Dasatinib (dasatinib)

Médicaments à base de dasatinib :

Illustration general

Informations générales

Illustration indications

Indications - Quand utiliser dasatinib ?

  • Dans la phase chronique

  • Dans formes nouvellement diagnostiquees

  • Chez l'adulte

  • Avec chromosome philadelphie positif

  • En cas de resistance a un autre trt

  • En cas d'intolerance a un autre trt

  • Chez l'adulte

  • Avec chromosome philadelphie positif

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de dasatinib ?

  • Adulte jeune (15-17 ans)

  • Allaitement

  • Enfant

    • Enfant de moins de 6 ans
  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite a l'un des excipients
    • Hypersensibilite dasatinib
  • Interaction d'origine alimentaire

    • Apport de (jus de) pamplemousse
  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Anomalie metabolisme galactose

  • Autre traitement en cours

    • Trt par clarithromycine
    • Trt par erythromycine
    • Trt par inhibiteur puissant du cyp3a4
    • Trt par itraconazole
    • Trt par ketoconazole
    • Trt par ritonavir
    • Trt par telithromycine
  • Deficit en lactase

  • Grossesse

  • Hypersensibilite

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
  • Regime sans galactose

  • Syndrome de malabsorption / intolerance digestive

    • Hypersensibilite galactose (intolerance)
    • Hypersensibilite glucose (intolerance)
    • Hypersensibilite lactose (intolerance)
    • Syndrome malabsorption glucose/galactose
  • Anemie

  • Angor

  • Arythmie cardiaque

    • Espace qt allonge congenital
  • Asthenie

  • Atteinte cardiovasculaire

  • Atteinte hepatique

  • Atteinte renale

  • Autre traitement en cours

    • Trt par ains
    • Trt par alcaloide ergot de seigle
    • Trt par aluminium hydroxyde
    • Trt par antiagregant plaquettaire
    • Trt par antiarythmique
    • Trt par anticoagulant
    • Trt par antihistaminique h2
    • Trt par aspirine
    • Trt par astemizole
    • Trt par bepridil
    • Trt par carbamazepine
    • Trt par cisapride
    • Trt par dexamethasone
    • Trt par dihydroergotamine
    • Trt par ergotamine
    • Trt par famotidine
    • Trt par inducteur enzymatique cyp3a4
    • Trt par inhibiteur de pompe a protons
    • Trt par magnesium hydroxyde
    • Trt par med augmentant intervalle qt
    • Trt par millepertuis
    • Trt par phenobarbital
    • Trt par phenytoine
    • Trt par pimozide
    • Trt par quinidine
    • Trt par rifampicine
    • Trt par substrat cyp3a4
    • Trt par terfenadine
  • Cytopenie

  • Diabete type i

  • Dyspnee

  • Epanchement pleural

  • Erythroblastopenie

  • Femme en age de procreer

  • Hemorragie digestive

  • Hepatite

    • Hepatite b chronique active
    • Hepatite b chronique latente
  • Homme

  • Hyperhydratation

  • Hyperlipidemie

  • Hypertension arterielle

  • Hypertension arterielle pulmonaire

  • Hypervolemie

  • Hypokaliemie

  • Hypomagnesemie

  • Insuffisance coronarienne

  • Insuffisance hepatique

  • Insuffisance renale chronique

  • Interaction d'origine alimentaire

    • Apport de millepertuis
  • Microangiopathie thrombotique (mat)

  • Neutropenie

  • Oedeme

  • Pathologie coronarienne

  • Quel que soit le terrain

  • Retention hydrique

  • Sujet age

  • Thrombopenie

  • Toux

  • Traitement anterieur

    • Trt par anthracycline
  • Anemie

  • Angor

  • Arythmie cardiaque

    • Espace qt allonge congenital
  • Asthenie

  • Atteinte cardiovasculaire

  • Atteinte hepatique

  • Atteinte renale

  • Autre traitement en cours

    • Trt par ains
    • Trt par alcaloide ergot de seigle
    • Trt par aluminium hydroxyde
    • Trt par antiagregant plaquettaire
    • Trt par antiarythmique
    • Trt par anticoagulant
    • Trt par antihistaminique h2
    • Trt par aspirine
    • Trt par astemizole
    • Trt par bepridil
    • Trt par carbamazepine
    • Trt par cisapride
    • Trt par dexamethasone
    • Trt par dihydroergotamine
    • Trt par ergotamine
    • Trt par famotidine
    • Trt par inducteur enzymatique cyp3a4
    • Trt par inhibiteur de pompe a protons
    • Trt par magnesium hydroxyde
    • Trt par med augmentant intervalle qt
    • Trt par millepertuis
    • Trt par phenobarbital
    • Trt par phenytoine
    • Trt par pimozide
    • Trt par quinidine
    • Trt par rifampicine
    • Trt par substrat cyp3a4
    • Trt par terfenadine
  • Cytopenie

  • Diabete type i

  • Dyspnee

  • Epanchement pleural

  • Erythroblastopenie

  • Femme en age de procreer

  • Hemorragie digestive

  • Hepatite

    • Hepatite b chronique active
    • Hepatite b chronique latente
  • Homme

  • Hyperhydratation

  • Hyperlipidemie

  • Hypertension arterielle

  • Hypertension arterielle pulmonaire

  • Hypervolemie

  • Hypokaliemie

  • Hypomagnesemie

  • Insuffisance coronarienne

  • Insuffisance hepatique

  • Insuffisance renale chronique

  • Interaction d'origine alimentaire

    • Apport de millepertuis
  • Microangiopathie thrombotique (mat)

  • Neutropenie

  • Oedeme

  • Pathologie coronarienne

  • Quel que soit le terrain

  • Retention hydrique

  • Sujet age

  • Thrombopenie

  • Toux

  • Traitement anterieur

    • Trt par anthracycline
Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de dasatinib ?

MODERE(S)
  • accident vasculaire cerebral
  • acne
  • acouphene bourdonnement doreille
  • acuite visuelle modification
  • alat modification
  • alopecie
  • amaigrissement
  • amnesie
  • anemie
  • angor
  • anorexie
  • anxiete
  • aplasie medullaire
  • appetit augmentation
  • appetit perte
  • arret cardiaque
  • arthralgie
  • arthrite
  • arythmie
  • asat modification
  • ascite
  • asthenie
  • ataxie
  • atteinte cardiovasculaire
  • audition alteration
  • augmentation du risque infectieux
  • avortement spontane
  • bilan thyroidien perturbation
  • bilirubine modification
  • bouffee vasomotrice
  • bronchospasme asthme
  • cardiomegalie
  • cephalee
  • choc anaphylactique
  • cholecystite
  • cholestase
  • cicatrisation retard
  • colite
  • confusion mentale
  • conjonctivite
  • constipation
  • convulsion
  • creatine kinase modification
  • demence
  • depigmentation
  • depression
  • depression respiratoire
  • dermatite
  • dermatose aigue febrile neutrophilique syndrome de sweet
  • deshydratation
  • diabete
  • diarrhee
  • distension abdominale
  • douleur
  • douleur abdominale
  • douleur buccale
  • douleur oppression thoracique
  • douleur osseuse
  • dysgueusie
  • dysmenorrhee
  • dyspepsie
  • dysphagie deglutition difficulte
  • dyspnee
  • eczema
  • electrocardiogramme modification
  • embolie pulmonaire
  • enterite
  • epanchement pericardique
  • epanchement pleural
  • epistaxis
  • equilibre trouble
  • eruption cutanee
  • eruption maculo papuleuse
  • erytheme
  • erytheme noueux
  • erytheme polymorphe
  • erythroblastopenie
  • erythrodermie dermatite exfoliative
  • erythrodysesthesie palmo plantaire
  • exantheme
  • faiblesse musculaire
  • fibrillation auriculaire
  • fibrose dermique
  • fievre
  • fistule oesophagienne
  • flush
  • flutter auriculaire
  • frisson
  • gamma gt modification
  • gastrite
  • gynecomastie
  • hematome
  • hemorragie cerebrale
  • hemorragie digestive
  • hepatite
  • hepatite fulminante
  • humeur trouble
  • hyperamylasemie
  • hypercholesterolemie
  • hypercreatininemie
  • hyperlipasemie
  • hyperpigmentation
  • hypersudation
  • hypertension arterielle
  • hypertension pulmonaire
  • hyperthyroidie
  • hyperuricemie
  • hypoalbuminemie
  • hypocalcemie
  • hypokaliemie
  • hypophosphoremie hypophosphatemie
  • hypotension arterielle
  • hypothyroidie
  • infarctus du myocarde
  • infection a herpes virus
  • infection bacterienne
  • infection des voies respiratoires
  • infection fongique mycose
  • infection virale
  • infiltrat pulmonaire
  • inflammation de la muqueuse
  • insomnie
  • insuffisance cardiaque
  • insuffisance cardiaque congestive
  • insuffisance hepatique
  • insuffisance renale chronique
  • irritation anale
  • ischemie
  • larmoiement
  • libido trouble
  • livedo reticularis
  • lymphopenie
  • lyse tumorale syndrome
  • malaise lipothymie
  • microangiopathie thrombotique mat
  • mucite
  • myalgie
  • myocardite
  • myopathie
  • nausee vomissement
  • neuropathie peripherique
  • neutropenie
  • nevrite optique
  • oedeme
  • oedeme cutane
  • oedeme de la muqueuse buccale
  • oedeme facial
  • oedeme maculaire
  • oedeme palpebral
  • oedeme papillaire
  • oedeme periorbitaire
  • oedeme peripherique
  • oedeme pulmonaire
  • oedeme scrotum hydrocele
  • oesophagite
  • ongles alteration
  • osteonecrose
  • palpitations
  • pancreatite aigue
  • pancytopenie
  • pathologie coronarienne
  • pericardite
  • petechies
  • phlyctene vesicule
  • photophobie
  • photosensibilisation medicamenteuse
  • pneumonie
  • pneumopathie interstitielle diffuse
  • pollakiurie
  • prise ponderale
  • proteinurie
  • prurit
  • pustulose
  • raideur musculaire
  • reaction allergique
  • reflux gastro oesophagien
  • retention hydrique
  • rhabdomyolyse
  • saignement gastrointestinal
  • saignement hemorragie
  • secheresse cutanee
  • secheresse oculaire
  • sepsis choc septique
  • septicemie
  • somnolence diurne
  • stevens johnson syndrome
  • stomatite
  • syncope
  • syndrome lupique
  • syndrome nephrotique
  • tachycardie
  • tendinopathie
  • texture capillaire anormale
  • thrombocytopenie
  • thromboembolie
  • thrombophlebite
  • thrombose veineuse
  • thyroidite
  • toux
  • toxidermie bulleuse pemphigus
  • tremblement
  • ulceration buccale
  • ulceration duodenale
  • ulceration gastrique
  • ulceration pharyngee
  • ulcere cutane
  • urticaire
  • vascularite
  • vertige etourdissement
  • vision alteration
  • vision floue
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    DASATINIB ZENTIVA 70 mg, comprimé pelliculé

    60 plaquettes OPA : polyamide orienté aluminium PVC-Aluminium de 1 comprimé

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
  • Illustration de la forme galénique

    DASATINIB SANDOZ 20 mg, comprimé pelliculé

    60 plaquette(s) aluminium OPA : polyamide orienté PVC de 1 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 800,84
  • Illustration de la forme galénique

    DASATINIB EG 140 mg, comprimé pelliculé

    30 plaquette(s) prédécoupées unitaires aluminium OPA : polyamide orienté PVC de 1 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 1,501,14
  • Illustration de la forme galénique

    DASATINIB SANDOZ 100 mg, comprimé pelliculé

    30 plaquette(s) aluminium OPA : polyamide orienté PVC de 1 comprimé(s)

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 1,501,14
  • Illustration de la forme galénique

    DASATINIB EG 50 mg, comprimé pelliculé

    60 plaquettes prédécoupées unitaires aluminium OPA : polyamide orienté PVC de 1 comprimé

    • REMBOURSABLE : 100%
    • PRIX : 1,501,14
Illustration posology

Quelle est la posologie de dasatinib ?

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie

La posologie initiale recommandée pour la LAL Ph+ (phase avancée), est de 140 mg une fois par jour, (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

  • Durée du traitement

Dans les études cliniques, le traitement par dasatinib chez les patients adultes et pédiatriques était poursuivi jusqu'à progression de la maladie ou intolérance. L'effet de l'arrêt du traitement sur l'issue de la maladie à long-terme après obtention d'une réponse moléculaire ou cytogénétique incluant une réponse cytogénétique complète (RCyC), une réponse moléculaire majeure (RMM) et une RM4.5 n'a pas été étudié.

Pour atteindre la posologie recommandée, ce médicament est disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg, 100 mg et 140 mg. Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et de la tolérance au traitement.

  • Augmentation de la posologie

Dans les études cliniques conduites chez des patients adultes atteints de LAL Ph+, des augmentations de dose à 180 mg une fois par jour (phase avancée de LAL Ph+) étaient autorisées chez des patients n'ayant pas obtenu de réponse hématologique ou cytogénétique à la dose initiale recommandée.

  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression

Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois, le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosuppressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire.

Les recommandations relatives aux adaptations de posologie sont résumées ci-desssous.

Augmentation de la posologie en cas de neutropénie et de thrombocytopénie

  • Adultes atteints de LAL Ph+ (dose initiale 140 mg une fois par jour)

. PNN < 0,5 x 10 puissance 9/L et/ou plaquettes < 10 x 10 puissance 9/L . 1. Vérifier si la cytopénie est imputable à la leucémie (ponction ou biopsie médullaire). . 2. Si la cytopénie n'est pas imputable à la leucémie, arrêter le traitement jusqu'à ce que PNN > ou = 1,0 x 10 puissance 9/L et plaquettes > ou = 20 x 10 puissance 9/L et reprendre le traitement à la dose initiale. . 3. En cas de récidive de la cytopénie, recommencer à l'étape 1 et reprendre le traitement à la dose réduite de 100 mg une fois par jour (second épisode) ou de 80 mg une fois par jour (troisième épisode). . 4. Si la cytopénie est imputable à la leucémie, envisager une augmentation posologique à 180 mg une fois par jour.

PNN : polynucléaires neutrophiles

Effets indésirables extra-hématologiques

En cas de survenue d'un effet indésirable extra-hématologique modéré de grade 2 sous dasatinib, le traitement doit être interrompu jusqu'à résolution de l'effet indésirable ou un retour à l'état d'origine.

Le traitement doit être repris à la même posologie si l'effet indésirable survient pour la première fois et la posologie doit être réduite s'il s'agit d'un effet indésirable récurrent. En cas de survenue d'un effet indésirable sévère extra-hématologique de grade 3 ou 4 sous dasatinib, le traitement doit être interrompu jusqu'à résolution de l'effet indésirable. Le traitement peut ensuite être repris, de manière appropriée, à une posologie réduite en fonction de la sévérité initiale de l'effet indésirable. Pour les patients en phase avancée de LAL Ph+ qui ont reçu 140 mg une fois par jour, une réduction de posologie à 100 mg une fois par jour est recommandée avec, si nécessaire, une réduction supplémentaire de 100 mg une fois par jour à 50 mg une fois par jour.

  • Epanchement pleural

En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'à ce que l'examen du patient montre qu'il est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables"). Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris de manière appropriée avec une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Population pédiatrique

La sécurité et l'efficacité du dasatinib chez l'enfant et l'adolescent de moins de 18 ans atteint de LAL PH+ n'ont pas encore été établies. Aucune donnée n'est disponible (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

  • Sujets âgés

Aucune différence pharmacocinétique liée à l'âge cliniquement significative n'a été observée chez ces patients. Aucune adaptation de la posologie n'est recommandée chez le sujet âgé.

  • Insuffisance hépatique

Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, le dasatinib doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Propriétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale

Aucune étude clinique n'a été menée avec le dasatinib chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale (l'étude menée chez les patients atteints de LMC en phase chronique nouvellement diagnostiquée a exclu les patients présentant un taux sérique de créatinine > 3 fois la limite supérieure de la normale et les études menées chez les patients présentant une LMC, résistants ou intolérants à un traitement antérieur par imatinib, ont exclu les patients présentant un taux sérique de la créatinine > à 1,5 fois la limite supérieure de la normale). Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4 %, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie
  • Population pédiatrique (LAL Ph+)

La posologie chez les enfants et les adolescents est établie en fonction du poids. Le dasatinib est administré par voie orale une fois par jour sous la forme de comprimés pelliculés ou poudre pour suspension buvable (Cf. le Résumé des Caractéristiques du Produit de dasatinib poudre pour suspension buvable). La posologie doit être recalculée tous les 3 mois en fonction des changements de poids corporel, ou plus souvent si nécessaire. Le comprimé n'est pas recommandé chez les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients. Une augmentation ou une réduction de la posologie sont recommandées selon la réponse et la tolérance individuelle des patients. Aucune donnée de traitement par dasatinib chez l'enfant âgé de moins de 1 an n'est disponible.

Dasatinib comprimés pelliculés et dasatinib poudre pour suspension buvable n'ont pas la même bioéquivalence. Les patients pouvant avaler des comprimés et souhaitant passer de dasatinib poudre pour suspension buvable à dasatinib comprimés pelliculés, ou les patients ne pouvant pas avaler des comprimés et souhaitant passer à la suspension buvable, peuvent le faire, sous réserve que les recommandations relatives à la posologie soient suivies.

La posologie quotidienne initiale de dasatinib comprimés recommandée chez les patients pédiatriques est indiquée ci-dessous.

Données 1 : Posologie de dasatinib comprimés pour les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+

  • Poids corporel (kg) (a) : de 10 à moins de 20 kg . Dose quotidienne (mg) : 40 mg

(a) Le comprimé n'est pas recommandé pour les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients.

  • Durée du traitement

Dans les études cliniques, le traitement par dasatinib chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+ était administré en continu et associé à des cures successives de chimiothérapie, pendant une durée maximale de deux ans. Chez les patients recevant ensuite une transplantation médullaire, dasatinib peut être administré pendant une année supplémentaire après la transplantation.

Pour atteindre la posologie recommandée, dasatinibest disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg, 80 mg, 100 mg et 140 mg et en poudre pour suspension buvable (suspension de 10 mg/mL après reconstitution). Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et de la tolérance au traitement.

  • Augmentation de la posologie

Ce médicament étant administré en association avec une chimiothérapie chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+, une augmentation de la posologie n'est pas recommandée chez ces patients.

  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois, le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosupressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire.

Pour les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+, aucune modification posologique n'est recommandée en cas de toxicités hématologiques de grade 1 à 4. Si la neutropénie et/ou la thrombocytopénie imposent de reporter de plus de 14 jours la cure de traitement suivante, ce médicament doit être interrompu et repris, à la même dose au début de la cure suivante. Si la neutropénie et/ou la thrombocytopénie persistent et que la cure de traitement suivante est reportée de 7 jours supplémentaires, un examen de la moelle osseuse devra être réalisé afin de déterminer la cellularité et le pourcentage de blastes. Si la cellularité médullaire est < 10 %, le traitement par ce médicament doit être interrompu jusqu'à PNN > 500/microL (0,5 x 10 puissance 9/L) ; le traitement pourra alors être repris à une dosecomplète. Si la cellularité médullaire est > 10 %, la reprise du traitement par ce médicament pourra êtrebenvisagée.

  • Effets indésirables extra-hématologiques Chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+ présentant des effets indésirables extra hématologiques, une réduction d'un niveau de dose de la posologie doit être suivi, si nécessaire, selon les recommandations relatives à la réduction posologique pour les effets indésirables hématologiques décrits ci-dessus.

  • Epanchement pleural En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'à ce que l'examen du patient montre qu'il est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables").. Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris de manière appropriée avec une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Populations particulières
  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec ce médicament chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale. Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4%, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie
  • Population pédiatrique (LAL Ph+)

La posologie chez les enfants et les adolescents est établie en fonction du poids. Le dasatinib est administré par voie orale une fois par jour sous la forme de comprimés pelliculés ou poudre pour suspension buvable (Cf. le Résumé des Caractéristiques du Produit de dasatinib poudre pour suspension buvable). La posologie doit être recalculée tous les 3 mois en fonction des changements de poids corporel, ou plus souvent si nécessaire. Le comprimé n'est pas recommandé chez les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients. Une augmentation ou une réduction de la posologie sont recommandées selon la réponse et la tolérance individuelle des patients. Aucune donnée de traitement par dasatinib chez l'enfant âgé de moins de 1 an n'est disponible.

Dasatinib comprimés pelliculés et dasatinib poudre pour suspension buvable n'ont pas la même bioéquivalence. Les patients pouvant avaler des comprimés et souhaitant passer de dasatinib poudre pour suspension buvable à dasatinib comprimés pelliculés, ou les patients ne pouvant pas avaler des comprimés et souhaitant passer à la suspension buvable, peuvent le faire, sous réserve que les recommandations relatives à la posologie soient suivies.

La posologie quotidienne initiale de dasatinib comprimés recommandée chez les patients pédiatriques est indiquée ci-dessous.

Données 1 : Posologie de dasatinib comprimés pour les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+

  • Poids corporel (kg) (a) : de 20 à moins de 30 kg . Dose quotidienne (mg) : 60 mg

(a) Le comprimé n'est pas recommandé pour les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients.

  • Durée du traitement Dans les études cliniques, le traitement par dasatinib chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+ était administré en continu et associé à des cures successives de chimiothérapie, pendant une durée maximale de deux ans. Chez les patients recevant ensuite une transplantation médullaire, dasatinib peut être administré pendant une année supplémentaire après la transplantation.

Pour atteindre la posologie recommandée, dasatinib est disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg, 80 mg, 100 mg et 140 mg et en poudre pour suspension buvable (suspension de 10 mg/mL après reconstitution). Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et de la tolérance au traitement.

  • Augmentation de la posologie

Ce médicament étant administré en association avec une chimiothérapie chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+, une augmentation de la posologie n'est pas recommandée chez ces patients.

  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois, le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosupressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire.

Pour les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+, aucune modification posologique n'est recommandée en cas de toxicités hématologiques de grade 1 à 4. Si la neutropénie et/ou la thrombocytopénie imposent de reporter de plus de 14 jours la cure de traitement suivante, ce médicament doit être interrompu et repris, à la même dose au début de la cure suivante. Si la neutropénie et/ou la thrombocytopénie persistent et que la cure de traitement suivante est reportée de 7 jours supplémentaires, un examen de la moelle osseuse devra être réalisé afin de déterminer la cellularité et le pourcentage de blastes. Si la cellularité médullaire est < 10 %, le traitement par ce médicament doit être interrompu jusqu'à PNN > 500/microL (0,5 x 10 puissance 9/L) ; le traitement pourra alors être repris à une dosecomplète. Si la cellularité médullaire est > 10 %, la reprise du traitement par ce médicament pourra êtrebenvisagée.

  • Effets indésirables extra-hématologiques Chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+ présentant des effets indésirables extra hématologiques, une réduction d'un niveau de dose de la posologie doit être suivi, si nécessaire, selon les recommandations relatives à la réduction posologique pour les effets indésirables hématologiques décrits ci-dessus.

  • Epanchement pleural En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'à ce que l'examen du patient montre qu'il est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables").. Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris de manière appropriée avec une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Populations particulières
  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec ce médicament chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale. Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4%, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie
  • Population pédiatrique (LAL Ph+)

La posologie chez les enfants et les adolescents est établie en fonction du poids. Le dasatinib est administré par voie orale une fois par jour sous la forme de comprimés pelliculés ou poudre pour suspension buvable (Cf. le Résumé des Caractéristiques du Produit de dasatinib poudre pour suspension buvable). La posologie doit être recalculée tous les 3 mois en fonction des changements de poids corporel, ou plus souvent si nécessaire. Le comprimé n'est pas recommandé chez les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients. Une augmentation ou une réduction de la posologie sont recommandées selon la réponse et la tolérance individuelle des patients. Aucune donnée de traitement par dasatinib chez l'enfant âgé de moins de 1 an n'est disponible.

Dasatinib comprimés pelliculés et dasatinib poudre pour suspension buvable n'ont pas la même bioéquivalence. Les patients pouvant avaler des comprimés et souhaitant passer de dasatinib poudre pour suspension buvable à dasatinib comprimés pelliculés, ou les patients ne pouvant pas avaler des comprimés et souhaitant passer à la suspension buvable, peuvent le faire, sous réserve que les recommandations relatives à la posologie soient suivies.

La posologie quotidienne initiale de dasatinib comprimés recommandée chez les patients pédiatriques est indiquée ci-dessous.

Données 1 : Posologie de dasatinib comprimés pour les patients pédiatriquesnatteints de LAL Ph+

  • Poids corporel (kg) (a) : de 30 à moins de 45 kg . Dose quotidienne (mg) : 70 mg

(a) Le comprimé n'est pas recommandé pour les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients.

  • Durée du traitement Dans les études cliniques, le traitement par dasatinib chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+ était administré en continu et associé à des cures successives de chimiothérapie, pendant une durée maximale de deux ans. Chez les patients recevant ensuite une transplantation médullaire, dasatinib peut être administré pendant une année supplémentaire après la transplantation.

Pour atteindre la posologie recommandée, dasatinibest disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg, 80 mg, 100 mg et 140 mg et en poudre pour suspension buvable (suspension de 10 mg/mL après reconstitution). Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et de la tolérance au traitement.

  • Augmentation de la posologie

Ce médicament étant administré en association avec une chimiothérapie chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+, une augmentation de la posologie n'est pas recommandée chez ces patients.

  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois, le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosupressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire.

Pour les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+, aucune modification posologique n'est recommandée en cas de toxicités hématologiques de grade 1 à 4. Si la neutropénie et/ou la thrombocytopénie imposent de reporter de plus de 14 jours la cure de traitement suivante, ce médicament doit être interrompu et repris, à la même dose au début de la cure suivante. Si la neutropénie et/ou la thrombocytopénie persistent et que la cure de traitement suivante est reportée de 7 jours supplémentaires, un examen de la moelle osseuse devra être réalisé afin de déterminer la cellularité et le pourcentage de blastes. Si la cellularité médullaire est < 10 %, le traitement par ce médicament doit être interrompu jusqu'à PNN > 500/microL (0,5 x 10 puissance 9/L) ; le traitement pourra alors être repris à une dosecomplète. Si la cellularité médullaire est > 10 %, la reprise du traitement par ce médicament pourra êtrebenvisagée.

  • Effets indésirables extra-hématologiques Chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+ présentant des effets indésirables extra hématologiques, une réduction d'un niveau de dose de la posologie doit être suivi, si nécessaire, selon les recommandations relatives à la réduction posologique pour les effets indésirables hématologiques décrits ci-dessus.

  • Epanchement pleural En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'à ce que l'examen du patient montre qu'il est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables").. Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris de manière appropriée avec une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Populations particulières
  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec ce médicament chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale. Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4%, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie
  • Population pédiatrique (LAL Ph+)

La posologie chez les enfants et les adolescents est établie en fonction du poids. Le dasatinib est administré par voie orale une fois par jour sous la forme de comprimés pelliculés ou poudre pour suspension buvable (Cf. le Résumé des Caractéristiques du Produit de dasatinib poudre pour suspension buvable). La posologie doit être recalculée tous les 3 mois en fonction des changements de poids corporel, ou plus souvent si nécessaire. Le comprimé n'est pas recommandé chez les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients. Une augmentation ou une réduction de la posologie sont recommandées selon la réponse et la tolérance individuelle des patients. Aucune donnée de traitement par dasatinib chez l'enfant âgé de moins de 1 an n'est disponible.

Dasatinib comprimés pelliculés et dasatinib poudre pour suspension buvable n'ont pas la même bioéquivalence. Les patients pouvant avaler des comprimés et souhaitant passer de dasatinib poudre pour suspension buvable à dasatinib comprimés pelliculés, ou les patients ne pouvant pas avaler des comprimés et souhaitant passer à la suspension buvable, peuvent le faire, sous réserve que les recommandations relatives à la posologie soient suivies.

La posologie quotidienne initiale de dasatinib comprimés recommandée chez les patients pédiatriques est indiquée ci-dessous.

Données 1 : Posologie de dasatinib comprimés pour les patients pédiatriquesnatteints de LAL Ph+

  • Poids corporel (kg) (a) : au-dessus de 45 kg . Dose quotidienne (mg) : 100 mg

(a) Le comprimé n'est pas recommandé pour les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients.

  • Durée du traitement Dans les études cliniques, le traitement par dasatinib chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+ était administré en continu et associé à des cures successives de chimiothérapie, pendant une durée maximale de deux ans. Chez les patients recevant ensuite une transplantation médullaire, dasatinib peut être administré pendant une année supplémentaire après la transplantation.

Pour atteindre la posologie recommandée, dasatinib est disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg, 80 mg, 100 mg et 140 mg et en poudre pour suspension buvable (suspension de 10 mg/mL après reconstitution). Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et de la tolérance au traitement.

  • Augmentation de la posologie

Ce médicament étant administré en association avec une chimiothérapie chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+, une augmentation de la posologie n'est pas recommandée chez ces patients.

  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois, le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosupressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire.

Pour les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+, aucune modification posologique n'est recommandée en cas de toxicités hématologiques de grade 1 à 4. Si la neutropénie et/ou la thrombocytopénie imposent de reporter de plus de 14 jours la cure de traitement suivante, ce médicament doit être interrompu et repris, à la même dose au début de la cure suivante. Si la neutropénie et/ou la thrombocytopénie persistent et que la cure de traitement suivante est reportée de 7 jours supplémentaires, un examen de la moelle osseuse devra être réalisé afin de déterminer la cellularité et le pourcentage de blastes. Si la cellularité médullaire est < 10 %, le traitement par ce médicament doit être interrompu jusqu'à PNN > 500/microL (0,5 x 10 puissance 9/L) ; le traitement pourra alors être repris à une dosecomplète. Si la cellularité médullaire est > 10 %, la reprise du traitement par ce médicament pourra êtrebenvisagée.

  • Effets indésirables extra-hématologiques Chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+ présentant des effets indésirables extra hématologiques, une réduction d'un niveau de dose de la posologie doit être suivi, si nécessaire, selon les recommandations relatives à la réduction posologique pour les effets indésirables hématologiques décrits ci-dessus.

  • Epanchement pleural En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'à ce que l'examen du patient montre qu'il est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables").. Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris de manière appropriée avec une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Populations particulières
  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec ce médicament chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale. Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4%, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie

La posologie initiale recommandée pour la LAL Ph+ est de 140 mg une fois par jour (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

  • Durée du traitement

Dans les études cliniques, le traitement par dasatinib chez les patients adultes atteints de LAL Ph+ était poursuivi jusqu'à progression de la maladie ou intolérance. L'effet de l'arrêt du traitement sur l'issue de la maladie à long terme après obtention d'une réponse moléculaire ou cytogénétique incluant une réponse cytogénétique complète (RCyC), une réponse moléculaire majeure (RMM) et une RM 4.5 n'a pas été étudié.

Pour atteindre la posologie recommandée, dasatinib est disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg, 80 mg, 100 mg et 140 mg et en poudre pour suspension buvable. Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et de la tolérance au traitement.

  • Augmentation de la posologie

Dans les études cliniques conduites chez des patients adultes atteints de LAL Ph+, des augmentations de dose à 180 mg une fois par jour (LAL Ph+) étaient autorisées chez des patients n'ayant pas obtenu de réponse hématologique ou cytogénétique à la dose initiale recommandée.

  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression

Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosuppressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire. Les recommandations relatives aux adaptations de la posologie sont résumées ci-dessous.

-> Ajustement de la posologie en cas de neutropénie et de thrombocytopénie

  • LMC en phase accélérée ou blastique et LAL Ph+ (dose initiale 140 mg une fois par jour) PNN < 0,5 x 10 puissance 9/L et/ou plaquettes < 10 x 10 puissance 9/L

1- Vérifier si la cytopénie est imputable à la leucémie (ponction ou biopsie médullaire).

2- Si la cytopénie n'est pas imputable à la leucémie, arrêter le traitement jusqu'à ce que PNN > ou = 1,0 x 10 puissance 9/L et plaquettes > ou = 20 x 10 puissance 9/L et reprendre le traitement à la dose initiale.

3- En cas de récidive de la cytopénie, recommencer à l'étape 1 et reprendre le traitement à la dose réduite de 100 mg une fois par jour (second épisode) ou de 80 mg une fois par jour (troisième épisode).

4- Si la cytopénie est imputable à la leucémie, envisager une augmentation posologique à 180 mg une fois par jour.

PNN : polynucléaires neutrophiles

  • Effets indésirables extra-hématologiques En cas de survenue d'un effet indésirable extra-hématologique modéré de grade 2 sous dasatinib, le traitement doit être interrompu jusqu'à résolution de l'effet indésirable ou un retour à l'état d'origine. Le traitement doit être repris à la même posologie si l'effet indésirable survient pour la première fois et la posologie doit être réduite s'il s'agit d'un effet indésirable récurrent. En cas de survenue d'un effet indésirable grave extra-hématologique de grade 3 ou 4 sous dasatinib, le traitement doit être interrompu jusqu'à résolution de l'effet indésirable. Le traitement peut ensuite être repris, de manière appropriée, à une posologie réduite en fonction de la sévérité initiale de l'effet indésirable. Pour les patients atteints de LAL Ph+ qui ont reçu 140 mg une fois par jour, une réduction de posologie à 100 mg une fois par jour est recommandée avec, si nécessaire, une réduction supplémentaire de 100 mg une fois par jour à 50 mg une fois par jour.

  • Epanchement pleural En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'au moment où le patient est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables"). Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris d'une manière appropriée à une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Populations particulières
  • Sujet âgé Aucune différence pharmacocinétique liée à l'âge cliniquement significative n'a été observée chez ces patients. Aucune adaptation de la posologie n'est recommandée chez le sujet âgé.

  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec le dasatinib chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale. Dans la mesure où la clairance rénale du dasatinib et de ses métabolites est < 4 %, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Réduction posologique en cas d'utilisation concomitante d'inhibiteurs puissants du CYP3A4

L'utilisation concomitante d'inhibiteurs puissants du CYP3A4 et de jus de pamplemousse avec dasatinib doit être évitée (Cf. rubrique "Interactions"). Dans la mesure du possible, il faut choisir un autre médicament concomitant sans potentiel d'inhibition enzymatique ou avec un potentiel d'inhibition enzymatique minimal. Si dasatinib doit être administré avec un puissant inhibiteur du CYP3A4, envisagez de réduire la dose à : . 40 mg tous les jours pour les patients prenant quotidiennement dasatinib 140 mg, comprimé. . 20 mg tous les jours pour les patients prenant quotidiennement dasatinib 100 mg, comprimé. . 20 mg tous les jours pour les patients prenant quotidiennement dasatinib 70 mg, comprimé.

Pour les patients prenant tous les jours 60 mg ou 40 mg de dasatinib, envisagez d'interrompre la dose de dasatinib jusqu'à l'arrêt de l'inhibiteur du CYP3A4 ou de passer à une dose inférieure avec la formulation en poudre pour suspension buvable (Cf. Résumé des Caractéristiques du Produit dasatinib poudre pour suspension buvable). Avant la réinstauration du dasatinib, prévoyez une période d'élimination d'environ 1 semaine après l'arrêt de l'inhibiteur.

Ces doses réduites de dasatinib devraient ajuster l'aire sous la courbe (ASC) au taux observée sans inhibiteurs du CYP3A4 ; cependant, aucune donnée clinique n'est disponible avec ces ajustements posologiques chez les patients recevant des inhibiteurs puissants du CYP3A4. Dans le cas où dasatinib n'est pas toléré après la réduction posologique, l'inhibiteur puissant du CYP3A4 doit être arrêté ou dasatinib doit être interrompu jusqu'à l'arrêt de l'inhibiteur. Avant d'augmenter la dose de dasatinib, prévoyez une période d'élimination d'environ 1 semaine après l'arrêt de l'inhibiteur.

  • Populations particulières
  • Sujet âgé Aucune différence pharmacocinétique liée à l'âge cliniquement significative n'a été observée chez ces patients. Aucune adaptation de la posologie n'est recommandée chez le sujet âgé.

  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec le dasatinib chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale. Dans la mesure où la clairance rénale du dasatinib et de ses métabolites est < 4 %, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie

La posologie initiale recommandée de dasatinib pour la phase chronique de LMC est de 100 mg une fois par jour, administrée oralement.

  • Durée du traitement

Dans les études cliniques, le traitement par ce médicament était poursuivi jusqu'à progression de la maladie ou intolérance. L'effet de l'arrêt du traitement après obtention d'une réponse cytogénétique complète (RCyC) n'a pas été étudié.

Pour atteindre la posologie recommandée, ce médicament est disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg et 100 mg et 140 mg. Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et la tolérance au traitment.

  • Augmentation de la posologie

Dans les études cliniques conduites chez des patients adultes atteints de LMC, des augmentations de dose à 140 mg une fois par jour (LMC en phase chronique) étaient autorisées chez des patients n'ayant pas obtenu de réponse hématologique ou cytogénétique à la dose initiale recommandée.

  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression

Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois, le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosuppressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire. Les recommandations relatives aux adaptations de la posologie sont résumées ci-dessous.

-> Ajustement de la posologie en cas de neutropénie et de thrombocytopénie

  • LMC en phase chronique (dose initiale 100 mg une fois par jour)

PNN < 0,5 x 10 puissance 9/L et/ou plaquettes < 50 x 10 puissance 9/L

1- Arrêt du traitement jusqu'à ce que PNN > ou = 1,0 x 10 puissance 9/L et plaquettes > ou = 50 x 10 puissance 9/L.

2- Reprendre le traitement à la dose initiale.

3- Si les plaquettes sont < 25 x 10 puissance 9/l et/ou si récidive de PNN < 0,5 x 10 puissance 9/l pendant une durée > 7 jours, recommencer à l'étape 1 et reprendre le traitement à une dose réduite de 80 mg une fois par jour pour le second épisode. Pour le troisième épisode, réduire encore la dose à 50 mg une fois par jour (pour les patients nouvellement diagnostiqués) ou arrêter (pour les patients résistants ou intolérants à un traitement antérieur incluant l'imatinib).

PNN : polynucléaires neutrophiles

  • Effets indésirables extra-hématologiques En cas de survenue d'un effet indésirable extra-hématologique modéré de grade 2 sous dasatinib, le traitement doit être interrompu jusqu'à résolution de l'effet indésirable ou un retour à l'état d'origine. Le traitement doit être repris à la même posologie si l'effet indésirable survient pour la première fois et la posologie doit être réduite s'il s'agit d'un effet indésirable récurrent. En cas de survenue d'un effet indésirable grave extra-hématologique de grade 3 ou 4 sous dasatinib, le traitement doit être interrompu jusqu'à résolution de l'effet indésirable. Le traitement peut ensuite être repris, de manière appropriée, à une posologie réduite en fonction de la sévérité initiale de l'effet indésirable. Pour les patients atteints de LMC en phase chronique qui ont reçu 100 mg une fois par jour, une réduction de posologie à 80 mg une fois par jour est recommandée avec, si nécessaire, une réduction supplémentaire de 80 mg une fois par jour à 50 mg une fois par jour. Pour les patients en phase avancée de LMC ou LAL Ph+ qui ont reçu 140 mg une fois par jour, une réduction de posologie à 100 mg une fois par jour est recommandée avec, si nécessaire, une réduction supplémentaire de 100 mg une fois par jour à 50 mg une fois par jour.

  • Epanchement pleural En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'au moment où le patient est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables"). Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris d'une manière appropriée à une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Populations particulières
  • Sujet âgé Aucune différence pharmacocinétique liée à l'âge cliniquement significative n'a été observée chez ces patients. Aucune adaptation de la posologie n'est recommandée chez le sujet âgé.

  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec ce médicament chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale (l'étude menée chez les patients atteints de LMC en phase chronique nouvellement diagnostiquée a exclu les patients présentant un taux sérique de créatinine > 3 fois la limite supérieure de la normale et les études menées chez les patients présentant une LMC, résistants ou intolérants à un traitement antérieur par imatinib, ont exclu les patients présentant un taux sérique de la créatinine > à 1,5 fois la limite supérieure de la normale). Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4%, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie

La posologie initiale recommandée de dasatinib pour la phase accélérée de LMC, la phase blastique myéloïde ou blastique lymphoïde (phase avancée) de LMC ou la LAL Ph+ est de 140 mg une fois par jour (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

  • Durée du traitement

Dans les études cliniques, le traitement par ce médicament était poursuivi jusqu'à progression de la maladie ou intolérance. L'effet de l'arrêt du traitement après obtention d'une réponse cytogénétique complète (RCyC) n'a pas été étudié.

Pour atteindre la posologie recommandée, ce médicament est disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg,100 mg et 140 mg. Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et la tolérance au traitment.

  • Augmentation de la posologie

Dans les études cliniques conduites chez des patients adultes atteints de LMC, des augmentations de dose à 100 mg deux fois par jour (phase avancée de LMC) étaient autorisées chez des patients n'ayant pas obtenu de réponse hématologique ou cytogénétique à la dose initiale recommandée.

  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression

Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosuppressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire. Les recommandations relatives aux adaptations de la posologie sont résumées ci-dessous.

-> Ajustement de la posologie en cas de neutropénie et de thrombocytopénie

  • LMC en phase accélérée ou blastique et LAL Ph+ (dose initiale 140 mg une fois par jour) PNN < 0,5 x 10 puissance 9/L et/ou plaquettes < 10 x 10 puissance 9/L

1- Vérifier si la cytopénie est imputable à la leucémie (ponction ou biopsie médullaire).

2- Si la cytopénie n'est pas imputable à la leucémie, arrêter le traitement jusqu'à ce que PNN > ou = 1,0 x 10 puissance 9/L et plaquettes > ou = 20 x 10 puissance 9/L et reprendre le traitement à la dose initiale.

3- En cas de récidive de la cytopénie, recommencer à l'étape 1 et reprendre le traitement à la dose réduite de 100 mg une fois par jour (second épisode) ou de 80 mg une fois par jour (troisième épisode).

4- Si la cytopénie est imputable à la leucémie, envisager une augmentation posologique à 180 mg une fois par jour.

PNN : polynucléaires neutrophiles

  • Effets indésirables extra-hématologiques En cas de survenue d'un effet indésirable extra-hématologique modéré de grade 2 sous dasatinib, le traitement doit être interrompu jusqu'à résolution de l'effet indésirable ou un retour à l'état d'origine. Le traitement doit être repris à la même posologie si l'effet indésirable survient pour la première fois et la posologie doit être réduite s'il s'agit d'un effet indésirable récurrent. En cas de survenue d'un effet indésirable grave extra-hématologique de grade 3 ou 4 sous dasatinib, le traitement doit être interrompu jusqu'à résolution de l'effet indésirable. Le traitement peut ensuite être repris, de manière appropriée, à une posologie réduite en fonction de la sévérité initiale de l'effet indésirable. Pour les patients atteints de LMC en phase chronique qui ont reçu 100 mg une fois par jour, une réduction de posologie à 80 mg une fois par jour est recommandée avec, si nécessaire, une réduction supplémentaire de 80 mg une fois par jour à 50 mg une fois par jour. Pour les patients en phase avancée de LMC ou LAL Ph+ qui ont reçu 140 mg une fois par jour, une réduction de posologie à 100 mg une fois par jour est recommandée avec, si nécessaire, une réduction supplémentaire de 100 mg une fois par jour à 50 mg une fois par jour.

  • Epanchement pleural En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'au moment où le patient est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables"). Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris d'une manière appropriée à une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Populations particulières
  • Sujet âgé Aucune différence pharmacocinétique liée à l'âge cliniquement significative n'a été observée chez ces patients. Aucune adaptation de la posologie n'est recommandée chez le sujet âgé.

  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec ce médicament chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale (l'étude menée chez les patients atteints de LMC en phase chronique nouvellement diagnostiquée a exclu les patients présentant un taux sérique de créatinine > 3 fois la limite supérieure de la normale et les études menées chez les patients présentant une LMC, résistants ou intolérants à un traitement antérieur par imatinib, ont exclu les patients présentant un taux sérique de la créatinine > à 1,5 fois la limite supérieure de la normale). Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4%, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie
  • Population pédiatrique (LMC Ph+ PC)

La posologie chez les enfants et les adolescents est établie en fonction du poids. Le dasatinib est administré par voie orale une fois par jour sous la forme de comprimés pelliculés ou poudre pour suspension buvable (Cf. le Résumé des Caractéristiques du Produit de dasatinib poudre pour suspension buvable). La posologie doit être recalculée tous les 3 mois en fonction des changements de poids corporel, ou plus souvent si nécessaire. Le comprimé n'est pas recommandé chez les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients. Une augmentation ou une réduction de la posologie sont recommandées selon la réponse et la tolérance individuelle des patients. Aucune donnée de traitement par dasatinib chez l'enfant âgé de moins de 1 an n'est disponible.

Dasatinib comprimés pelliculés et dasatinib poudre pour suspension buvable n'ont pas la même bioéquivalence. Les patients pouvant avaler des comprimés et souhaitant passer de dasatinib poudre pour suspension buvable à dasatinib comprimés pelliculés, ou les patients ne pouvant pas avaler des comprimés et souhaitant passer à la suspension buvable, peuvent le faire, sous réserve que les recommandations relatives à la posologie soient suivies.

La posologie quotidienne initiale de dasatinib comprimés recommandée chez les patients pédiatriques est indiquée ci-dessous.

Données 1 : Posologie de dasatinib comprimés pour les patients pédiatriquesnatteints de LMC Ph+ PC

  • Poids corporel (kg) (a) : de 10 à moins de 20 kg . Dose quotidienne (mg) : 40 mg

(a) Le comprimé n'est pas recommandé pour les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients.

  • Durée du traitement

Dans les études cliniques, le traitement par dasatinib chez les patients adultes chez les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC était poursuivi jusqu'à progression de la maladie ou intolérance. L'effet de l'arrêt du traitement sur l'issue de la maladie à long-terme après obtention d'une réponse moléculaire ou cytogénétique incluant une réponse cytogénétique complète (RCyC), une réponse moléculaire majeure (RMM) et une RM4.5 n'a pas été étudié.

Chez les patients recevant ensuite une transplantation médullaire, dasatinib peut être administré pendant une année supplémentaire après la transplantation.

Pour atteindre la posologie recommandée, dasatinibest disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg, 80 mg, 100 mg et 140 mg et en poudre pour suspension buvable (suspension de 10 mg/mL après reconstitution). Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et de la tolérance au traitement.

  • Augmentation de la posologie

Les augmentations de posologie indiquées ci-dessous sont recommandées chez les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC qui n'obtiennent pas une réponse hématologique, cytogénétique et moléculaire aux moments recommandés, selon les directives de traitement actuelles, et qui tolèrent le traitement.

Augmentation de posologie pour les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC (Comprimés)

  • Posologie (dose maximale par jour) - Dose initiale : 40 mg . Posologie (dose maximale par jour) - Augmentation de dose : 50 mg
  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois, le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosupressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire.

Ajustement de la posologie en cas de neutropénie et de thrombocytopénie chez le patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC

  1. Si la cytopénie persiste plus de 3 semaines, vérifier si la cytopénie est imputable à la leucémie (ponction ou biopsie médullaire).
  2. Si la cytopénie n'est pas imputable à la leucémie, arrêter le traitement jusqu'à ce que PNN > ou = 1,0 × 10 puissance 9/L et plaquettes > ou = 75 × 10 puissance 9/L et reprendre le traitement à la dose initiale.
  3. En cas de récidive de la cytopénie, recommencer une ponction/biopsie médullaire et reprendre le traitement à la dose réduite.
  • Posologie (dose maximale par jour) - Comprimés . Dose initiale d'origine : 40 mg . Réduction de dose à un niveau : 20 mg . Réduction de dose à deux niveaux : *

PNN : polynucléaires neutrophiles (*) dose de comprimé plus faible non disponible

Pour les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC, en cas de récurrence de neutropénie ou de thrombocytopénie de grade > ou = 3 durant une réponse hématologique complète (RHC), ce médicament doit être interrompu, et pourra être repris ultérieurement à une dose réduite. Des réductions temporaires de dose pour des degrés intermédiaires de cytopénie et de réponse de la maladie doivent être instaurées si nécessaire.

  • Effets indésirables extra-hématologiques Chez les patients pédiatriques atteints de LMC PC présentant des effets indésirables extra hématologiques, les recommandations relatives à la réduction de posologie pour les effets indésirables hématologiques décrits ci-dessus doivent être suivies.

  • Epanchement pleural En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'à ce que l'examen du patient montre qu'il est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables").. Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris de manière appropriée avec une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Populations particulières
  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec ce médicament chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale (l'étude menée chez les patients atteints de LMC en phase chronique nouvellement diagnostiquée a exclu les patients présentant un taux sérique de créatinine > 3 fois la limite supérieure de la normale et les études menées chez les patients présentant une LMC, résistants ou intolérants à un traitement antérieur par imatinib, ont exclu les patients présentant un taux sérique de la créatinine > à 1,5 fois la limite supérieure de la normale). Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4%, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie
  • Population pédiatrique (LMC Ph+ PC)

La posologie chez les enfants et les adolescents est établie en fonction du poids. Le dasatinib est administré par voie orale une fois par jour sous la forme de comprimés pelliculés ou poudre pour suspension buvable (Cf. le Résumé des Caractéristiques du Produit de dasatinib poudre pour suspension buvable). La posologie doit être recalculée tous les 3 mois en fonction des changements de poids corporel, ou plus souvent si nécessaire. Le comprimé n'est pas recommandé chez les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients. Une augmentation ou une réduction de la posologie sont recommandées selon la réponse et la tolérance individuelle des patients. Aucune donnée de traitement par dasatinib chez l'enfant âgé de moins de 1 an n'est disponible.

Dasatinib comprimés pelliculés et dasatinib poudre pour suspension buvable n'ont pas la même bioéquivalence. Les patients pouvant avaler des comprimés et souhaitant passer de dasatinib poudre pour suspension buvable à dasatinib comprimés pelliculés, ou les patients ne pouvant pas avaler des comprimés et souhaitant passer à la suspension buvable, peuvent le faire, sous réserve que les recommandations relatives à la posologie soient suivies.

La posologie quotidienne initiale de dasatinib comprimés recommandée chez les patients pédiatriques est indiquée ci-dessous.

Données 1 : Posologie de dasatinib comprimés pour les patients pédiatriquesnatteints de LMC Ph+ PC

  • Poids corporel (kg) (a) : de 20 à moins de 30 kg . Dose quotidienne (mg) : 60 mg

(a) Le comprimé n'est pas recommandé pour les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients.

  • Durée du traitement

Dans les études cliniques, le traitement par dasatinib chez les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC était poursuivi jusqu'à progression de la maladie ou intolérance. L'effet de l'arrêt du traitement sur l'issue de la maladie à long-terme après obtention d'une réponse moléculaire ou cytogénétique incluant une réponse cytogénétique complète (RCyC), une réponse moléculaire majeure (RMM) et une RM4.5 n'a pas été étudié.

Chez les patients recevant ensuite une transplantation médullaire, dasatinib peut être administré pendant une année supplémentaire après la transplantation.

Pour atteindre la posologie recommandée, dasatinib est disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg, 80 mg, 100 mg et 140 mg et en poudre pour suspension buvable (suspension de 10 mg/mL après reconstitution). Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et de la tolérance au traitement.

  • Augmentation de la posologie

Les augmentations de posologie indiquées ci-dessous sont recommandées chez les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC qui n'obtiennent pas une réponse hématologique, cytogénétique et moléculaire aux moments recommandés, selon les directives de traitement actuelles, et qui tolèrent le traitement.

Augmentation de posologie pour les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC (Comprimés)

  • Posologie (dose maximale par jour) - Dose initiale : 60 mg . Posologie (dose maximale par jour) - Augmentation de dose : 70 mg
  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression

Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois, le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosuppressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire. Les recommandations relatives aux adaptations de la posologie sont résumées ci-dessous.

-> Ajustement de la posologie en cas de neutropénie et de thrombocytopénie

  • LMC en phase chronique (dose initiale 100 mg une fois par jour)

PNN < 0,5 x 10 puissance 9/L et/ou plaquettes < 50 x 10 puissance 9/L

1- Arrêt du traitement jusqu'à ce que PNN > ou = 1,0 x 10 puissance 9/L et plaquettes > ou = 50 x 10 puissance 9/L.

2- Reprendre le traitement à la dose initiale.

3- Si les plaquettes sont < 25 x 10 puissance 9/l et/ou si récidive de PNN < 0,5 x 10 puissance 9/l pendant une durée > 7 jours, recommencer à l'étape 1 et reprendre le traitement à une dose réduite de 80 mg une fois par jour pour le second épisode. Pour le troisième épisode, réduire encore la dose à 50 mg une fois par jour (pour les patients nouvellement diagnostiqués) ou arrêter (pour les patients résistants ou intolérants à un traitement antérieur incluant l'imatinib).

PNN : polynucléaires neutrophiles

Pour les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC, en cas de récurrence de neutropénie ou de thrombocytopénie de grade > ou = 3 durant une réponse hématologique complète (RHC), ce médicament doit être interrompu, et pourra être repris ultérieurement à une dose réduite. Des réductions temporaires de dose pour des degrés intermédiaires de cytopénie et de réponse de la maladie doivent être instaurées si nécessaire.

  • Effets indésirables extra-hématologiques Chez les patients pédiatriques atteints de LMC PC présentant des effets indésirables extra hématologiques, les recommandations relatives à la réduction de posologie pour les effets indésirables hématologiques décrits ci-dessus doivent être suivies.

  • Epanchement pleural En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'à ce que l'examen du patient montre qu'il est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables").. Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris de manière appropriée avec une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Populations particulières
  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec ce médicament chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale (l'étude menée chez les patients atteints de LMC en phase chronique nouvellement diagnostiquée a exclu les patients présentant un taux sérique de créatinine > 3 fois la limite supérieure de la normale et les études menées chez les patients présentant une LMC, résistants ou intolérants à un traitement antérieur par imatinib, ont exclu les patients présentant un taux sérique de la créatinine > à 1,5 fois la limite supérieure de la normale). Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4%, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie
  • Population pédiatrique (LMC Ph+ PC)

La posologie chez les enfants et les adolescents est établie en fonction du poids. Le dasatinib est administré par voie orale une fois par jour sous la forme de comprimés pelliculés ou poudre pour suspension buvable (Cf. le Résumé des Caractéristiques du Produit de dasatinib poudre pour suspension buvable). La posologie doit être recalculée tous les 3 mois en fonction des changements de poids corporel, ou plus souvent si nécessaire. Le comprimé n'est pas recommandé chez les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients. Une augmentation ou une réduction de la posologie sont recommandées selon la réponse et la tolérance individuelle des patients. Aucune donnée de traitement par dasatinib chez l'enfant âgé de moins de 1 an n'est disponible.

Dasatinib comprimés pelliculés et dasatinib poudre pour suspension buvable n'ont pas la même bioéquivalence. Les patients pouvant avaler des comprimés et souhaitant passer de dasatinib poudre pour suspension buvable à dasatinib comprimés pelliculés, ou les patients ne pouvant pas avaler des comprimés et souhaitant passer à la suspension buvable, peuvent le faire, sous réserve que les recommandations relatives à la posologie soient suivies.

La posologie quotidienne initiale de dasatinib comprimés recommandée chez les patients pédiatriques est indiquée ci-dessous.

Données 1 : Posologie de dasatinib comprimés pour les patients pédiatriquesnatteints de LMC Ph+ PC

  • Poids corporel (kg) (a) : de 30 à moins de 45 kg . Dose quotidienne (mg) : 70 mg

(a) Le comprimé n'est pas recommandé pour les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients.

  • Durée du traitement

Dans les études cliniques, le traitement par dasatinib chez les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC était poursuivi jusqu'à progression de la maladie ou intolérance. L'effet de l'arrêt du traitement sur l'issue de la maladie à long-terme après obtention d'une réponse moléculaire ou cytogénétique incluant une réponse cytogénétique complète (RCyC), une réponse moléculaire majeure (RMM) et une RM4.5 n'a pas été étudié.

Chez les patients recevant ensuite une transplantation médullaire, dasatinib peut être administré pendant une année supplémentaire après la transplantation.

Pour atteindre la posologie recommandée, dasatinibest disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg, 80 mg, 100 mg et 140 mg et en poudre pour suspension buvable (suspension de 10 mg/mL après reconstitution). Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et de la tolérance au traitement.

  • Augmentation de la posologie

Les augmentations de posologie indiquées ci-dessous sont recommandées chez les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC qui n'obtiennent pas une réponse hématologique, cytogénétique et moléculaire aux moments recommandés, selon les directives de traitement actuelles, et qui tolèrent le traitement.

Augmentation de posologie pour les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC (Comprimés)

  • Posologie (dose maximale par jour) - Dose initiale : 70 mg . Posologie (dose maximale par jour) - Augmentation de dose : 90 mg
  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois, le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosupressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire.

Ajustement de la posologie en cas de neutropénie et de thrombocytopénie chez le patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC

  1. Si la cytopénie persiste plus de 3 semaines, vérifier si la cytopénie est imputable à la leucémie (ponction ou biopsie médullaire).
  2. Si la cytopénie n'est pas imputable à la leucémie, arrêter le traitement jusqu'à ce que PNN > ou = 1,0 × 10 puissance 9/L et plaquettes > ou = 75 × 10 puissance 9/L et reprendre le traitement à la dose initiale.
  3. En cas de récidive de la cytopénie, recommencer une ponction/biopsie médullaire et reprendre le traitement à la dose réduite.
  • Posologie (dose maximale par jour) - Comprimés . Dose initiale d'origine : 70 mg . Réduction de dose à un niveau : 60 mg . Réduction de dose à deux niveaux : 50 mg

PNN : polynucléaires neutrophiles (*) dose de comprimé plus faible non disponible

Pour les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC, en cas de récurrence de neutropénie ou de thrombocytopénie de grade > ou = 3 durant une réponse hématologique complète (RHC), ce médicament doit être interrompu, et pourra être repris ultérieurement à une dose réduite. Des réductions temporaires de dose pour des degrés intermédiaires de cytopénie et de réponse de la maladie doivent être instaurées si nécessaire.

  • Effets indésirables extra-hématologiques Chez les patients pédiatriques atteints de LMC PC présentant des effets indésirables extra hématologiques, les recommandations relatives à la réduction de posologie pour les effets indésirables hématologiques décrits ci-dessus doivent être suivies.

  • Epanchement pleural En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'à ce que l'examen du patient montre qu'il est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables").. Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris de manière appropriée avec une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Populations particulières
  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec ce médicament chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale (l'étude menée chez les patients atteints de LMC en phase chronique nouvellement diagnostiquée a exclu les patients présentant un taux sérique de créatinine > 3 fois la limite supérieure de la normale et les études menées chez les patients présentant une LMC, résistants ou intolérants à un traitement antérieur par imatinib, ont exclu les patients présentant un taux sérique de la créatinine > à 1,5 fois la limite supérieure de la normale). Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4%, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Posologie
  • Population pédiatrique (LMC Ph+ PC)

La posologie chez les enfants et les adolescents est établie en fonction du poids. Le dasatinib est administré par voie orale une fois par jour sous la forme de comprimés pelliculés ou poudre pour suspension buvable (Cf. le Résumé des Caractéristiques du Produit de dasatinib poudre pour suspension buvable). La posologie doit être recalculée tous les 3 mois en fonction des changements de poids corporel, ou plus souvent si nécessaire. Le comprimé n'est pas recommandé chez les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients. Une augmentation ou une réduction de la posologie sont recommandées selon la réponse et la tolérance individuelle des patients. Aucune donnée de traitement par dasatinib chez l'enfant âgé de moins de 1 an n'est disponible.

Dasatinib comprimés pelliculés et dasatinib poudre pour suspension buvable n'ont pas la même bioéquivalence. Les patients pouvant avaler des comprimés et souhaitant passer de dasatinib poudre pour suspension buvable à dasatinib comprimés pelliculés, ou les patients ne pouvant pas avaler des comprimés et souhaitant passer à la suspension buvable, peuvent le faire, sous réserve que les recommandations relatives à la posologie soient suivies.

La posologie quotidienne initiale de dasatinib comprimés recommandée chez les patients pédiatriques est indiquée ci-dessous.

Données 1 : Posologie de dasatinib comprimés pour les patients pédiatriquesnatteints de LMC Ph+ PC

  • Poids corporel (kg) (a) : au-dessus de 45 kg . Dose quotidienne (mg) : 100 mg

(a) Le comprimé n'est pas recommandé pour les patients de moins de 10 kg ; la poudre pour suspension buvable doit être utilisée chez ces patients.

  • Durée du traitement

Dans les études cliniques, le traitement par dasatinib chez les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC était poursuivi jusqu'à progression de la maladie ou intolérance. L'effet de l'arrêt du traitement sur l'issue de la maladie à long-terme après obtention d'une réponse moléculaire ou cytogénétique incluant une réponse cytogénétique complète (RCyC), une réponse moléculaire majeure (RMM) et une RM4.5 n'a pas été étudié.

Chez les patients recevant ensuite une transplantation médullaire, dasatinib peut être administré pendant une année supplémentaire après la transplantation.

Pour atteindre la posologie recommandée, dasatinib est disponible en comprimés pelliculés de 20 mg, 50 mg, 70 mg, 80 mg, 100 mg et 140 mg et en poudre pour suspension buvable (suspension de 10 mg/mL après reconstitution). Une augmentation ou une réduction de dose est recommandée en fonction de la réponse et de la tolérance au traitement.

  • Augmentation de la posologie

Les augmentations de posologie indiquées ci-dessous sont recommandées chez les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC qui n'obtiennent pas une réponse hématologique, cytogénétique et moléculaire aux moments recommandés, selon les directives de traitement actuelles, et qui tolèrent le traitement.

Augmentation de posologie pour les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC (Comprimés)

  • Posologie (dose maximale par jour) - Dose initiale : 100 mg . Posologie (dose maximale par jour) - Augmentation de dose : 120 mg

Ce médicament étant administré en association avec une chimiothérapie chez les patients pédiatriques atteints de LAL Ph+, une augmentation de la posologie n'est pas recommandée chez ces patients.

  • Adaptation de la posologie en cas d'effets indésirables
  • Myélosuppression Dans les études cliniques, les cas de myélosuppression ont nécessité un arrêt de traitement, une réduction de dose ou une sortie d'étude. Parfois, le recours à un support transfusionnel en plaquettes et en globules rouges était nécessaire. Pour les myélosupressions persistantes, le recours aux facteurs de croissance hématopoïétiques était nécessaire.

Ajustement de la posologie en cas de neutropénie et de thrombocytopénie chez le patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC

  1. Si la cytopénie persiste plus de 3 semaines, vérifier si la cytopénie est imputable à la leucémie (ponction ou biopsie médullaire).
  2. Si la cytopénie n'est pas imputable à la leucémie, arrêter le traitement jusqu'à ce que PNN > ou = 1,0 × 10 puissance 9/L et plaquettes > ou = 75 × 10 puissance 9/L et reprendre le traitement à la dose initiale.
  3. En cas de récidive de la cytopénie, recommencer une ponction/biopsie médullaire et reprendre le traitement à la dose réduite.
  • Posologie (dose maximale par jour) - Comprimés . Dose initiale d'origine : 100 mg . Réduction de dose à un niveau : 80 mg . Réduction de dose à deux niveaux : 70 mg

PNN : polynucléaires neutrophiles (*) dose de comprimé plus faible non disponible

Pour les patients pédiatriques atteints de LMC Ph+ PC, en cas de récurrence de neutropénie ou de thrombocytopénie de grade > ou = 3 durant une réponse hématologique complète (RHC), ce médicament doit être interrompu, et pourra être repris ultérieurement à une dose réduite. Des réductions temporaires de dose pour des degrés intermédiaires de cytopénie et de réponse de la maladie doivent être instaurées si nécessaire.

  • Effets indésirables extra-hématologiques Chez les patients pédiatriques atteints de LMC PC présentant des effets indésirables extra hématologiques, les recommandations relatives à la réduction de posologie pour les effets indésirables hématologiques décrits ci-dessus doivent être suivies.

  • Epanchement pleural En cas de diagnostic d'épanchement pleural, le dasatinib doit être interrompu jusqu'à ce que l'examen du patient montre qu'il est asymptomatique ou a retrouvé son état d'origine. Si l'épisode ne s'améliore pas après environ une semaine, un traitement par diurétiques ou corticostéroïdes ou une utilisation concomitante des deux doit être envisagé (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Effets indésirables").. Suite à la résolution du premier épisode, la reprise du dasatinib à la même dose doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode ultérieur, la reprise du dasatinib avec une posologie inférieure doit être envisagée. Suite à la résolution d'un épisode sévère (grade 3 ou 4), le traitement peut être repris de manière appropriée avec une posologie réduite selon la sévérité initiale de l'effet indésirable.

  • Populations particulières
  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec ce médicament chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale (l'étude menée chez les patients atteints de LMC en phase chronique nouvellement diagnostiquée a exclu les patients présentant un taux sérique de créatinine > 3 fois la limite supérieure de la normale et les études menées chez les patients présentant une LMC, résistants ou intolérants à un traitement antérieur par imatinib, ont exclu les patients présentant un taux sérique de la créatinine > à 1,5 fois la limite supérieure de la normale). Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4%, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.

Le traitement doit être instauré par un médecin expérimenté dans le diagnostic et le traitement des leucémies.

  • Réduction posologique en cas d'utilisation concomitante d'inhibiteurs puissants du CYP3A4

L'utilisation concomitante d'inhibiteurs puissants du CYP3A4 et de jus de pamplemousse avec dasatinib doit être évitée (Cf. rubrique "Interactions"). Dans la mesure du possible, il faut choisir un autre médicament concomitant sans potentiel d'inhibition enzymatique ou avec un potentiel d'inhibition enzymatique minimal. Si dasatinib doit être administré avec un puissant inhibiteur du CYP3A4, envisagez de réduire la dose à : . 40 mg tous les jours pour les patients prenant quotidiennement dasatinib 140 mg, comprimé. . 20 mg tous les jours pour les patients prenant quotidiennement dasatinib 100 mg, comprimé. . 20 mg tous les jours pour les patients prenant quotidiennement dasatinib 70 mg, comprimé.

Pour les patients prenant tous les jours 60 mg ou 40 mg de dasatinib, envisagez d'interrompre la dose de dasatinib jusqu'à l'arrêt de l'inhibiteur du CYP3A4 ou de passer à une dose inférieure avec la formulation en poudre pour suspension buvable (Cf. Résumé des Caractéristiques du Produit dasatinib poudre pour suspension buvable). Avant la réinstauration du dasatinib, prévoyez une période d'élimination d'environ 1 semaine après l'arrêt de l'inhibiteur.

Ces doses réduites de dasatinib devraient ajuster l'aire sous la courbe (ASC) au taux observée sans inhibiteurs du CYP3A4 ; cependant, aucune donnée clinique n'est disponible avec ces ajustements posologiques chez les patients recevant des inhibiteurs puissants du CYP3A4. Dans le cas où dasatinib n'est pas toléré après la réduction posologique, l'inhibiteur puissant du CYP3A4 doit être arrêté ou dasatinib doit être interrompu jusqu'à l'arrêt de l'inhibiteur. Avant d'augmenter la dose de dasatinib, prévoyez une période d'élimination d'environ 1 semaine après l'arrêt de l'inhibiteur.

  • Populations particulières
  • Sujet âgé Aucune différence pharmacocinétique liée à l'âge cliniquement significative n'a été observée chez ces patients. Aucune adaptation de la posologie n'est recommandée chez le sujet âgé.

  • Insuffisance hépatique Les patients présentant une altération légère, modérée ou sévère de la fonction hépatique peuvent recevoir le traitement à la posologie initiale recommandée. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (Cf. rubrique "Prorpiétés pharmacocinétiques").

  • Insuffisance rénale Aucune étude clinique n'a été menée avec ce médicament chez des patients présentant une diminution de la fonction rénale (l'étude menée chez les patients atteints de LMC en phase chronique nouvellement diagnostiquée a exclu les patients présentant un taux sérique de créatinine > 3 fois la limite supérieure de la normale et les études menées chez les patients présentant une LMC, résistants ou intolérants à un traitement antérieur par imatinib, ont exclu les patients présentant un taux sérique de la créatinine > à 1,5 fois la limite supérieure de la normale). Dans la mesure où la clairance rénale de dasatinib et de ses métabolites est < 4%, une diminution de la clairance totale chez les insuffisants rénaux n'est pas attendue.