre therapeutique

  • Avec cataplexie

  • Sans cataplexie

  • Chez l'adulte

  • Chez l'enfant a partir de 6 ans

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de ritaline ?

  • Acces maniaque

    • Acces maniaque antecedent personnel
    • Acces maniaque en cours
  • Accident vasculaire cerebral

  • Adulte

  • Allaitement

  • Allergie alimentaire

    • Allergie au ble
  • Anevrisme arterioveineux intracranien

  • Angor

  • Anorexie

    • Anorexie mentale antecedent personnel
    • Anorexie mentale maladie
  • Arteriopathie

  • Arythmie cardiaque

  • Atteinte cardiovasculaire

    • Atteinte cardiovasculaire severe
  • Autre traitement en cours

    • Trt par antiacide
    • Trt par antihistaminique h2
    • Trt par ephedrine
    • Trt par etilefrine
    • Trt par imao
    • Trt par imao irreversible (non selectif)
    • Trt par iproniazide
    • Trt par midodrine
    • Trt par naphazoline
    • Trt par nialamide
    • Trt par oxymetazoline
    • Trt par phenylephrine
    • Trt par pseudoephedrine
    • Trt par sympathomimetique alpha
    • Trt par sympathomimetique indirect
    • Trt par tetryzoline
    • Trt par tuaminoheptane
    • Trt par tymazoline
  • Cardiomyopathie

  • Cardiopathie

    • Cardiopathie congenitale
    • Cardiopathie decompensee
  • Depression

    • Depression antecedent personnel
    • Depression en cours
  • Dysfonctionnement thyroidien

    • Thyreotoxicose
  • Enfant

    • Enfant de moins de 6 ans
  • Glaucome

  • Glaucome a angle ferme

  • Glaucome a angle ouvert

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite alfentanil
    • Hypersensibilite amidon de ble/gluten
    • Hypersensibilite aminoglutethimide
    • Hypersensibilite biperidene
    • Hypersensibilite bupivacaine
    • Hypersensibilite carpipramine
    • Hypersensibilite clopamide
    • Hypersensibilite crizotinib
    • Hypersensibilite croisee
    • Hypersensibilite cyproheptadine
    • Hypersensibilite desloratadine
    • Hypersensibilite dihexyverine
    • Hypersensibilite diphemanil
    • Hypersensibilite diphenoxylate
    • Hypersensibilite dipyridamole
    • Hypersensibilite domperidone
    • Hypersensibilite donepezil
    • Hypersensibilite ebastine
    • Hypersensibilite encainide
    • Hypersensibilite fentanyl
    • Hypersensibilite fexofenadine
    • Hypersensibilite flavoxate
    • Hypersensibilite flecainide
    • Hypersensibilite haloperidol
    • Hypersensibilite ifenprodil
    • Hypersensibilite irinotecan
    • Hypersensibilite ketotifene
    • Hypersensibilite lenalidomide
    • Hypersensibilite levobupivacaine
    • Hypersensibilite levocabastine
    • Hypersensibilite loperamide
    • Hypersensibilite loratadine
    • Hypersensibilite mepivacaine
    • Hypersensibilite methylphenidate
    • Hypersensibilite metopimazine
    • Hypersensibilite miglitol
    • Hypersensibilite minoxidil
    • Hypersensibilite naratriptan
    • Hypersensibilite paliperidone
    • Hypersensibilite pancuronium
    • Hypersensibilite paroxetine
    • Hypersensibilite penfluridol
    • Hypersensibilite periciazine
    • Hypersensibilite pethidine
    • Hypersensibilite pimozide
    • Hypersensibilite pipamperone
    • Hypersensibilite piperidine derives
    • Hypersensibilite pipotiazine
    • Hypersensibilite pizotifene
    • Hypersensibilite pomalidomide
    • Hypersensibilite prucalopride
    • Hypersensibilite raloxifene
    • Hypersensibilite remifentanil
    • Hypersensibilite risperidone
    • Hypersensibilite roxatidine
    • Hypersensibilite sufentanil
    • Hypersensibilite thalidomide
    • Hypersensibilite tirofiban
    • Hypersensibilite trihexyphenidyle
    • Hypersensibilite vandetanib
    • Hypersensibilite vecuronium
  • Hypertension arterielle

    • Hypertension arterielle non controlee
    • Hypertension arterielle severe
  • Hyperthyroidie

    • Hyperthyroidie en cours
    • Thyreotoxicose
  • Infarctus du myocarde

  • Insuffisance cardiaque

  • Insuffisance coronarienne

  • Maladie cerebrovasculaire

  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Pathologie coronarienne

  • Pheochromocytome

  • Schizophrenie

  • Sujet age

  • Tendance suicidaire / suicide

  • Traitement anterieur

    • Trt par ephedrine
    • Trt par etilefrine
    • Trt par imao irreversible (non selectif)
    • Trt par iproniazide
    • Trt par midodrine
    • Trt par naphazoline
    • Trt par nialamide
    • Trt par oxymetazoline
    • Trt par phenylephrine
    • Trt par pseudoephedrine
    • Trt par sympathomimetique alpha
    • Trt par sympathomimetique indirect
    • Trt par tetryzoline
    • Trt par tuaminoheptane
    • Trt par tymazoline
  • Trouble bipolaire / maniaco-depression

  • Trouble de l'humeur

  • Trouble psychotique / psychose

  • Vascularite

  • Anomalie metabolisme galactose

  • Autre traitement en cours

    • Trt par alcaloide ergot de seigle dopaminergique
    • Trt par alcaloide ergot de seigle vasoconstricteur
  • Deficit en lactase

  • Deficit en sucrase-isomaltase

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite fructose (intolerance)
    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
    • Hypersensibilite saccharose (intolerance)
  • Intolerance genetique au fructose

  • Regime sans galactose

  • Syndrome de malabsorption / intolerance digestive

    • Hypersensibilite fructose (intolerance)
    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
    • Hypersensibilite saccharose (intolerance)
    • Syndrome malabsorption glucose/galactose
  • Agitation

  • Agressivite

  • Alcoolisme chronique

  • Anxiete

  • Arythmie cardiaque

    • Arythmie cardiaque antecedent familial
  • Atteinte cardiovasculaire

    • Atteinte cardiovasculaire atcd personnel
  • Autre traitement en cours

    • Trt par antidepresseur serotoninergique
    • Trt par medicament hypertenseur
  • Coma

  • Convulsions

  • Dependance a une substance psychoactive

    • Dependance subst psychoactive atcd perso
  • Diarrhee

  • Epilepsie

  • Exposition a une temperature extreme

  • Fievre

  • Gilles de la tourette syndrome

  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique legere maladie
    • Insuffisance hepatique moderee maladie
    • Insuffisance hepatique severe maladie
  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale legere
    • Insuffisance renale moderee
    • Insuffisance renale severe
  • Mort subite

    • Mort subite antecedent familial
  • Nausees vomissements

  • Priapisme

  • Quel que soit le terrain

  • Sportif / dopage

  • Tachycardie

  • Tic

  • Trouble hematologique

  • Trouble neuromusculaire

  • Type particulier de traitement

    • Traitement prolonge
  • Agitation

  • Agressivite

  • Alcoolisme chronique

  • Anxiete

  • Arythmie cardiaque

    • Arythmie cardiaque antecedent familial
  • Atteinte cardiovasculaire

    • Atteinte cardiovasculaire atcd personnel
  • Autre traitement en cours

    • Trt par antidepresseur serotoninergique
    • Trt par medicament hypertenseur
  • Coma

  • Convulsions

  • Dependance a une substance psychoactive

    • Dependance subst psychoactive atcd perso
  • Diarrhee

  • Epilepsie

  • Exposition a une temperature extreme

  • Fievre

  • Gilles de la tourette syndrome

  • Insuffisance hepatique

    • Insuffisance hepatique legere maladie
    • Insuffisance hepatique moderee maladie
    • Insuffisance hepatique severe maladie
  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale legere
    • Insuffisance renale moderee
    • Insuffisance renale severe
  • Mort subite

    • Mort subite antecedent familial
  • Nausees vomissements

  • Priapisme

  • Quel que soit le terrain

  • Tachycardie

  • Tic

  • Trouble hematologique

  • Trouble neuromusculaire

  • Type particulier de traitement

    • Traitement prolonge
Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de ritaline ?

SEVERE(S)
  • collapsus cardiovasculaire
  • depression respiratoire
  • hyperreflexie
  • secheresse muqueuse
MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • acces maniaque
  • accident vasculaire cerebral
  • agitation
  • agressivite
  • alat modification
  • alopecie
  • anaphylaxie
  • angor
  • anorexie
  • anxiete
  • apathie
  • appetit augmentation
  • arret cardiaque
  • arteriopathie
  • arythmie
  • asat modification
  • asthenie
  • athetose mvt anormal grande amplit
  • atteinte hepatique
  • bilirubine modification
  • bouffee vasomotrice
  • bradycardie
  • bruxisme grincement des dents
  • cardiomyopathie
  • cauchemar
  • cephalee
  • cheveux alteration
  • choc anaphylactique
  • coma
  • concentration alteration
  • concentration baisse
  • confusion mentale
  • convulsion
  • deces mortalite
  • delire
  • dependance
  • depression
  • dermatite
  • desorientation spatio temporelle
  • douleur oppression thoracique
  • dyskinesie
  • eruption cutanee
  • eruption maculo papuleuse
  • erytheme
  • erytheme pigmente fixe
  • erytheme polymorphe
  • erythrodermie dermatite exfoliative
  • euphorie
  • extrasystole
  • fievre
  • fragilite emotionnelle
  • gamma gt modification
  • gilles de la tourette syndrome
  • hallucination
  • hemorragie cerebrale
  • hepatite
  • humeur trouble
  • hyperkinesie
  • hypersudation
  • hypertension arterielle
  • hypotension arterielle
  • infarctus du myocarde
  • insomnie
  • insuffisance hepatique
  • irritabilite
  • ischemie
  • jambes sans repos syndrome
  • lactico deshydrogenase modification
  • lethargie
  • libido trouble
  • logorrhee
  • malaise lipothymie
  • mouvement anormal
  • nervosite
  • oedeme de quincke angioedeme
  • ongles alteration
  • palpitations
  • panique
  • paranoia
  • paresthesie
  • personnalite trouble
  • phosphatase alcaline modification
  • pleurs inhabituels
  • prurit
  • psychose
  • purpura
  • raynaud syndrome
  • reaction allergique
  • refroidissement des extremites
  • secheresse cutanee
  • sommeil trouble
  • somnolence diurne
  • souffle cardiaque
  • syndrome de sevrage
  • syndrome neuroleptique malin
  • tachycardie
  • tachysystolie ventriculaire
  • tendance tentative suicidaire
  • thrombocytopenie
  • thrombose cerebrale
  • tolerance accoutumance
  • toxidermie bulleuse pemphigus
  • tremblement
  • trouble onirique
  • trouble psychocomportemental
  • urticaire
  • vascularite
  • vertige etourdissement
  • vigilance trouble
MODERE(S)
  • accommodation trouble
  • amaigrissement
  • anemie
  • appetit perte
  • arthralgie
  • constipation
  • crampe musculaire
  • diarrhee
  • diplopie
  • distension abdominale
  • douleur abdominale
  • douleur pharyngolaryngee
  • dyspepsie
  • dyspnee
  • epigastralgie
  • erection trouble
  • gynecomastie
  • hematurie
  • hypertonie musculaire
  • incontinence urinaire
  • infection des voies respiratoires
  • laryngite
  • leucopenie
  • myalgie
  • mydriase
  • myoclonie
  • nausee vomissement
  • pancytopenie
  • pharyngite
  • pollakiurie
  • polydipsie
  • priapisme
  • retard staturo ponderal
  • rhinite
  • secheresse buccale
  • secheresse oculaire
  • sinusite
  • toux
  • trismus
  • vision alteration
  • vision floue
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    RITALINE 10 mg, comprimé sécable

    plaquette(s) polyamide aluminium PVC-Aluminium de 30 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 65%
    • PRIX : 6,45
  • Illustration de la forme galénique

    RITALINE L.P. 10 mg, gélule à libération prolongée

    flacon(s) polyéthylène haute densité (PEHD) avec fermeture de sécurité enfant de 28 gélule(s)

    • REMBOURSABLE : 65%
    • PRIX : 15,67
  • Illustration de la forme galénique

    RITALINE L.P. 20 mg, gélule à libération prolongée

    1 flacon(s) polyéthylène avec fermeture de sécurité enfant de 28 gélule(s)

    • REMBOURSABLE : 65%
    • PRIX : 22,92
  • Illustration de la forme galénique

    RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée

    1 flacon(s) polyéthylène avec fermeture de sécurité enfant de 28 gélule(s)

    • REMBOURSABLE : 65%
    • PRIX : 28,90
  • Illustration de la forme galénique

    RITALINE L.P. 40 mg, gélule à libération prolongée

    1 flacon(s) polyéthylène avec fermeture de sécurité enfant de 28 gélule(s)

    • REMBOURSABLE : 65%
    • PRIX : 36,75
Illustration posology

Quelle est la posologie de ritaline ?

-> Dans le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité chez l'enfant de six ans et plus

Le traitement doit être initié sous le contrôle d'un spécialiste des troubles du comportement de l'enfant et/ou de l'adolescent.

  • Dépistage avant traitement

Avant de prescrire le méthylphénidate, une évaluation initiale de l'état cardiovasculaire du patient, incluant la mesure de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque, sera réalisée.

Une anamnèse complète devra documenter :

. les traitements concomitants, . les troubles ou symptômes associés médicaux et psychiatriques antérieurs et actuels, . les antécédents familiaux, d'arythmie ventriculaire, de mort subite notamment d'origine cardiaque ou de décès inexpliqué.

De plus, le poids et la taille du patient devront être mesurés de manière précise avant le début du traitement et être notés sur une courbe de croissance (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Mises en garde et précautions d'emploi")

  • Surveillance continue

La croissance des patients ainsi que leur état psychiatrique et cardiovasculaire devront être surveillés en continu (voir également rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

. La pression artérielle et le pouls doivent être enregistrés sur une courbe percentile à chaque adaptation posologique, puis au moins tous les 6 mois ; . La taille, le poids et l'appétit doivent être mesurés au moins tous les 6 mois et notés sur la courbe de croissance ; . L'apparition de nouveaux troubles psychiatriques ou l'aggravation de troubles psychiatriques pré-existants doivent être suivies à chaque adaptation posologique, puis au moins tous les 6 mois et à chaque visite.

Il convient de surveiller les patients quant au risque d'usage détourné, de mésusage et d'abus de méthylphénidate.

  • Posologie et adaptation posologique

L'augmentation de posologie sera réalisée avec prudence au début du traitement par méthylphénidate. L'adaptation posologique devra débuter à la dose la plus faible possible.

Il existe d'autres dosages de ce médicament ainsi que d'autres médicaments contenant du méthylphénidate.

L'efficacité dans les troubles déficitaires de l'attention avec hyperactivité a été prouvée à partir d'une posologie de 0,3 mg/kg/jour.

En règle générale la posologie ne dépassera pas 1 mg/kg/jour en 2 ou 3 prises.

La posologie sera progressive et adaptée à chaque enfant :

. commencer le traitement par de faibles doses, qui seront augmentées graduellement toutes les semaines. Débuter le traitement avec 1/2 comprimé sécable à 10 mg 2 fois par jour (par exemple : au petit déjeuner et au repas de midi), . augmenter graduellement la dose quotidienne de 5-10 mg par semaine. Une 3ème prise dans la soirée peut être nécessaire chez certains patients. En règle générale, il est préférable de ne pas administrer de méthylphénidate dans les 4 heures qui précèdent le coucher pour éviter les problèmes d'endormissement. Cependant, si les effets du médicament se dissipent trop tôt avant le coucher, il existe un risque de nervosité et d'insomnie (Cf. rubrique "Effets indésirables"). L'administration d'une faible dose dans la soirée peut permettre de résoudre ce problème. Les avantages et les inconvénients de l'administration de cette faible dose en soirée pour faciliter l'endormissement doivent être considérés. . La posologie quotidienne maximale est 60 mg/jour. . Si, après avoir ajusté la dose durant 1 mois, aucune amélioration n'est observée, interrompre traitement .

  • Utilisation prolongée (plus de 12 mois) chez l'enfant et l'adolescent L'efficacité et la sécurité d'emploi de l'utilisation à long terme du méthylphénidate n'ont pas été évaluées de façon systématique au cours des études cliniques contrôlées. Il n'est ni nécessaire, ni souhaitable, que la durée du traitement par méthylphénidate soit indéfinie. Le traitement est généralement interrompu pendant ou après la puberté. En cas d'administration de méthylphénidate pendant une période de temps prolongée (plus de 12 mois) chez un enfant ou un adolescent atteint de TDAH, il conviendra de ré-évaluer régulièrement l'utilité du traitement prolongé pour le patient et ce en mettant en place des périodes sans traitement pour pouvoir évaluer le fonctionnement du patient en l'absence de celui-ci. Il est recommandé d'interrompre le traitement par méthylphénidate au moins une fois par an afin d'évaluer l'état de l'enfant (de préférence pendant les vacances scolaires). Une amélioration peut se maintenir à l'arrêt du traitement qu'il soit temporaire ou définitif.

  • Diminution de posologie ou arrêt du traitement En l'absence d'amélioration des symptômes après une adaptation posologique adéquate sur une période d'un mois, le traitement devra être arrêté. En cas d'aggravation paradoxale des symptômes ou de survenue d'autres effets indésirables graves, la posologie sera réduite ou le traitement sera arrêté.

  • Adultes L'utilisation du méthylphénidate n'est pas autorisée chez l'adulte atteint de TDAH. La sécurité d'emploi et l'efficacité du méthylphénidate n'ont pas été établies dans cette classe d'âge.

  • Sujets âgés (65 ans ou plus) Le méthylphénidate ne doit pas être utilisé chez le sujet âgé. Sa sécurité d'emploi et son efficacité n'ont pas été établies dans cette classe d'âge.

  • Enfants de moins de 6 ans Le méthylphénidate ne doit pas être utilisé chez l'enfant de moins de 6 ans. Sa sécurité d'emploi et son efficacité n'ont pas été établies dans cette classe d'âge.

-> Dans la narcolepsie avec ou sans cataplexie, en cas d'inefficacité du modafinil

  • Population pédiatrique

La posologie recommandée chez l'enfant de plus de 6 ans dans l'indication narcolepsie, est la même que celle dans les troubles déficitaires de l'attention avec hyperactivité (voir ci-dessus).

-> Dans la narcolepsie avec ou sans cataplexie, en cas d'inefficacité du modafinil

  • Adulte

Commencer le traitement avec 10 à 15 mg par jour, puis augmenter graduellement toutes les semaines jusqu'à atteindre une posologie optimale.

Les posologies moyennes sont en général de 20 à 30 mg par jour.

Certains patients nécessitent une posologie de 40 à 60 mg par jour.

Une dose journalière supérieure à 60 mg n'est pas recommandée.

Le fractionnement du traitement doit être adapté individuellement, toutefois la plupart des patients sont contrôlés par 2 ou 3 prises par jour. Il conviendra d'éviter l'administration le soir en raison du risque d'insomnie. La dernière prise devra avoir lieu à distance du coucher.

Le traitement doit être initié sous le contrôle d'un spécialiste des troubles du comportement de l'enfant et/ou de l'adolescent.

  • Dépistage avant traitement

Avant de prescrire le méthylphénidate, une évaluation initiale de l'état cardiovasculaire du patient, incluant la mesure de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque, sera réalisée.

Une anamnèse complète devra documenter :

. les traitements concomitants, . les troubles ou symptômes associés médicaux et psychiatriques antérieurs et actuels, . les antécédents familiaux d'arythmie ventriculaire, de mort subite notamment d'origine cardiaque ou de décès inexpliqué.

De plus, le poids et la taille du patient devront être mesurés de manière précise avant le début du traitement et être notés sur une courbe de croissance (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Mises en garde et précautions d'emploi").

  • Surveillance continue

La croissance des patients ainsi que leur état psychiatrique et cardiovasculaire devront être surveillés en continu (Cf. également rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

. La pression artérielle et le pouls doivent être enregistrés sur une courbe percentile à chaque adaptation posologique, puis au moins tous les 6 mois. . La taille, le poids et l'appétit doivent être mesurés au moins tous les 6 mois et notés sur la courbe de croissance. . L'apparition de nouveaux troubles psychiatriques ou l'aggravation de troubles psychiatriques pré-existants doivent être suivies à chaque adaptation posologique, puis au moins tous les 6 mois et à chaque visite.

Il convient de surveiller les patients quant au risque d'usage détourné, de mésusage et d'abus de méthylphénidate.

  • Posologie et adaptation posologique

L'augmentation de posologie sera réalisée avec prudence au début du traitement par méthylphénidate.

L'adaptation posologique devra débuter à la dose la plus faible possible.

Il existe d'autres dosages de ce médicament ainsi que d'autres médicaments contenant du méthylphénidate.

L'efficacité dans les troubles déficitaires de l'attention avec hyperactivité a été prouvée à partir d'une posologie de 0,3 mg/kg/jour.

La posologie sera progressive et adaptée à chaque enfant :

. le traitement sera instauré avec la forme méthylphénidate 10 mg comprimé à libération immédiate (LI) : commencer le traitement par de faibles doses : 1/2 comprimé à 10 mg, 1 à 2 fois par jour (par exemple au petit déjeuner et au repas de midi). Il est préférable de ne pas administrer de méthylphénidate dans les 4 heures qui précèdent le coucher pour éviter les problèmes d'endormissement. Cependant, si les effets du médicament se dissipent trop tôt avant le coucher, il existe un risque de nervosité et d'insomnie. L'administration d'une faible dose dans la soirée peut permettre de résoudre ce problème. Les avantages et les inconvénients de l'administration de cette faible dose en soirée pour faciliter l'endormissement doivent être considérés. . la posologie journalière sera augmentée graduellement de 5 à 10 mg par semaine jusqu'à atteindre une posologie optimale . la posologie quotidienne maximale est de 60 mg/j. . Si après avoir ajusté la dose durant 1 mois, aucune amélioration n'est observée, le traitement doit être arrêté.

Une fois la posologie optimale de méthylphénidate atteinte (par exemple : 20 mg/jour), un passage de la forme méthylphénidate comprimé LI à la forme méthylphénidate LP, gélule à libération prolongée est approprié (cf. "Mode d'administration").

Le méthylphénidate LP, administré en une dose unique, possède une biodisponibilité (ASC) comparable à celle de la même dose totale de méthylphénidate comprimé LI administré bi quotidiennement (matin et midi).

Le choix de la dose de méthylphénidate LP, gélule à libération prolongée se base sur les équivalences suivantes :

Ancienne posologie de méthylphénidate comprimé (LI) : 10 mg, 2 fois par jour Posologie recommandée de méthylphénidate LP, gélule à libération prolongée : 20 mg en une prise par jour, le matin

Ancienne posologie de méthylphénidate comprimé (LI) : 15 mg, 2 fois par jour Posologie recommandée de méthylphénidate LP, gélule à libération prolongée : 30 mg en une prise par jour, le matin

Ancienne posologie de méthylphénidate comprimé (LI) : 20 mg, 2 fois par jour Posologie recommandée de méthylphénidate LP, gélule à libération prolongée : 40 mg en une prise par jour, le matin

Le méthylphénidate LP ne doit pas être pris trop tard dans la matinée puisqu'il peut être à l'origine de trouble du sommeil.

Si l'effet du médicament se dissipe trop tôt en fin d'après-midi ou dans la soirée, des troubles du comportement et des difficultés d'endormissement peuvent réapparaitre. Le recours à une faible dose de méthylphénidate à libération immédiate en fin de journée peut permettre de résoudre ces troubles. Dans ce cas, l'administration de deux doses quotidiennes de la forme à libération immédiate de methylphénidate devra être considérée. Les avantages et les inconvénients de l'administration d'une faible dose le soir doivent être considérés pour faciliter l'endormissement.

Le traitement ne devrait pas être poursuivi avec le méthylphénidate LP si une dose supplémentaire de methylphénidate à libération immédiate devient nécessaire, sauf s'il est déjà connu que cette même dose supplémentaire était déjà nécessaire dans le cadre d'un traitement avec un comprimé à libération immédiate administré le matin et le midi.

Le traitement permettant un contrôle satisfaisant des symptômes avec la plus petite dose quotidienne devrait être choisi.

  • Utilisation prolongée (plus de 12 mois) chez l'enfant et l'adolescent L'efficacité et la sécurité d'emploi de l'utilisation à long terme du méthylphénidate n'ont pas été évaluées de façon systématique au cours des études cliniques contrôlées. Il n'est ni nécessaire, ni souhaitable, que la durée du traitement par méthylphénidate soit indéfinie. Le traitement est généralement interrompu pendant ou après la puberté. En cas d'administration de méthylphénidate pendant une période de temps prolongée (plus de 12 mois) chez un enfant ou un adolescent atteint de TDAH, il conviendra de ré-évaluer régulièrement l'utilité du traitement prolongé pour le patient et ce en mettant en place des périodes sans traitement pour pouvoir évaluer le fonctionnement du patient en l'absence de celui-ci. Il est recommandé d'interrompre le traitement par méthylphénidate au moins une fois par an afin d'évaluer l'état de l'enfant (de préférence pendant les vacances scolaires). Une amélioration peut se maintenir à l'arrêt du traitement qu'il soit temporaire ou définitif.

  • Diminution de posologie ou arrêt du traitement En l'absence d'amélioration des symptômes après une adaptation posologique adéquate sur une période d'un mois, le traitement devra être arrêté. En cas d'aggravation paradoxale des symptômes ou de survenue d'autres effets indésirables graves, la posologie sera réduite ou le traitement sera arrêté.

  • Populations spéciales . Adultes L'utilisation du méthylphénidate n'est pas autorisée chez l'adulte atteint de TDAH. La sécurité d'emploi et l'efficacité du méthylphénidate n'ont pas été établies dans cette classe d'âge.

. Sujets âgés (65 ans ou plus) Le méthylphénidate ne doit pas être utilisé chez le sujet âgé. Sa sécurité d'emploi et son efficacité n'ont pas été établies dans cette classe d'âge.

. Enfants de moins de 6 ans Le méthylphénidate ne doit pas être utilisé chez l'enfant de moins de 6 ans. Sa sécurité d'emploi et son efficacité n'ont pas été établies dans cette classe d'âge.

. Insuffisants rénaux Aucune étude n'a été réalisée avec le méthylphénydate chez des patients insuffisants rénaux (cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

. Insuffisants hépatiques Aucune étude n'a été réalisée avec le méthylphénydate chez des patients insuffisants hépatiques.