Oxaliplatine (OXALIPLATINE)

Médicaments à base de OXALIPLATINE :

Découvrez Posos 🎉

L’outil d’aide à la prescription simple et personnalisé qui vous aide à prendre la meilleure décision.

  • Identifier une posologie complexe
  • Limiter la iatrogénie
  • Vérifier les contre-indications
  • Trouver un équivalent thérapeutique
Illustration general

Informations générales

Illustration indications

Indications - Quand utiliser oxaliplatine ?

  • Traitement adjuvant

  • Polychimiotherapie

  • Associer au 5-fluorouracile

  • et

  • Associer a l'acide folinique

  • Dans les formes stade iii - c de dukes

  • Apres resection en situation adjuvante

  • Chez l'adulte

  • Polychimiotherapie

  • Associer au 5-fluorouracile

  • et

  • Associer a l'acide folinique

  • Dans les formes metastatiques

  • Chez l'adulte

Illustration consindications

Quelles sont les contre-indications de oxaliplatine ?

  • Allaitement

  • Aplasie medullaire

  • Enfant

  • Insuffisance medullaire

  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale severe
  • Neuropathie peripherique

  • Neutropenie

  • Nourrisson

  • Nouveau-ne

  • Thrombopenie

  • Femme en age de procreer

    • En l'absence de contraception efficace
  • Grossesse

  • Anemie hemolytique

  • Arythmie cardiaque

    • Espace qt allonge
    • Espace qt allonge antecedent familial
    • Espace qt allonge congenital
    • Trt par med augmentant intervalle qt
  • Atteinte renale

    • Alteration de la fonction renale
    • Atteinte renale legere
    • Atteinte renale moderee
  • Atteinte respiratoire

  • Autre traitement en cours

    • Trt par medicament neurotoxique
  • Cephalee

  • Coagulation intravasculaire disseminee

  • Confusion mentale

  • Convulsions

  • Diarrhee

  • Dysesthesie

  • Dyspnee

  • Epilepsie

  • Femme en age de procreer

    • En cas de contraception
  • Homme

  • Hypertension arterielle

  • Hypertension portale

  • Hyperuremie / hyperazotemie

  • Hypocalcemie

  • Hypokaliemie

  • Hypomagnesemie

  • Infection

  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale legere
    • Insuffisance renale moderee
  • Maladie ischemique intestinale

  • Mucite

  • Nausees vomissements

  • Neutropenie

    • Neutropenie en cours
  • Paresthesie

  • Personnel soignant

  • Personnel soignant feminin

  • Pneumopathie

    • Infiltrat pulmonaire tumoral
  • Quel que soit le terrain

  • Rhabdomyolyse

  • Stomatite

  • Thrombopenie

  • Toux

  • Trouble de la vision

  • Trouble hematologique

  • Trouble hydroelectrolytique

    • Hypocalcemie legere
    • Hypocalcemie moderee
    • Hypocalcemie severe
    • Hypokaliemie non corrigee
    • Hypokaliemie refractaire
    • Hypokaliemie severe
    • Hypomagnesemie non corrigee
    • Hypomagnesemie severe
  • Trouble neurologique

  • Ulcere gastroduodenal

  • Anemie hemolytique

  • Arythmie cardiaque

    • Espace qt allonge
    • Espace qt allonge antecedent familial
    • Espace qt allonge congenital
    • Trt par med augmentant intervalle qt
  • Atteinte renale

    • Alteration de la fonction renale
    • Atteinte renale legere
    • Atteinte renale moderee
  • Atteinte respiratoire

  • Autre traitement en cours

    • Trt par medicament neurotoxique
  • Cephalee

  • Coagulation intravasculaire disseminee

  • Confusion mentale

  • Convulsions

  • Diarrhee

  • Dysesthesie

  • Dyspnee

  • Epilepsie

  • Femme en age de procreer

    • En cas de contraception
  • Homme

  • Hypertension arterielle

  • Hypertension portale

  • Hyperuremie / hyperazotemie

  • Hypocalcemie

  • Hypokaliemie

  • Hypomagnesemie

  • Infection

  • Insuffisance renale chronique

    • Insuffisance renale legere
    • Insuffisance renale moderee
  • Maladie ischemique intestinale

  • Mucite

  • Nausees vomissements

  • Neutropenie

    • Neutropenie en cours
  • Paresthesie

  • Personnel soignant

  • Personnel soignant feminin

  • Pneumopathie

    • Infiltrat pulmonaire tumoral
  • Quel que soit le terrain

  • Rhabdomyolyse

  • Stomatite

  • Thrombopenie

  • Toux

  • Trouble de la vision

  • Trouble hematologique

  • Trouble hydroelectrolytique

    • Hypocalcemie legere
    • Hypocalcemie moderee
    • Hypocalcemie severe
    • Hypokaliemie non corrigee
    • Hypokaliemie refractaire
    • Hypokaliemie severe
    • Hypomagnesemie non corrigee
    • Hypomagnesemie severe
  • Trouble neurologique

  • Ulcere gastroduodenal

Illustration side-effect

Quels sont les effets indésirables de oxaliplatine ?

SEVERE(S)
  • augmentation du risque infectieux
  • bacteriemie
  • bronchite
  • bursite
  • cancer vessie
  • candidose
  • candidose gastro intestinale
  • candidose vaginale
  • cellulite
  • cystite
  • effet immunosuppresseur
  • encephalite
  • endocardite
  • fasciite
  • folliculite
  • frisson
  • furonculose
  • gangrene
  • hepatite
  • hyperamylasemie
  • hyperlipasemie
  • infection a herpes virus
  • infection bacterienne
  • infection cutanee
  • infection des voies respiratoires
  • infection fongique mycose
  • infection pulmonaire
  • infection urinaire
  • infection virale
  • lymphome
  • lyse tumorale syndrome
  • malaise lipothymie
  • meningite
  • meningite infectieuse
  • myalgie
  • nevralgie
  • orgelet
  • pancreatite aigue
  • peritonite
  • pharyngite
  • pneumonie
  • pneumopathie
  • pneumopathie interstitielle diffuse
  • pustulose
  • sans info sur effets surdosage
  • sepsis choc septique
  • septicemie
  • sinusite
  • syncope
  • syndrome grippal
  • syndrome myeloproliferatif
  • tumeur maligne
  • verrue
  • zona
MODERE(S) OU SEVERE(S)
  • accident vasculaire cerebral
  • agitation
  • amenorrhee
  • angor
  • areflexie
  • arret cardiaque
  • arythmie
  • asthenie
  • atteinte cardiovasculaire
  • atteinte renale
  • avortement spontane
  • azoospermie
  • bronchospasme asthme
  • cecite
  • cephalee
  • confusion mentale
  • convulsion
  • crampe musculaire
  • cycle menstruel irregulier
  • dermatite
  • douleur
  • douleur locale au point dinjection
  • douleur mammaire
  • douleur oppression thoracique
  • douleur pelvienne
  • douleur testiculaire
  • dysarthrie parole difficulte
  • dysesthesie
  • dysgueusie
  • dysovulation
  • dysphagie deglutition difficulte
  • dyspnee
  • dysurie
  • electrocardiogramme modification
  • embolie pulmonaire
  • epididymite
  • erection trouble
  • estrogene modification
  • fibrose pulmonaire
  • gynecomastie
  • hematome
  • hemorragie uro genitale
  • hypercreatininemie
  • hypersecretion vaginale
  • hypertension arterielle
  • hypertonie musculaire
  • hyperuremie hyperazotemie
  • hyperuricemie
  • hypocalcemie
  • hypoesthesie
  • hyporeflexie
  • impuissance
  • induration
  • infarctus du myocarde
  • inflammation de la muqueuse
  • inflammation locale au point dinjection
  • insuffisance cardiaque
  • insuffisance ovarienne
  • insuffisance renale aigue
  • insuffisance renale chronique
  • irritation cutanee
  • irritation muqueuse
  • ischemie
  • laryngospasme
  • leucoencephalopathie
  • libido trouble
  • meningite aseptique
  • menometrorragie
  • menorragie
  • miction trouble
  • mort foetale
  • necrose cutanee
  • necrose penienne
  • necrose tubulaire renale
  • nephrite interstitielle
  • neuropathie peripherique
  • nevrite
  • nevrite optique
  • oedeme
  • oligospermie
  • paresthesie
  • pathologie coronarienne
  • picotement
  • polyurie
  • prostatite
  • raynaud syndrome
  • reaction locale au point dinjection
  • saignement vaginal
  • spasme coronaire
  • sterilite secondaire
  • temperature perception trouble
  • teratogenicite
  • testicule modification de la taille
  • testosterone modification
  • thrombophlebite
  • torsade de pointe
  • toux
  • ulceration vaginale
  • ulceration vulvaire
  • vaginite
  • veinite
  • vertige etourdissement
  • vision alteration
MODERE(S)
  • acidose metabolique
  • acouphene bourdonnement doreille
  • acuite visuelle modification
  • adenome hepatique
  • alat modification
  • alcalose metabolique
  • amaigrissement
  • anorexie
  • anxiete
  • appetit perte
  • arthralgie
  • asat modification
  • ascite
  • atteinte hepatique
  • audiogramme modification
  • bilirubine modification
  • champ visuel anomalie
  • colite
  • colite pseudomembraneuse
  • constipation
  • depression
  • deshydratation
  • diarrhee
  • distension abdominale
  • dorsalgie
  • douleur abdominale
  • douleur anale
  • douleur osseuse
  • dyspepsie
  • enterite
  • fibrose hepatique
  • gastrite
  • hematemese
  • hemorragie digestive
  • hoquet
  • hydroelectrolytique trouble
  • hyperglycemie
  • hypertension portale
  • hypoacousie surdite
  • hypoglycemie
  • hypokaliemie
  • hypomagnesemie
  • hyponatremie
  • hypophosphoremie hypophosphatemie
  • hypoplasie dentaire
  • ileus paralytique
  • incontinence fecale
  • insomnie
  • lactico deshydrogenase modification
  • lesion hepatique
  • mucite
  • nausee vomissement
  • necrose hepatique
  • nervosite
  • occlusion intestinale
  • oesophagite
  • ototoxicite clinique
  • peliose hepatique
  • perforation digestive
  • phosphatase alcaline modification
  • prise ponderale
  • rectorragie
  • reflux gastro oesophagien
  • rhabdomyolyse
  • secheresse buccale
  • stomatite
  • ulceration gastrique
MINEUR(S) OU MODERE(S)
  • alopecie
  • decollement retinien
  • insuffisance hepatique
  • tetanie
MINEUR(S)
  • agranulocytose
  • anaphylaxie
  • anemie
  • anemie hemolytique
  • aplasie medullaire
  • bouffee vasomotrice
  • choc anaphylactique
  • civd coag intravascul disseminee
  • conjonctivite
  • dysplasie
  • eosinophilie
  • epistaxis
  • eruption cutanee
  • erytheme
  • erythrodermie dermatite exfoliative
  • erythrodysesthesie palmo plantaire
  • fievre
  • hematocrite modification
  • hematurie
  • hemoglobine modification
  • hemolyse
  • hypersudation
  • hypoplasie medullaire
  • hypotension arterielle
  • leucemie aigue
  • leucopenie
  • lithiase biliaire
  • lymphopenie
  • neutropenie
  • oedeme de quincke angioedeme
  • oedeme facial
  • pancytopenie
  • petechies
  • proteine c reactive augmentation
  • prurit
  • purpura
  • reaction allergique
  • respiration trouble
  • rhinite
  • saignement hemorragie
  • syndrome hemolytique et uremique
  • tachycardie
  • thrombocytopenie
  • trouble hematologique
  • urticaire
  • vascularite
Illustration general

Liste des présentations disponibles

  • Illustration de la forme galénique

    OXALIPLATINE HOSPIRA 5 mg/ml, solution à diluer pour perfusion

    1 flacon(s) en verre de 10 ml avec Onco-Tain

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
  • Illustration de la forme galénique

    OXALIPLATINE EG 5 mg/ml, poudre pour solution pour perfusion

    1 flacon(s) en verre de 50 mg d'oxaliplatine

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
  • Illustration de la forme galénique

    OXALIPLATINE TEVA 5 mg/mL, solution à diluer pour perfusion

    1 flacon(s) en verre de 50 mg

    • REMBOURSABLE :
    • PRIX :
    Illustration posology

    Quelle est la posologie de oxaliplatine ?

    • Posologie

    Réservé à l'adulte.

    La dose recommandée de l'oxaliplatine en traitement adjuvant est de 85 mg/m2 par voie intraveineuse répétée toutes les 2 semaines pendant 12 cycles (6 mois).

    La dose administrée sera ajustée en fonction de la tolérance (Cf. rubrique "Mises en gardes et précautions d'emploi").

    L'administration de l'oxaliplatine doit toujours précéder celle des fluoropyrimidines, c'est-à-dire le 5-fluorouracile (5-FU). L'oxaliplatine est administré en perfusion I.V. de 2 à 6 heures dans 250 à 500 ml d'une solution de glucose à 5 % (50 mg/ml) afin d'obtenir une concentration comprise entre 0,2 mg/ml et 0,7 mg/ml ; 0,7 mg/ml étant la concentration la plus élevée observée en pratique clinique pour une dose de 85 mg/m2 d'oxaliplatine. L'oxaliplatine a été, le plus souvent, administré en association avec du 5 fluorouracile (5-FU) en perfusion continue. Pour le traitement répété toutes les 2 semaines, un schéma avec le 5-fluorouracile (5-FU) en bolus et en perfusion continue a été utilisé.

    • Populations particulières
    • Insuffisants rénaux

    L'oxaliplatine n'a pas été étudié chez les insuffisants rénaux sévères (Cf. rubrique "Contre-indications" et "Pharmacocinétique").

    Chez les patients présentant une altération modérée de la fonction rénale, le traitement peut être initié à la dose normalement recommandée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Pharmacocinétique"). Il n'est pas nécessaire d'adapter la dose chez les patients avec une faible altération de la fonction rénale.

    • Insuffisants hépatiques

    Une étude de phase I incluant des patients présentant différents degrés d'insuffisance hépatique a montré que la fréquence et la sévérité des troubles hépato-biliaires semblaient corrélées à l'évolutivité de la maladie et aux anomalies initiales des explorations fonctionnelles hépatiques.

    Lors du développement clinique, aucun ajustement de la dose n'a été effectué chez les patients présentant des anomalies des fonctions hépatiques.

    • Sujets âgés

    Il n'a pas été observé d'aggravation de la toxicité sévère de l'oxaliplatine utilisé seul ou en association avec le 5-fluorouracile chez les sujets de plus de 65 ans. En conséquence, aucun ajustement de la posologie n'est nécessaire chez le sujet âgé.

    • Patients pédiatriques

    Il n'y a pas d'indication justifiant l'utilisation de l'oxaliplatine chez l'enfant. L'efficacité de l'oxaliplatine administré seul chez l'enfant présentant une tumeur solide n'a pas été établie (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques" du princeps).

    • Posologie

    Réservé à l'adulte.

    La dose recommandée de l'oxaliplatine dans le traitement des cancers colorectaux métastatiques est de 85 mg/m2 par voie intraveineuse répétée toutes les 2 semaines jusqu'à progression de la maladie ou apparition d'une toxicité inacceptable.

    La dose sera ajustée en fonction de la tolérance (Cf. rubrique "Mise en garde et précautions d'emploi").

    • Mode d'administration L'administration de l'oxaliplatine doit toujours précéder celle des fluoropyrimidines, c'est-à-dire le 5-fluorouracile (5-FU). L'oxaliplatine est administré en perfusion I.V. de 2 à 6 heures dans 250 à 500 ml d'une solution de glucose à 5 % (50 mg/ml) afin d'obtenir une concentration comprise entre 0,2 mg/ml et 0,7 mg/ml; 0,7 mg/ml étant la concentration la plus élevée observée en pratique clinique pour une dose de 85 mg/m2 d'oxaliplatine. L'oxaliplatine a été, le plus souvent, administré en association avec du 5 fluorouracile (5-FU) en perfusion continue. Pour le traitement répété toutes les 2 semaines, un schéma avec le 5-fluorouracile (5-FU) en bolus et en perfusion continue a été utilisé.
    • Populations particulières
    • Insuffisants rénaux

    L'oxaliplatine n'a pas été étudié chez les insuffisants rénaux sévères (Cf. rubrique "Contre-indications" et "Pharmacocinétique").

    Chez les patients présentant une altération modérée de la fonction rénale, le traitement peut être initié à la dose normalement recommandée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Pharmacocinétique"). Il n'est pas nécessaire d'adapter la dose chez les patients avec une faible altération de la fonction rénale.

    • Insuffisants hépatiques

    Une étude de phase I incluant des patients présentant différents degrés d'insuffisance hépatique a montré que la fréquence et la sévérité des troubles hépato-biliaires semblaient corrélées à l'évolutivité de la maladie et aux anomalies initiales des explorations fonctionnelles hépatiques.

    Lors du développement clinique, aucun ajustement de la dose n'a été effectué chez les patients présentant des anomalies des fonctions hépatiques.

    • Sujets âgés

    Il n'a pas été observé d'aggravation de la toxicité sévère de l'oxaliplatine utilisé seul ou en association avec le 5-fluorouracile chez les sujets de plus de 65 ans. En conséquence, aucun ajustement de la posologie n'est nécessaire chez le sujet âgé.

    • Patients pédiatriques

    Il n'y a pas d'indication justifiant l'utilisation de l'oxaliplatine chez l'enfant. L'efficacité de l'oxaliplatine administré seul chez l'enfant présentant une tumeur solide n'a pas été établie (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques" du princeps).

    • Posologie

    RESERVE A L'ADULTE

    La dose recommandée de l'oxaliplatine en traitement adjuvant est de 85 mg/m2 par voie intraveineuse répétée toutes les deux semaines pendant 12 cycles (6 mois).

    La dose sera ajustée en fonction de la tolérance (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    L'administration de l'oxaliplatine doit toujours précéder celle des fluoropyrimidines, c'est -à-dire le 5-fluorouracile.

    L'oxaliplatine est administré en perfusion I.V. de 2 à 6 heures dans 250 à 500 ml d'une solution de glucose à 5 % (50 mg/ml) afin d'obtenir une concentration comprise entre 0,2 mg/ml et 0,70 mg/ml; 0,70 mg/ml étant la concentration la plus élevée en pratique clinique pour une dose d'oxaliplatine de 85 mg/m2.

    L'oxaliplatine a été, le plus souvent, administré en association avec du 5-fluorouracile en perfusion continue.

    Pour le traitement répété toutes les 2 semaines, un schéma contenant le 5-fluorouracile en bolus et en perfusion continue a été utilisé.

    • Populations particulières
    • Insuffisants rénaux

    L'oxaliplatine ne doit être administré chez les insuffisants rénaux sévères (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Insuffisants hépatiques

    Une étude de phase I incluant des patients présentant différents degrés d'insuffisance hépatique a montré que la fréquence et la sévérité des troubles hépato-biliaires semblaient corrélées à l'évolutivité de la maladie et aux anomalies initiales des explorations fonctionnelles hépatiques. Lors du développement clinique, aucun ajustement de la dose n'a été effectué chez les patients présentant des anomalies des fonctions hépatiques.

    • Sujets âgés

    Il n'a pas été observé d'aggravation de la toxicité sévère de l'oxaliplatine en monothérapie ou en association avec le 5-fluorouracile chez les sujets de plus de 65 ans. En conséquence, aucun ajustement de la dose n'est nécessaire chez le sujet âgé.

    • Population pédiatrique

    Il n'y a pas d'indication justifiant l'utilisation de l'oxaliplatine chez les enfants. L'efficacité de l'oxaliplatine administré seul chez les enfant présentant des tumeurs solides n'a pas été établie (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Posologie

    RESERVE A L'ADULTE

    La dose recommandée de l'oxaliplatine dans le traitement des cancers colerectaux métastatiques est de 85 mg/m2 par voie intraveineuse, répétée toutes les deux semaines jusqu'à évolution de la maladie ou toxicité inacceptable.

    La dose sera ajustée en fonction de la tolérance (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    L'administration de l'oxaliplatine doit toujours précéder celle des fluoropyrimidines, c'est -à-dire le 5-fluorouracile.

    L'oxaliplatine est administré en perfusion I.V. de 2 à 6 heures dans 250 à 500 ml d'une solution de glucose à 5 % (50 mg/ml) afin d'obtenir une concentration comprise entre 0,2 mg/ml et 0,70 mg/ml; 0,70 mg/ml étant la concentration la plus élevée en pratique clinique pour une dose d'oxaliplatine de 85 mg/m2.

    L'oxaliplatine a été, le plus souvent, administré en association avec du 5-fluorouracile en perfusion continue.

    Pour le traitement répété toutes les 2 semaines, un schéma contenant le 5-fluorouracile en bolus et en perfusion continue a été utilisé.

    • Populations particulières
    • Insuffisants rénaux

    L'oxaliplatine ne doit être administré chez les insuffisants rénaux sévères (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Insuffisants hépatiques

    Une étude de phase I incluant des patients présentant différents degrés d'insuffisance hépatique a montré que la fréquence et la sévérité des troubles hépato-biliaires semblaient corrélées à l'évolutivité de la maladie et aux anomalies initiales des explorations fonctionnelles hépatiques. Lors du développement clinique, aucun ajustement de la dose n'a été effectué chez les patients présentant des anomalies des fonctions hépatiques.

    • Sujets âgés

    Il n'a pas été observé d'aggravation de la toxicité sévère de l'oxaliplatine en monothérapie ou en association avec le 5-fluorouracile chez les sujets de plus de 65 ans. En conséquence, aucun ajustement de la dose n'est nécessaire chez le sujet âgé.

    • Population pédiatrique

    Il n'y a pas d'indication justifiant l'utilisation de l'oxaliplatine chez les enfants. L'efficacité de l'oxaliplatine administré seul chez les enfant présentant des tumeurs solides n'a pas été établie (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Posologie

    RESERVE A L'ADULTE

    La dose recommandée de l'oxaliplatine en traitement adjuvant est de 85 mg/m2 par voie intraveineuse répétée toutes les deux semaines pendant 12 cycles (6 mois).

    La dose recommandée de l'oxaliplatine dans le traitement des cancers colerectaux métastatiques est de 85 mg/m2 par voie intraveineuse, répétée toutes les deux semaines jusqu'à évolution de la maladie ou toxicité inacceptable.

    La dose sera ajustée en fonction de la tolérance (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    L'administration de l'oxaliplatine doit toujours précéder celle des fluoropyrimidines, c'est -à-dire le 5-fluorouracile.

    L'oxaliplatine est administré en perfusion I.V. de 2 à 6 heures dans 250 à 500 ml d'une solution de glucose à 5 % (50 mg/ml) afin d'obtenir une concentration comprise entre 0,2 mg/ml et 0,70 mg/ml; 0,70 mg/ml étant la concentration la plus élevée en pratique clinique pour une dose d'oxaliplatine de 85 mg/m2.

    L'oxaliplatine a été, le plus souvent, administré en association avec du 5-fluorouracile en perfusion continue.

    Pour le traitement répété toutes les 2 semaines, un schéma contenant le 5-fluorouracile en bolus et en perfusion continue a été utilisé.

    • Populations particulières
    • Insuffisants rénaux

    L'oxaliplatine ne doit être administré chez les insuffisants rénaux sévères (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    Chez les patients présentant une altération légère à modérée de la fonction rénale, la dose recommandée d'oxaliplatine est de 58 mg/m2 (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Sujets âgés

    Il n'a pas été observé d'aggravation de la toxicité sévère de l'oxaliplatine en monothérapie ou en association avec le 5-fluorouracile chez les sujets de plus de 65 ans. En conséquence, aucun ajustement de la dose n'est nécessaire chez le sujet âgé.

    • Population pédiatrique

    Il n'y a pas d'indication justifiant l'utilisation de l'oxaliplatine chez les enfants. L'efficacité de l'oxaliplatine administré seul chez les enfant présentant des tumeurs solides n'a pas été établie (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Posologie

    RESERVE A L'ADULTE

    La dose recommandée de l'oxaliplatine dans le traitement des cancers colerectaux métastatiques est de 85 mg/m2 par voie intraveineuse, répétée toutes les deux semaines jusqu'à évolution de la maladie ou toxicité inacceptable.

    La dose sera ajustée en fonction de la tolérance (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

    L'administration de l'oxaliplatine doit toujours précéder celle des fluoropyrimidines, c'est -à-dire le 5-fluorouracile.

    L'oxaliplatine est administré en perfusion I.V. de 2 à 6 heures dans 250 à 500 ml d'une solution de glucose à 5 % (50 mg/ml) afin d'obtenir une concentration comprise entre 0,2 mg/ml et 0,70 mg/ml; 0,70 mg/ml étant la concentration la plus élevée en pratique clinique pour une dose d'oxaliplatine de 85 mg/m2.

    L'oxaliplatine a été, le plus souvent, administré en association avec du 5-fluorouracile en perfusion continue.

    Pour le traitement répété toutes les 2 semaines, un schéma contenant le 5-fluorouracile en bolus et en perfusion continue a été utilisé.

    • Populations particulières
    • Insuffisants rénaux

    L'oxaliplatine ne doit être administré chez les insuffisants rénaux sévères (Cf. rubriques "Contre-indications" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    Chez les patients présentant une altération légère à modérée de la fonction rénale, la dose recommandée d'oxaliplatine est de 58 mg/m2 (Cf. rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Propriétés pharmacocinétiques").

    • Sujets âgés

    Il n'a pas été observé d'aggravation de la toxicité sévère de l'oxaliplatine en monothérapie ou en association avec le 5-fluorouracile chez les sujets de plus de 65 ans. En conséquence, aucun ajustement de la dose n'est nécessaire chez le sujet âgé.

    • Population pédiatrique

    Il n'y a pas d'indication justifiant l'utilisation de l'oxaliplatine chez les enfants. L'efficacité de l'oxaliplatine administré seul chez les enfant présentant des tumeurs solides n'a pas été établie (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques").

    • Posologie

    Réservé à l'adulte.

    La dose recommandée de l'oxaliplatine en traitement adjuvant est de 85 mg/m2 par voie intraveineuse répétée toutes les 2 semaines pendant 12 cycles (6 mois).

    La dose administrée sera ajustée en fonction de la tolérance (Cf. rubrique "Mises en gardes et précautions d'emploi").

    L'administration de l'oxaliplatine doit toujours précéder celle des fluoropyrimidines, c'est-à-dire le 5-fluorouracile (5-FU). L'oxaliplatine est administré en perfusion I.V. de 2 à 6 heures dans 250 à 500 ml d'une solution de glucose à 5 % (50 mg/ml) afin d'obtenir une concentration comprise entre 0,2 mg/ml et 0,7 mg/ml ; 0,7 mg/ml étant la concentration la plus élevée observée en pratique clinique pour une dose de 85 mg/m2 d'oxaliplatine. L'oxaliplatine a été, le plus souvent, administré en association avec du 5 fluorouracile (5-FU) en perfusion continue. Pour le traitement répété toutes les 2 semaines, un schéma avec le 5-fluorouracile (5-FU) en bolus et en perfusion continue a été utilisé.

    • Populations particulières
    • Insuffisants rénaux

    L'oxaliplatine n'a pas été étudié chez les insuffisants rénaux sévères (Cf. rubrique "Contre-indications" et "Pharmacocinétique").

    Chez les patients présentant une altération modérée de la fonction rénale, le traitement peut être initié à la dose normalement recommandée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Pharmacocinétique"). Il n'est pas nécessaire d'adapter la dose chez les patients avec une faible altération de la fonction rénale.

    • Insuffisants hépatiques

    Une étude de phase I incluant des patients présentant différents degrés d'insuffisance hépatique a montré que la fréquence et la sévérité des troubles hépato-biliaires semblaient corrélées à l'évolutivité de la maladie et aux anomalies initiales des explorations fonctionnelles hépatiques.

    Lors du développement clinique, aucun ajustement de la dose n'a été effectué chez les patients présentant des anomalies des fonctions hépatiques.

    • Sujets âgés

    Il n'a pas été observé d'aggravation de la toxicité sévère de l'oxaliplatine utilisé seul ou en association avec le 5-fluorouracile chez les sujets de plus de 65 ans. En conséquence, aucun ajustement de la posologie n'est nécessaire chez le sujet âgé.

    • Patients pédiatriques

    Il n'y a pas d'indication justifiant l'utilisation de l'oxaliplatine chez l'enfant. L'efficacité de l'oxaliplatine administré seul chez l'enfant présentant une tumeur solide n'a pas été établie (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques" du princeps).

    • Posologie

    Réservé à l'adulte.

    La dose recommandée de l'oxaliplatine dans le traitement des cancers colorectaux métastatiques est de 85 mg/m2 par voie intraveineuse répétée toutes les 2 semaines jusqu'à progression de la maladie ou apparition d'une toxicité inacceptable.

    La dose sera ajustée en fonction de la tolérance (Cf. rubrique "Mise en garde et précautions d'emploi").

    • Mode d'administration L'administration de l'oxaliplatine doit toujours précéder celle des fluoropyrimidines, c'est-à-dire le 5-fluorouracile (5-FU). L'oxaliplatine est administré en perfusion I.V. de 2 à 6 heures dans 250 à 500 ml d'une solution de glucose à 5 % (50 mg/ml) afin d'obtenir une concentration comprise entre 0,2 mg/ml et 0,7 mg/ml; 0,7 mg/ml étant la concentration la plus élevée observée en pratique clinique pour une dose de 85 mg/m2 d'oxaliplatine. L'oxaliplatine a été, le plus souvent, administré en association avec du 5 fluorouracile (5-FU) en perfusion continue. Pour le traitement répété toutes les 2 semaines, un schéma avec le 5-fluorouracile (5-FU) en bolus et en perfusion continue a été utilisé.
    • Populations particulières
    • Insuffisants rénaux

    L'oxaliplatine n'a pas été étudié chez les insuffisants rénaux sévères (Cf. rubrique "Contre-indications" et "Pharmacocinétique").

    Chez les patients présentant une altération modérée de la fonction rénale, le traitement peut être initié à la dose normalement recommandée (Cf. rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Pharmacocinétique"). Il n'est pas nécessaire d'adapter la dose chez les patients avec une faible altération de la fonction rénale.

    • Insuffisants hépatiques

    Une étude de phase I incluant des patients présentant différents degrés d'insuffisance hépatique a montré que la fréquence et la sévérité des troubles hépato-biliaires semblaient corrélées à l'évolutivité de la maladie et aux anomalies initiales des explorations fonctionnelles hépatiques.

    Lors du développement clinique, aucun ajustement de la dose n'a été effectué chez les patients présentant des anomalies des fonctions hépatiques.

    • Sujets âgés

    Il n'a pas été observé d'aggravation de la toxicité sévère de l'oxaliplatine utilisé seul ou en association avec le 5-fluorouracile chez les sujets de plus de 65 ans. En conséquence, aucun ajustement de la posologie n'est nécessaire chez le sujet âgé.

    • Patients pédiatriques

    Il n'y a pas d'indication justifiant l'utilisation de l'oxaliplatine chez l'enfant. L'efficacité de l'oxaliplatine administré seul chez l'enfant présentant une tumeur solide n'a pas été établie (Cf. rubrique "Propriétés pharmacodynamiques" du princeps).